Il y a 50 ans naissait le Club de Rome

Capture d’écran 2018-09-05 à 12.53.04.png

Aurelio Peccei, un industriel italien philanthrope qui avait travaillé dans la firme automobile Fiat puis la société Olivetti, créa en avril 1968 avec Alexander King, un chimiste écossais, le Club de Rome, mettant en avant pour la première fois le concept de « développement durable ». Le Club de Rome existe toujours et est basé à Winterthur en Suisse, le pays de tous les possibles. La problématique de cette assemblée dont le secrétaire général actuel est Graeme Maxton, connu pour son livre « La fin du Progrès », est de prôner le malthusianisme afin de sauvegarder l’humanité. On peut résumer l’idéologie de ce club ainsi. En réalité si les thèses d’un déclin imparable de la qualité des conditions de vie sur la Terre en raison de l’accroissement de la population fait partie de la préoccupation centrale du Club de Rome, le but final est tout autre.

Il est difficilement concevable d’imaginer un instant que les individus sur la planète entière restreindront sans contrainte extérieure leur instinct de procréation. Il s’agit donc pour cette organisation de mettre en place progressivement un gouvernement mondial dont les objectifs seront d’abolir les gouvernements nationaux et d’imposer des règles strictes de bonne conduite afin de restreindre la population. Pour atteindre un tel objectif il faut naturellement que les populations soient réceptives à des injonctions venant d’ « en haut ». L’Eglise chrétienne a remporté un franc succès en persuadant les adeptes qu’il y avait un paradis promis à ceux qui étaient vertueux et un enfer pour les autres. C’est exactement ce type d’attitude qu’adopta tout de suite le Club de Rome.

Dès 1973, avec les ordinateurs de l’époque, des chercheurs du MIT travaillant pour le Club de Rome modélisèrent un sombre avenir pour l’humanité si celle-ci ne réussissait pas à restreindre le nombre des naissances. La vidéo datant de cette année-là et diffusée à la télévision indique que dès 2020 l’humanité sera confrontée à des graves problèmes de survie, de pollution, de ressources alimentaires et qu’en 2040 la situation se sera tellement dégradée que la population mondiale chutera catastrophiquement. Voici le lien pour les anglophones : https://youtu.be/cCxPOqwCr1I. On peut croire ou non à ce type de prévision sur le long terme appelée par son auteur Jay Forrester le programme « World One » mais son but était surtout de terroriser les foules.

Pour imposer « sa loi » à l’humanité toute entière il faut d’abord la préparer psychologiquement et le seul moyen, comme l’a fait l’église chrétienne en son temps, il faut lui faire peur. Comme le disait Christine Lagarde l’humanité dérègle le climat – ce qui reste encore à prouver – et « on va tous griller comme des toasts », c’est ce qu’elle a affirmé : l’image de l’enfer ! Alexander King, alors directeur du Club de Rome, évalua les résultats de ce programme de simulation et en conclut que les grandes corporations devaient imposer un nouvel ordre mondial afin d’achever le but d’ « un développement durable » qui ne dégrade pas les conditions de vie sur la planète Terre. Lors de sa prochaine réunion le Club de Rome formulera les 17 points qui doivent être implémentés rapidement. C’est essentiellement une directive de mise en place d’une gouvernance mondiale sous l’égide des Nations-Unies, du Fond Monétaire international et de la Banque Mondiale. Pour retrouver les détails de ce projet il suffit d’aller sur le site des Nations-Unies et de chercher Sustainable Development Goals.

Monter en épingle le réchauffement climatique d’origine humaine – alors que l’activité humaine joue un rôle négligeable par rapport à l’activité solaire – est du pain béni pour ces globalistes qui veulent imposer leurs lois et leur lubies au monde entier. Le Club de Rome est sponsorisé par les globalistes les plus acharnés au monde. Juste pour situer l’importance qu’ils donnent à cette organisation, citons les membres passés et présent de cette assemblée qui veut s’octroyer des pouvoirs terrifiants pour les démocraties : Al Gore, Mikhail Gorbachev, Bill Clinton, Jimmy Carter, Bill Gates, Ted Turner, George Soros, Tony Blair, Deepak Chopra, Henry Kissinger, Barbara Marx Hubbard, Marianne Williamson, Le Roi Juan Carlos I et la plupart des anciens secrétaires généraux des Nations-Unies ainsi que divers officiels de haut rang. Les bras séculiers déjà présents pour mettre en oeuvre ce projet sont Facebook, Google ou encore Amazon, Microsoft et la majeure partie des médias appartenant à des entités financières transnationales.

Nous entrons donc bien dans une ère nouvelle orwellienne, la dictature mondiale dont le principal acteur sera les USA, inutile de s’en étonner. Pour donner un petit exemple de l’attitude particulièrement significative des Nations-Unies j’ai écrit un billet il y a quelques jours sur la bilharziose. Je conseille à mes lecteurs d’aller sur la page schistosomiasis de Wikipedia en anglais et ils découvriront avec stupeur ceci :

Capture d’écran 2018-09-05 à 16.04.00.png

Ce passage a disparu de la version française ! Il est très facile de comprendre quelle est la politique de l’OMS, organisme onusien, faut-le rappeler, tout simplement de laisser les enfants africains mourir, c’est mieux pour la planète : la bilharziose tue seulement 200000 personnes chaque année, ce n’est pas assez … N’importe quel individu normalement constitué trouve que ce genre de décision émanant d’un organisme international est inique. Mais si on prend la peine de fouiller dans les directives du Club de Rome, force est de retrouver tous les chevaux de bataille des ONGs concernant la lutte contre l’usage des pesticides. C’est un levier pour réduire la population humaine car ne plus faire appel à des molécules chimiques hautement spécifiques dans l’agriculture extensive entrainera inévitablement des famines généralisées, ce que désire finalement le Club de Rome. Un autre point intéressant dont les médias n’ont pas le droit de faire un quelconque commentaire, l’orchestration par le Club de Rome des campagnes anti-vaccins dans le but d’affaiblir les défenses immunitaires des êtres humains afin d’assister à une augmentation de la mortalité généralisée. Ce type d’actions souterraines est largement repris par les médias. Pas étonnant, ces médias appartiennent pour la plupart à des groupes financiers impliqués dans le grand projet du Club de Rome et je le rappelle ici au risque de me répéter.

La supposée raréfaction des ressources en hydrocarbures est aussi une préoccupation de cette insidieuse organisation totalitaire néo-troskyste dont le label trompeur est le néo-libéralisme est un mensonge. Il existe des réserves en charbon et en pétrole partout dans le monde mais leur exploitation est préjudiciable pour la santé du climat. En effet le Club de Rome a largement encouragé la propagande consistant à déclarer que le gaz carbonique était mauvais pour le climat, normal me direz-vous car il s’agit du seul argument dont dispose cette assemblée de complôtistes qui veulent établir une hégémonie dictatoriale sur l’ensemble de l’humanité. J’ai plus de 70 ans et je ne suis pas encore dénué de sens critique mais je suis convaincu que mes petits-enfants vivront des années très sombres. Ils seront les esclaves des grandes compagnies apatrides guidées par les USA, peut-être le seul créneau qui reste aujourd’hui à ce pays pour survivre à moins de catalyser un nouveau conflit mondial meurtrier, ce que désire finalement le Club de Rome pour réduire la population mondiale. Belle perspective …

Inspiré d’un article de Michael Snyder paru sur le site endoftheamericandream.com le 3 septembre 2018 via le site ZeroHedge

Billet d’humeur politique à chaud : Macron = marionnette

Capture d’écran 2017-09-19 à 18.54.38.png

À la tribune des Nations-Unies Macron n’a pas tourné sa langue trois fois dans sa bouche … Il avalise les délires et les mensonges du Pentagone et de la Maison-Blanche : Assad est un criminel. Macron travaille de toute évidence pour le complexe militaro-industriel américain et pour Wall Street. Au moins l’opinion sait à quoi s’en tenir, Macron est une marionnette des USA qui manipule et manipulera l’opinion sas aucune vergogne.

Macron : tout simplement un « collabo » de la CIA et de Wall-Street !

Capture d’écran 2017-07-29 à 19.44.08.png

Alors que l’Europe entière est plongée dans la torpeur estivale le Congrès américain a pris la décision d’aggraver les sanctions des USA contre la Russie. Sans doute influencés par la campagne de propagande des médias, les Représentants ont voté presque à l’unanimité (sauf trois voix) ces sanctions et le Sénat également avec deux voix contre. Personne en Europe n’a protesté alors que c’est l’avenir énergétique et économique de l’Union qui est en jeu. En effet, toute infraction à la décision unilatérale américaine sans aucun soutien des Nations-Unies – faut-il encore le rappeler ici ? – sera sanctionnée par de lourdes amendes comme ce fut le cas pour BNP-Paribas qui osa commercer en dollars avec l’Iran et fut puni par la justice américaine d’une amende de près de 9 milliards de dollars. Deutsche Bank est également dans le collimateur de cette même justice ex-territorialisée qui agit à sa guise en dehors du sol américain alors que les banques et les entreprises européennes n’ont pas d’autre choix puisque le dollar est la devise internationale de rêglements interbancaires. Le dollar est un instrument permettant aux USA de contrôler l’ensemble de l’économie mondiale !

Qui plus est la totalité de la toile internet est contrôlée par des entreprises américaines, tout y est épié et décortiqué à des fins stratégiques dans le seul but de favoriser les grandes entreprises américaines qui disposent de milliers d’avocats pour défendre leurs intérêts de par le monde. N’importe quelle entreprise étrangère cotée à la bourse de New-York peut être passible de poursuites puisqu’une partie de son capital social est libellé en dollars. Avec les nouvelles sanctions adoptées donc à une majorité de bien plus des deux tiers et ainsi, selon la constitution américaine, ne pouvant pas être opposables à un veto du Président, alors l’ensemble de l’économie européenne en subira les conséquences. Cette décision aux retombées économiques et politiques majeures pour l’Europe n’a pas eu l’air de surprendre le gouvernement français et pour cause ! La branche turbines et alternateurs d’Alstom a été bradée à General Electric alors que l’actuel président de la République était ministre de l’économie, décision prise contrairement à l’avis du président de l’époque (François Hollande) … Étrange coïncidence qu’il est ici utile de rappeler. Les sanctions contre la Russie, basées sur des rumeurs d’interférence lors des élections américaines qu’il ne sera jamais possible de prouver puisqu’elles n’ont jamais existé, sont applaudies par Macron puisqu’il n’a pas réagi (donc son silence a valeur d’approbation) alors qu’au contraire il aurait dû les dénoncer, montrent à quel point cet homme est vendu aux intérêts de Wall Street et non pas seulement à ceux de la Banque Rothschild ! Macron est un agent de la CIA et il va mener la France vers une encore plus grande vassalisation du pays, processus entamé par Sarkozy quand il collabora (les heures les plus sombres de l’histoire contemporaine française) avec les Américains en réintégrant l’OTAN pour détruire la Libye.

Ainsi les Américains vont pouvoir vendre au prix fort leur gaz naturel liquéfié aux Allemands et également aux Français et mettre la Russie dans l’embarras, conformément aux sanctions votées par le Congrès américain. Car la co-entreprise de gazoduc Nordstream-2 va devenir lettre morte au grand dam de sociétés telles qu’Engie ou E.ON pour ne citer que deux d’entre elles. Si elles persistent dans l’élaboration de Nordstream-2 elles seront en effet lourdement sanctionnées par les USA. Au sujet de ce gazoduc – une co-entreprise multinationale en partenariat avec GasProm – il est opportun de rappeler que le transit actuel du gaz à travers l’Ukraine renchérit son prix puisque le gouvernement ukrainien (très démocratiquement élu comme chacun sait avec l’appui de la CIA) perçoit chaque année plusieurs milliards de dollars de royalties pour ce transit. Et ce n’est pas Gasprom qui paie mais les consommateurs européens !

L’impérialisme américain a encore de beaux jours devant lui et les pays européens vont payer le prix fort, très fort, avec des « collabos » comme Macron ou Merkel. Quelle honte ! Honte surtout aux électeurs français qui ont mis au pouvoir cette marionnette de Wall Street et de la CIA …

Sources : Paul Craig Roberts et Counterpunch

Actualité géopolitique : vers une interdiction des armes nucléaires ?

726330.jpg

Alors que les deux détenteurs à peu près à parts égales du plus important arsenal nucléaire faisaient la causette à Hambourg en marge du G20 les Nations-Unies se réunissaient à New-York pour mettre en place un texte qui devrait être soumis à la prochaine assemblée générale en septembre : l’interdiction des armes nucléaires ! Le texte d’une vingtaine de pages stipule que les armes nucléaires seront interdites en raison du manque évident de toute excuse morale de massacrer des centaines de millions d’innocents et de contaminer durablement les survivants.

Ce type de démarche a été approché par les Nations-Unies il y a 45 ans et a abouti au traité d’interdiction des armes biologiques. Puis selon la même démarche l’interdiction des armes chimiques fut votée il y a 25 ans. Très curieusement parmi les 122 pays ayant donné leur aval pour cette interdiction ne figurent aucun des pays détenteurs de ce type d’armement et parmi les pays hébergeant des armements nucléaires américains dans le cadre de la politique agressive de l’OTAN seuls les Pays-Bas se sont opposés à la préparation de ce document …

Il est certain que Poutine et Trump étaient parfaitement au courant des démarches des Nations-Unies quand ils ont fait cette causette beaucoup plus longue que prévu (c’est bon signe !) à Hambourg. Toujours est-il que si en septembre au moins 50 Etats ratifient cette résolution alors l’interdiction des armes nucléaires deviendra force de loi. Certes il faudra un certain temps pour que les pays nucléarisés se plient à la volonté internationale mais cet évènement doit être considéré comme un espoir, peut-être le seul, pour la survie de l’humanité toute entière. Il est opportun ici de rappeler que par exemple les USA n’ont jamais ratifié le traité sur l’interdiction des mines anti-personnelles mais malgré cela ils respectent le traité contrairement à certaines organisations apatrides criminelles qui de toutes les façons ne respectent rien.

Nombre de pays non nucléarisés se sentent frustrés par l’absence évidente d’évolution du traité de non prolifération des armements nucléaires pourtant adopté et voté en 1968 qui interdisait le déploiement de ce type d’armes hors de leurs frontières par les 5 puissances nucléarisées de l’époque, USA, Russie, Grande-Bretagne, France et Chine. Depuis, seuls les USA ont déployé des armements nucléaires hors de leur territoire et la liste des pays n’ayant pas de facto respecté ce traité est longue, dont les Pays-Bas !

Il faut espérer que dans un avenir proche les Nations-Unies adopteront la même démarche pour interdire les drones offensifs. Je le souhaite pour mes petits-enfants. Puissent-ils vivre dans un monde en paix … Et quoiqu’en pensent les activistes de Greenpeace que le moindre convoi de Mox fait nerveux ce seront plus de 500 tonnes de plutonium qui serviront alors à produire de l’électricité si tous ces armements sont démantelés et recyclés.

Source : http://www.un.org/disarmament/ptnw/index.html et http://www.undocs.org/conf.229/2017/L.3/Rev.1

Ça se réchauffe, cette fois c’est certain …

Il y a des semaines que je n’ai pas écrit de billet au sujet du changement climatique et des catastrophes qui en résultent comme par exemple les coraux qui disparaissent parce que l’eau des océans aurait tendance à s’acidifier. Encore que les coraux ça ne se mange pas, donc à peu près tout le monde s’en moque. Mais la pire des conséquences du changement climatique qui a été « visible » ces derniers jours est la vague de chaleur qui comme chaque année précède la mousson dans le sous-continent indien. Ça se passait cette année plus critiquement au Pakistan et on compte les morts, parce que chaque Pakistanais mort de chaud, c’est de notre faute, nous, vivant dans des pays développés où quand vient l’été et ses soirées un peu plus tièdes que d’habitude on met les conditionneurs d’air à fond et nous sommes tous coupables de la mort de 1500 Pakistanais, au moins (le dénombrement des morts a été finalement revu à la baisse, ouf !). Le RTCC, organe de propagande de l’IPCC ( http://www.rtcc.org/2015/05/29/india-heat-wave-kills-1500-in-taste-of-climate-change-impacts/ ), est très clair : ces 1150 morts (au Pakistan seulement, aux dernières nouvelles) sont « un avant-gout des conditions météorologiques extrêmes qui vont devenir de plus en plus fréquentes avec le réchauffement de la planète par les gaz à effet de serre ». Le Financial Times a repris l’information en confondant Inde et Pakistan et titrant, je cite : « Le changement climatique montré du doigt alors que des milliers de personnes meurent en Inde dans la fournaise climatique ».

C’est complètement absurde !

L’IPCC considère que nous avons une obligation morale de prévention de telles vagues de chaleur en éteignant nos conditionneurs d’air afin que cela ne se reproduise pas dans le futur. Le raisonnement de l’IPCC est en effet absurde. Les réfrigérateurs et les conditionneurs d’air sont alimentés par une énergie brûlant des hydrocarbures. Comme chacun sait brûler des combustibles fossiles carbonés produit du CO2. Comme chacun sait aussi ce CO2 présente un effet de serre, certes faible, mais suffisant pour provoquer « un certain réchauffement global », or plus on fait fonctionner de conditionneurs d’air plus on réchauffe l’air et donc encore plus d’eau s’évapore. Or comme la vapeur d’eau – en d’autres termes l’humidité – est un réel problème parce c’est un puissant gaz à effet de serre et est donc la cause d’un très puissant effet amplificateur du « réchauffement global » et si on n’y prend pas garde cette humidité croissante va conduire à un réchauffement climatique catastrophique supérieur à 2 degrés C d’ici la fin du siècle. Pire encore, si on continue à faire fonctionner ces conditionneurs d’air et ces réfrigérateurs qui ne sont somme toute que des appareils de confort ce réchauffement pourrait atteindre un point de non retour en s’auto-amplifiant avec comme effet « un événement d’extinction globale d’espèces animales ». On a tous compris la rhétorique de l’IPCC, c’est très clair, même les Pakistanais risquent de disparaître, peut-être même avant les ours polaires …

Et cette vague de chaleur précédant la mousson due au changement climatique anthropogénique est bien la résultante d’une augmentation de la vapeur d’eau dans l’atmosphère et ce phénomène existe depuis plus de 150 ans, c’est-à-dire en gros depuis le début de l’ère industrielle, ce n’est pas moi qui l’affirme en l’air sans arguments à l’appui, c’est l’IPCC : « Le changement climatique global va être accompagné de vagues de chaleur plus fréquentes et plus violentes » ( http://www.ipcc.ch/ipccreports/tar/wg2/index.php?idp=353 ). L’IPCC préconise donc de supprimer les conditionneurs d’air et la diminution de la production de CO2 aura pour conséquence de ralentir l’évaporation de l’eau. Avec moins d’humidité dans l’air il n’y aura plus de vagues de chaleur précédant la mousson dans le sous-continent indien. L’IPCC insiste aussi sur le fait qu’il faudrait tout de même développer le réseau électrique tant au Pakistan qu’en Inde parce qu’on n’a encore jamais vu de personnes mourir de chaleur dans un logement équipé d’un conditionneur d’air. C’est beau comme littérature, on en redemanderait !

Si on se penche sur le passé récent, on se demande bien où veut en venir l’IPCC avec cet amphigouri :

Australie, 2013 : une vague de chaleur traversa le pays après 5 mois de sécheresse inhabituelle.

Grandes Plaines américaines, 2012 : vague de chaleur et sécheresse exceptionnelle.

Texas, 2011 : vague de chaleur et sécheresse exceptionnelle.

Russie, 2010 : vague de chaleur résultant de la plus sévère sécheresse depuis 40 ans.

Grande-Bretagne, 1976 : de fin juin à fin août le temps a été sec, ensoleillé et chaud. L’été 1976 fut le point culminant d’une période de sécheresse qui débuta en avril 1975.

USA, 1936 : la vague de chaleur exceptionnelle fut la cause du « Dust Bowl » resté gravé dans les mémoires.

Marble Bar, Australie, 1923-1924 : une vague de chaleur sévit dans cette ville du nord-ouest du pays pendant 160 jours, du 31 octobre au 7 avril. En décembre et janvier la température ne descendit pas en dessous de 45 degrés C pendant la journée. Cette canicule prit fin avec l’arrivée d’air par le sud-ouest chargé d’humidité en provenance de l’Océan Indien.

Si on énonce les faits plus clairement, l’humidité ne peut en aucun cas provoquer des vagues de chaleur. Ce qui s’est tout simplement passé en Inde et au Pakistan est un retard de l’arrivée de la mousson et les peuples de ces deux pays ont finalement été soulagés par la mousson qui comme chacun sait apporte de l’humidité, des nuages, des orages et des pluies continues. D’un côté l’IPCC incrimine la vapeur d’eau en excès dans l’atmosphère, de l’autre côté la mousson et l’humidité en provenance de l’Océan Indien apportent l’apaisement et la richesse agricole à ces deux pays.

Plutôt que d’énoncer des imbécilités par l’intermédiaire de l’IPCC, les Nations-Unies devraient au contraire encourager l’Inde comme le Pakistan à améliorer leurs réseaux de distribution d’électricité qui atteint difficilement ou n’atteint pas du tout des dizaines de milliers de villages avec de fréquentes coupures et supporter financièrement un effort dans ce sens. Quand on sait que 16 milliards de dollars sont quotidiennement gaspillés dans le monde pour endiguer le réchauffement climatique (89000 milliards jusqu’en 2030, c’est le programme onusien pour combattre le réchauffement climatique, vous avez bien lu, faites le calcul) on est en droit de se poser de réelles questions ! L’IPCC remplit son contrat, c’est un organisme criminel au même titre que Greenpeace, deux groupes d’activistes opposés au développement de pays comme l’Inde ou le Pakistan, d’ailleurs y a-t-il une différence entre ces deux organisations …

Dernière minute : la France ne sera pas en reste cette semaine puisqu’il est prévu des températures avoisinant les 40 °C, du jamais vu depuis 60 ans, c’est sûr que ça se réchauffe. La Ministre de l’environnement va se frotter les mains dans son bureau aux lambris dorés avec naturellement l’air conditionné car elle aura du grain à moudre pour « son » COP21 !

Note : amphigouri, terme désuet qualifiant un texte incompréhensible et prétentieux.

Cinquante quatre milliards de dollars et 190000 employés : Qui est-ce ?

470px-Emblem_of_the_United_Nations.svg

Les Nations-Unies, leurs employés actifs, leurs retraités et leur fond de pension ! Il y a 200 fonctionnaires des Nations-Unies pour gérer ce fond en collaboration avec une quinzaine de banques dont l’une des plus impliquées est JPMorgan Chase. Comme dans toutes les circonstances similaires où il y a beaucoup d’argent à manipuler, les malversations sont inévitables, l’immunité diplomatique facilite les passe-droit et autres combines douteuses. Par exemple 25 % des fonctionnaires et des retraités de l’ONU perçoivent un salaire ou une pension libellés en francs suisses et naturellement domiciliés sur un compte parfaitement légal dans un établissement bancaire en Suisse, pays dont les valeurs morales sont irréprochables comme chacun sait, bizarre !

Ivan Pictet, descendant des fondateurs de la banque genevoise éponyme était depuis 14 mois président du comité d’investissement du fond dont il qualifiait le fonctionnement de « byzantin »*. Il a démissionné discrètement sentant le vent tourner ou bien par respect pour la réputation de sa banque qui aurait peut-être pu tremper dans des magouilles indescriptibles … Naturellement on ne le saura jamais, surtout pas les contribuables du monde entier qui financent ce monstre tentaculaire qualifié de « Machin » par De Gaulle … et il avait eu une vision très exacte de l’inutilité de cet organisme. On se demande d’ailleurs à quoi sert ce Machin puisque les opérations de sécurité des casques bleus sont largement supplantées par les Gis américains, les USA étant la nation mondiale la plus va-t-en-guerre qu’on n’ait jamais connu dans l’histoire depuis 100 ans et qui n’ont jamais été découragés par l’ONU dans leurs entreprises guerrières, trop facile les Américains ont un droit de veto.

Le Mexicain Sergio Arvizu s’est lancé dans d’obscures opérations financières avec la gestion du fond de pension de l’ONU dans le but d’échapper à tout contrôle tant de l’office du Secrétaire Général que du syndicat des employés de l’ONU. Mais oui ! il y a un syndicat pour ces diplomates, on pourrait dire un syndicat imprégné de diplomatie … Bref, cette ténébreuse histoire révèle un tout petit morceau de l’iceberg nauséabond que constitue le Machin, largement noyauté qui plus est par des gauchistes de tous bords et des écologistes qui ne se voilent même plus la face, en particulier au sein de l’IPCC, organisme officiel des Nations-Unies mais en réalité incubateur des œufs pondus par les bêtes immondes que sont Greenpeace, le WWF et des milliers d’affidés de ces deux monstruosités qui ont leurs bureaux à l’ONU et dictent leurs lois aux diplomates. Il est donc évident qu’un gros scandale décrédibiliserait l’ONU si ce n’est déjà le cas. Et ce sera tant mieux pour le monde entier !

Reste à savoir si cette affaire glauque de gestion de quelques milliards de dollars assez borderline éclatera au grand jour. Espérons que le changement climatique, une invention des Nations-Unies, fera éclore une vilaine fleur mutante dont les effluves terrasseront ces parasites inutiles et nocifs.

* Qurelles byzantines : discussions interminables sur des points théologiques, passionnées mais sans grand intérêt (Wikipedia)

Source : ats