Origine de la malaria

Comme pour les êtres humains le plasmodium (Plasmodium malariae) responsable de la malaria est originaire d’Afrique et le réservoir principal de ce parasite se trouvait chez les cousins de l’homme, les grands singes d’Afrique, bonobos, chimpanzés et gorilles. Le plasmodium s’est répandu dans le monde à la faveur des migrations des moustiques au cours des millénaires. Vers les années 1920 en examinant des chimpanzés malades le P. malariae fut observé dans leur sang mais il fallut attendre un siècle pour que les techniques modernes d’étude de l’ADN permettent d’élucider le mystère de la parenté entre les diverses souches de ce parasite.

Pour une bonne compréhension de cet arbre phylogénétique les P. malariae n’infectent que les grands singes mais un être humain peut être éventuellement infecté mais très rarement. Il existe deux souches distinctes de P. vivax très proches génétiquement, l’une infectant les grands singes d’Afrique et l’autre l’homme. P. ovale présent dans les îles du Pacifique occidental provoque la fièvre tierce en raison de son cycle de reproduction dans le sang différent de celui de P. vivax dont l’épisode de fièvre est appelé fièvre quarte puisque sa durée est de 4 jours au lieu de 3 pour le précédent. Le plus dangereux de tous les plasmodium est le P. falciparum pour plusieurs raisons. Le système immunitaire est profondément perturbé par la présence du parasite. P. falciparum attaque le cerveau induisant un coma puis la mort et enfin ce parasite, comme P. ovale est une cause reconnue du « cancer » du sang appelé lymphome de Burkitt. En étudiant les plasmodium chez les singes d’un sanctuaire pour grands singes Gabon il a été possible d’établir l’arbre phylogénétique complet du plasmodium. Dans l’illustration ci-dessus la barre horizontale représente la dérive génétique séparant chaque branche. Le Plasmodium laverania a aussi été découvert chez les grands singes d’Afrique. De cette branche éloignée est issu le falciparum.

Il est donc maintenant admis que la malaria était à l’origine une zoonose présente chez les grands singes d’Afrique qui s’est adaptée à l’homme après que celui-ci ait divergé de l’ancêtre commun au cours de l’évolution. Source : http://dx.doi.org/10.1038/s41467-022-29306-4