La Commission européenne et la vaccination anti-coronavirus, encore des mensonges … par omission ?

L’Union européenne vient donc de décider de mettre en place un pass sanitaire à l’échelle de l’Europe … Le totalitarisme post-covid se met ainsi en place et personne n’y échappera. Il faudra par conséquent que tout le monde sans exception subisse même à son corps défendant une injection d’ARN messager pour soit-disant être protégé contre toute infection à venir par le coronavirus. Compte tenu de la médiocre efficacité de ce type de protection vaccinale d’un nouveau genre, autant dire tout de suite que la Commission européenne et tous les gouvernements des Etats membres de l’Union ont pris ou vont prendre des décisions inappropriées et c’est très inquiétant.

L’article paru dans la revue « Vaccines » (doi : 10.3390/vaccines9070693 ) co-écrit par les Docteur Harald Walach, Rainer Klement et Wouter Aukemia est pourtant clair : le rapport bénéfice/risque de tous les vaccins « occidentaux » à ARN messager est nul voire défavorable. Ces auteurs sont arrivé à cette conclusion en analysant les données médicales provenant d’Israël et des Pays-Bas. Étendre cette analyse à tous les pays européens aurait été compliqué par le fait que les standards respectés dans chaque pays européen sont différents en ce qui concerne le signalement aux autorités des cas individuels de complications apparues à la suite des vaccinations.

Il apparaît néanmoins clairement deux faits indéniables. En analysant les données rassemblées en Israël et concernant plus d’un million de personnes celles-ci indiquent qu’au cours de la campagne de vaccination 4460 personnes sur l’échantillon d’un million ont été infectées par le virus et 9 personnes sont mortes. Aux Pays-Bas sur 8,5 millions de personnes vaccinées, rapporté à 100000 personnes afin de standardiser les données provenant de deux canaux de traitements statistiques, il y a eu 16,6 cas graves rapportés (pour 100000) et 4,15 décès. La situation était donc (l’est-elle toujours, il faudra attendre d’autres données) beaucoup plus préoccupante aux Pays-Bas qu’en Israël. Les auteurs de cette étude ont pu donc calculer combien il fallait vacciner de personnes pour éviter un mort dans la même population non vaccinée. Ils sont arrivés à 16000 vaccinations avec un intervalle de confiance de 95 % sur la plage d’incertitude de 9000 à 50000 personnes. En tenant compte de toutes les données rassemblées et dûment contrôlées par les autorités sanitaires des Pays-Bas ces auteurs en ont conclu que pour sauver 4 vies la vaccination provoque 3 décès. Il s’agit de statistiques mais dans la vraie vie la situation peut être beaucoup plus sérieuse.

Où est le bénéfice de la vaccination ? Les auteurs de cet article qui a été censuré puis retrouvé sur des sites alternatifs et enfin éliminé par le comité d’édition de la revue Vaccines expliquent ce résultat décevant par le fait que l’on sait maintenant que la protéine Spike du SARS-CoV-2 que l’organisme du vacciné va produire afin d’orienter son système immunitaire à produire des anticorps supposés ensuite le protéger contre le virus entier est en elle-même toxique pour l’organisme. Elle se fixe sur l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ACE2) présent à la surface des cellules épithéliales des vaisseaux sanguins et des voies respiratoires. Ce mécanisme peut provoquer des thromboses pouvant être fatales et ainsi expliquer le très faible rapport bénéfice/risque observé. Le CDC américain est arrivé aux mêmes conclusions en levant toutes les ambiguïtés présentes dans les données disponibles publiquement aux USA.

Pourquoi la Commission européenne et les gouvernements nationaux européens continuent-ils à s’acharner pour rendre la vaccination par cette technique expérimentale obligatoire et exiger de chaque ressortissant européen un pass sanitaire avec QR-code ? Pourquoi cette même Commission a-t-elle toujours refusé de divulguer les termes des contrats passés entre Bruxelles et les fabricants d’ARN messager ? Pour l’instant tout ce que l’on sait provient de sources indirectes. Pour la France seulement les comptes de la sécurité sociale étaient à l’équilibre en 2019, ils accusent aujourd’hui un déficit de 225 milliards d’euros. Au coût des vaccins il faut ajouter celui des tests RT-PCR. Certes ce déficit abyssal n’est pas seulement provoqué par le coût des vaccins mais on est en droit de se poser des questions. Il devient urgent que des journalistes d’investigation courageux arrivent à clarifier les interférences entre la Commission et les lobbyistes qui représentent les grandes firmes pharmaceutiques, il y en a des centaines à Bruxelles, car cette arnaque des vaccins à ARN va continuer …

Autre lien pour accéder à l’article cité : https://www.mdpi.com/2076-393X/9/7/693/htm#table_body_display_vaccines-09-00693-t002 Je signale à mes lecteurs que l’article de Walach fait l’objet d’une très vive controverse des deux côtés de l’Atlantique et ce billet n’a pas pour but d’alimenter cette controverse mais d’exposer des faits.