La mauvaise humeur ? C’est génétique !

 

cafe-grumpy.png

Dans un précédent billet daté du 14 octobre, je dissertais du rôle de l’irisine sur l’interconnectivité des neurones lors d’un exercice musculaire en mettant l’accent sur la très complexe régulation du processus, régulation sur trois niveaux, mise en place par l’organisme pour éviter tout déséquilibre. Il en est de même avec les trois principaux neurotransmetteurs que sont la dopamine, la sérotonine et la norépinéphrine. Ce dernier neurotransmetteur est aussi appelé par certains noradrénaline et ce nom rappelle une expression bien connue du genre « une décharge d’adrénaline » quand on est en danger. C’est un peu vrai puisque la norépinéphrine est aussi appelée l’hormone du stress avec comme premier effet une augmentation du rythme cardiaque. Mais ce n’est pas tout, afin d’éviter une sorte de conflit au niveau des réponses du cerveau contre lesquels on est parfois impuissant puisqu’en définitive toutes les émotions, pour ne citer que cet exemple, déclenchent des processus chimiques et enzymatiques sur lesquels on n’a que peu ou pas de pouvoir du tout par la raison, la norépinéphrine dérive chimiquement de la dopamine et ses effets aboutissent à une meilleure attention sur les évènements extérieurs. Le diagramme de Venn illustre parfaitement cette interaction intime au niveau des neurones dits dopaminergiques et adrénergiques respectivement pour ces deux neurotransmetteurs.

NorepinephrineDopamineSerotoninVennDiagram

L’action de ces derniers est initiée quand le neurotransmetteur se lie à son récepteur spécifique pour déclencher une cascade de processus qui vont avoir de multiples effets sur la physiologie générale et aussi sur le « ressenti » d’une situation particulière. Par exemple, la vue d’un serpent, d’un rat ou d’une araignée déclenche la production de norépinéphrine par le système sympathique et appuie sur le bouton « alarme » de notre inconscient, en fait sur tout le fonctionnement du cerveau, avec comme résultat un comportement du genre « danger, fuyons ! », signal accompagné d’une augmentation du flux sanguin dans les muscles, le coeur bat plus vite, pour se préparer à la fuite et un apport en énergie sous forme de glucose aussi bien au niveau du cerveau, pour vite réfléchir à l’urgence de la situation que des muscles pour tout aussi vite déguerpir. C’est un peu comme ça que ça se passe et tout doit rentrer dans l’ordre rapidement sinon il s’installerait alors un désordre qui conduirait par exemple à une anxiété permanente, à des comportement étranges de panique incontrôlée ou encore à des phobies inexpliquées avec une détérioration progressive du pouvoir de décision. On voit donc que les neurotransmetteurs jouent un rôle central dans nos comportements sur lesquels nous n’avons pas beaucoup de pouvoir. Enfin quand on a fui le danger la sérotonine prend en quelque sorte le dessus si on peut parler ainsi et on éprouve un genre de satisfaction d’avoir échappé au danger (voir le diagramme de Venn tiré de Wikipedia). Les chimistes se sont naturellement intéressé de très près depuis des décennies à ces trois neurotransmetteurs pour tenter de traiter avec succès d’ailleurs certains troubles psychiques. Les amphétamines, par exemple, augmentent la production par les vésicules synaptiques aussi bien de la dopamine que de la norépinéphrine. C’est la raison pour laquelle les « amphets » sont des stimulants (à consommer avec extrême modération voire pas du tout) si prisés surtout des personnes qui ont des phobies ou des paniques compulsives. J’ai mentionné plus haut le fait que chaque neurotransmetteur allait se fixer sur son récepteur spécifique qui est une protéine située dans la membrane synaptique des neurones correspondants. Or, et comme mes lecteurs le savent bien, une protéine est codée par un gène qui peut avoir subi des mutations parfois anodines mais aussi pouvant être carrément pathologiques. Les médicaments interviennent alors pour corriger les défauts entrainés par ces mutations indésirables. Avec la quasi généralisation du séquençage à grande vitesse de l’ADN dans tous les domaines de la biologie, on vient de donner une explication à certains troubles liés à des mutations de l’un des récepteurs de la norépinéphrine, parce qu’il en a plusieurs pour faire les choses encore plus complexes et mieux régulées, appelé « récepteur adrénergique alpha-2 sous-type B » (ADRA2B) excusez du peu. Juste pour situer la complexité du système il y a des récepteurs dits alpha et d’autres dits beta. Les hypertendus prennent des beta-bloquants qui interfèrent avec le récepteur de type beta de la norépinéphrine et pour le ADRA2B, peu d’applications pharmacologiques sont utilisées en raison d’effets secondaires particulièrement indésirables entre autres sur le muscle cardiaque et les muscles lisses. Mais revenons aux discrètes mutations identifiées sur le gène codant pour l’ADRA2B. La curiosité des scientifiques n’ayant pas de limite comme chacun sait, une équipe de l’Université de Colombie Britannique à Vancouver a étudié 207 personnes prises au hasard et ayant bien voulu participer à cette étude relativement simple comportant d’une part le séquençage de leur génome et d’autre part se soumettre à des tests visuels simples consistant à observer des images ou des mots variés et plutôt que de voir « la vie en rose » certains des participants à cette étude voyaient tout en « noir » parce qu’ils présentaient une mutation du gène de l’ADRA2B. De plus ces mêmes personnes avaient une perception en temps réel modifiée par rapport aux sujets témoins. Comme le dit avec un peu d’humour le Docteur Rebecca Todd, leader de cette étude, « ces personnes ont plus tendance à prendre une mine renfrognée au milieu d’une foule. Dans la nature, plutôt que d’apprécier la beauté naturelle d’un paysage, ils noteront les dangers potentiels, comme les endroits où ils pourront glisser en marchant ou recevoir un rocher à l’aspect branlant qui pourrait leur tomber dessus ». Ces résultats appréhendent sous un nouvel éclairage comment la génétique, combinée à d’autres facteurs tels que l’éducation ou la culture, peut expliquer les différences d’affect, de perception émotionnelle ou encore la subjectivité de chaque individu. En conclusion, on est tous différents parce que notre patrimoine génétique est unique.

Sources: University of British Columbia et Wikipedia

Le contrôle de la bonne humeur dans le cerveau …

Quand je me hasarde sur mon blog à des commentaires politiques, climatiques ou économiques, je me rends compte en réalité que ce n’est pas vraiment mon domaine de prédilection mais il m’arrive parfois d’avoir une envie irrésistible de cracher mon venin en lisant, atterré, que la France est maintenant sur une pente descendante qui va donner le vertige à bien des insouciants faisant le plein de soleil sur les plages ou à la campagne car il faudra payer les impôts à la rentrée, c’est promis, et pour beaucoup ce sera douloureux, très douloureux, surtout pour ceux qui n’ont jamais été habitués à faire un chèque à la Trésorerie du coin, quelques millions de nouveaux contribuables paraît-il, bref, ils vont sentir passer leur douleur et leur cerveau en sera tout tourneboulé. Et pourtant, le cerveau, cet organe dont on découvre jour après jour les mécanismes intimes de fonctionnement nous réserve encore des surprises, et pour encore des années. Si l’emprise des évènements sur l’humeur d’un individu est réelle, en fait tout est affaire de chimie dans le cerveau. Bien que j’aie nullement envie d’ennuyer mes lecteurs avec ces quelques rappels de chimie du cerveau, ils sont néanmoins utiles pour la bonne compréhension de la suite de mon exposé. Il y a dans le cerveau trois neurotransmetteurs associés à la bonne humeur, le stress et la sensation de bien-être : la sérotonine, la norépinéphrine et la dopamine. La sérotonine

200px-Serotonin-2D-skeletal

issue de l’aminoacide essentiel appelé tryptophane est considérée comme contribuant au bien-être ou à la satisfaction, dont la satisfaction « digestive » puisque cette petite molécule (voir la formule) est très active au niveau de l’intestin. Quelle plus grande satisfaction qu’une bonne digestion après un excellent repas ! La seconde substance qui contrôle notre humeur, qu’on le veuille ou non, c’est comme ça car tout est de la chimie, est la norépinéphrine aussi appelée noradrénaline.

180px-Norepinephrine_structure_with_descriptor

Adrénaline ? Ca rappelle quelque chose du genre, se faire du souci, avoir le cœur qui bat trop vite, ou sentir des sueurs froides couler le long du dos. La norépinéphrine est le neurotransmetteur du stress. La norépinéphrine est issue d’un autre aminoacide, la tyrosine mais je n’entrerai pas dans les détails. Reste un troisième neurotransmetteur important, la dopamine.

Dopamine2

La dopamine joue un rôle essentiel dans de nombreuses fonctions cérébrales depuis le contrôle de la locomotion (voir la maladie de Parkinson), la motivation, les mécanismes de la récompense, le plaisir sexuel et même la lactation, j’en ai parlé dans plusieurs précédents billets. Bref, si on examine rapidement les formules chimiques de ces trois neurotransmetteurs, on s’aperçoit qu’ils ont en commun un groupe d’atomes appelé fonction amine (-NH2) et comme il faut aussi que le cerveau gère correctement l’abondance de ces trois composés, il existe un système très efficace qui consiste à détruire tout simplement ces derniers à l’aide d’une activité enzymatique dédiée qu’on appelle la mono-amine oxydase (MAO-A), encore faut-il que cette activité soit optimale sinon l’humeur pourrait changer du tout au tout et on pourrait devenir agressif ou au contraire totalement morose ou encore « parkinsonien » avant l’âge … Le cerveau a mis au point un système très sophistiqué pour réguler la teneur en ces trois neurotransmetteurs en agissant directement sur la MAO-A que l’on vient juste de découvrir au RIKEN Brain Science Institute à Wako dans la préfecture de Saitama au Japon. Je ne voudrais pas fatiguer mes lecteurs par une longue dissertation au sujet de cette découverte car celle-ci est parfaitement illustrée à l’aide des deux schémas reproduits à partir du lien indiqué. Pas assez de MAO-A, l’agressivité devient un trait dominant du comportement, trop de MAO-A on est au contraire anxieux et on a tendance à rechercher une certaine entraide. Ces travaux ont été menés à bien en utilisant des souris dont le gène RING, qui code pour un enzyme participant à la dégradation de la MAO-A (ubiquitin proteasomal system) a été modifié et ces souris sont devenues incapables de moduler la teneur en ce dernier enzyme, précipitant l’apparition de troubles comportementaux sérieux en raison du manque total de contrôle de la teneur respective en ces trois neurotransmetteurs dont il était question plus haut. Peut-être, pour en revenir au début de mon billet, quand certains citoyens recevront leur feuille d’impôts au retour de leurs vacances, tout va se dérégler dans leur cerveau, mais espérons que le calme l’emportera sur l’agressivité …

Aruga

 

MAOA-ubiquitination

http://www.riken.jp/en/

La rapamycine revient sur le devant de la scène (immunosuppresseur, Alzheimer, sérotonine et dopamine)

La rapamycine revient sur la sellette.

Cet immunodépresseur découvert chez des moisissures filamenteuses présentes sur l’île de Pâques ou Rapa Nui, d’où son nom, refait parler de lui pour une toute autre raison.
Malgré ses effets secondaires le sirolimus ou rapamycine, un macrolide complexe, est utilisé lors des greffes de rein pour réduire les risques de rejet. Les effets secondaires sont variés, allant d’insuffisance respiratoire, de risques de cancer en raison de son activité immunodépressive et de tolérance au glucose perturbée conduisant à un pseudo-diabète.
Pourtant, administré à des souris de 20 mois, 60 ans pour un être humain, soit quasiment en fin de vie, la durée de vie de ces dernières est augmentée de plus de 30 %, ce qui est tout de même non négligeable, 20 ans de vie en plus pour nous !
Mais surtout, le plus intéressant est que cette molécule assez compliquée réduit l’anxiété et les comportements dépressifs qui sont connus pour favoriser des pathologies comme la maladie d’Alzheimer ! Et en effet, les cerveaux de ces souris utilisées dans cette étude conduite à l’Université du Texas à San Antonio et manipulées génétiquement de telle manière qu’elles soient sujettes à la maladie d’Alzheimer ont montré une moindre incidence des plaques amyloïdes caractéristiques de cette pathologie.
Ne serait-ce pas une preuve très indirecte que la démence, on disait le gâtisme autrefois, puisse être évitée ou au moins retardée avec cet immunosuppresseur et que donc la maladie d’Alzheimer aurait une cause immunologique ?
Veronica Galvan, PhD, qui a conduit cette étude ne le dit pas.
Mais elle précise qu’outre les effets positifs et nocifs de la rapamycine, ce produit augmente la production de sérotonine, de dopamine et de norépinephrine, les trois neurotransmetteurs du « bien-être » et Veronica Galvan travaille maintenant activement sur ce dernier point.
Reste donc à relier la dépression et l’anxiété à l’apparition de la maladie d’Alzheimer mais c’est un autre problème …

Source : http://www.uthscsa.edu/hscnews/singleformat2.asp?newID=4196