Homéopathie : la mémoire de l’alcool !!!

3501378546_fbd38f5509_o

L’immense polémique qui surgit en juin 1988 quand Jacques Benveniste osa publier un article dans le périodique scientifique Nature relatif à la mémoire de l’eau n’en finit pas de faire des vagues. On peut dire que cette publication de Benveniste constitue si l’on peut dire l’officialisation  de la fausse-science, on peut dire aussi la scientologie, qui perdure encore de nos jours dans de nombreux domaines. À l’époque le rédacteur en chef de Nature était un dénommé John Maddox. Comme le concept même de « mémoire de l’eau » était – et est encore – une gigantesque imposture scientifique, Maddox n’eut pas besoin d’attendre très longtemps pour voir arriver une avalanche de travaux contredisant ceux de Benveniste. Il en profita tout de même pour écrire un éditorial particulièrement acerbe dénonçant l’imposture de Benveniste. Il est important de rappeler que Benveniste avait obtenu un contrat avec les laboratoires Boiron (leader mondial de l’homéopathie) pour financer ses recherches sur les leucocytes. Inutile d’avoir beaucoup d’imagination pour comprendre que ces laboratoires avaient un immense intérêt à vendre de l’eau au cas où le liquide mémoriserait par dieu seul sait quel mécanisme les substances chimiques qui avaient été initialement mises en solution pour préparer cet échantillon d’eau chimiquement pur après avoir effectué des dilutions d’un facteur 1/10 élevé à la puissance 30 ! Là où l’imposture reprit de l’ampleur c’est quand Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du SIDA, apporta son soutien scientifique à Benveniste en 2007 … Cet épisode fâcheux pour Montagnier rappelle les incongruités de Linus Pauling, également nobélisé, qui prétendit que s’administrer plusieurs grammes chaque jour d’acide ascorbique ne pouvait qu’être bon pour la santé … À croire que les Prix Nobel planent sur leur nuage et que tout leur est permis y compris pratiquer de la fausse science.

Cette entrée en matière pour préciser que l’homéopathie, c’est de cette imposture-là dont il s’agit ici, formule des produits chimiques ou des extraits variés de plantes ou d’animaux, y compris des insectes, après des dilutions astronomiques dans de l’eau, de l’eau glucosée ou de l’alcool, à croire que le glucose et l’alcool possèdent aussi cette propriété de mémoire transmise par l’eau ! L’homéopathie n’est pas une science, c’est un commerce frauduleux et extrêmement juteux (voir note en fin de billet). L’homéopathie est-elle efficace ? La réponse est clairement non ! L’homéopathie commercialise des placébos coûteux et pour bien confondre les esprits cette industrie utilise des mots incompréhensibles remontant aux pratiques des alchimistes. Savez-vous ce que vous ingurgitez avec un flacon d’alcool supposé contenir 20CH d’Humulus lupulus ou de Natrum Muriaticum ? Heureusement parce que vous seriez surpris(e). Le Natrum Muriaticum c’est du vulgaire sel de cuisine et l’Humulus lupulus le tout aussi vulgaire houblon qu’on ajoute au malt pour donner sa saveur amère à la bière !!!

Les associations protectrices de la santé humaine ont obtenu l’affichage obligatoire de la présence de produits provenant de plantes génétiquement modifiées. Quid de l’homéopathie qui échappe aux régulations imposées à l’allopathie en termes d’affichage ? C’est le flou artistique. Mais parmi ces médications d’une autre époque il y a une formulation qui possède un réel principe actif : l’alcool. Il existe une préparation homéopathique contenant comme seul principe actif 20 % d’alcool pour combattre la constipation. La boite de 6 ampoules de 2 centilitres coûte 36 dollars et pour ce prix-là on peut s’acheter une bouteille de bonne vodka qui contient le même principe actif ! Pire encore les enfants peuvent se traiter avec cette « préparation » anti-constipation. Pour ma part je préfère le rhum agricole des Antilles françaises …

Si le régulateur exigeait un étiquetage sérieux des produits homéopathiques cette industrie disparaîtrait immédiatement car ses adeptes comprendraient qu’ils sont pris pour de fieffés imbéciles. La résurgence de la pseudo-science n’a pas de limites dans la mesure où elle permet de réaliser des profits à bon compte. Par exemple la firme américaine CVS-Caremark ( investors.cvscaremark.com ) s’est donné pour mission de « réinventer la pharmacie » en commercialisant des produits homéopathiques innovants. J’ignorais qu’on pouvait innover dans la fraude et le mensonge mais la fin justifie les moyens …

Inspiré d’un article paru dans Slate.com

Note : Au cour d’un dîner lyonnais mondain intime, nous n’étions qu’une douzaine de convives, j’ai rencontré Christian Boiron et en tant que biologiste intègre je me suis permis de l’interpeller au sujet de ses activités industrielles plus que douteuses. Il m’a simplement et presque naïvement répondu qu’il gagnait sa vie en vendant des petites billes de glucose colorées, de l’eau et éventuellement de l’alcool à 20 degrés et qu’il se moquait du reste car il employait plusieurs milliers de personnes et qu’à ce titre il était respecté … À méditer.