COP21 : Global Warming, un échec global

 

Pendant qu’au Bourget les derniers petits-fours de chez Fauchon, Dalloyau, Paul ou Hédiard étaient avalés à la hâte au cours des derniers débats « cruciaux pour l’avenir de la planète », il semblait qu’un accord ne pourrait être atteint dans les temps, un nombre croissant de pays manifestant une obstruction insupportable aux visées hégémoniques télécommandées par les puissances financières occidentales car ils s’opposent à la signature finale et toute symbolique d’une main-mise supranationale leur commandant tout simplement ce qu’il faut faire et ne pas faire, à savoir ne plus s’orienter vers un développement économique quel qu’il soit au risque de mettre en péril l’avenir de l’humanité. Imaginons Laurent Fabius expliquer à un habitant de Mumbay ou de Shanghai de ne plus conduire de voiture, de ne plus se chauffer et de ne plus s’éclairer que parcimonieusement … Autant dire que peu de pays ratifieront les décisions prises par la COP21 à commencer par les USA qui n’ont jamais ratifié le protocole de Kyoto !

Les gesticulations et mouvements de menton de ce triste individu me rappellent une situation unique que je me permets de relater ici à mes lecteurs. Il m’est parfois arrivé d’aller déjeuner au Cercle de l’Union Interalliée sis au 33 de la rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris invité par un ami. À cette époque, il y a 30 ans et quelques poussières, on pouvait y rencontrer Laurent Fabius sortant de la piscine et exhiber ses abats sans os à l’assistance, très fier de lui. Je n’invente rien et d’ailleurs comment pourrais-je inventer une telle histoire si je ne l’avais pas vécue dans la réalité. Ce même individu, alors qu’il était ministre des finances prit soin d’exonérer les œuvres d’art de toute taxe car sa famille était et est encore impliquée dans le commerce des œuvres d’art. Il fut propulsé Premier Ministre (je ne sais pas pourquoi j’utilise des majuscules) par Mitterand qui accumulait des œuvres d’art dans sa résidence sise au 22 de la rue de Bièvre où j’ai eu le privilège très privé de me rendre à plusieurs reprises, je ne vous en dirai pas plus. J’ai vu de mes propres yeux les nombreux tableaux décorant les murs des envolées d’escaliers en pierre de cet hôtel particulier probablement acquis à la suite de magouilles crapuleuses dont sont coutumiers les hommes politiques.

« Data or Dogmas » c’est ce que titrait la presse conservatrice outre-atlantique ce vendredi, comprenez de « vraies évidences scientifiques ou des croyances imposées » pour le plus grand bénéfice des puissances financières qui naturellement reverseront un généreux dividende aux politiciens complices de cette gigantesque mascarade dont Laurent Fabius, naturellement, puisqu’il fut le maître de cérémonie de cette CPO21, assisté de Ségolène … La Miss Royal qui naturellement va s’enrichir au passage, on ne peut en douter un instant. Je trouve curieux que Gala ou Closer n’aient pas pu trouver une histoire truculente entre Ségolène et Laurent. Les Français, préoccupés selon les derniers sondages auxquels je n’ai prêté aucune attention par la « montée » du FN à la gouvernance des régions, ne se préoccupent plus du tout du climat, de la crise du climat, du réchauffement global et du changement climatique, ils s’en moquent et ils ont complètement tort car ça va leur coûter très cher ! Merci Laurent, merci Ségolène …

Je t’aime, un peu, beaucoup …

da7a8d9e-4f1f-4cd8-8ca7-1bc965c07acd-460x276

Félix Faure était un habitué des alcôves, il en mourut, mais depuis De Gaulle et Pompidou qui furent fidèles à leur doudou, c’est la cavalcade ! D’abord Tonton qui baisa tant et si bien Anne Pingeot qu’il en résulta une certaine Mazarine (voir photo) puis le grand Jacques qui était un passionné de sumo et multipliait pour cette raison ses séjours à Tokyo, mais pas seulement pour le sumo, il retrouvait une call girl dont il eut un enfant qui aux dernières nouvelles vit avec sa mère (aux frais des contribuables?) dans le sud de la France, merci. Giscard se prit au jeu d’écrire des confidences aussi lubriques qu’incertaines sur une prétendue liaison qu’il avait eu avec, excusez du peu, la princesse Diana, un pur fantasme de vieux libidineux. Sarkozy a eu tout de même l’élégance d’épouser en bonne et due forme sa maîtresse Carla. Et maintenant le patron actuel de l’Hexagone qui va de bras en bras sans aucune retenue … C’est à croire que la fonction présidentielle a un effet direct et irrépressible sur la libido.

Il reste que DSK, qui sans une sordide histoire de fellation ancillaire dans un hôtel de NY aurait pu être l’actuel président, lui au moins se payait des putes (hors employées d’hôtel) pour respecter une élémentaire morale. Inutile de rappeler les frasques à répétition des rois de France, y compris de Bonaparte. L’histoire de France a toujours été émaillée d’histoires de cul et Hollande ne fait pas exception, soyons indulgents.

Vive l’amour avec un petit a !

Illustration : Mademoiselle Pingeot et sa mère aux obsèques de Tonton

Le Bon Plaisir (Francis Girod) : critique politico-cinématographique

J’ai revu ce soir par hasard un film de Francis Girod remarquablement interprété par Trintignant, Deneuve et Serrault intitulé « Le Bon Plaisir » et je conseille à ceux qui disposent de ce film dans leurs archives piratées ou simplement enregistrées à la télévision de le revoir. Je ne savais pas que ce film dont le scénario est une imagination de Françoise Giroud basée sur des faits réels, la véritable existence de Mazarine, la fille naturelle de François Mitterrand. Jusque là rien de vraiment excitant ou nouveau, tout y est dit sur wikipedia ou IMDB. Mais j’ai relevé une phrase vraiment révélatrice du Président, Trintignant incarnant Mitterand, à propos de son dauphin : « c’est un édredon ! ».

Je n’invente rien, et que mes lecteurs se donnent la peine de revoir ce film, quand le Président parle de son dauphin, il le qualifie d’édredon, or, depuis Mitterand, c’est le capitaine de pédalo qui gère la destinée de la France, c’est donc le dauphin fictif de Mitterrand, et le scénario prémonitoire de Françoise Giroud se vérifie dans les fait aujourd’hui car le président actuel de la France est en train d’endormir les Français avec des réunions, des comités, des rapports à n’en plus finir qui coutent de l’argent au pays pour repousser l’heure de vérité, celle où il devra constater son incompétence, ses mensonges répétés et son comportement systématique d’esquive lorsqu’il est confronté aux problèmes centraux du pays. Le Président a tous les pouvoirs et il en abuse pour abuser les électeurs et les contribuables, mais jusqu’à quand cette mascarade durera-t-elle … Les Français sont endormis par « l’édredon » mais le réveil sera douloureux !