2050 : un beau monde sans carbone …

Capture d’écran 2018-12-12 à 19.40.00.png

Afin de sauver le climat et par conséquent la planète l’objectif fixé par les directives de l’IPCC, organisme onusien bien connu pour sa probité scientifique, est d’atteindre en 2050 un taux d’émissions de carbone égal à celui de l’année 1902. Au début du XXe siècle l’automobile en était à ses balbutiements et il n’y avait que quelques rares trains utilisant le plus souvent du charbon comme combustible mais aussi parfois encore du bois. C’était « le bon vieux temps » … Pourtant l’utilisation intensive des combustibles fossiles dont en particulier le pétrole permit tout au long du XXe siècle une amélioration considérable et incontestable du bien-être général des pays occidentaux. Nous ne pourrions pas imaginer aujourd’hui un déplacement d’une ville à une autre en voiture à cheval, ni nous chauffer en hiver avec une cheminée à foyer ouvert ou encore transpirer en été sans air conditionné ni même ne pas avoir de réfrigérateur à la maison et devoir aller glaner quelque bois mort dans une forêt en y allant en voiture à cheval pour cuisiner ni, enfin, aller puiser de l’eau dans un puits communal ou une rivière proche.

C’est pourtant ce qui attend les pays de l’OCDE si en 2050 les émissions de carbone doivent égaler celles de 1902 conformément aux directives de l’accord sur le climat de 2015.

Capture d’écran 2018-12-25 à 15.11.46.png

Les combustibles fossiles ont permis une immense contribution à la santé publique en réduisant la pauvreté grâce à des progrès techniques rendant la vie plus confortable et saine, en favorisant l’électrification de nombreuses productions industrielles et en induisant une disponibilité en nourriture jamais atteinte auparavant. Remplacer les combustibles fossiles sans un développement massif de l’énergie nucléaire, ce dont les écologistes politiques ne veulent pas entendre parler, par des sources d’énergie alternatives infiniment plus coûteuses et intermittentes sans aucun moyen de stockage techniquement et économiquement abordable avant longtemps signifiera donc un retour de l’humanité au début du XXe siècle si on fait preuve d’optimisme.

Avant l’introduction de l’énergie nucléaire civile au tournant des années 1960 les combustibles fossiles avaient déjà créé l’ère moderne, ils avaient favorisé l’augmentation du niveau de vie, considérablement amélioré la santé et allongé l’espérance de vie tout en sortant des centaines de millions de personnes de la pauvreté.

Ce que nous appelons aujourd’hui la modernité ce sont des villes avec des systèmes de transport rapides et sûrs, avec la télévision, les téléphones mobiles et internet, l’eau courante, un retraitement des eaux usées et des rues asphaltées éclairées la nuit. Toute cette modernité a été rendue possible grâce aux combustibles fossiles puisque aujourd’hui encore plus de 92 % de l’énergie primaire utilisée dans le monde provient des combustibles fossiles. Selon Vaclav Smil (voir les liens en fin de billet) : « L’attribut le plus fondamental de la société moderne est simplement celui-ci : c’est une civilisation à haute densité énergétique basée principalement sur les combustibles fossiles ».

Selon D. Deming sans source d’énergie fiable et disponible à tout moment le monde s’écroulerait. Cet auteur a écrit un scénario fictif assez effrayant mais réaliste de ce qui arriverait à la civilisation nord-américaine si toutes les compagnies extrayant des combustibles fossiles se mettaient en grève illimitée et voici les conséquences d’une telle situation. C’est ce qui attend pourtant le monde dans l’hypothèse d’un monde sans carbone en 2050 qui ne pourra plus être ce qu’il est aujourd’hui sans sources d’énergie économiquement abordables et disponibles à tout moment. Le scénario de Deming est une fiction, un film en accéléré de ce que va devenir l’humanité dans les années à venir.

1. Sans carburant diesel, l’industrie du transport routier va être paralysée. Toutes les denrées sont distribuées aux USA par la route. Les linéaires des supermarchés se retrouveront rapidement vides. La production de denrées alimentaires d’une manière générale s’arrêtera progressivement. Sans diesel aucun engin agricole ne pourra plus fonctionner et les grandes cultures sans pesticides et engrais (tous produits à partir d’énergie fossile et par la chimie du pétrole) se transformeront en friches. L’industrie agricole américaine ne peut pas nourrir 315 millions de personnes avec une agriculture basée sur du fumier comme engrais et la traction animale pour les labours et les récoltes. Après seulement quelques semaines une famine massive commencera à s’installer.

2. Les locomotives (aux USA) utilisent toutes du carburant diesel et sans trains ni camions il ne sera plus possible d’acheminer des matières premières ni des produits finis. Toute les industries lourdes et manufacturières s’arrêteront. Il s’ensuivra des mises à pied massives. Toute activité quotidienne deviendra critique. Seuls les privilégiés disposant d’un cheval pourront se déplacer ou encore marcher pour aller sur leur lieu de travail si tant est qu’il existera encore un travail.

3. Aux USA l’électricité est produite à hauteur de 42 % avec du charbon et de 25 % avec du gaz. En perdant les deux tiers de la production d’électricité le réseau de transport et de distribution de l’énergie électrique sera devenu globalement hors d’usage. Quelques privilégiés habitant près de barrages hydroélectriques ou de centrales nucléaires pourront encore bénéficier d’électricité. En l’absence d’électricité cela signifie aussi qu’il n’y aura plus d’eau dans les maison ni de pompes pour évacuer les eaux usées et les retraiter. Quand les eaux minérales en bouteille auront disparu les habitants n’auront plus d’autre choix que de boire l’eau des rivières et des lacs et alors des épidémies massives de choléra apparaîtront. Sans médicaments la situation deviendra totalement catastrophique.

4. Les hôpitaux pourront continuer à fonctionner avec leurs groupes électrogènes mais sans diesel disponible cette production électrique de secours s’arrêtera aussi. Seule la chirurgie d’urgence pourra être encore pratiquée mais seulement dans des locaux éclairés par la lumière du jour. Et comme le kérosène est aussi un distillat de pétrole les lampes à kérosène ne seront pas non plus une solution pour l’éclairage. Même les bougies sont fabriquées avec de la paraffine provenant du pétrole. Il n’y a aucun doute qu’il sera impossible d’éclairer 135 millions de foyers américains avec des bougies faites avec de la cire d’abeille …

5. En quelques semaines la civilisation américaine reviendra à ce qu’elle était à la fin du XVIIIe siècle ! Toute l’évolution favorisée par le charbon puis le pétrole dès la deuxième moitié du XIXe siècle aura disparu, le produit intérieur brut américain aura chuté de plus de 95 % et la majeure partie de la population aura disparu en raison d’épidémies hors de tout contrôle en l’absence de médicaments.

Ce scénario très sombre de Deming d’un monde futur sans combustibles fossiles peut être sujet à critiques mais il est beaucoup plus vraisemblable que les prédictions de l’Armageddon climatique prédit par l’organisme onusien IPCC et tous les autres organismes non gouvernementaux qui soutiennent ses prédictions. Cette fiction de Deming a le mérite de s’appuyer sur des faits parfaitement prédictibles en cas d’abandon brutal des combustibles fossiles alors que les prévisions de l’IPCC ne s’appuient que sur des hypothèses et des modèles mathématiques. Au contraire de ce qu’affirme l’IPCC et tous les organismes qui soutiennent cette institution onusienne Deming n’a jamais prétendu peindre une fiction inévitable mais celle-ci paraît beaucoup plus crédible que toutes les conséquences supposées d’une catastrophe climatique elle-même hypothétique.

Source : NIPCC, liens. Smil, V. 2005, Energy at the Crossroads : Global Perspectives and Uncertainties, MIT Press

Deming, D. What if Atlas Shrugged ? LewRockwell.com

La dette de l’Etat par citoyen, c’est réjouissant : un vrai cadeau de fin d’année !

 

Vous voulez savoir combien l’Etat va vous prendre d’argent pour rembourser ses créanciers, c’est très simple ! Hormis le Japon qui a emprunté à ses propres citoyens le plus souvent à leur insu en ponctionnant dans les fonds de retraite par exemple, en d’autres termes ce pays ne doit d’argent à personne (voir note), ce serait d’ailleurs plutôt l’inverse, les autres pays de l’OCDE sont lourdement endettés. Par exemple un ménage français avec quatre enfants (c’est le cas de ma fille) devrait se voir démuni de 6 x 49652 $ = 297912 $ pour renflouer les caisses percées de l’Etat. En Italie c’est pire, le même ménage avec 4 enfants devrait débourser 369234 $ alors qu’en Estonie ce serait seulement 22566 $ …

Inutile d’être préoccupé l’Etat, dans quelque pays que vous soyez, fera tout pour vous prendre cet argent : première étape supprimer le cash pour contrôler ce que vous faites avec votre argent, deuxième étape saisir votre compte en banque, vos porte-feuilles boursiers (si vous en avez) et vos assurances-vie, troisième étape, si vous n’êtes toujours pas solvable de votre dette citoyenne, saisie du terrain sur lequel vous avez bâti votre maison, terrain qui deviendra alors propriété de l’Etat et à qui vous devrez verser un loyer fixé arbitrairement. Et si à votre mort cette dette n’est pas remboursée ce seront vos enfants et petits-enfants qui paieront. C’est ça le socialisme financiarisé ! Et encore une fois ne vous en prenez qu’à vous-même, inutile de pleurer car c’est vous qui avez élu les politiciens qui vous gouvernent et ont pris votre destinée sous leur protection !

Bonne fin d’année, dormez tranquilles en attendant des jours meilleurs qui n’arriveront jamais …

Source et illustration OCDE : http://dx.doi.org/10.1787/888933531516

Note : la Banque du Japon (BoJ) a fusionné avec le Trésor japonais en d’autres termes la dette du pays, détenue par les Japonais eux-mêmes à plus de 95 % , est virtuellement effacée par un simple artifice comptable.

Dans les pays de l’OCDE les emplois qualifiés s’évaporent

Capture d’écran 2016-11-23 à 20.41.05.png

C’est le plus gros hedge-fund du monde, Bridgewater Associates, qui l’affirme : dans les pays de l’OCDE il y a de moins en moins de personnes qualifiées ayant un travail car il n’y a plus d’emplois pour elles. Par emploi qualifié, selon le MIT, il faut considérer les personnes ayant reçu au moins trois années de formation professionnelle, toutes disciplines confondues, après le diplôme sanctionnant leurs études secondaires, c’est-à-dire des ingénieurs, des techniciens supérieurs et des spécialistes. Ces emplois touchent principalement les classes moyennes qui ont vu ces emplois franchir les frontières au cours de ce que les politiciens ont l’air de découvrir aujourd’hui au profit des nouvelles classes moyennes d’Asie, en un mot, la mondialisation.

Il ne faut pas se leurrer, quoiqu’en pensent certains stratèges économiques, cette fuite des emplois qualifiés vers des pays comme la Chine, l’Inde, la péninsule indochinoise ou encore la Malaise est irréversible pour une raison très simple, les usines ont tout simplement fermé car le marché des pays occidentaux est inondé de produits parfois très sophistiqués manufacturés dans les pays mentionnés ci-dessus à bas prix et revendus de deux à dix fois leur prix de revient dans ces mêmes pays occidentaux. Les savoir-faire ont été transférés et comme les techniques évoluent chaque jour il est inutile de prétendre qu’un jour, dans le Michigan, l’Ile de France ou la Rhénanie des usines verront le jour pour concurrencer les pays d’Asie.

Le graphique ci-dessus est parlant. Les emplois hautement qualifiés ont progressé dans des pays comme l’Espagne, la Suède, la Belgique ou l’Irlande car il s’agit le plus souvent de technologies de pointe ou que ces pays souffraient d’un déficit dans le domaine des high-techs. Cumulés aux emplois peu qualifiés, les gains ne compensent pas cette raréfaction d’emplois qualifiés. On ne robotisera jamais le travail d’un barman, d’un promeneur de chiens ou d’une serveuse de restaurant mais dans un avenir proche ce seront les camionneurs, les chauffeurs de taxi et peut-être à terme les pilotes de ligne qui ne trouveront plus de travail … Mais c’est une autre histoire.

L’Inde préfigure l’ère post-antibiotiques

mumbai-india-slum-crowded-1

En 2013 58000 nouveaux-nés sont morts dans les hôpitaux indiens d’infections intraitables par tous les antibiotiques connus y compris les molécules de « dernier ressort » comme les carbapenems. On ne peut qu’à moitié se rassurer quand on sait que près de 800000 nouveaux-nés meurent pour diverses raisons dans ce pays. Mais ces morts par infections bactériennes contrecarrent les efforts constants pour diminuer ce nombre de décès de la part du corps médical indien qui n’est pas et de loin le moins expérimenté dans le monde. Ce phénomène est nouveau, il n’existait pas il y a encore 5 ans et près de la totalité des enfants nouveaux-nés en consultation car gravement malades sont porteurs de germes bactériens multi-résistants. Ces bactéries sont le plus souvent transmises par la mère qui méconnait les risques auxquels elle expose son enfant mais aussi l’eau souvent dangereusement polluée, les animaux variés et les poussières provenant des allées des bidon-villes qui sont construits à même les flancs des décharges innommables d’ordures ménagères et industrielles. En Inde, à la périphérie des grandes villes « occidentalisées » des millions de gens vivent en exploitant les ordures et en y vivant à proximité. Autant dire qu’il n’est pas difficile de comprendre que des germes hautement pathogènes apparaissent dans des environnements où l’eau potable, les toilettes et l’hygiène basique, personne ne sait ce que c’est ! Les adultes sont plus ou moins immunisés ce qui n’est pas du tout le cas des nouveaux-nés qui passent à la trappe à peine venus au monde.

L’autre aspect de la situation qu’on peut qualifier de pathétique en Inde est le penchant inconsidéré des médecins à prescrire des antibiotiques pour tout et n’importe quoi, y compris pour une diarrhée qui le plus souvent (dans plus de 70 % des cas) est d’origine virale. Cette situation alarmante est aggravée par la disponibilité de toutes sortes de remèdes dans n’importe quelle boutique au coin de la rue y compris des antibiotiques qui viennent de sortir ! En effet l’Inde n’a jamais ratifié les accords internationaux relatifs à la protection industrielle et la production d’antibiotiques est un business répandu au point qu’on trouve n’importe quelle molécule active partout, sans contrôle et surtout sans que l’on soit obligé d’être muni d’une prescription pour acquérir l’antibiotique censé traiter un symptôme qui justement ne nécessite pas d’antibiotique.Cette situation assez paradoxale pour un immense pays globalement en voie de développement en dehors des grands centres industriels et commerciaux comme Mumbai, New-Delhi ou Bangalore fait que l’usage d’antibiotiques est totalement hors de contrôle. Les infections bactériennes sont devenues un phénomène rampant et les docteurs, s’il y en a, ont baissé les bras et prescrivent des antibiotiques les yeux fermés. Un exemple parmi d’autres illustre parfaitement cet état de fait alarmant. Près de 70 % des adultes consultant pour une diarrhée persistante se voient prescrire des antibiotiques et pour ce même symptôme plus de la moitié des enfants repartent avec une ordonnance comportant un antibiotique alors que les médecins ne sont pas sans ignorer que plus des trois quarts des diarrhées sont d’origine virale :

( http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(04)15599-2/fulltext ) !

Parler de l’Inde semble anecdotique mais la situation est tout aussi alarmante dans les pays dits « développés » avec de surcroit l’utilisation quasiment quotidienne d’antibiotiques variés dans les élevages de porcs, de bovins, de poulets et même de poissons. L’élevage constitue un réservoir de bactéries résistantes à tous les antibiotiques connus et celles-ci sont parfaitement transmissibles à l’homme. Cette situation ne fait qu’empirer quand on sait que la consommation d’antibiotiques est en constante augmentation aussi bien dans les pays d’Europe qu’aux USA ou encore dans les « BRICS » avec des taux d’augmentation de cette consommation de l’ordre de 3,5 % par an ! Vraiment de quoi s’alarmer car il n’existe plus aucune arme efficace pour combattre le fléau des infections bactériennes. En quelque sorte on a tout simplement régressé de cent ans et les mouvements colportant des idées totalement fausses au sujet de la vaccination qui serait parait-il dangereuse ne font que contribuer insidieusement à cette situation terrifiante. La désaffection de facto pour la vaccination contre la tuberculose a tout simplement favorisé l’apparition de souches du bacille de Koch résistantes à tous les antibiotiques connus et aucun pays n’est à l’abri d’une recrudescence de cette maladie en dehors de ceux où le BCG est obligatoire pour des raisons faciles à comprendre de santé publique, sans parler d’autres affections comme la blennorragie – 100 millions de nouveaux cas par an dans le monde – alors qu’on ne sait plus traiter cette maladie hautement transmissible, la bactérie responsable ayant acquis la résistance à tous les antibiotiques connus. On est entré dans un scénario apocalyptique et ce n’est que le triste début …

tb bacteria

Source : The Times, illustration : décharge d’ordure Dharavi à Mumbai (Getty Images) et Bacille de Koch (CDC)

Un gâchis alimentaire innommable !

Capture d’écran 2014-06-25 à 12.03.21

Près du tiers des denrées alimentaires qu’on trouve sur les linéaires des supérettes et des supermarchés est purement et simplement jeté, environ 4 milliards de tonnes chaque année en l’Europe, soit la faramineuse somme de 350 milliards d’euros, estimation la moins pessimiste selon le journal Comprehensive Reviews in Food Science, qui part dans les décharges d’ordures et les fours d’incinération. Cette somme est équivalente au produit national brut de la Belgique ! Tout ceci a un coût qui est répercuté sur le prix de la nourriture effectivement vendue. En d’autres termes, le consommateur achète ses denrées alimentaires 30 % plus chères pour compenser ces pertes obligatoires en raison de la législation en vigueur. Ou encore, seulement pour l’Europe, tout ce gaspillage permettrait de nourrir gratuitement et confortablement plus de 100 millions de personnes par exemple dans le continent Africain voisin, hors coûts de transport, naturellement ! On estime que ce gaspillage dans l’ensemble des pays de l’OCDE permettrait de nourrir gratuitement 1 milliard de personnes dans le monde ! Pourquoi un tel scandale existe-t-il ? D’abord il résulte d’une application du principe de précaution afin d’éviter des intoxications parmi les populations à risque, enfants, personnes immunodéprimées et vieillards, en raison de dispositions réglementaires qui ont en quelque sorte institutionnalisé ce principe. On peut ou ne pas adhérer à cette démarche mais il y a tout de même des limites qui sont vite dépassées car les industriels de l’agro-alimentaires en profitent largement pour se frotter les mains et remplir leurs porte-feuilles déjà bien garnis avec la malbouffe dont ils inondent le marché. Les législateurs, violemment sollicités pour satisfaire les exigences de ce secteur industriel, ont trouvé un stratagème qui les a affranchi de toute responsabilité morale dans ce scandale en laissant planer une incertitude sémantique dans l’étiquetage des denrées alimentaires, périssables ou non, ce qui donne une toute autre dimension à ce problème. Il y a trois étiquetages utilisés pour semer la confusion chez le consommateur et accélérer la mise au rebut des produits tout en faisant que l’industriel et le revendeurs sont protégés juridiquement et moralement. La mention « à vendre avant telle date » ou « date limite de vente » est la plus importante pour le revendeur mais elle n’indique en aucun cas si le produit en question est encore susceptible d’être consommé. C’est une date butoir décidée par le législateur en accord avec l’industriel et on peut imaginer sans peine qu’il y a collusion ou conflit d’intérêts évidents. L’autre mention « à consommer jusqu’à … », sous-entendu sans risque, est plus précise mais les critères mis en place pour faire figurer cette indication sur un produit alimentaire sont loin d’être clairs compte tenu de l’amélioration des conditions d’empaquetage, des conditions d’hygiène des ateliers de productions, du respect de la chaine du froid pour tous les produits devant être conservés à une température précise et enfin des techniques modernes d’amélioration de la conservation de certains produits comme l’irradiation par les rayons gamma largement développée pour de nombreux produits ou le conditionnement sous atmosphère inerte.

Après ces « dates limites » de vente ou de consommation, il y a une autre mention encore plus confuse qui est « meilleur avant telle date ». Apparemment cette précision pourrait faire penser qu’on laisse au consommateur le soin de prendre lui-même le risque de s’intoxiquer, dans le pire des cas, ou de ne pas être pleinement satisfait de la qualité du produit, dans le meilleur des cas, car cette indication fait référence aux propriétés organoleptiques du produit et non à sa qualité sanitaire. Cette mention peut aussi vouloir dire que le revendeur peut laisser le produit sur les linéaires puisque rien n’indique clairement qu’après la date effectivement indiquée il ne doit plus être consommé, « meilleur » étant un terme suggestif plutôt vague. En conséquence l’industriel de l’agroalimentaire et le revendeur se protègent grâce à ces indications sibyllines qui non seulement sèment le trouble dans l’esprit du consommateur mais favorisent d’autant plus le gaspillage.

Il y a le cas particulier des œufs pour lesquels certains producteurs ont pris la peine d’imprimer sur la coquille la date de ponte. Or rien n’indique pendant combien de jours ou de semaines après cette date de ponte les œufs restent « meilleurs » ou « à consommer avant » telle date et il n’y a pas non plus de « date limite » de vente. Pour certains produits comme le miel, on nage en plein délire puisqu’il s’agit d’un produit presque totalement déshydraté et afficher une date limite de vente est une aberration sinon une escroquerie (voir le lien sur ce blog) et il en est de même pour de nombreux produits secs comme la farine qui, convenablement conditionnée peut se conserver plusieurs années. Eh bien non, il y a aussi sur les sacs de farine une date limite de vente, j’ai vérifié hier par curiosité dans mon supermarché préféré, et c’est la même chose pour le sucre ! Les boites de conserve variées sont également étiquetées avec une date limite de vente (voir l’illustration), comme les cornichons au vinaigre … Une énumération exhaustive est inutile.

On comprend donc sans peine que tout ce gâchis réglementairement organisé profite à l’industrie agroalimentaire au détriment des consommateurs entretenant parallèlement une famine chronique de centaines de millions de personnes. En effet, comme s’il fallait que les pays développés (OCDE) se donnent bonne conscience, l’aide alimentaire sous l’égide du HCR par exemple est dûment estampillée avec des inscriptions sur les sacs de farine ou les bidons d’huile « Product of USA » ou encore « Don de la Communauté Européenne » avec les drapeaux respectifs, la bannière étoilée et le cercle d’étoiles sur fond bleu. On distribue généreusement quelques dizaines de milliers de tonnes de denrées alimentaires à des peuples misérables dont une grande partie est détournée par des organisations mafieuses locales et dans le même temps on jette sans aucun état d’âme des milliards de tonnes de produits parfaitement propres à la consommation. Tout va très bien dans un monde ravagé par le mercantilisme de connivence !

Source : Comprehensive Reviews in Food Science

https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/08/30/la-date-limite-de-vente-des-oeufs-et-du-miel/

Au classement PISA, la France n’est pas le meilleur élève !!!

L’OCDE a publié son classement PISA (Program for International Student Assessment) et en ce qui concerne la France il n’y a pas de quoi pavoiser. L’Education Nationale française ne remplit plus ses objectifs, le niveau des élèves se détériore en particulier en mathématiques et en science, la lecture restant (pour le moment) satisfaisante.

screen shot 2013-12-03 at 5.29.16 am

Ce classement indique très clairement que les pays d’Asie sont dans le haut du classement et que l’épicentre de la science et des mathématiques se déplace vers l’Asie. Il faut rester tout de même critique en ce qui concerne par exemple Shanghai car les critères de classement difficiles à trouver sur le site de l’OCDE ne sont peut-être que le reflet des établissements d’excellence de cette ville, comme d’ailleurs Hong-Kong, Macao ou Singapour qui ne sont pas vraiment représentatifs d’un pays mais seulement d’une ville. En ignorant ces villes-Etats, le Japon arrive en cinquième position pour les mathématiques ou quatrième si on néglige le Liechtenstein, deuxième pour la lecture et deuxième pour la science, beau score pour le Japon ! Quant aux USA …

Les pays où il fait bon (?) vivre …

Si on considère les heures de travail annuel (en moyenne) par personne, l’age effectif moyen de départ à la retraite, et l’espérance de vie moyenne, ces données permettent de faire un classement des pays de l’OCDE selon la durée du travail effectif moyen sur une vie entière. Et le classement réserve des surprises ! Par exemple les pays où l’on travaille le plus « dur » sont le Mexique, la Corée du Sud et le Chili. L’algorithme de classement prend en compte l’espérance de vie et Mexique et Chili ne sont pas les mieux placés, ni pour le départ tardif à la retraite ni pour l’espérance de vie. Le pays avec l’attitude la plus, disons « relax » et champion toutes catégories des pays de l’OCDE est la France, on pouvait s’y attendre avec la loi aussi stupide que destructrice des 35 heures et le refus catégorique de tous les gouvernement successifs de réformer en profondeur la législation sur les retraites. Mais juste après la France arrivent curieusement L’Allemagne, le Luxembourg et la Belgique en raison d’une combinaison des deux paramètres présentés plus haut.

tumblr_mtfo8egtop1s3dn7vo1_1280

Longue vie aux Françaises et aux Français, le travail c’est pourtant la santé selon le dicton …

 

Source : vizual statistix tumblr