Evolution récente de la végétation planétaire : « reverdissement » généralisé

Capture d’écran 2018-10-01 à 17.22.03.png

Une étude réalisée par Météo-France (Toulouse, France) a utilisé les récentes observations satellitaires permettant d’étudier très finement l’index de surface végétale (Leaf Area Index, LAI) à près de 10 m2 de résolution (équivalent d’un pixel d’une photo prise par satellite) sur l’ensemble de la planète. Cette étude a été réalisée au cours des 17 dernières années et elle indique ce que les grands médias baignés dans l’idéologie des désastres provoqués par le réchauffement climatique oublient de mentionner : la Terre « reverdit » partout dans le monde. Les données disponible auprès de l’organisme européen Copernicus Global Land Service ont été obtenues par les satellites SPOT de 1999 à 2014 et PROBA-V depuis 2014 sur des périodes de 10 jours au cours de chaque année d’observation. L’évolution des couleurs avec les saisons sur un large spectre visible et proche infra-rouge permet de différencier les différents types de végétations à l’aide d’algorithmes que je suis bien incapable de décrire.

Capture d’écran 2018-10-01 à 17.50.16.png

Il apparait que les forêts de conifères sont en excellente santé et s’étendent partout dans les zones climatiques qui leur sont favorables. Le tapis herbeux a aussi eu tendance à progresser dans de nombreuses régions du monde en dépit des feux saisonniers pratiqués dans de nombreux pays pour apporter des sels minéraux aux sols. Le résultat le plus inattendu et contraire à la propagande écologiste est que les forêts tropicales d’Indonésie se portent très bien et mieux qu’il y a 17 ans. Il est un fait indéniable que la déforestation d’une partie de la forêt amazonienne s’est étendue pour atteindre une surface équivalente à celle de l’Espagne mais en contre partie le reste de ce territoire montre une tendance générale de « verdissement ». L’illustration représente l’ensemble des récoltes d’été et d’hiver ainsi que les zones de paturage et les différents types de forêts. Il est notamment intéressant de constater que dans l’ensemble du territoire de la Chine ce même reverdissement est très net. Le LAI est exprimé en centièmes de m2 de « verdissement par m2. Les zones blanches ou très pâles correspondent à des évolutions non significatives ou à des sols nus comme c’est le cas au Sahara et dans les déserts d’Arabie, d’Asie centrale et du centre de l’Australie. Les croix rouges représentent la localisation des sites de validation sur le terrain des données satellitaires. Globalement et gràce l’augmentation du taux de CO2 atmosphérique l’état de la végétation planétaire n’est pas du tout aussi dégradé qu’il n’y paraît dans l’esprit des sauveteurs de la Terre et de son climat. Le reverdissement est en effet propice au développement et à la sauvegarde des écosystèmes et de leur biodiversité, un autre aspect des bienfaits du CO2 qui est tout simplement ignoré des écologistes.

Source : Remote Sensing, doi : 10.3390:rs10030424

Commentaire du billet de Hashtable sur la planète (qui reverdit).

Je me permets de saluer sur mon blog l’excellence des billets de H16 (Hashtable) et je conseille mes lecteurs de se hasarder sur ce blog, ils ne seront pas déçus. Je commenterai à ma façon la présentation de Matt Ridley dont vous trouverez le lien ici (http://h16free.com/2013/03/26/21887-la-planete-devient-plus-verte).

 

Il est vrai que la planète reverdit surtout quand on cite des exemples avérés et qu’on les généralise hâtivement. Ridley considère que l’usage des combustibles fossiles (pétrole ou charbon) a favorisé le reverdissement de certaines régions du globe citant en exemple Haïti et la République dominicaine. Les Haïtiens font du charbon de bois pour la cuisine des ménages et par conséquent coupent les arbres, plutôt les arbustes puisqu’il ne reste plus d’arbres de haute tige en Haïti, alors que la partie ouest de l’île est boisée et verte tout simplement parce que les habitants de la République dominicaine importent du pétrole et peuvent cuisiner avec du propane ou du butane (GPL). La conclusion est que l’usage de pétrole et de ses dérivés favorise la reforestation ou le verdissement de la planète. Je veux bien, mais combien d’autres exemples de ce genre ? Au Sahel, on a constaté que ce n’est pas l’usage de combustibles fossiles qui a favorisé certains reverdissements de la savane sèche mais la présence de troupeaux dont les excréments enrichissent le sol ce qui favorise la croissance, certes timide, mais bien réelle d’herbes et de buissons précurseurs d’une reforestation, mais rien à voir avec les combustibles fossiles.

Le cas du reverdissement de l’Arabie Saoudite est trivial puisque ce pays consomme plus de la moitié du pétrole pompé de son sous-sol pour produire de l’eau douce. On comprend sans peine aucune que l’énergie fossile conduise à un résultat spectaculaire !

Pour en venir au gaz carbonique directement issu de la combustion de pétrole ou de charbon, l’augmentation de la teneur atmosphérique peut à la rigueur favoriser les plantes C3 mais jusqu’à une certaine limite lorsqu’on sait que dans ces plantes l’enzyme responsable de la fixation de gaz carbonique (rubisco) fonctionne plutôt mieux si le gaz carbonique est plus abondant, alors que les plantes C4 qui ont compartimenté l’étape de fixation du gaz carbonique et celle de l’élimination de l’oxygène (pour être bref) afin que ces deux gaz n’entrent pas directement en compétition ne poussent pas mieux en présence de plus fortes teneurs en gaz carbonique.

A ce propos, je reporte mes lecteurs à un précédent billet de mon blog :

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/01/27/1256/

 

J’en terminerai par une remarque sur la forêt amazonienne qui globalement présente un bilan carbone nul, et je m’explique très rapidement : la biomasse de cette forêt est globalement constante et la production d’oxygène par la végétation est balancée par la production nocturne de gaz carbonique (et de méthane issu des fermentations de matières organiques) et ce n’est pas la forêt amazonienne qui influe sur le climat plaéntaire mais l’ensemble des océans, or Ridley ne mentionne pas ce dernier point puisque la pollution des océans, principal puits à gaz carbonique de la planète, par des organo-phosphorés, chlorés et fluorés conduira à terme à une raréfaction du phytoplancton et par voie de conséquence à un déséquilibre total et irréversible de la biosphère prise dans son ensemble. Or, les polluants rejetés massivement dans les océans sont synthétisés à partir de pétrole … le verdissement des terres, peut-être, mais la mort des océans, certainement à long terme !

Lien : http://h16free.com/2013/03/26/21887-la-planete-devient-plus-verte