Du blé RounDup Ready découvert dans l’Etat de l’Orégon

Jamais le blé génétiquement modifié pour résister au glyphosate n’a été autorisé aux USA (ni ailleurs) … et pourtant. Dans l’est de l’Oregon un paysan avait commencé à nettoyer son champ laissé en jachère l’année dernière avec du RoundUp pour probablement semer du maïs résistant à cet herbicide et autorisé aux Etats-Unis (comme le soja et le coton) et quelle ne fut pas sa surprise de voir encore pousser du blé qu’il a immédiatement arraché et envoyé pour expertise à un laboratoire de l’Etat. Les autorités fédérales ont rapidement pris la chose en main et finalement il s’est avéré que ce blé en tous points identique à un blé normal, si l’on peut dire, était en réalité un blé génétiquement modifié par Monsanto et testé en champ entre 1998 et 2005, date à laquelle Monsanto abandonna le dossier de demande de commercialisation qui ne lui fut finalement pas accordée. Certains Etats d’Asie, Japon, Philippines, Corée du Sud et Chine importent près de 40 millions de tonnes de blé essentiellement en provenance des USA. Or, comme d’ailleurs en Europe, le blé génétiquement modifié est interdit, pour des raisons que j’ignore mais que je subodore : le blé est essentiellement destiné à l’alimentation humaine. Cette nouvelle a immédiatement conduit le gouvernement japonais a annuler l’appel d’offre d’importation de blé américain. Comme ce blé modifié avait été testé en champ sur plus de 100 parcelles réparties dans 14 Etats américains y compris Hawaii, il va sans dire que c’est la panique chez les producteurs puisqu’il va falloir réaliser des tests génétiques sur tous les lots de blé exportés et même commercialisés sur le territoire américain. Il va sans dire également qu’on peut s’attendre à une très grande volatilité des cours du blé à Chicago si la suspicion s’installe durablement. Comme la pollinisation du blé s’effectue par dissémination du pollen par le vent, il y a fort à craindre que l’on retrouve les gènes de résistance au glyphosate, en fait des multi-copies du gène codant pour l’EPSP synthase, l’enzyme cible du glyphosate, sur presque l’ensemble du territoire nord-américain. Que mes lecteurs se rassurent, ce blé génétiquement modifié et fortuitement découvert dans la campagne verdoyante de l’Orégon n’est pas toxique, de même que le maïs ou le soja RoundUp Ready ne le sont pas non plus. Mais ce qui est le plus troublant dans cette histoire qui risque de faire grand bruit, c’est que Monsanto a récemment gagné un procès intenté à un agriculteur de l’Indiana qui « replantait » ses graines de soja RoundUp Ready en toute illégalité (voir mon billet https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/05/13/monsanto-et-le-soja-roundup-ready/ ) or on peut se demander pourquoi Monsanto ne s’est pas soucié de nettoyer les parcelles sur lesquelles les essais avec le blé génétiquement modifié avaient été réalisés. Pour le moment le Département de l’Agriculture américain et Monsanto tentent de minimiser l’affaire mais pour combien de temps ?

Unknown

 

Source : Washington Post et crédit photo Wikipedia