Le plan Macron de « transition énergétique » : une utopie …

Capture d’écran 2017-05-14 à 12.00.11.png

L’Académie des Sciences française a rendu public un rapport édifiant sur ce qu’il est de bon ton d’appeler la « transition énergétique » car si on est politiquement correct il faut décarboner l’énergie afin de sauver la planète de la fournaise et le nouveau Président de la République française a grosso modo repris les projets mis sur le papier par l’ex de son prédécesseur, la Miss Ségolène alias Grande Prêtresse mondiale du climat. Selon l’idéologie pure et dure des écologistes en ce qui concerne cette transition énergétique il s’agira pour la France de développer les énergies renouvelables, ce qui pourrait dans l’esprit de cet ex-banquier, générer 50 milliards d’investissement, ce n’est pas votre serviteur qui l’affirme mais l’agence Bloomberg. Suivant les principes onusiens de l’ « investissement responsable » BNP Paribas Assest Management a suivi Amundi (Crédit Agricole) en émettant des obligations « vertes » afin de financer ce projet, délirant comme vous allez vous en rendre compte, d’énergies renouvelables pour l’horizon 2023. Ci-dessus en un graphique l’objectif du Sieur Macron (source Bloomberg).

Pour bien comprendre l’absurdité de ce projet il faut faire quelques rappels succincts au sujet de la situation énergétique de la France. Trente-neuf pour cent de toute l’énergie primaire consommée en France provient des 58 réacteurs nucléaires, en d’autres termes deux cinquièmes. Inutile de rappeler ici que les centrales nucléaires ne rejettent aucun CO2 dans l’atmosphère et projeter de remplacer les réacteurs dits vieillissants – mais qui pourraient encore fonctionner sans encombre pendant peut-être encore plus de 30 ans – par des sources d’énergie renouvelable, car ne produisant pas de CO2, est en soi une première aberration. Je rappelle à mes lecteurs que la France se classe deuxième dans le monde après le Québec pour la production d’énergie électrique non carbonée, c’est un fait incontestable malheureusement remis en cause par les écologistes qui ont développé avec le temps une allergie incurable à l’uranium …

Capture d’écran 2017-05-14 à 12.21.28.png

La France produit 416 TWh d’électricité d’origine nucléaire sur un total d’électricité produit de 546 TWh (source Wikipedia, graphique ci-dessus) pour une puissance installée de 61,3 TW électriques répartie sur 58 réacteurs avec un taux de disponibilité de près de 84 %, ce qui constitue une prouesse mondiale que personne n’est en droit de contester. L’énergie nucléaire représente donc le pilier incontournable de la production d’électricité dans ce pays et prétendre faire passer la part du nucléaire de 76 % (actuellement) à 50 % à l’horizon 2025 en remplaçant donc 274 TWh de production par des énergies renouvelables tient du rêve et le rapport de l’Académie des Sciences du 19 Avril 2017 le montre parfaitement.

Par définition les énergies dites renouvelables sont incapables de fournir de l’électricité en continu. Quand il n’y a pas (ou trop) de vent les moulins à vent ne produisent rien du tout et la nuit les panneaux photo-voltaïques ne produisent rien du tout non plus. Le concept de « gratuité » des énergies renouvelables est un leurre économique et surtout idéologique dans lequel Macron s’est engouffré tête baissée car il faut toujours avoir présente une source d’énergie électrique fiable pour pallier à cette intermittence fatale. Le cas de l’Allemagne est exemplaire dans la stupidité de la transition énergétique que ce pays a adopté à la suite de l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi. Couvrant à grand frais une grande partie de son territoire national de moulins à vent afin d’arrêter tous les réacteurs nucléaires aux alentours de 2025 (la moitié d’entre eux est déjà arrêtée définitivement) ce pays n’a pas réduit d’un gramme ses émissions de CO2 en 6 ans alors que le prix du kW a doublé dans le même temps. C’est du renouvelable, oui, mais pas pour le porte-monnaie des consommateurs et la fameuse (et fumeuse) empreinte carbone de l’Allemagne fait que ce pays est le plus mauvais élève de l’Europe dans ce domaine !

Pour bien faire dans le meilleur des mondes énergétiques (électriques) possibles il faudrait pouvoir stocker l’électricité « verte ». Or la France a atteint ses limites en termes de stockage hydroélectrique. Reste donc le stockage à l’aide batteries d’accumulateurs, toutes les autres technologies de stockage relèvent de l’utopie économique. Selon le plan Macron de transition énergétique, soit 45 GW de puissance électrique renouvelable installée produisant au mieux 2,25 GWh il faudrait disposer afin de stocker cette énergie, tenez-vous bien assis, 372000 tonnes de batteries d’accumulateurs au lithium dont la fabrication nécessiterait 11100 tonnes de lithium, soit 28 % de la production actuelle mondiale de lithium. Ce n’est pas moi qui invente ces chiffres, ils figurent en clair dans le rapport de l’Académie des Sciences. C’est écrit en toutes lettres dans ce rapport : si on voulait stocker deux jours de production électrique française à l’aide de batteries d’accumulateurs (une situation qui pourrait se présenter si le plan Macron est mis en place) il faudrait 12 millions de tonnes de batteries nécessitant pas moins de 360000 tonnes de lithium alors que la production annuelle mondiale de lithium n’est actuellement que de 40000 tonnes !

Restent les véhicules automobiles électriques qui constituent le gros de la consommation d’énergie primaire ainsi que la majeure partie des émissions de CO2 en France. À ce propos je rappelle à mes lecteurs que la fermeture prématurée des deux réacteurs nucléaires de Fessenheim privera de recharge quotidienne 400000 véhicules électriques. Rien qu’à la lueur de toutes ces données il est inutile d’épiloguer, Macron a repris le plan élaboré par l’ex de l’ex-président les yeux fermés et avec une stupidité atterrante. Qui peut croire un instant qu’il fera mieux dans d’autres domaines économiques et sociaux durant son quinquennat ? Pour ma part j’émets de sérieux doutes …

Sources : Wikipedia, Bloomberg et le rapport de l’Académie des Sciences du 19 avril 2017 disponible sur le site de l’Institut de France : http://www.academie-sciences.fr/fr/Libres-points-de-vue-d-academiciens/libres-points-de-vue-d-academiciens-sur-l-energie.html

Macron veut créer 10000 postes supplémentaires à l’Education nationale française !

800px-Jules_Ferry_Nadar.jpg

Quand j’ai lu cette nouvelle relatée par Le Monde il y a plusieurs jours j’ai cru avoir eu une hallucination. C’est pourtant l’un des points les plus clairs du programme de ce candidat, venu d’aucun parti politique et jamais élu auparavant, au trône élyséen. Il s’agit naturellement d’une mesure électoraliste qui va plaire aux 1 418 744 employés du mammouth, et ça fait beaucoup d’électeurs en comptant aussi leurs familles.

Parlons-en. L’Education Nationale compte plus d’employés que l’armée russe mais tout de même moins que l’armée de la Chine Populaire, ouf ! C’est en effet la plus grande administration dans le monde après cette armée chinoise.

Sur ces données disponibles publiquement il y a moins de 1 million d’enseignants effectivement en poste c’est-à-dire qu’il y a 512 087 fonctionnaires de l’EducNat classés pudiquement « administratifs » hors restauration et services annexes. Sur ces quelques cinq-cent-douze-mille personnes, selon une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale, 37 664 n’apparaissent que dans la rubrique « dépense de personnels » dont personne ne sait ce qu’ils font exactement, même le Ministère l’ignore. Il y a également plus de 30 000 salariés du mammouth qui sont détachés on ne sait pas trop où et ni dans quelles fonctions.

L’Education Nationale coûte aux contribuables 100 milliards d’euros par an, c’est le prix de 6 EPR (si tant est que ce prix n’est pas à rallonges) ou encore de 52 porte-avions nucléaires de 36 000 tonnes avec hélices en état de marche.

Pourtant il y a en France aujourd’hui 459 600 élèves et étudiants de moins qu’en 1991 … alors qu’il y a 247 000 enseignants de plus ! Cherchez l’erreur …

L’efficacité du mammouth est exemplaire.

Le Ministère reconnait humblement que parmi les 726 000 jeunes qui quittent le système chaque année 439 000 d’entre eux n’ont pas acquis de réelle formation. À l’Université on dénombre 236 583 étudiants en « sciences humaines et sociales » qui coûtent chacun à la collectivité 48 000 euros par an alors qu’à peine 5000 postes sont à pourvoir dans ce secteur. Enfin l’OCDE a classé la France loin derrière les autres nations occidentales en classant 40 % des élèves sortis des lycées et collèges dans la catégorie des illettrés, c’est-à-dire incapables de lire, comprendre et résumer en 5 lignes un texte simple de 20 lignes, ça laisse rêveur. Cerise sur le gâteau, parmi les 13 meilleurs lycées parisiens pour leurs résultats au baccalauréat, 11 sont privés !

Source : Ministère de l’Education Nationale, illustration Jules Ferry, photo de Nadar (Wikipedia)

Note : Les écoles, lycées et universités ne sont pas des centres d’ « éducation » mais des endroits où les élèves acquièrent des connaissances à l’aide d’un personnel compétent qui transmet le savoir. L’éducation est l’affaire des parents et non des agents de l’Etat. Jules Ferry commit donc un abus de langage idéologique qui n’a jamais été corrigé. L’école publique est devenue un endroit où on éduque effectivement les enfants dès le plus jeune âge pour en faire des citoyens serviles. Voilà le résultat de l’ignoble décision de Jules Ferry, colonialiste, raciste et va-t-en-guerre, et de ses lois de 1881 et 1882.

BRÈVE : Politique française, seulement réservé aux initiés

Hollande et Royal sont très amis du Portugais António Guterres qui est le nouveau secrétaire général de l’ONU.

Hollande vise la présidence du Conseil de l’Union Européenne, le poste étant vacant en juin.

Ce serait la première fois qu’un ancien chef de l’État occuperait ce poste.

On entend dire : « La situation difficile de l’Europe après Brexit le justifierait. »

Quant à la Royal elle brigue la direction du Programme des Nations Unies pour le Développement  (PNUD).

Elle peaufine son anglais pour remplacer en septembre prochain la Néo-Zélandaise Helen Clark.

Et… pour cela ils ont besoin de l’appui du nouveau président, donc la victoire de Macron leur est indispensable…

Le tour serait joué et vive la France !

Inutile d’insister, les enjeux de la candidature de Macron dépassent la capacité de raisonnement des électeurs (tous des sans-dents) français. Il s’agit d’une haute-voltige de la parasitocratie internationale et Macron en est la marionnette idéale pour leurrer l’ensemble des Français … Tout simplement désolant et comme le dit H16 sur son blog « ce pays est foutu » !

Source : un whistleblower français issu du sérail

Hollande et Macron se font la bise à la soirée du Crif

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.24.44.png

Dans cette série de billets un peu (beaucoup) polémistes à propos de la campagne électorale écoeurante, abjecte, qui se déroule au fil des jours en France je ne peux que constater que Macron n’est qu’un pion manipulé par la haute finance internationale et le poulain désigné par le capitaine de pédalo mais tout de même grand capitaliste, alias ex-amant de Valérie, père d’une série de bâtards avec Ségolène et Anne, toujours amant de Julie … on ne sait pas trop, la réincarnation des histoires de cul de la royauté au XVIIe siècle. Lors de la soirée du Crif de ce 22 février 2017 naturellement et sans surprise aucune relatée par Bloomberg.TV il a fait la bise à Emmanuel :

Capture d’écran 2017-02-22 à 23.07.42.png

Ça veut tout dire. Mais quand j’ai appris que Bayrou avait rallié le clan Macron après Ségolène et Corinne j’ai finalement compris qu’en France c’était devenu du grand n’importe quoi. J’en ai eu carrément la nausée.

Surtout que mes lecteurs ne considèrent pas que je sois un anti-sémite viscéral, bien au contraire. J’ai compté parmi mes amis intimes des porteurs de kippa, j’ai été invité à des mariages à la grande synagogue de Lyon quai Tilsitt, j’ai compté parmi mes maîtresses des Judith, des Sarah, des Meriam et bien d’autres, non seulement je n’ai pas honte de le dire mais je me félicite qu’au lit j’aie pu constater qu’il n’est plus question de race ou de religion. Nous sommes tous des êtres humains.

Cependant constater que BFMTV fasse en quelque sorte de la publicité pour Emmanuel Macron à une soirée du Crif me semble tout simplement déplacé car en France le pouvoir et les églises – quelles qu’elles soient – sont séparées depuis 1901 si ma mémoire est exacte. Les religions n’ont rien à voir avec la politique et il n’est donc pas surprenant qu’Emmanuel Macron ait ôté sa kippa pour faire la bise à Hollande. C’est donc bien son ex-employeur banquier et le futur ex-président qui le soutiennent, cela ne fait plus l’ombre d’un doute …