L’os pénien chez l’homme : une disparition biblique ?

Capture d’écran 2016-12-16 à 09.25.06.png

L’homme se distingue étrangement des autres primates au cours de l’évolution. Je relatais récemment sur ce blog les conséquences de la bipédie à l’origine d’un changement de l’appréciation visuelle de nos congénères par opposition à celle des chimpanzés. L’évolution qui nous a séparé des singes il y a quelques millions d’années – on ne sait pas trop quand nous nous sommes définitivement différenciés des autres primates – a eu une autre conséquence tout à fait inattendue, la disparition chez l’homme de l’os pénien, pourtant présent chez le chimpanzé bien que de très faible taille et présent également chez la grande majorité des mammifères placentaires.

Si on reprenait le texte du chapitre totalement délirant de la Bible intitulé Genèse, qui sert de base idéologique pour les créationistes, on pourrait presque dire que la femme n’est pas issue d’une cote d’Adam mais de son os pénien, plus savamment appelé baculum. Pour ainsi dire Dieu aurait décrété dans son immense science que l’os pénien n’était pas utile à l’homme et qu’il allait en faire une femme pour lui tenir compagnie. Je sens que certaines de mes lectrices vont trouver mes propos outrancier mais qu’elles se rassurent ce n’est que de l’humour.

La question que se sont donc posé Matilda Brindle et Christopher Opie dans un article paru dans les Proceedings de la Royal Society (voir le lien) était de savoir pourquoi l’homme ne dispose pas de cet os particulier aucunement relié au reste du squelette et la réponse est ambigüe et pour cause, on ne sait pas trop à quoi sert cet appendice osseux qui existe aussi bien chez les primates que les carnivores dont les les rongeurs, les chats et les chiens. Une étude extensive a montré que la longueur et le diamètre de l’os pénien semblaient corrélés avec le volume des testicules, en particulier chez les primates. D’autres travaux indiquent que l’os pénien favoriserait un accouplement de longue durée, c’est-à-dire de plus de 3 minutes. L’accouplement chez les bonobos ne dure rarement plus de 15 secondes, or le pénis de ce primate très proche de l’homme est muni d’un os pénien, certes de taille infime, mais tout de même existant. Chez les félins, la copulation induit l’ovulation et l’os pénien tant du tigre que du lion aurait son importance sur ce point précis.

Bref, en ce qui concerne l’utilité du baculum les hypothèses sont variées mais la question toujours pendante est de savoir pourquoi l’homme a perdu cet os au cours de l’évolution alors que selon l’étude anthologique du Docteur Alfred Kinsey parue en 1948 la copulation chez l’homme dure en moyenne deux minutes, c’est-à-dire le temps précis entre l’intromission du pénis dans le vagin et l’éjaculation … Selon le Docteur Brindle l’homme ne fait pas face à une intense compétition sexuelle. Il est rare dans la vie normale qu’une femme fasse l’amour avec plusieurs hommes dans un laps de temps court contrairement aux femelles bonobo qui ne dédaignent pas s’accoupler avec le premier mâle à leur proximité.

Chez les primates, donc excepté l’homme, la fonction de l’os pénien est d’assurer une meilleure fécondation car cet os protège l’urètre d’éventuelles distorsions qui pourraient interférer dans le transport du sperme. D’autre part le baculum favorise le contact du gland avec le col de l’utérus, ce qui renforce l’hypothèse de l’utilité de cet os : préserver le transfert de gènes lors d’un unique accouplement. La taille de cet os surnuméraire est en effet corrélée à la durée de la saison des « chaleurs » chez les femelles des primates. Plus cette période est courte plus la taille du baculum est importante. Et plus la durée d’accouplement est courte, plus cet os est proéminent. Pourquoi l’homme est démuni de cet accessoire anatomique ? Les conclusions de cette étude restent elliptiques, une nécessité biblique … ?

Source : doi : 10.1098/rspb.2016.1736