Brève. Débat Rioufol-Perronne, retour sur des commentaires injustifiés

J’ai longuement hésité à revoir cet entretien qui n’en était pas un entre le journaliste Ivan Rioufol et le Professeur Perronne. Au cours de ce débat Rioufol a interrompu Perronne 18 fois dont 4 questions, l’autre individu dont le son de la voix révélait qu’il était de nature masculine et présent sur le plateau a interrompu le Professeur Perronne 12 fois et l’être humain muni d’un utérus seulement trois fois. Si toutes ces interruptions n’avaient pas eu lieu et que ces journalistes s’étaient limités à quelques questions bien préparées les téléspectateurs de CNEWS auraient appris beaucoup plus de choses en 15 minutes au sujet de l’épidémie de coronavirus car ils avaient invité le plus grand épidémiologiste français. C’est tout simplement déplorable. Si le métier de journaliste consiste à ne pas écouter son interlocuteur alors il s’agit d’un métier dont je mets en doute l’utilité, et dont il faut plutôt constater la nocivité. Mon décompte fut très minutieux et si l’un de mes lecteurs le conteste qu’il me le signale. Interrompu plus d’une fois par minute le Professeur Perronne n’a pas eu le loisir d’exposer ses arguments et c’était l’objectif de Rioufol : l’interrompre sans cesse pour que son message devienne inaudible. Voilà la mission des journalistes aujourd’hui …