France Inter serait-elle une radio noyautée par les Verts ?

 

J’ai écouté le journal de 13 heures de France Inter aujourd’hui et un temps de parole délirant dans sa durée a été accordé à une députée européenne EELV à propos du danger potentiel des champs d’ondes électromagnétiques dans lesquels on baigne en permanence dans les villes et même les campagnes pour l’utilisation de téléphones portables. Sur le plan strictement scientifique, aucun résultat probant n’a jamais pu être mis en évidence, ni en ce qui concerne les antennes relais des téléphones cellulaires ni à plus forte raison des radars situés à proximité des aéroports dont la puissance d’émission est du même type et beaucoup plus importante. Cette personne dont je n’ai pas mémorisé le nom puisque j’ai coupé l’émission, ce qui m’a privé de la suite du journal, mettait en avant le principe de précaution inscrit dans la Constitution française qui est l’une des créations législatives les plus perverses qu’on puisse imaginer. Je rappelle que ce principe a été créé par les politiciens à la suite de la première conférence sur le climat de Rio si mes souvenirs sont exacts et concernait alors le climat et seulement le climat. Ce n’est qu’à la suite du scandale du sang contaminé en France et dans une moindre mesure dans d’autres pays européens et ensuite du scandale de la vache folle, deux affaires qui je le rappelle ici sont dues à des abus directs et donc des erreurs humaines flagrantes, que ce principe a été inscrit dans le traité de Maastrich puis dans la Constitution française. Et dans la formulation de ce principe au niveau tant français qu’européen et même international, les écologistes n’y sont pas pour rien et ils semblent en revendiquer une certaine paternité. Leur démarche est évidente, ils veulent tout simplement bloquer tout progrès scientifique et technique, revenir à la bougie et à la charrue en bois d’érable avec un aiguillon en bois de houx tirée par des bœufs blancs tachés de roux. C’est aussi clair que cela ! Voilà la philosophie des écolos, EELV, Greenpeace et les autres y compris certains philosophes malthusiens et branchés ! Souvenez-vous du fameux « responsable mais pas coupable » à propos du sang contaminé en France. Si on n’applique pas le principe de précaution, on devient irresponsable selon l’idéologie des écolos et de surcroit coupable. Voilà où en est le débat sur les ondes électromagnétiques au mépris de toutes les évidences scientifiques et il en est de même du débat sur les OGM, il s’agit des mêmes impostures. Je rappelle aux ignorants (j’espère que les lecteurs de mon blog ne font pas partie de cette catégorie, mais je l’écris tout de même pour leur rafraîchir la mémoire) que les micro-ondes n’ont jamais favorisé de réactions chimiques directes et inattendues autres que celles pouvant être induites par l’élévation de température (dans un four à micro-ondes) qui n’est que la conséquence unique de la vibration des molécules d’eau induite par ces ondes électromagnétiques. Pour ce qui concerne les ondes utilisées en téléphonie sans fil et dans les réseaux WiFi, l’énergie est infiniment plus faible et la longueur d’onde n’est pas adaptée pour induire une vibration potentiellement néfaste des molécules d’eau.

Les écologistes, comme d’habitude, racontent n’importe quoi et leurs propos ne sont proférés que dans le seul but d’affoler les populations et quand leur sacro-sainte mission de protection est dévoyée pour des raisons bassement politiciennes, leur attitude est insupportable.

J’en déduis donc à la fin de ce billet que France Inter et donc son staff de journalistes est noyauté par les écolos pour avoir laissé autant de temps de parole à une députée ignorante des principes de base de l’électromagnétisme, de la chimie et de la biologie. France Inter n’est plus un service public mais une tribune politique !

 

Lien pour les courageux : http://www.franceinter.fr/emission-le-journal-de-13h-inter-treize-podcast-19