Il y a 100 ans les dernières négociations du traité de Brest-Litovsk et l’opération Faustschlag

Capture d’écran 2018-02-18 à 13.07.45.png

Pour tenter de faire plier la Russie bolchevique toute nouvelle, l’armée austro-allemande s’enfonce en territoire ukrainien pour menacer la Russie dès le 18 février 1918, c’est l’opération « Faustschlag ». Lénine, se sentant menacé va finalement signer le traité de Brest-Litovsk un mois plus tard. Les puissances « centrales » c’est-à-dire les alliés de l’Allemagne, obtiendront un redécoupage des frontières donnant naissance à l’Ukraine d’aujourd’hui sans les oblasts de Tauride et de Crimée à forte majorité russe (déjà en 1918). L’avance allemande en territoire russe (ukrainien) sera donc une défaite territoriale considérable pour le nouveau régime bolchévique et un tournant décisif dans le cours de la guerre en Europe occidentale avec la disparition du front russe à la suite de l’armistice germano-russe du 15 décembre 1917 violée de fait par l’opération Faustschlag.

Pour les Occidentaux ce traité semblait ne pas les concerner. Il en reste encore aujourd’hui des séquelles avec le découpage des frontières imposé par les Autrichiens et les Allemands ne tenant nullement compte de la réalité humaine locale. L’Ukraine est en effet un pays artificiel qui fut durant des siècles une province de l’empire russe dont la partie occidentale aurait du en toute logique être rattachée à la partie orientale de la Pologne qui ne faisait pas alors partie de l’Empire russe puisqu’il s’agissait d’un possession personnelle du Tsar. Enfin les Allemands avaient un cuisant besoin de s’approprier la production céréalière de l’Ukraine, mais il était tout aussi urgent de se replier pour alimenter en hommes le front occidental.

L’Ukraine et la Biélorussie, territoire également soustrait à la Russie par ce traité, seront reconquises par l’Armée Rouge en 1920.

Voilà très brièvement résumé l’histoire de ce traité préparé par des diplomates qui n’avaient cure des populations, de leur langue et de leur religion. Il est intéressant de noter que les Allemands encouragèrent dès 1915 les séparatistes ukrainiens opposés à la Russie. Les évènements se suivent et se ressemblent parfois. On peut dire enfin que ce traité portait les germes du conflit ukrainien contemporain qui émergera après le démantèlement de l’Union soviétique …

Illustration : entrée de l’armée allemande à Kiev en mars 1918 (Wikipedia).