Les feuilles mortes de l’automne …

On n’est jamais mieux informé de ce qui se passe réellement en France qu’en lisant quelques blogs anglo-saxons. Certes, le monde politique au pouvoir en France, fortement teinté de rouge socialo-marxiste saupoudré de verdâtre, ignore sous ses lambris dorés et dans ses limousines aux vitres teintées ce qui va se passer réellement dans les prochaines semaines, ou feint de l’ignorer en clamant que la croissance va revenir et que le chômage (sa courbe, comme si ces gens-là savent ce qu’est une courbe sinon celle des reins de leurs maîtresses) ne sera plus qu’un mauvais souvenir quand les feuilles mortes commenceront à tomber sur les trottoirs humides de la rue de Rivoli ou de l’Avenue Matignon … Qu’ils se reprennent tout de suite et abandonnent leur délire stalinien. Juergen Stark, l’ancien économiste en chef de la Banque Centrale Européenne, vient de se lâcher sans peser ses mots dans le quotidien allemand Handelsblatt : « La crise européenne va s’aggraver à l’automne, le programme d’achat d’OMT d’Espagne et d’Italie par l’ECB ne pourra pas être honoré car la France ne pourra pas y échapper ». Il y a de quoi frémir même si aujourd’hui, l’agence France Trésor a levé près de 8 milliards d’euros à des taux inchangés par rapport au dernier appel d’offre. Au milieu de la léthargie estivale (c’est vrai qu’il fait chaud) n’importe quel investisseur accepte les conditions plancher pour retourner à la plage et boire des pina-colada ou des mojitos bien frappés. Je caricature mais à peine. La platitude des places boursières, exceptés les soubresauts médullaires du Nikkei qui réagit dix fois plus que le moindre écart du yen par rapport aux autres devise, et la baisse continue de la place de Shanghai, rien à signaler alors que tous les éléments sont en train de se rassembler pour une chute brutale de la finance européenne car si la France doit affronter des taux de 3 ou 4 % ce serait suicidaire pour l’ensemble de l’économie du pays. Peillon, cette rare espèce d’incapable (s’il fallait l’inventer on ne pourrait pas) veut embaucher 60000 nouveaux enseignants mais il ne trouve que des bras cassés qui ne savent même pas parler correctement français. Il faut au contraire embaucher 60000 policiers déterminés à en découdre pour faire face aux émeutes populaires inévitables qui auront lieu quand les feuilles mortes commenceront à tomber. Bon courage au capitaine de pédalo en perdition !