Quand les militaires prennent les avions civils pour cibles

Malaysia_Airlines_Boeing_777-200_9M-MRD_NRT_(16073510797).jpg

Le vol 752 de la compagnie aérienne ukrainienne a servi de cible aux pasdarans qui étaient sur le qui-vive en raison d’une alerte indiquant l’arrivée de missiles en provenance d’un pays étranger. Un missile a été tiré par erreur sur l’avion qui emportait la fine fleur intellectuelle iranienne, en majorité de jeunes ingénieurs et des doctorants retournant au Canada pour poursuivre leurs études universitaires. Parmi les passagers il y avait une trentaine de bi-nationaux irano-canadiens. Deux missiles SA-15 ont été tirés.

Mais cet événement ne constitue pas un précédent si on remonte dans le temps. Les militaires ont toujours considéré l’espace aérien comme leur pré carré et ils semblent se moquer des avions civils. C’est ainsi … Le 11 septembre 1968 le vol Air France Ajaccio-Nice s’écrasait au large du Cap d’Antibes avec 95 personnes à bord. L’avion eut la malchance de survoler une zone maritime où s’effectuaient des exercices militaires. Les autorités maritimes et terrestres avaient émis une alerte pour la période du 9 au 13 septembre mentionnant un « avis de tirs » à l’intention des pêcheurs mais les autorités de l’aviation civile ne crurent pas utile d’en informer la compagnie Air France. Selon une enquête et le témoignage d’un ancien militaire un missile fut tiré depuis le bâtiment lance-missiles le « Suffren » qui se trouvait sur zone ce jour-là.

Le 3 Juillet 1988, à la fin de la guerre Iran-irak le Capitaine Will Rogers commandant l’USS Vincennes dans le nord du Golfe persique confondit l’Airbus d’Iranian Air, le vol 655, avec un F-14 iranien et l’avion civil se trouvant à une altitude de 13500 pieds fut abattu par deux missiles tirés depuis l’USS Vincennes avec 290 personnes à bord. Le Pentagone étouffa l’affaire. Le 17 Juillet 1996 à quelques jours de l’ouverture des jeux olympiques d’Atlanta l’armée américaine était en état d’alerte maximale, du jamais vu depuis la crise des missiles de Cuba. La paranoïa du conseiller à la sécurité de Bill Clinton, Richard Clarke, était à son comble. Le vol TWA 800 parti de Kennedy Airport à destination de Paris puis Rome fut abattu au large de Long Island par un missile de la Navy. Aucun des 230 passagers ne survécut d’autant plus que l’aéronef se trouvait déjà à une altitude de 13000 pieds. Le FBI s’empara immédiatement du dossier laissant sous-entendre qu’il s’agissait d’un attentat terroriste. Pourtant plus de 250 témoins oculaires se trouvant à Long Island certifièrent qu’ils avaient vu distinctement un missile se diriger vers l’avion. La CIA fit taire ces témoins en les achetant ! Le rapport de la tour de contrôle de l’aéroport JFK fut immédiatement séquestré par le FBI et l’affaire fut close.

Enfin l’énigme toujours non résolue du vol MH 17, un Boeing 777 de Malaysia Airlines reliant Amsterdam à Kuala-Lumpur abattu par un missile d’origine russe Buk a été immédiatement imputé à la Russie. La majorité des 298 victimes étaient néerlandais. Les autorités néerlandaises dépêchées sur place interdirent tout accès aux journalistes à la zone où se trouvaient éparpillés les débris du crash. Les autorités malaises ne purent pas avoir accès au dossier et le mystère reste encore aujourd’hui entier en ce qui concerne les auteurs du tir de missile. Quatre suspects, trois Russes et un Ukrainien ont été désignés comme coupables, zvec le soutien de la CIA, sans qu’aucune preuve n’ait pu être apportée quant à leur participation dans le crash du vol MH 17.

En conclusion, et il y a probablement d’autres accidents délibérément provoqués par des forces armées qu’il est difficile de retrouver tant la chape du silence est lourde, les forces armées, les gouvernements, les services secrets et les commissions d’enquête s’empressent d’étouffer ces affaires regrettables ou d’en déformer les faits à des fins politiques. L’Iran a reconnu que son armée avait abattu par erreur l ‘avion ukrainien provoquant une manifestation hostile de la population iranienne et on peut le comprendre. Cette reconnaissance de culpabilité est un fait sans précédent qui mérite d’être salué … (Illustration : l’avion du vol MH17 qui fut abattu au dessus de l’Ukraine)