Nouvelles de Jupiter

DSCF5612.jpg

J’ai suivi l’ascension de la Lune ces dernier jours pour tenter de capter avec mon appareil de photo numérique la « conjonction » de notre satellite avec la grosse planète qui se trouve toujours dans la constellation de la Vierge. C’était d’ailleurs un moment privilégié puisque Jupiter et la Terre étaient, comme disent les astronomes, en opposition le 7 avril 2017. La distance séparant ces deux planètes était tout de même de 666 millions de kilomètres. Le 10 avril à 1h40 UTS j’ai pris un cliché des objets célestes aves toujours l’Epi de la Vierge.

Me trouvant dans un environnement urbain les conditions n’étaient pas favorables en raison de la calima. Pas trop satisfait j’ai aussi fait une petite apparté de noctambulisme le jour suivant pour saisir la « conjonction » Lune-Jupiter. Le 11 avril à 4h30 UTS j’ai tenté une prise de vue du phénomène mais l’atmosphère était chargé de calima et la qualité du cliché est tellement mauvaise que je n’ai pas osé vous la livre.

La calima est un vent d’altitude qui provient du Sahara et transporte des milliers de tonnes de poussière minérale nanoscopique qui pique les yeux, assèche les narines et irrite la trachée. La calima obscurcit épisodiquement le ciel de l’archipel des Canaries et peut, selon les conditions météorologiques, atteindre la Mer des Caraïbes, je n’invente rien. Ici les locaux disent que ce sont les femmes des bleds qui font le ménage … Et quand la calima dure plus d’une semaine, l’énervement se fait sentir. Mais cette calima qui existe aussi en Californie du Sud en provenance du désert, le vent de Santa Anna, et est une source de sels minéraux fantastique pour l’océan, une sorte d’ingéniérie climatique naturelle.