Il ne reste plus qu’un espoir … la France ?

L’apologie du totalitarisme qu’a décliné Klaus Schwab dans son dernier ouvrage de propagande nazifiante outrancière (« COVID-19 : The Great Reset ») m’a conduit à espérer que ce nouvel ordre mondial, ce grand reset, cette remise à zéro justifiée par la situation critique des pays occidentaux qui ont géré n’importe comment la pandémie de coronavirus, aboutissement d’une gestion calamiteuse de l’ensemble de l’Union européenne qui date déjà de plusieurs années, n’aurait pas lieu parce cette grande remise à zéro n’a pas lieu d’être. Comme la majorité des épidémies d’origine virale, celle du SARS-CoV-2 va également disparaître sans qu’un quelconque spécialiste n’en découvre les raisons. Encore que cette dernière affirmation de mon fait puisse être infirmée par les gigantesques progrès des investigations biochimiques et moléculaires de ces dernières années. On pourra peut-être découvrir un jour prochain les causes de la fin imprévisible des épidémies. Le Professeur Didier Raoult, le plus grand spécialiste mondial du SARS-CoV-2, l’a affirmé à de nombreuses reprises : on ne sait pas comment ni pourquoi une épidémie disparaît en quelques semaines.

Instrumentaliser cette pandémie comme le fait Schwab pour mettre en place un régime politique global totalitaire est écoeurant et malveillant. Que le parti communiste chinois ait instauré un régime autoritaire n’est pas surprenant car le peuple chinois a toujours été soumis à une autorité politique qu’il s’agisse dans le passé du régime imposé par les empereurs ou du PCC aujourd’hui. Le carnet de civisme que chaque citoyen chinois possède ressemble au système de sélection des élites villageoises, régionales ou provinciales qui existait à l’époque des empereurs. Ces empereurs et leur cour, le système de gouvernance mis en place, étaient respectés par les citoyens qui devaient respecter les règlements pour espérer une vie meilleure.

Si Schwab s’est inspiré du régime chinois contemporain pour imaginer ce « great reset » il a commis une grave erreur car son projet est irréalisable en Europe. L’Europe est en effet un patch-work de pays qui diffèrent par leur passé, leur culture, leur religion et leur terroir. L’Europe est également le lieu où se trouve la France, la mère des révolutions depuis 1789. Jamais les Français accepteront de se plier à une autorité supranationale amenuisant leurs droits fondamentaux. Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi les Français ne se sont pas déjà révolté, pourquoi ils n’ont toujours pas séquestré les politiciens tous corrompus par les « BigPharma ».

Un fait significatif donne une image assez précise de l’état d’esprit des Français : l’accroissement du nombre de suicides dans les rangs de la police. Les policiers, payés pour faire respecter par le peuple les exactions gouvernementales en termes de privation des libertés individuelles, auraient-ils compris que leur mission était vouée à l’échec ? Avec les atteintes répétées du gouvernement Macron-Casteix aux libertés individuelles, quand la police va-t-elle prendre conscience de la dérive totalitaire dans laquelle s’est engagée la France ? Car ces policiers et gendarmes vont également pâtir de ces privations et si ce n’est pas eux-mêmes personnellement qui en souffriront lorsqu’ils seront en mission, une illusion passagère, ce seront leurs conjoints, leurs enfants et leurs familles qui en seront les victimes.

Si les services d’ordre républicains français (police, gendarmerie et armée) ne réagissent pas et acceptent d’ouvrir toute grande la porte à la dictature totalitaire française, alors qu’ils pourraient tout simplement déposer les armes devant les manifestants, alors la France, la mère européenne des révolutions aura perdu son âme. C’est peut-être déjà trop tard … Il est urgent que tous les Français prennent conscience de la dictature à laquelle ils vont être prochainement soumis et ils ont le devoir de sauver aussi l’Europe toute entière des projets dangereux de ce fou de Schwab et de ses sbires dont fait partie leur président Macron en faisant la révolution comme ils l’ont si bien fait en 1789, en 1830, 1848, 1871 et 1968 … Qu’ils n’aient aucune crainte, les « vieux », très majoritairement les premières victimes du SARS-CoV-2, n’ont plus la force d’aller courir dans les rues et d’ériger des barricades …

Le grand reset, le nouvel ordre mondial : qui sera concerné ?

Ces commentaires sont une suite de l’article de Peter Koenig. Le rêve des « hommes de Davos », en d’autres termes du Forum Économique Mondial (WEF), d’imposer au monde entier une gouvernance globale ne se réalisera pas si des pays, importants économiquement, refusent d’accepter des lois et des systèmes de gouvernance qui leur sont étrangers ou imposés par des étrangers. Chaque pays a une histoire qui lui est propre, chaque pays vit avec ses coutumes et il est difficile d’imaginer qu’un pays comme le Vietnam, avec ses 96 millions d’habitants, puisse accepter que des représentants de l’intelligentsia internationale viennent leur imposer un autre modèle politique et social. Le Vietnam n’a pas oublié la guerre que lui imposa les Etats-Unis, le premier pays concerné par l’élaboration de la mise en place de cette gouvernance mondiale.

En effet, Washington n’acceptera jamais que le dollar US soit rétrogradé au rang de monnaie nationale. Or les plans du WEF font la part belle à une monnaie internationale qui ne sera pas nécessairement adossée au dollar US. Le Vietnam se trouve dans le nouvel épicentre économique mondial qui compte, sans englober l’Inde, le Pakistan, le Myanmar et le Bangladesh, 2180 millions de personnes. Les pays leaders de cet ensemble sont la Chine, la Corée, le Japon et Taïwan. Les autres entités nationales majeures de cet ensemble sont, donc, le Vietnam, la Thaïlande avec 66 millions d’habitants, l’Indonésie (270 millions), les Philippines (109 millions), la Malaise (32 millions, ensemble auquel il faut ajouter Singapour. C’est dans cette zone que les affaires se développent et attirent des volumes gigantesques de capitaux. Les investisseurs ont compris que le plan du WEF ne concerne finalement que l’Europe, les USA et peut-être le Canada et l’Australie. Ce dernier pays s’orientera naturellement vers le nouveau pole économique extrême-oriental quelle que soit l’attitude écolo-gauchiste du gouvernement actuel de Canberra qui veut bannir les exportations de charbon et de minerai de fer vers la Chine, la Corée et le Japon parce que ce n’est pas « green ».

Il ne faut pas oublier dans cette description du nouveau pole de croissance mondiale la Russie. Ce pays fait en effet partie de cette zone, géographiquement parlant, et compte bien jouer un rôle économique important ne se limitant pas à la seule Chine. Les immenses étendues sibériennes qui jouxtent la Chine font déjà l’objet d’une implantation économique chinoise très dynamique dans des villes comme Vladivostok, Khabarovsk ou encore Irkutsk et Yakutsk. La Chine et les autres pays énumérés ci-dessus représentent des marchés immenses pour la Russie. L’erreur majeure de l’Europe a été de se détourner de la Russie en se pliant aux contraintes politiques imposées par Washington et cette erreur stratégique conduira l’Europe à sa perte. D’ailleurs l’Europe n’est-elle pas déjà en ruine ?

Le fait que les investisseurs transfèrent massivement des capitaux dans ces pays de l’Extrême-Orient signifie clairement que l’Europe est en état de mort cérébrale pour reprendre un mot du Président français au sujet de l’OTAN. À la suite de la chute du mur de Berlin les Européens, plutôt que de suivre comme des moutons les Américains, auraient été beaucoup plus avisés d’exiger la dissolution de l’OTAN. La Commission européenne n’a plus aucun pouvoir de décision, tout se passe dans le bâtiment d’à côté : le siège du QG de l’OTAN à Bruxelles. L’OTAN a tellement asservi l’Union européenne que celle-ci a été entrainée dans des conflits qui n’avaient rien à voir avec sa propre sécurité, je pense à l’Irak, à l’Afghanistan, au Kosovo, à la Syrie et à la Libye. De plus l’Europe a accepté le déploiement de l’armée américaine jusqu’aux frontières ouest de la Russie alors que ce pays n’a plus aucune visée territoriale depuis la chute du rideau de fer. À ce sujet l’attitude de la Chancelière Merkel est presque caricatural ! Elle veut bien du gaz russe (NordStream II) mais dans le même temps elle garde en elle une rancoeur irréductible à l’encontre de l’URSS qui, selon elle, lui a pourri sa jeunesse en RDA. C’est une raison que l’on pourrait dire épidermique de la position d’Angela Merkel qui se plie aux désirs des Américains au sujet de la Russie en ce qui concerne la défense de l’Europe. Au risque de me répéter dans ces lignes la Russie n’alimente aucune idée d’hégémonie sur l’Europe : elle est déjà tournée vers l’Extrême-Orient.

Le cas de la Crimée est exemplaire de l’incohérence totale de la politique européenne sur la scène internationale. Inutile de rappeler l’incroyable scandale du vol MH17 dont le dossier a été totalement occulté par les Pays-Bas sur ordre de l’OTAN ni des ingérences de l’Europe au côté de la CIA à Kiev. Mais le plus scandaleux encore est l’attitude de l’Europe face à la soi-disant annexion de la Crimée par la Russie. Ce sont les habitants de cette péninsule qui ont décidé, et non pas Moscou, de quitter l’Ukraine. Il faut dire que l’attitude de l’Europe dans cet événement n’est pas reluisante : l’Europe a accepté l’annexion par le Maroc du Sahara Occidental ainsi que l’annexion de Mayotte par la France, deux situations qui n’ont jamais été reconnues par les Nations-Unies, faut-il le rappeler. Pourquoi encore une fois deux poids, deux mesures ? Parce que l’OTAN est derrière tout cela et son but est de préparer une confrontation de l’Europe avec la Russie qui se moque bien de ce conglomérat hétéroclite de pays qui n’arrivent pas à s’entendre sauf pour la taille des cornichons ou le diamètre des pommes, et encore …

Donc l’Europe, le ventre mou du monde, est mûre pour accepter sans protester une gouvernance supranationale selon les objectifs du WEF avec pour guide suprême le président d’un groupe d’oligarques apatrides. L’instrumentalisation et la gestion de la pandémie de SARS-CoV-2 par les pays européens révèle clairement leur soumission ce projet. La Suède et le Professeur Didier Raoult en France jouent les trouble-fait et tous les médias acquis au projet du WEF n’ont eu de cesse de ternir leur image : dans cette histoire de SARS-CoV-2 on n’est plus à un scandale près. En conclusion les démocraties européennes et l’Amérique du Nord n’ont plus d’avenir, ce qui n’est pas le cas du reste du monde et certainement pas le cas de la zone économique extrême-orientale.

Lettre ouverte à l’intention des médias corrompus par le SARS-CoV-2

Article de Peter Koening paru sur le site Global Research le premier novembre 2020

Nous le peuple, nous sommes préoccupés par les reportages quotidiens, effrayants et alarmistes des médias mondiaux sur le SARS-CoV-2. Êtes-vous, magnats des médias occidentaux, en train de réaliser qu’il n’y a pratiquement rien d’autre dans vos programmes que le SARS-CoV-2 ? Ce virus est au centre de tout. Les discussions sur le SARS-CoV-2 apparaissent toutes les heures, dans les bulletins d’information et entre les nouvelles. De nouveaux «cas», de nouvelles «infections» sont signalés presque toutes les heures dans les pays concernés. Les «cas» de SARS-CoV-2 doublent ou triplent toutes les 24 heures. C’est stupéfiant. Nous entrons dans une « deuxième vague », les hôpitaux sont débordés, vous devez vous soumettre à des tests, encore des tests, c’est essentiel, afin que nous puissions empêcher les autres d’être infectés.

1.Vous devez porter des masques. Il faut respecter la distanciation sociale, la quarantaine est obligatoire, la détention, alias l’assignation à résidence, la fermeture des bars, restaurants et autres lieux publics, le couvre-feu – se promener dans les rues, même pour faire les courses, avec licence seulement, la surveillance des escadrons de police – une tyrannie universelle que le monde n’a pas connue dans l’histoire dont on se souvient. Et vous, magnats des médias, avec vos sbires basés dans votre pays, avec vos acolytes, êtes au cœur de cette violation massive et mortifère des droits humains les plus élémentaires. C’est un grand spectacle d’horreur que d’écouter, regarder ou lire vos médias – dans le monde entier, dans tous ces endroits, où les magnats anglo-saxons des médias triomphent des affaires mondiales.

2.Il n’y a guère d’exception. Les soi-disant programmes d’information deviennent de la « propagande de désinformation ». Il n’y a pas de limite à vos mensonges et à votre imagination dans le but d’inculquer la peur au plus grand nombre possible de personnes et de populations toutes entières. Il n’y a jamais d’analyses vraies et complètes des « nouvelles infections » (les « nouveaux cas »), jamais une explication sur la manière dont ces nouveaux « cas d’infection » sont rassemblés et agrégés. Par exemple :2. De nouveaux « cas » augmentent avec l’augmentation des tests dont vous, les magnats des médias, faites la promotion avec encore plus de campagnes de peur que vous inspirez. Vous connaissez très bien un axiome séculaire : la PEUR est une arme très puissante. Surtout maintenant avec la grippe et la saison froide qui s’abattent sur nous, la peur, la peur, la peur est ce qui affaiblit le système immunitaire et les gens sont plus vulnérables à ce virus, à n’importe quel virus (ce qui est prouvé scientifiquement, comme vous le savez probablement). Les gens ont tellement peur qu’ils courent chez le médecin, ou à l’hôpital avec la peur du SARS-CoV-2 pour être testés. C’est ainsi que les tests et les « cas » augmentent.

3. Il n’est jamais mentionné que les tests de réaction en chaîne de la polymérase avec transcription réverse (en abrégé RT-PCR, voir note en fin de billet) fournissent, selon divers virologues et associations de médecins en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne, en France, aux États-Unis et ailleurs, jusqu’à 90% de « faux positifs ». Ces « cas » entrent dans les statistiques, mais le « patient » n’est pas malade, n’a pas de virus, mais peut être condamné à la quarantaine, ou pire, à l’isolement.

Pourquoi ces nombreuses associations médicales, composées de milliers de professeurs, médecins, virologues, spécialistes des maladies infectieuses et plus de professionnels de la santé ainsi que du droit, ne sont jamais évoquées, jamais citées par les grands propriétaires des médias ni par les médias traditionnels ? Peut-être, parce qu’ils pourraient divulguer la vérité à tous ces peuples morts de peur et vaincre cette peur. Il faut les neutraliser. Savez-vous que de nombreux gouvernements européens et nord-américains ont mis en place des « lois martiales protectrices de la santé » ? – C’est la version gouvernementale, sans parler de l’ampleur du mensonge, de l’absurde et de l’inutilité des mesures tyranniques restrictives imposées par les gouvernements, c’est-à-dire des lois d’urgence sanitaire, qui permettent aux gouvernements d’ordonner à la police et à l’armée de venir chez vous et de vous arrêter s’ils le souhaitent, s’ils vous considèrent comme un « risque pour la santé » du peuple auquel vous appartenez parce que vous ne suivez pas les injonctions officielles.

Savez-vous que ce qui peut être dit sur le courant dominant ainsi que les sites d’information « underground » est strictement surveillé par des algorithmes et censuré, si un message contredit le récit officiel ? – Jamais dans l’histoire humaine connue, en particulier lorsque nous professons avec une grande hypocrisie la démocratie et la liberté d’expression, la censure n’a été aussi répandue, aussi généralisée que celle que nous vivons aujourd’hui. Pensez-y.

Et jamais les gens n’ont agi autant comme un troupeau de moutons effrayés, suivant contre leur propre raisonnement, leur propre bon sens, par peur, la tendance commune frauduleuse – et cette tendance commune est quotidiennement nourrie par plus de mensonges gouvernementaux et médiatiques, attirant encore plus les gens, détruisant leur pensée souveraine, leur système immunitaire, parce qu’ils ne sont plus eux-mêmes. Ils sont devenus des zombies d’une « force supérieure », des sujets obéissants aux algorithmes. C’est Goebbels (le ministre de la propagande d’Hitler) multiplié par un facteur mille. « Le mouton passera toute sa vie à craindre le monde, pour au final être mangé par le berger ». Proverbe africain

4. Comme indiqué ci-dessus, nous entrons dans la saison de la grippe hivernale. Le test RT-PCR ne peut pas faire de distinction claire entre une grippe commune et le SARS-CoV-2, car la similitude est frappante. La grippe commune est connue pour contenir une partie des virus type corona. Par conséquent, tous les cas de grippe banale sont maintenant systématiquement étiquetés covid, de sorte que le nombre de « cas » peut être « amplifié » dans des proportions terrifiantes, faisant ainsi peur à encore plus de personnes et incitant encore plus de personnes à se rendre dans les centres de test. Savez-vous – vous devez sûrement le savoir – que l’hémisphère nord, qui entre progressivement en hiver, des saisons plus froides, typiques de la saison grippale vieille de plusieurs milliers d’années – miraculeusement, l’hémisphère nord ou le (riche) Nord mondial, ne signale pratiquement aucun cas de grippe ? Le croirez-vous ? dans certains pays aucun cas. Devinez pourquoi : La grippe est partie. Inexistante. Évaporée apparemment par le SARS-CoV-2.

Ou alors est-il peut-être possible que le SARS-CoV-2 ait volé les statistiques de la grippe, car la grippe a été « leurrée» par ce coronavirus ? – Vous, le peuple, pourriez être intéressé par le fait que les scientifiques sont déconcertés par la disparition de la grippe habituelle à Influenza… mais a-t-elle vraiment disparue ou est-elle simplement masquée par le SARS-CoV-2  Le vrai motif de l’Etat Profond Caché et Diabolique est que la grippe coronavirale augmente rapidement, afin de justifier des verrouillages toujours plus sélectifs, des répressions civiles, des fermetures de frontières, des violations des droits de l’homme, jusqu’à ce que les pays soient à nouveau totalement verrouillés, pour le « Le bien de leur peuple » et l’économie, du moins ce qu’il en reste, est terrassée. C’est ce qu’on appelle l’accaparement des actifs par les riches. Les faillites abondent, et leurs actifs qui n’ont pas perdu en valeur tangible réelle, seule leur valeur boursière a baissé, seront engloutis par des multinationales ou des multimillionnaires pour quelques centimes sur un dollar de capital social initial.

C’est ce qui se passe déjà. C’est peut-être la dernière phase, car après cela, il ne restera presque plus rien à saisir. Mais vous les milliardaires du monde et les magnats des médias du monde – Vous les destinataires de ce message, êtes plus riches par milliers de milliards, au détriment du peuple en général. Le Bureau international du travail (BIT) prévoit que d’ici la fin de 2020 ou au milieu de 2021, peut-être pas moins de 2,9 milliards de personnes, soit la moitié de la main-d’œuvre mondiale, seront au chômage : pas de revenu, pas de nourriture, mort par famine ou par simple misère, par suicide, surtout dans les pays du sud où 70% de la main-d’œuvre mondiale, est «informelle», c’est-à-dire qu’elle vit au jour le jour, de petits boulots, d’emplois de survie, de contrats à court terme, sans législation du travail applicable, sans filets de sécurité sociale, rien, nada. Imaginez ce que sont devenus ces pays avec le coronavirus. C’est la perspective qui vous attend si Vous, les magnats des médias occidentaux, poursuivez cette tendance établie par des gouvernements corrompus à suivre les ordres de la petite oligarchie inhumaine, perpétuant le caractère dystopique de notre civilisation, et si Nous, le Peuple, n’attrapons pas notre petite étincelle intérieure de conscience, nous unissant les uns aux autres pour arrêter ce processus d’extinction, alors il n’y aura plus d’autre alternative que notre extinction, notre disparition …

5. Les personnes qui meurent de covid sont très peu nombreuses. Plus de 90% d’entre elles ont plus de 75 ans ou même plus de 80 ans et meurent en raison de diverses comorbidités et, aussi triste soit-il, ces personnes seraient probablement décédées de toute façon en quelques mois de l’une de leurs autres conditions de santé. Puisqu’elles sont testées positives, et qu’elles meurent avec mais pas à cause du SARS-CoV-2, leur certificat de décès sera émis en disant « cause du décès SARS-CoV-2 ». L’Italie est un exemple typique où cela s’est produit et continue de se produire, et cela été divulgué par des médecins. Et il en va de même en Allemagne, en France et, surtout, aux États-Unis, pour n’en citer que quelques pays.

6. Personne ne remet jamais en question le récit officiel du gouvernement, répété ad absurdum par Vous, les magnats du monde médiatique, qui contrôlez littéralement le monde occidental, et personne ne vérifie et n’étudie jamais de manière indépendante ces statistiques ni comment elles sont assemblées. Personne. Personne n’ose peut-être défier nos sacro-saints gouvernements, auxquels nous accordons tant de confiance injustifiée, parce que ces mêmes gouvernements, environ 180 des 193 gouvernements membres de l’ONU, ont apparemment été «élus» par « Nous, le peuple » et sont payés par nous, le peuple, mais ils suivent d’autres intérêts « supérieurs » que la défense des droits des peuples, devoir à défendre pour lequel ils ont été pourtant élus. Nous devons espérer qu’un jour il y aura un tribunal semblable à celui de Nuremberg qui rendra une vraie justice à ces auteurs de crimes génocidaires contre l’humanité. Et la même justice doit s’appliquer à Vous, magnats des médias, et notamment aux scientifiques cooptés bien rémunérés, les soi-disant « conseillers scientifiques », qui soutiennent les mensonges collectifs de ces gouvernements avec une science délibérément fausse.

Il est clair que des forces supérieures dictent ce récit, cet endoctrinement par la peur, de sorte que les gens ont chaque jour plus peur d’un ennemi invisible, ils prient pour le vaccin à venir, ils ne peuvent pas attendre. Il ne fait aucun doute que vous, les médias, accomplissez un travail bien défini et bien rémunéré, que vous, les magnats des médias, sachez quelle est la vérité, mais que vous êtes corrompus par l’argent et par le pouvoir, comme, malheureusement, une grande partie de notre monde a succombé au Dieu de l’argent et du pouvoir, laissant l’éthique et l’intégrité sur le côté.

Il est également clair qu’il y a un ordre du jour différent et supérieur derrière tout cela. À l’échelle mondiale. Rendez-vous à l’évidence de cette coïncidence : le 18 octobre 2019, la Fondation Bill Gates, le Forum économique mondial (WEF) et la Johns Hopkins School of Medicine, sponsorisent l’ « événement 201 » à New York, simulant une pandémie, appelée SARS-CoV-2, rebaptisée plus tard par OMS en tant que covid-19 ( https://youtu.be/AoLw-Q8X174 ).

En janvier 2020 à Davos, le WEF décide en présence du directeur général de l’OMS, que cette « maladie covid » à venir doit être déclarée « pandémie », décision à laquelle le Dr Tedros, DG de l’OMS, s’est conformé, déclarant le 11 mars 2020 Covid-19 une «pandémie», alors qu’il n’y avait dans le monde qu’un total de 4970 cas confirmés et 313 décès : https://covid19.who.int/?gclid=CjwKCAjw8-78BRA0EiwAFUw8LHKyuevwzgZb0S4vknv-I8l4YEMtBN4pAwFU9dAVOOWh54QuVdtjxhoCFmkQAvD_BwE

À la mi-mars 2020 exactement, les 193 pays membres de l’ONU déclarent un verrouillage général (à quelques exceptions près, la Biélorussie, la Suède et peut-être un ou deux autres, voir les notes en fin de billet). Quelle coïncidence, un ennemi invisible frappe simultanément le monde entier, un évènement jamais arrivé auparavant dans l’histoire de l’humanité. Mais nous entrons dans des temps étranges dans, oui il faut le dire, un monde totalement dystopique. Imaginez un instant que toutes les autorités gouvernementales arrêtent les tests demain, le Covid aura disparu. Plus un seul « cas » ! Nous pourrions respirer à nouveau et ne serions gênés que par le rhume occasionnel et la grippe commune annuelle, dont le taux de mortalité, soit dit en passant, est bien supérieur à celui du SARS-CoV-2. Pas d’enfermement, pas de masques, pas de distanciation sociale, pas de division des amis et des familles au nom de la domination de beaucoup par quelques-uns. Et plus de peur débilitante pour le système immunitaire !

Ce n’est jamais trop tard. Vous, les magnats des médias, vous qui avez acheté des scientifiques, vous pouvez changer de cap à tout moment, rejoignez vos frères et sœurs chercheurs de vérité de la profession scientifique et médicale, qui ont déjà échappé à Matrix, par milliers, en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis et chaque jour plus pour rejoindre le peuple, lui dire la vérité, apporter de l’espoir, tuer la peur – tuer le plus grand ennemi du peuple, la peur.

Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l’environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans avec la Banque mondiale et l’Organisation mondiale de la santé à travers le monde dans les domaines de l’environnement et de l’eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne telles que Global Research; ICH; New Eastern Outlook (NEO) et plus encore. Il est l’auteur de Implosion – Un thriller économique sur la guerre, la destruction de l’environnement et l’avidité des entreprises – fiction basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale à travers le monde. Il est également co-auteur de The World Order and Revolution! – Essais de résistance. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.

Note de votre serviteur. Le test « RT-PCR »consiste à amplifier le matériel génétique viral contenu dans un prélèvement nasal. RT signifie « reverse transcriptase » et PCR « polymerase chain reaction ». Après extraction du matériel génétique qui peut être de l’ADN en double hélice ou de l’ARN simple brin, le prélèvement n’étant pas sélectif, l’échantillon est soumis à l’action de la reverse transcriptase (RT) qui convertit le ou les ARNs en ADN car la PCR ne fonctionne qu’avec de l’ADN. On ajoute une amorce en excès constituée d’un morceau d’ADN en double hélice qui contient des séquences spécifiques du virus recherché, dans le cas présent le SARS-CoV-2 dont la séquence a été élucidée par les biologistes chinois au début du mois de janvier dernier à partir de la souche isolée dans la ville de Wuhan. En général l’amorce comporte entre 15 et 25 nucléotides. Pour être fiable un test PCR ne doit pas comporter plus de 20 à 25 cycles d’amplification. Il est évident que ce test ne constitue en aucun cas une preuve de la présence de particules virales infectieuses, un test coûteux qui nécessite de quantifier la présence de tels virus dans un prélèvement sur des cultures de cellules d’épithélium pulmonaire. L’IHU de Marseille en France a parfaitement démontré que les tests PCR conduisaient à plus de 90 % de faux positifs en ce qui concerne la présence de particules virales infectieuses. Il coexiste enfin dans les fosses nasales toutes sortes d’autres virus dont d’autres coronavirus responsables des rhumes communs qui peuvent conduire à des faux positifs. Enfin je rappelle ici qu’un test RT-PCR n’est pas gratuit car son coût pour un Etat comme la France est de 75 euros par test. À ce jour la France a déjà gaspillé plus de 2,5 milliards d’euros pour financer ces tests, somme qui est allée directement enrichir les laboratoires pharmaceutiques.

En ce qui concerne les villes ou pays du monde qui ont établi ou non un confinement pour maîtriser l’épidémie il faut citer le Japon qui n’a jamais confiné sa population et paradoxalement la Chine qui n’a confiné que 1,8 % de sa population. D’autres réflexions au sujet de cet article feront l’objet d’un prochain billet sur ce blog.

Le projet hégémonique des Nations-Unies, donc des USA

En mai 2000, Kofi Annan, secrétaire général des Nations-Unies déclarait : « Depuis la mise en place de l’ONU, plus de 500 conventions multilatérales ont été conclues et prises dans leur ensemble celles-ci forment une assise légale pour l’établissement d’un monde meilleur ». Il existe une multitude de « filiales » de l’ONU qui ont toutes pour but d’émettre des recommandations de bonne gouvernance comme par exemple le Bureau International du travail, l’OMS (organisation mondiale de la santé), la FAO (food and agriculture organization), ou encore l’IPCC en ce qui concerne le climat. Cette « filiale » particulière de l’ONU est par définition un organisme politique puisqu’il regroupe des représentants des gouvernements de tous les membres de l’ONU. Et pour une bonne acceptation de ses décisions cet organisme, tel un travesti, a revêtu les apparences – uniquement les apparences – de la science.

Capture d’écran 2019-02-05 à 13.58.56.png

Les officiels de l’ONU ont donc délibérément décidé, dans le cas du climat, d’utiliser la science, une aubaine créée de toutes pièces, pour faire progresser leur agenda qui est, soyons clairvoyants, tout sauf défenseur de la liberté. Le monde moderne a besoin d’énergie pour fonctionner, beaucoup d’énergie. Toute action tentant de réduire, restreindre ou limiter notre consommation d’énergie réduit, limite et restreint d’autant nos choix quotidiens qui sont où et comment vivre, travailler, étudier, voyager. En tant que personne résidant dans un pays libre au XXIe siècle, je ne suis pas prêt à accepter que les Nations-Unies me dictent comment vivre, me loger, me nourrir et travailler. Les Nations-Unies n’ont aucune autorité sur ma propre personne.

Il faudra travailler durement pour changer cette attitude des Nations-Unies. Par exemple au mois de décembre dernier les Accords de Marrakech sur les migrations globales ont été clairement mis en place pour reconnaître que les migrants avaient plus d’importance que les libertés fondamentales des personnes citoyennes de leur pays. Voilà ce que désire l’ONU dans le monde selon elle. Et l’ONU a tout fait pour que les médias politiquement corrects couvrent l’évènement dans un sens favorable au risque de perdre leur liberté d’expression. Et c’est ainsi que ces médias occultent par tous les moyens le combat entre les individus qui croient encore à la démocratie et ceux qui approuvent et encouragent la gouvernance mondiale. La gouvernance mondiale se met en place progressivement à la faveur d’un réseau de plus en plus dense de recommandations onusiennes qui empiètent sur nos libertés.

Ces conventions multilatérales dont parlait Kofi Annan ont pour seul but d’imposer des normes onusiennes dans tous les pays au mépris des décisions et des jugements des citoyens et de leurs représentants démocratiquement élus.

https://youtu.be/j459Rlp6k3Q

Nos traditions, nos lois et nos constitutions seront tout simplement mises au panier et accords après accords le « cadre juridique global » que mentionnait Annan sera mis en place et amenuisera lentement nos libertés. Annan était convaincu que « le monde meilleur » auquel il faisait allusion serait bénéfique à l’humanité. Il le serait effectivement si nous tous préférons être traités comme des enfants plutôt que des adultes en charge de notre propre destinée, en d’autres termes si nous acceptons que les officiels de l’ONU sont moralement et intellectuellement nos supérieurs. C’est sous l’impulsion de l’ONU que les juridictions transnationales ont établi des décisions légales qui rendent progressivement les juridictions nationales inopérantes. C’est pour cette raison que l’ONU fait pression sur les juges et dans le contexte de l’affaire du climat c’est exactement ce qui se passe. Si nous prenons conscience du danger que représente la gouvernance mondiale il faudra alors retirer notre pays de la plupart des accords et directives que l’ONU a mis en place depuis sa création. L’ONU n’est plus un organisme de maintien de la paix mais un organisme totalitaire.

Source : adapté d’un billet de Donna Laframboise

Commentaire. Les institutions de Bruxelles qui pilotent l’évolution de l’Union Européenne ont adopté l’agenda de l’ONU à l’échelle de l’Europe et c’est petit à petit, sans possibilité de retour en arrière, que la Commission européenne, constituée de personnalités non élues comme les représentants des pays aux Nations-Unies et encore moins les membres du Conseil de sécurité, institue un état supra-national en Europe. Comme personne ne l’ignore l’Union européenne est le vassal des USA au niveau de la défense avec l’OTAN, au niveau de la monnaie avec le dollar qui constitue encore 60 % des échanges commerciaux entre la zone euro et les pays hors zone euro, cette devise restant d’ailleurs au troisième rang mondial après le dollar et le yuan alors que l’Union européenne, prise dans son ensemble, est la première puissance économique dans le monde. On ne peut que constater que les USA ont délibérément freiné l’ascension de l’euro sur le plan des échanges commerciaux mondiaux, bien entendu dans son propre intérêt renforcé par l’extra-territorialité de ses lois.

L’Europe constitue pour l’ONU une sorte de laboratoire, le modèle à l’échelle européenne du processus de main-mise d’une administration supra-nationale – ce qu’est de facto la Commission de Bruxelles – pour poursuivre la gouvernance mondiale téléguidée par Washington tout en soutenant les dissensions entre les Etats européens afin d’éviter une montée en puissance économique et monétaire de l’Union pour préserver, cela va de soi, la suprématie du dollar. Ce n’est pas un hasard si le FMI, la Banque Mondiale et l’ONU se trouvent sur le territoire américain et sont sous le contrôle de Washington, quoiqu’on en dise béatement. Ce n’est pas un hasard non plus si les USA contrôlent le système GPS, internet et le système Swift de paiement international, et enfin ce n’est pas un hasard si les USA ont les moyens techniques largement utilisés pour espionner n’importe qui, n’importe où dans le monde car le contrôle du WEB est entre les mains de la NSA avec la complaisance assumée de Google, Facebook et des autres firmes américaines impliquées dans les technologies de l’information. Toutes les parlottes des politiciens européens me paraissent n’être que du théâtre de mauvaise qualité. Au sein de l’Union européenne il est regrettable de constater que la France, avec son Président adoubé par le Club de Bilderberg, le World Economic Forum (Davos) et les grandes banques supranationales dont la banque Rothschild est à l’avant-garde de cette mise en place d’un état totalitaire à l’échelle nationale qui préfigure ce nouvel ordre mondiale car on ne peut que constater que le « pays des droits de l’homme » a renié depuis bien longtemps ses principes de gouvernance au profit du pouvoir financier. Il reste sur le plan mondial que la Chine, d’ailleurs de concert avec la Russie et quelques autres entités nationales, restera un pays opposé à ce projet même s’il doit leur en coûter une guerre contre les USA.

La disparition de l’Occident « blanc »

Capture d’écran 2019-01-03 à 23.38.47.png

En Afrique du Sud aujourd’hui le sport national n’est plus le safari mais le massacre des agriculteurs blancs établis dans ce pays depuis plusieurs générations. C’est un remake de ce qui arriva dans l’Etat voisin la Rhodésie alors le plus grand producteur agricole d’Afrique australe devenu le Zimbabwe, l’un des Etats les plus pauvres de cette région, après que les Blancs furent massacrés ou expropriés et expulsés pour ceux qui échappèrent à la mort. Cette constatation a conduit Paul Craig Roberts (paulcraigroberts.org) à une réflexion sur le devenir des démocraties occidentales majoritairement « blanches ». Voici donc une traduction de ses billets parus les 2 et 3 janvier de cette nouvelle année sur son site.

La disparition de l’Occident : Les Blancs ont-ils un futur ?

La politique identitaire est maintenant la définition caractéristique du libéralisme progressiste de gauche de l’idéologie du Parti Démocrate (américain). C’est une idéologie de haine à l’égard de ceux qui ont la peau blanche : la politique identitaire est complètement en opposition avec le multiculturalisme de la société. L’Occident a utilisé des mesures économiques pour forcer l’Afrique du Sud à rendre le pouvoir au Noirs. La situation est restée plus ou moins stable tant qu’il n’y avait qu’un seul parti politique noir (l’ANC). Cependant l’apparition d’un second parti politique noir a eu pour conséquence une compétition entre ces deux partis pour déterminer qui haïrait le plus les Blancs.

Il sera intéressant de voir quelle attitude l’Occident adoptera envers ce nouvel apartheid, une dénonciation et des sanctions économiques adaptées et suffisantes pour restaurer la sécurité des Blancs d’Afrique du Sud, ou bien si l’apartheid noir sera accepté comme l’est celui d’Israël pour les Palestiniens. Les populations blanches majoritaires aux USA et en Europe sont déjà devenues des citoyens de seconde zone. Seuls les Blancs sont responsables de discours et de crimes de haine car seules les minorités sont offensées. Alors que les Blancs, la majorité dans les pays occidentaux, ont déjà perdu leur liberté de parole et d’autres droits, quel sera leur avenir quand ils deviendront minoritaires ? Les politiciens en Europe et aux USA, corrompus et traitres, ont-ils mis en place le multiculturalisme pour favoriser un génocide des Blancs ?

Il est banal de dire que les pays occidentaux sont des démocraties. En réalité il s’agit d’oligarchies chez lesquelles le droit de vote des citoyens leur confère un blanc-seing qui procure une légitimité au gouvernement mais ce vote ne change rien au fait que les élus restent sous la tutelle de groupes d’intérêt supranationaux organisés. Le Président Trump en est l’exemple le plus récent. Il a été bloqué dans son projet de réduction des tensions avec la Russie.

L’Union Européenne, depuis sa création, est une entité anti-démocratique. Les tromperies sont sa ligne de conduite. Au tout début il s’agissait d’une zone de libre-échange. Puis la monnaie commune fut mise en place. La mise en place d’une politique fiscale unifiée et centralisée ne fera que reléguer les Etats souverains à de simples provinces de l’Union. Les pays qui ont osé voter contre une trop étroite intégration ont subi des menaces et les fonctionnaires de Bruxelles ont froncé les sourcils et ces pays ont été contraints de voter à nouveau tandis que les médias avaient pour mission de convaincre le peuple qu’il n’y avait pas d’autre alternative au risque d’être des laissés-pour-compte condamnés à vivre dans un marigot.

En dépit des faits, les politiciens ont alimenté la fiction que les pays membres de l’Union européenne resteraient des démocraties soucieuses des souhaits de leurs citoyens. La Chancelière allemande Merkel qui termine sa carrière en ayant imposé à son pays l’arrivée de plus de un million d’immigrants par une décision unilatérale imposée aux citoyens allemands et à l’économie allemande a détruit cette fiction. À l’évidence Merkel se moque de ce que pense son peuple. Elle a à nouveau manifesté son dédain total pour la démocratie lors d’un récent meeting de la Fondation Konrad Adenauer à Berlin quand elle a condamné ceux qui pensent que les politiciens devraient être à l’écoute des citoyens. Le peuple allemand, a-t-elle dit, « ce sont juste des individus qui vivent dans un pays et des individus ce n’est pas la définition du peuple germanique« . Le peuple allemand est constitué aussi par qui que ce soit immigrant en Allemagne conformément au Pacte sur les Migration de l’ONU. Merkel a ajouté que « les Etats-Nations doit se préparer dès maintenant à abandonner leur souveraineté« , a-t-elle aussi ajouté. Le Président français Macron l’a soutenue. Il a déclaré que « le nationalisme français est une trahison« . En d’autre termes c’est une trahison que de soutenir que la France est française. Pour Macron le patriotisme c’est aussi inclure l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie à la France. Le chemin pour les Français de préserver leur souveraineté est de l’abandonner à Bruxelles et d’abandonner tout contrôle sur les affaires étrangères, les migrations et la politique fiscale et budgétaire.

Merkel et Macron parlent d’une soumission de l’Allemagne et de la France au Nouvel Ordre Mondial mais ils se gardent bien de dire ce que signifie ce Nouvel Ordre Mondial. Leurs propos indiquent que l’un des aspects de ce nouvel ordre mondial est le remplacement de la culture des populations allemandes et françaises par celles du Tiers-Monde comme dans « Le camp des Saints » (voir note en fin de billet). Aux Etats-Unis le Nouvel Ordre Mondial signifie plutôt l’hégémonie américaine sur le reste du monde. Les néoconservateurs qui ont contrôlé les affaires étrangères US depuis le régime Clinton pensent que les USA sont la « nation indispensable » ayant le droit et le devoir d’imposer ses vues sur le monde entier.

Les organisations globalistes considèrent que le Nouvel Ordre Mondial constitue leur immunité vis-à-vis des lois des pays souverains. D’autres y voient un grand dessein des Rothschild ou d’une autre conspiration juive pour saigner l’économie mondiale à leur profit. Avec autant de définitions différentes il est difficile de discerner quelle serait le type d’organisation constituant une menace pour la survie de la souveraineté des Etats. Ou peut-être toutes à la fois ?

Il reste que, dans le monde occidental, le nationalisme c’est-à-dire la base du patriotisme est maintenant synonyme, et merci à la politique identitaire, de la « suprématie blanche ». Et en vertu de cette politique identitaire l’idéologie en vogue aujourd’hui aux USA est que le pouvoir du peuple blanc doit être réduit et sujet à des punitions pour tout crime au nom de cette suprématie blanche.

En conséquence, les prises de position aux USA, en Allemagne et en France en arrivent à la même conclusion : les Blancs sont coupables et doivent donner leurs pays aux autres. Toute protestation contre cette exigence surprenante sera suivie d’une restriction des libertés individuelles et ce sera le cas avec le soutien des gouvernements. N’en voit-on pas dès maintenant les prémisces ?

Notes. Les cas de censure sont de plus en plus fréquents en particulier en Suède ces derniers jours lorsqu’une femme a mis en ligne un clip vidéo montrant la décapitation d’un combattant. Il en est de même de l’omerta imposée aux médias au sujet des agressions sexuelles commises par des immigrants en Allemagne, en Belgique, en France et en Suède.

Le Camp des Saints est une fiction de Jean Raspail parue en 1973 relatant les effets d’une immigration massive en Occident, et en particulier en France. Selon Jean Cau « Et si Raspail, avec Le Camp des Saints, n’était ni un prophète ni un romancier visionnaire, mais simplement un implacable historien de notre futur ?  »

Billet d’humeur politique : l’Europe et les paradis fiscaux

Top_of_the_Rock_of_Gibraltar.jpg

L’Europe, la première puissance économique mondiale si elle était intégrée politiquement et fiscalement car l’euro n’est qu’une façade creuse, s’en trouverait bien mieux si elle ne tolérait pas une multitude de paradis fiscaux à l’intérieur et autour de son espace. Ces contrées sont une pompe permanente de capitaux qui non seulement échappent aux dispositions fiscales de chacun des pays de l’Union mais ne sont pas ou très peu réinvestis dans les économies nationales.

Pourquoi pas ne pas faire une petite revue de ces paradis fiscaux qui se trouvent parfois à quelques kilomètres de la moindre bourgade européenne. Le plus simple est de commencer par le sud. Il y a Gibraltar, un rocher acquis par le Royaume-Uni à l’issue du traité d’Utrecht (1715). C’est un paradis fiscal notoire. Il suffit de se promener dans les rues où il est incroyable de constater que par exemple toutes les banques françaises ont de luxueuses succursales dans cet endroit surréaliste aux maisons de style Victorien et comble d’ironie les banques espagnoles sont aussi présentes sur le « Rocher ». Quand on remonte plus au nord de la péninsule ibérique on arrive à Andorre, un territoire également minuscule, une co-principauté partagée entre le Président de la République française et l’Evêque de Séo de Urgel. Encore une fois, pourquoi y a-t-il autant d’agences bancaires dans ce mouchoir de poche ? À peu près à la même latitude se trouvent dans la péninsule italienne San Marino et le Vatican, deux autres paradis fiscaux qui préfèrent rester discrets. Qui oserait déclarer haut et fort que la banque du Vatican traficote dans des domaines financiers peu avouables. Il est certain que si cette basilique-Etat pouvait émettre sa propre monnaie, ce serait au monde le seul pays capable d’adosser sa monnaie sur de l’or et des pierres précieuses tant son trésor caché dans ses caves ultra-blindées est gigantesque.

En remontant un peu en latitude on tombe sur un autre rocher, Monaco. Selon le Prince son tout petit pays a mis de l’ordre dans le choix des investisseurs qui viennent y déposer leurs dollars, leurs euros ou leurs francs suisses. Vaste blague ! Rien n’a vraiment changé. Plus au nord encore on arrive à un gros morceau : la Confédération helvétique et son satellite le Liechtenstein. Dans ces deux pays tout est légalement autorisé. Le trafic d’or constitue un élément essentiel de l’économie suisse. Une multitude de grandes multinationales impliquées dans le négoce mondial de matières premières se trouvent comme par hasard localisées en Suisse car l’opacité de leurs comptes, gérés par des banques adéquates, passe au travers des juridictions des pays où elles opèrent et pour les Suisses le Lichtenstein n’est en définitive qu’un moyen de se laver la conscience.

Plus au nord, passons au sujet de la bourse de Zürich, il y a là nouveau un gros morceau, le Duché du Luxembourg, le nec plus ultra des paradis fiscaux les plus opaques du monde. Il existe dans ce petit territoire une multitude d’officines d’avocats spécialisés dans l’optimisation fiscale et les coups tordus en tous genres. C’est la face cachée du Duché : dans chaque petite maison coquette des quartiers résidentiels du Luxembourg il y a un véritable fourmillement de cabinets d’avocats spécialisés en contact direct avec des officines tout aussi souterraines aux Bahamas, aux Bermudes, aux Iles Vierges, à Antigua ou encore Panama, Santa-Lucia, Curaçao.

A peu près à la même latitude se trouvent les Iles Anglo-Normandes. Inutile d’insister qu’il s’agit d’une filiale ilienne de la City, elle-même un gigantesque paradis fiscal. Pas très loin de Londres, à même pas quelques heures de Victoria Station, se trouvent les Pays-Bas, un paradis fiscal qui n’a jamais avoué sa réelle nature.

Ce n’est pas fini, après la City on trouve l’île de Man, petit paradis fiscal presque oublié qui comme les îles anglo-normandes arrange bien les financiers de la City, la City qui traite des transactions mondiales comme l’or, le Libor ou le cours du Brent, des paramètres économiques qui ont des retombées mondiales sans que le citoyen européen ou du monde entier puisse en prendre parfaitement connaissance. Enfin un autre gros morceau tout aussi discret, car dans la grande tradition du catholicisme il ne faut pas offenser autrui, donc respecter la loi, c’est la République d’Irlande. On ne peut pas dire que l’Irlande soit un paradis fiscal mais, comme dans le cas des Pays-Bas, les avantages fiscaux proposés aux grandes entreprises sont tels que de nombreuses multinationales ont choisi de se domicilier dans ce pays ainsi qu’aux Pays-Bas d’ailleurs.

Conclusion : les contribuables européens, de quel pays que ce soit, paient infiniment plus d’impôts qu’ils ne le devraient en raison de l’existence de tous ces paradis fiscaux qui sont de véritables cancers rongeant les économies et les finances des grandes entités nationales comme l’Italie, l’Espagne ou la France. Pourquoi ces pays tolèrent-ils l’existence de ces parasites qui siphonnent la richesse qui devrait rester chez eux ? Parce que les paradis fiscaux au sein de l’Europe participent au grand dessein de main-mise de la grande finance apatride sur le monde pour mettre en place un nouvel ordre mondial …

Et l’Europe est justement la première grosse économie à maîtriser. Et c’est d’autant plus facile que l’Europe est déjà un vassal des USA, ne possède pas de pouvoir politique ni d’harmonie fiscale. Donc les paradis fiscaux européens permettent de canaliser le pouvoir financier vers ces grandes multinationales hégémoniques et tous les moyens de pression sur les contribuables sont bons à prendre. Les grandes multinationales de l’industrie, de l’alimentation, de la chimie, de la pharmacie, de la distribution et de l’énergie sont elles-mêmes sous le contrôle de la grande finance apatride.

Tout le système financier est mondialement interconnecté et la mise en place de la suprématie du dollar, de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international sans oublier la Banque des règlements internationaux ou le système Swift a rendu possible la construction progressive de cette gouvernance mondiale pilotée depuis le « Deep State » américain.

Alors les gouvernements ont l’impression d’avoir les coudées franches pour rançonner les petits, les gueux, et tous les prétextes sont bons pour organiser l’instauration étape par étape de ce nouvel ordre mondial. Il n’est même plus question de démocratie, c’est un concept qui a vieilli ! L’opportunité montée de toutes pièces pour siphonner la richesse des classes laborieuses est le sauvetage de la planète avec la préservation du climat, des écosystèmes, des forêts et des espèces en voie de disparition, c’est nouveau (non, pas vraiment, depuis 30 ans déjà) et c’est génial : tous ces sans-dents se sentent concernés car ils sont à longueur d’émissions de télévision culpabilisés et ils doivent donc expier leurs fautes. Cette préoccupation de sauvetage de la planète est un produit vendu par les médias elles-mêmes au service de la grande finance. C’est une partie de l’agenda de la mise en place de ce nouvel ordre mondial qui en a décidé ainsi … Il n’y a pas dans ce projet de totalitarisme à l’échelle mondiale de centre décisionnel ni d’acteurs clairement identifiés. Le grand public connait les noms de certaines organisations non gouvernementales actives (et activistes) sur l’ensemble de la planète pour soutenir cette idéologie mais ce qu’il ignore est l’action incessante et souterraine de clubs financiers supranationaux comme Bilderberg, le Forum économique mondial (Davos), pour la mentionner une deuxième fois la Banque mondiale et enfin, cerise sur le gâteau à laquelle ont déjà goûté à leurs dépens certaines sociétés, l’existence de tribunaux internationaux d’arbitrage largement ignoré par les peuples, un outil imparable pour faire plier un pays récalcitrant. Et ce n’est pas un fait du hasard si ces tribunaux se trouvent à Washington.

Il apparaît néanmoins qu’il y a dans le monde de grands pays récalcitrants non seulement aux mesures démagogiques de sauvetage du climat mais aussi à la main-mise du dollar sur l’économie mondiale. Ce projet de domination du monde est de toute évidence issu de l’aristocratie financière anglo-saxonne et cet agenda est naturellement mal venu en Chine, comme en Inde ou encore en Russie.

J’ai oublié Malte, Chypre mais aussi l’archipel des Canaries (oui c’est vrai …) ou encore Saint-Barth, mais bon, mes lecteurs me le pardonnerons. Commentaire sur l’illustration. Le « rocher » de Gibraltar est peuplé de macaques parfois agressifs. La piste de l’aéroport traversé par l’unique route qui relie cette possession anglaise au reste de l’Espagne péninsulaire traverse la piste qui matérialise la frontière avec l’Espagne et la ville de La Linea de la Concepcion dont l’économie est intimement liée à Gibraltar.