La ville de Boston achète du GNL à la Russie !

L’Europe est vulnérable et a besoin de notre gaz naturel américain et les prix sont absurdes et très élevés. Pourtant, tout le monde dans l’industrie pétrolière et gazière a peur d’investir de l’argent, même s’il y a un financement disponible. Qui veut lancer un projet de gaz naturel de 10 à 20 ans, qu’il s’agisse d’un champ de gaz, d’un pipeline ou d’un terminal de gaz naturel liquéfié, alors que l’administration américaine dit qu’elle va vous fermer dans 10 ans ? « Vous avez six ans, huit ans, pas plus de 10 ans », déclare l’envoyé pour le climat John Kerry. « Personne ne devrait faire en sorte qu’il soit facile pour les sociétés gazières de construire des infrastructures sur 30 ou 40 ans. »

Entre-temps, l’Inde a assoupli sa réglementation environnementale et prévoit de doubler son utilisation du charbon. La Chine a réduit les droits d’importation de charbon à zéro pour assurer sa sécurité énergétique et réduire les coûts. Les États-Unis ont une abondance de gaz naturel et de charbon. Pourtant, le gaz naturel est importé à l’installation de GNL de Boston en provenance de la Russie, du Canada et des Caraïbes à grands frais en raison du manque d’installation de pipelines. À la fin de janvier, le gaz naturel provenant de l’Algonquin City Gate Hub (près de Boston) s’est vendu plus de 20 $ par million de BTU et plus de 23 $ sur le marché à terme. Le gaz naturel de la Pennsylvanie voisine, en Janvier a coûté $4.

Il y a beaucoup de gaz naturel bon marché en Virginie-Occidentale et en Pennsylvanie, à quelques centaines de milles de là, et les pipelines destinés à approvisionner la Nouvelle-Angleterre sont principalement construits, mais fermés en raison des poursuites environnementales et des obstacles réglementaires. À cause de la pénurie régionale de gazoducs et de leur prix élevé, beaucoup de gens en Nouvelle-Angleterre brûlent du pétrole pour le chauffage et les centrales électriques ont brûlé plus de charbon en 2021 qu’en 2020.

L’une des nombreuses ironies, c’est que les émissions de dioxyde de carbone — le croque-mitaine des écologistes radicaux — ont diminué là où il y a suffisamment de gaz naturel pour remplacer le charbon. Mais tout gaz supplémentaire pour la Nouvelle-Angleterre, comme on l’a dit, doit provenir de sources étrangères. Pourquoi ne pas expédier du gaz à partir d’installations de GNL en Louisiane ou au Texas ? Parce que la loi Jones, vieille de 100 ans, exige que les navires construits, possédés et exploités par des citoyens américains transportent le gaz entre les ports américains, et il n’y en a pas. En conséquence, les gens de la Nouvelle-Angleterre paient des prix exorbitants pour le gaz naturel et l’électricité. En 2020, le Connecticut a eu la distinction douteuse de payer le prix de l’électricité le plus élevé de la partie continentale des États-Unis, et le Massachusetts n’était pas loin derrière. La Pennsylvanie et la Virginie occidentale ont payé environ la moitié de leur prix.

Le pipeline Mountain Valley, d’une valeur de 6,2 milliards de dollars, qui devait transporter du gaz naturel de la Virginie occidentale vers la Virginie, a été construit à 90 % et aurait contribué à réduire les importations russes. Toutefois, la Cour d’appel des États-Unis a rejeté l’approbation du gouvernement fédéral pour la route de 3,5 milles qui traverse la forêt nationale de Jefferson. La décision n’a aucun sens. Le pipeline est enfoui : les gens ne sauraient même pas qu’il était là.

De même, l’oléoduc Atlantic Coast a été annulé en raison de poursuites pour avoir traversé le sentier des Appalaches. Le gazoduc PennEast de la Pennsylvanie au New Jersey a également été annulé en raison de problèmes de permis liés aux terres humides du New Jersey. Bien entendu, le projet d’oléoduc Keystone XL de TransCanada (TC Energy) a été annulé par ordre du président Biden le premier jour de son mandat. Compte tenu de la menace réelle de poursuites, je doute que de grands projets pétroliers, gaziers ou houillers soient lancés, peu importe la hausse des prix. Personne ne veut investir ou entreprendre un projet que les tribunaux ou les organismes de réglementation semblent susceptibles d’arrêter.

Il est peu probable que les grands projets aillent de l’avant tant que les sociétés pétrolières et gazières n’auront pas obtenu du gouvernement fédéral une déclaration d’urgence qui pourrait servir à mettre fin aux poursuites, à accélérer la délivrance de permis et à permettre la réalisation des projets. Les organisations non gouvernementales de l’environnement ont maintenant un droit de veto complet sur tous les projets dans le cadre du système juridique. Ils ne se soucient clairement pas combien vous payez pour l’énergie ou où vous êtes forcé de l’acheter. Lorsqu’il s’agit d’assouplir la réglementation pour permettre l’utilisation de sources d’énergie efficaces, l’Inde et la Chine ont eu la bonne idée.

Article d’Andy May paru sur le site co2coalition.org