Histoire de Minoens et de Mycéniens

Des archéologues de l’Université de Cincinnati ont exploré la tombe d’un guerrier dans un verger d’oliviers de la municipalité de Pylos située dans le sud du Péloponnèse. Quinze-cent ans avant l’ère présente Pylos était le centre d’une grande province du riche empire mycénien, c’est-à-dire mille ans avant les guerres du Péloponnèse relatées par Homère qui opposèrent Troie et Athènes. au sud de cette ville se trouvait la Crête, berceau des Minoens et peu de données historiques concernent ce peuple ce qui fait que toute découverte archéologique d’importance présente un intérêt certain pour reconstruire l’histoire passée de cette partie de la Grèce actuelle et de ses relations avec les Minoens. Ce que l’on sait de la prospérité des Minoens est le fait qu’ils avaient en partie occupé le Péloponnèse depuis la Crète puis avec des guerriers chevronnés accaparaient les richesses des Mycéniens comme le relata Homère dans sa description du combat entre le guerrier Pylos et Agate. La civilisation Minoenne disparut après la cataclysmique explosion du Santorin mais de riches guerriers furent auparavant enterrés aux alentours de la ville actuelle de Pylos. Mais il se peut que le scénario soit exactement inverse et que les Mycéniens se soient approprié les richesses des Minoens …

L’équipe d’archéologues a découvert une pièce rare dans la tombe à laquelle ils ont attribué, selon la légende, la description du combat entre le guerrier de Pylos renommé Griffin et Agate ou Agasthenes, roi d’Elis, contrée située au nord de Pylos. Il s’agit d’un sceau d’à peine trois centimètres de large ciselé dans une pierre dure représentant ce combat légendaire qui a été trouvé dans cette tombe à côté d’autres artéfacts dont des anneaux en or et des armes diverses. L’analyse par imagerie fait apparaître la finesse des détails qui sont tout à fait surprenants pour une telle époque reculée. Bien que de petite taille cette pièce unique en son genre révèle de nombreuses informations sur le degré d’évolution des Minoens.

Capture d_écran 2017-11-12 à 22.43.07

Le guerrier enseveli dans cette tombe d’une exceptionnelle richesse fut nommé le « guerrier Griffin » en raison de la découverte à ses côtés d’une plaque en ivoire ornée d’un griffon, un animal mythique avec un corps de lion et une tête et des ailes d’aigle. Les Minoens avaient donc atteint un degré de civilisation et de création artistique qui n’avait rien à envier aux Mycéniens, les vrais fondateurs de la Grèce antique telle qu’on la connaît aujourd’hui par les écrits des historiens de l’époque de Périclès, mais c’était bien plus tard …

Source et illustrations : PhysOrg