Petite analyse de la politique française (suite)

Que devra faire cet homme nouveau, hors des partis politiques tels qu’on les connaît, que personne ne connait encore ? Mettre immédiatement en place un audit en profondeur des finances de l’Etat français qu’il s’agisse des recettes mais aussi et surtout des dépenses. La Cour des Comptes réalise un travail remarquable en ce sens mais tous ses rapports sont ignorés par les gouvernements. Il faudra que ça change. Cette nouvelle personnalité devra réformer le système électoral en rendant immédiatement le vote obligatoire comme c’est le cas chez nos voisins belges et soumettre au suffrage populaire le retour à la première version de la constitution de la Ve république qui a été dévoyée au cours du temps avec un retour au septennat non renouvelable car être trop longtemps au pouvoir est un facteur d’affaiblissement de ce pouvoir. Puis il devra s’atteler à l’immense tache de simplification de l’organisation administrative de la nation, l’inflation législative étant un cancer qui ronge l’économie de la France. Confier les manettes du pouvoir à une personnalité politique, qu’il s’agisse d’un président de région réélu avec à peine 15 % des suffrages des électeurs inscrits ou reconduire un président qui a accumulé les errements avec son « en même temps », symbole de son indécision fondamentale, et ses coups d’éclats médiatiques, me paraît désolant et je n’y adhère pas comme probablement une majorité de Français.

Alors qui ? Zemmour est trop systématiquement xénophobe. J’aime bien ce journaliste qui possède un brio invraisemblable pour aborder n’importe quel sujet avec un discernement qui devrait rendre jaloux Macron, fondamentalement ignorant, mais sa xénophobie est, et j’en suis convaincu, mal perçue par une grande majorité de Français. Bayrou, c’est un farceur qui change de costume chaque fois qu’il entre en scène et il a mal vieilli. Mélanchon : on ne va pas tout de même agréer qu’il transforme la France en République cubaine socialiste marxiste, encore qu’il plait à toute une frange d’écologistes hébétés qui n’ont toujours rien compris ni à l’économie ni à la politique, ni au climat, ni à l’environnement. Et Ruffin n’a pas d’avenir, il devrait cultiver des pommes de terre.

Alors qui ? J’avoue que je n’ai aucun élément de réponse et que je ne veux pas me risquer à un diagnostic bancal, je ne m’appelle pas Emmanuel Todd, alors je laisse à mes lecteurs le soin de réfléchir à ce problème de vide virtuel du milieu politique français.

Il reste deux inconnues susceptibles de changer la donne. D’abord une grave crise financière mondiale qui n’épargnera aucun pays, la Russie étant le seul épargné mais subissant le contre-coup de la désolation économique et sociale que subiront les pays occidentaux. Le système financier global a atteint des limites au delà desquelles il n’est plus possible de le gérer. L’effondrement de ce système adossé sur de l’argent créé à partir de rien est prévisible. L’étincelle qui allumera la bombe financière peut être issue de la faillite d’une banque suffisamment importante pour être systémique, laquelle ? Pour l’instant personne n’en sait rien. Le raz-de-marée destructeur de l’effondrement du système financier occidental balayera des entreprises comme Google, Facebook et Tesla et leur chute entrainera tous les indices boursiers de toutes les places financières vers l’insignifiance. La crise de 2008 paraîtra une promenade de santé. L’autre inconnue pour ce qui concerne la France pourrait être l’éclatement de l’équilibre précaire de la sécurité des grandes villes. Une guerre civile est à redouter. Comme pour le système financier une telle situation sera la conséquence d’un simple fait divers comme il y en a chaque jour en France plusieurs, soigneusement ignorés par la presse main-stream. Dans une situation de catastrophe alors la France n’aura pas d’autre choix, comme en 1958, que de faire appel à une personnalité indépendante du pouvoir politique mais respectée par les Français. Personne ne connait cette personne ni si elle existe. De toutes les façons, comme le répète inlassablement H16 sur son blog « ce pays est foutu »… à moins que.