MH17 : Les Pays-Bas se couvrent de ridicule !

Pour se faire une idée ou une opinion sur les événements d’Ukraine voici le dernier épisode de Stratpol :

https://rumble.com/v1ws2zj-stratpol-109.-xavier-moreau-ukraine-vs-pologne-ukro-lgbt-vs-orthodoxie-zele.html

Pour ma part depuis l’accident du vol MH17 que j’avais largement relaté sur ce blog ma propre opinion est faite : les Occidentaux ont suivi l’idéologie nationale-socialiste corrompue de Kiev, l’exemple le plus démonstratif étant le résultat de l’enquête relative à ce vol MH17. Les Néerlandais se sont couvert de ridicule et aux yeux de n’importe quel analyste politique ils sont l’archétype de la dérive mensongère des pays de l’OTAN qui veulent la guerre contre la Russie sans envoyer de troupes sur place à l’exception de mercenaires payés 10000 dollars par mois … À vous de juger.

Et pour mieux comprendre l’évolution de ce conflit voici une analyse de Thierry Meyssan que d’aucuns considèrent comme pro-russe, opinion que je ne partage pas: https://www.voltairenet.org/article218419.html . Pour retrouver les billets de ce blog concernant le vol MH17 allez sur l’onglet recherche et entrez MH17.

Et comme on pouvait s’y attendre le tribunal néerlandais a condamné trois russes :https://www.lefigaro.fr/international/crash-du-vol-mh17-en-ukraine-le-verdict-attendu-ce-jeudi-20221116 . Inutile de laisser ici d’autres commentaires. 

Brève. Les arnaques glauques des Bataves

C’est un vieil adage mis en application par la Russie dans le cadre de la propagande occidentale consistant à appliquer des sanctions dénuées de toute légalité selon les traités internationaux à l’encontre du pays agresseur qu’est supposé être la Russie : « les amis de mes ennemis sont mes ennemis ». Emmanuel Leroy a très clairement expliqué ce qui avait conduit la Russie à procéder à une opération spéciale de protection des populations russophones du Donbass persécutées depuis huit ans par une armée de voyous néo-nazis cocaïnomanes ayant des liens étroits avec les mafias ukrainiennes dont le président actuel fait partie et soutenus contre toute morale de base par l’Europe occidentale. La Finlande est sortie de sa neutralité en soutenant financièrement l’Ukraine, la Bulgarie et la Pologne ont suivi : verdict, plus de gaz russe. Les Pays-Bas, un pays dirigé par des gauchistes pro-américains, a refusé de se plier aux exigences du gouvernement russe c’est-à-dire payer leur gaz en roubles auprès de Gazprombank, toujours connectée pour la « bonne cause » au système SWIFT, même sanction, plus de gaz russe. Cet arrêt des livraisons de gaz a révélé les opérations illégales des Pays-Bas dont les réserves de gaz de Groningue s’amenuisent. Il s’agit de prolonger ce gisement en important du gaz russe à hauteur de 357 milliards de dollars US par an et de revendre du gaz dit de Groningue, en 2020, à hauteur de 2,47 milliards de dollars. Le pays n’a pas réglé sa facture d’avril et Gazprom a mis en garde le gouvernement néerlandais. Pas de réaction, donc le pays va se trouver dans une situation délicate. Pour continuer leur entourloupe les Bataves devront se tourner vers le gaz naturel liquéfié en provenance des Etats-Unis ou du Qatar 35 % plus coûteux. Leurs manigances comptables ne seront plus opérantes.

Cette information révèle deux choses. Le front uni européen contre la Russie commence à se fissurer et se procurer du gaz liquéfié va inexorablement provoquer un chaos économique en Europe et pas seulement aux Pays-Bas. Pour ceux qui douteraient encore des intentions pacifiques de la Russie au Donbass, « pour faire la paix il faut parfois faire la guerre », voici l’exposé très clair d’Emmanuel Leroy : https://www.tvlibertes.com/politique-eco-n346-avec-emmanuel-leroy-ukraine-les-ravages-de-letat-profond-anglo-americain

La Cour pénale internationale va-t-elle statuer sur la nocivité des thérapies à ARN messager

Une commission d’enquête parlementaire néerlandaise indépendante créée en 2020 dispose de nouvelles preuves qu’elle a présentées à la Cour pénale internationale de La Haye sur la nocivité des vaccinations anti-Coronavirus. Le BPOC 2020 est un comité mis en place par des citoyens et est complètement séparé du gouvernement, des entreprises et de la politique. Le comité a été créé par Pieter Kuit et sa fille Jade Kuit.

« Cela vient d’un sens de la justice. Les gens ont inutilement perdu leurs libertés. Mais tout ce que dit le gouvernement est largement rapporté dans les médias. Vous pouvez difficilement trouver d’autres informations ». Kuit dit qu’il reçoit environ 600 à 700 e-mails et 80 appels téléphoniques par jour de personnes qui ont les mêmes inquiétudes quant au manque de transparence du gouvernement. Selon Kuit, « le gouvernement ne peut fournir aucune justification scientifique ».

La commission a examiné la proportionnalité de la politique et des mesures concernant le Covid-19 et enquête également sur le respect de la loi par le gouvernement. A cette fin, le comité entend des experts tels que des médecins, des scientifiques, des avocats et des professeurs, qui se concentrent sur la question suivante :

« Pourquoi des mesures restrictives ont-elles été imposées dans notre pays depuis le 15 mars 2020 en raison du Covid19, ces mesures sont-elles efficaces et les mesures imposées sont-elles proportionnelles à la maladie causée par le virus SARS-CoV-2 ? ».

Les entretiens avec les experts sont publics, filmés et diffusés en streaming. Un compte rendu écrit est fait des séances d’information. Des rapports intermédiaires et, finalement, un rapport final contenant des constatations et des conclusions sont rédigés et présentés à la Chambre des représentants et à toutes les autorités sociales compétentes telles que l’aide à la jeunesse, les syndicats et le Médiateur national.

Droit d’enquête parlementaire

La Chambre des représentants peut mener indépendamment des recherches sur les politiques et les projets et faire effectuer ces recherches par les députés. Plusieurs instruments peuvent être utilisés pour cela. Le moyen le plus efficace est la recherche fondée sur la Loi sur l’enquête parlementaire. Depuis 2016, la Chambre des représentants peut également procéder à une enquête parlementaire. Ainsi, un grand nombre de points de vue d’experts, de médecins, de virologues, de mathématiciens, d’économistes, mais aussi d’entrepreneurs ont été filmés sans aucun montage et diffusés en direct sur Facebook comme il sied à une démocratie parlementaire transparente.

Les vaccins contre le Covid ne sont pas sûrs

Les experts consultés par le BPOC2020 (Commission d’enquête parlementaire) estiment que les vaccins ne sont pas sûrs d’utilisation. Cela ressort également des rapports reçus par le Centre de notification des vaccinations du Comité. Jusqu’au 8 octobre, 2204 décès et 2835 cas d’effets secondaires graves après le vaccin Corona ont été enregistrés par la hotline des réactions indésirables aux vaccins. La base de données du gouvernement sur les événements indésirables, le Lareb refuse cependant de traiter ces déclarations.

L’administration Rutte ne souhaite pas prendre acte des rapports

Des cas d’atteinte grave à la santé, de leucémie chez les jeunes, de fausses couches, de myocardites et de thromboses avec syndrome de thrombocytopénie ont été notés. Le BPOC2020 est convaincu que le gouvernement néerlandais est conscient des décès et des cas graves d’atteintes à la santé qui se sont produits et se produisent encore quotidiennement après la vaccination.

Cependant, le gouvernement ne souhaite pas prendre connaissance des rapports. Le Lareb est également silencieux sur l’enquête sur les rapports qui ont été reçus au centre. C’est la raison pour laquelle la Commission a remis toutes ses preuves concernant les décès et les blessures graves dues aux vaccins signalés, à la Cour pénale internationale pour enquête.

Le BPOC2020 a également remis les rapports d’entretiens de sa visite au ministère de la Santé et de sa visite au Lareb à la CPI. On ne sait pas encore ce qu’il adviendra de cette initiative.

Traduction d’un article paru sur le site Free West Media le 11 octobre 2021

Brève : Fake news à la sauce hollandaise !

Brève : Fake news à la sauce hollandaise !

Selon les enquêteurs « internationaux » à l’oeuvre aux Pays-Bas au sujet du vol MH17 abattu au dessus de la partie orientale de l’Ukraine le 17 juillet 2014, il s’agit d’un acte d’agression caractérisé de l’armée russe, le missile de type Bouk-Telar ayant été tiré – ou acheminé, nuance importante qui laisse planer un doute – depuis la base militaire russe de Koursk. Ces enquêteurs à la solde de la CIA n’ont même pas utilisé le conditionnel pour divulguer cette information. En d’autres termes ils en sont absolument certains. Qu’ils demandent donc des explications à Vladimir Poutine qui a toujours nié une quelconque implications de son pays dans cette affaire, ils seront bien reçus !

C’est dire à quel point les pays européens et pas seulement les Pays-Bas sont téléguidés depuis Washington qui a mis en place à Kiev un régime fantoche à sa solde et de plus fasciste, corrompu et anti-russe, la dernière qualification étant la plus importante. L’armée ukrainienne disposait de missiles « made in Russia » entre les mains d’opérateurs plutôt inexpérimentés et ils ont cru abattre l’avion dans lequel se trouvait Vladimir Poutine alors que ce dernier avait volé dans les alentours de l’espace aérien dit « civil » quelques 30 minutes auparavant. Apparemment cette information bien connue n’a pas eu l’air de préoccuper ces « enquêteurs ».

Naturellement les Hollandais, des marionnettes les plus dociles des USA dans le genre ont du cogiter près de 4 ans pour monter un scénario totalement inacceptable qui va dans le sens de la propagande anti-russe organisée par le parti démocrate américain. Il se trouve que les Bataves ont un peu de retard et qu’ils semblent lents dans leurs décisions car la machination anti-russe fomentée par la CIA, le FBI, le DOJ (Department of Justice) et la NSA, en résumé le « Deep State » pourrait être décimé dans peu de temps par des emprisonnements massifs de personnalités bien connues des médias, y compris les médias européens, et peut-être bien Hillary elle-même. C’est ce que certains sites américains affirment.

Quant aux Hollandais ils s’affirment dans le genre faux-cul, un vrai délire qui pourrait bien avoir des conséquences assez catastrophiques compte tenu de la situation au Proche-Orient.

Source de l’information : AFP, dépêche du 24 mai 2018, 10h11. Notes à l’intention de mes lecteurs fidèles : pas de billet ce samedi 26 mai 2018 et il vous suffit d’entrer MH17 dans l’onglet recherche de ce blog ce n’est pas la première fois que je disserte sur ce sujet honteusement manipulé par les pays occidentaux et en particulier l’OTAN. Relire à ce sujet : https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/07/19/vol-mh17-2-ans-et-2-jours-plus-tard/

Vol MH17 : Une intéressante dépêche de l’agence ATS (Suisse)

Comme nul ne l’ignore le mystère reste entier au sujet du crime de guerre perpétré à l’encontre d’un avion civil au dessus de la zone en conflit à l’est de l’Ukraine il y a maintenant près de deux ans. La patate chaude a été confiée par la CIA aux Néerlandais. Le texte de la dépêche copiée-collée ci-dessous en dit long sur les agissements des services secrets américains et de l’OTAN dans cette affaire qui dépasse l’intelligence limitée d’un Porochenko de toutes les façons manipulé par ces mêmes services secrets.

Le plus dramatique dans cette histoire est le fin mot de la dépêche : on attend les informations de la Russie … La Russie a déclaré officiellement à la fin de l’été 2014 qu’aucun missile BUK n’était en possession des séparatistes pro-russes du Donbass. Personne ne peut affirmer que c’est effectivement un tel missile qui a abattu l’avion de la Malaysia Airline. Pourquoi deux chasseurs ukrainiens se trouvaient dans ce secteur au moment où l’avion a été abattu ? Qu’a découvert ce détective allemand ? Peut-être bien qu’on ne connaîtra jamais la réalité car elle est trop lourde à assumer pour la Maison-Blanche !

Crash du MH17: perquisitions après l’enquête d’un détective privé

Des perquisitions ont été menées au domicile allemand d’un détective privé, engagé pour enquêter sur la cause du crash de l’avion MH17 dans l’est de l’Ukraine en 2014. Son coffre-fort zurichois a également fait l’objet d’une perquisition.

Parmi les objets saisis mercredi dernier en Allemagne se trouvent des « papiers apparemment explosifs ». Grâce à eux, les enquêteurs « espèrent se rapprocher des responsables du crash du Boeing 777 » de Malaysia Airlines, informe le quotidien populaire néerlandais De Telegraaf. Selon le journal, le détective privé en question aurait reçu une récompense de 17 millions d’euros (18,6 millions de francs) – contre 30 millions promis – de la part d’un riche donneur d’ordre inconnu. Et il aurait commencé à enquêter deux mois après la catastrophe ayant fait 298 morts le 17 juillet 2014.

« Nous attendons des informations à ce sujet. C’est pourquoi nous avons mené une perquisition à son domicile », a expliqué Wim de Bruin, porte-parole du parquet national néerlandais. Il assure ignorer, où se trouve actuellement ce détective.

Contenu du coffre inconnu

Après des fouilles à son domicile de Bad Schwartau (nord de l’Allemagne), un coffre bancaire a fait l’objet d’une perquisition à Zurich et son contenu a été saisi. « Nous ignorons actuellement ce que contient ce coffre. Le juge en Suisse doit maintenant décider si son contenu peut être transféré au ministère public néerlandais », a précisé Wim de Bruin.

Contacté par l’ats, le Ministère public de la Confédération confirme « avoir exécuté une demande d’entraide judiciaire formulée par les autorités néerlandaises ».

Selon la requête de la justice néerlandaise aux enquêteurs suisses que s’est procurée De Telegraaf, « il est plausible que des co-auteurs présumés des tirs contre le MH17 aient pris contact » avec le bureau du détective privé.

Missile sol-air de fabrication russe

Les enquêteurs ont distribué lundi un magazine aux proches des victimes, afin de les informer de la manière dont est menée l’enquête. Des photos des fragments d’un missile sol-air BUK de fabrication russe, retrouvés sur place y ont été affichées, dont un de taille plus importante, comme l’avait dévoilé un précédent rapport.

Coordonnée par les Pays-Bas, une enquête internationale sur les causes du crash avait affirmé en octobre qu’un missile sol-air de type BUK de fabrication russe avait été tiré sur le Boeing 777 de Malaysia Airlines en route pour Kuala Lumpur, depuis une zone tenue par les séparatistes pro-russes.

L’enquête pénale cherche à identifier les responsables du crash et l’endroit exact du tir. Mais de nombreux experts doutent que les auteurs du tir de missile seront un jour arrêtés et poursuivis. Les premiers résultats sont attendus après l’été, car les experts internationaux attendent des informations de la part de la Russie à propos des installations de missiles BUK.

(ats / 07.06.2016 18h25)

Billet de géopolitique

Capture d’écran 2016-04-08 à 09.47.13.png

Ce n’est tout à fait de la géopolitique mais de l’euro-politique dont il s’agit. Les parlements des divers pays de l’Union européenne doivent statuer sur l’intégration de l’Ukraine à l’Europe. Il apparaît acquis que la plupart de ces pays voteront « pour » nonobstant la situation catastrophique de ce pays qui est quasiment en banqueroute. Après les oblasts de Luhansk et Donetsk qui ont de facto fait cessession, c’est au tour maintenant de la Transcarpathie de revendiquer une autonomie financière vis-à-vis de Kiev, et pourquoi pas une autonomie tout court. La situation issue de la gestion mafieuse et corrompue de Poroshenko, le valet de la CIA, pousse en effet ces oblasts à refuser de lever les impôts, argent qui disparaît à Kiev dans le marais de corruption organisée par les amis de Arseniy Yatsenyuk. Vous ne savez pas qui est ce triste individu ? C’est un fasciste de la pire espèce, premier ministre de son état, qui prône la guerre totale contre les oblasts russophones de l’est du pays et a demandé à l’OTAN de déployer des chars en Ukraine puisqu’il est le petit protégé du secrétaire général de cette organisation belliqueuse et scélérate, le bras armé de la CIA.

La Grande-Bretagne n’a pas encore pris de décision à propos de cette négociation d’adhésion de l’Ukraine à l’UE, empêtrée elle-même dans un référendum risqué pour ou contre sa sortie de l’Europe. Restent les Pays-Bas qui retiennent aussi leur souffle dans cette affaire et on les comprend un peu puisqu’ils sont en charge d’élucider la destruction en vol de l’avion de Malaysia Airlines MH17. Mais ce n’est pas vraiment la raison de leur futur refus à l’adhésion de l’Ukraine à l’UE. Il faut rappeler que le salaire minimum d’un Ukrainien est d’environ 60 euros par mois, oui vous avez bien lu, alors qu’il est de 1500 euros aux Pays-Bas. Il y a de quoi se poser de réelles questions et on comprend le point de vue des habitants de la Batavie …

La Transcarpathie est le lieu de passage de tous les trafics entre l’Europe de l’Ouest et les pays situés plus à l’est. Il y a en effet 4 pays limitrophes de cette province et dans cet endroit montagneux et parfois inaccessible, pauvre de surcroit – l’oblast oublié par le pouvoir central – où les routes ne sont pas macadamées, la contrebande bat son plein et les habitants refusent de payer un quelconque impôt au pouvoir qu’ils considèrent comme totalement corrompu et incapable, faut-il le répéter. Poroshenko va-t-il envoyer des troupes dans cette province ? Il en est capable pour tenter de se refaire une santé auprès de l’opinion publique …

Il faut ajouter que depuis l’accord de libre-échange entre l’UE et l’Ukraine (1er janvier 2016) l’Ukraine a rompu son accord d’association économique avec la Russie et il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que l’économie de ce pays se dégrade lamentablement.

Depuis le Kremlin, Poutine observe l’évolution de la situation avec sérénité, sinon ironie, misant sur un pourrissement progressif de la situation car l’incorporation de l’Ukraine à l’UE signifierait une aide financière colossale de la part de tous les contribuables européens. L’Ukraine se trouve dans une situation infiniment plus catastrophique que celle de la Grèce et nous devrons tous, nous Européens, mettre la main au pot pour sauver le soldat Poroshenko … Merci à la CIA et à l’OTAN !

Note : de même que la Catalogne a organisé un scrutin pour ou contre l’indépendance vis-à-vis du pouvoir central madrilène, de même la Crimée a organisé un scrutin démocratique pour être ou non rattachée à la Russie comme elle l’était avant le « don » qui fit Krushchev de la Crimée à l’Ukraine. Il ne s’agit donc pas d’une annexion par la Russie comme le montre cette carte. Parler d’annexion de la Crimée par Poutine relève d’un scandaleuse propagande organisée par la Maison-Blanche et la CIA !

Source Zerohedge et Mish Shedlock (illustration)

 

Les Hollandais se sont couverts de sauce ridicule !

Capture d’écran 2015-10-18 à 09.59.20

L’enquête sur le vol MH17 s’est révélée être un monument de mauvaise foi qui ridiculise et décrédibilise complètement la Hollande sur la scène internationale. Apparemment ils n’ont pas tenu compte des informations fournies par le fabricant russe de missiles BUK ni pris en considération les informations satellitaires fournies par Moscou. Le fabricant de missiles a indiqué que le BUK supposé avoir été utilisé pour abattre l’avion de la Malaysia Airline était un modèle ancien et que seule l’armée ukrainienne disposait encore de ce type d’armement. En deuxième lieu Moscou a réitéré par la voix de son ministre des Affaires étrangères Lavlov qu’il n’y avait aucun intérêt pour la Russie à abattre un avion civil.

Un point que l’enquête n’a pas abordé et ça paraît vraiment suspect : qui a donné l’ordre d’abattre l’avion, quelle fut la chaine de commandement, pourquoi dès le lendemain le Président ukrainien, de concert avec les USA, a immédiatement accusé la Russie, l’avion a-t-il été réellement abattu par un missile sol-air ? Si ces questions restent sans réponse, alors il y a lieu d’émettre de sérieux doutes sur la qualité de ce rapport. On peut raisonnablement penser, ce que les enquêteurs n’ont pas fait, que l’avion a été abattu « par erreur » et que cet événement regrettable a immédiatement été exploité par la propagande américaine comme « false flag », en français faux drapeau, un événement monté de toute pièce pour ensuite justifier les sanctions contre la Russie prises de concert par les USA et l’Union Européenne (sur ordre de Washington). Voilà l’exploitation qui a été faite de cet événement.

Si les séparatistes disposaient de moyens de défense anti-aérienne, ce que les enquêteurs n’ont même pas envisagé de contredire, le vol MH17 aurait pu alors être abattu par erreur, le missile étant destiné aux chasseurs de l’armée ukrainienne qui se trouvaient au moment du tir à proximité de l’avion civil. C’est cette hypothèse qui a été développée par les enquêteurs néerlandais, une erreur de tir de la part des séparatistes qui disposaient de cet armement, soulève une interrogation de taille : cet armement sophistiqué provenait-il de l’armée ukrainienne ou de la Russie ? Puisqu’il faut des personnels qualifiés pour utiliser cet armement, alors quoi de plus facile que d’accuser la Russie ! Comme ce raisonnement paraît invraisemblable alors le gouvernement ukrainien pourrait être poursuivi pour ne pas avoir fermé son espace aérien au dessus des zones de conflit. C’est ce qu’envisage de faire la Malaisie. Or, ironie de l’histoire, les USA ne reconnaissent pas la validité de la Cour de Justice internationale de la Haye qui se trouve être aux Pays-Bas !

Dans un monde où le mensonge est devenu un art de vivre et même un gagne-pain pour les médias occidentaux noyautés par la CIA et travaillant parfois pour cet organisme, celui (le mensonge) de la commission d’enquête sur le vol MH17 servi avec une bonne louche de sauce hollandaise fait un peu tache …

http://www.anderweltonline.com/fileadmin/user_upload/PDF/Cockpit-MH017.pdf

Billet d’humeur géopolitique

Mensonge pour mensonge ? Qui fait mieux ?

On parle de « liberté d’expression » par les temps qui courent depuis le 11 janvier 2015 qui a marqué d’une croix blanche (ou noire ou rouge) le fait que chacun puisse s’exprimer comme il le désire.

Un des rares sites permettant de se faire une idée de ce qui se passe réellement dans le Donbass, nommément le « vineyard saker » semble être pour une raison encore inconnue interdit d’internet.

Voilà la liberté d’expression ! Qui est derrière ce black-out ? Très certainement les mêmes agents de la CIA qui censurent les médias occidentaux, y compris le Figaro, Le Points, Le Monde et toute la presse subventionnée … avec naturellement l’accord de la CIA puisque le gouvernement français est ignominieusement complice des agissements scandaleux de la Maison-Blanche dans les décisions politiques de l’Europe. Finalement et pour tout dire, la France ne compte pas plus pour l’Administration américaine que le Nebraska ou le Dakota du Sud ( où il n’y a pas de pétrole). Pourquoi cet immense mensonge consistant à accuser la Russie de tous les méfaits au sujet de l’Ukraine, jusqu’à nommément accuser Putine d’avoir ordonné la destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines, tout simplement parce que la Russie a osé remettre en cause la suprématie du dollar, comme le Vénézuéla qui est aujourd’hui dans la même indescribtible merde ou encore le Brésil où on observe très opportunément des fraudes (scandaleuses) au sein de la compagnie d’Etat Petrobras tout simplement parce que la politique du Brésil ne correspond pas tout à fait aux idéaux des USA.

C’en est presque comique mais pourtant tellement inquiétant que l’ensemble des économies de la planète entrent dans une sévère récession et tout ça pourquoi ? Parce que la Chine, la Russie, l’Irak du temps de Saddam Hussein (qui a été assassiné par les Américains), Chavez au Vénézuela, l’Iran et bien d’autres ont osé remettre en cause la suprématie mondiale du dollar.

Il faut se rendre à une triste évidence : si l’Europe ne réagit pas et n’opte pas pour un rapprochement avec la Russie en rejetant tous les mensonges qui lui sont imposés par Washington, en particulier les enquêteurs néerlandais à propos du vol MH17, alors l’Europe signera sa propre ruine …

C’est au fond ce que souhaite la Maison-Blanche avec le FMI et la Banque Mondiale, ses deux bras armés, avec Greepeace et le WWF comme snipers au cas où !

Les contribuables néerlandais paient pour Greenpeace !

 

Après avoir déposé un recours auprès du tribunal international des lois de la mer (International Tribunal for the Law of the Sea ou ITLOS) Greenpeace et le gouvernement néerlandais ont obtenu gain de cause parce que le brise-glace reconverti, appelé Arctic Sunrise et enregistré à Rotterdam, de l’organisation ne pêchait pas de poisson mais se trouvait seulement en « croisière » dans les mers de Barents et de Pechora. L’ITLOS dont le siège est à Hambourg a visiblement foulé aux pieds les lois russes en prenant parti pour l’organisation qui n’avait ni averti les autorités russes de son intention de faire une « croisière » dans les eaux territoriales du pays mais avait également omis de se munir des informations légales nécessaires alors qu’il y a trois ressortissants russes parmi les 30 membres de l’équipage toujours en résidence surveillée en Russie dans l’attente de leur procès qui devrait avoir lieu au printemps prochain. Seul le radio du navire est encore en détention, un dénommé Colin Russell, de nationalité australienne, car il est accusé d’avoir communiqué avec les speadboats de l’organisation qui sont allé roder autour de la plate-forme pétrolière et également avec le siège de Greenpeace aux Pays-Bas. Les 29 autres pirates considérés comme des hooligans selon la loi russe sont sortis de prison mais le gouvernement néerlandais a déboursé 1,8 millions de dollars de caution, les contribuables apprécieront ! Quant à l’Arctic Sunrise, il est sous séquestre dans le port de Mourmansk. A n’en pas douter Vladimir Poutine n’est certainement pas du genre à se désavouer et ces terroristes sont toujours passibles selon la loi en vigueur en Russie d’une peine de prison de 7 à 15 ans. Les autorités russes ont fait officiellement part de leur désapprobation, sinon de leur énervement, au gouvernement néerlandais, considérant que les décisions de l’ITLOS étaient nettement en faveur et de Greenpeace et du Royaume néerlandais.

Ce n’est pas la première fois que Greenpeace a ce type de démêlé avec la justice. En 2011 par exemple, l’organisation a été condamnée à une lourde amende pour avoir violé les lois de la mer au Groenland (Danemark) et l’organisation est toujours poursuivie pour deux autres intrusions illégales dans les eaux territoriales des USA, le même type de hooliganisme commis en Alaska.

Qui paie ? Depuis que Greenpeace est domiciliée aux Pays-Bas, à la suite de démêlés d’ordre fiscal avec le gouvernement fédéral américain, il semblerait donc que ce soient les contribuables du plat pays qui sont contre leur gré mis à contribution, mais comme ce sont des écolos dans l’âme, ils se déplacent en vélo, il y a des moulins à vent dans ce pays depuis des siècles, alors la pilule passe mieux …