Billet d’humeur politique : où va la France ? Les « Gilets Jaunes ».

LaBoétie001.jpg

Dans une démocratie chaque citoyen a abandonné des pans entiers de sa liberté en mettant au pouvoir par son vote, le seul geste réellement libre et démocratique qui lui reste, des représentants supposés défendre ses intérêts, faire régner la justice, défendre son pays contre une agression extérieure et assurer l’ordre et la sécurité intérieure. C’est le pouvoir régalien de l’Etat que le citoyen a mis en place par son vote. Tout le reste n’est qu’un abus de pouvoir de cet Etat pour lequel le citoyen est finalement complice de la perte de sa propre liberté. Estienne de La Boétie l’avait parfaitement décrit dans son essai Discours de la Servitude Volontaire publié en 1548 précisément à l’époque où les habitants de la Guyenne subissaient une violente répression à la suite d’un mouvement anti-fiscal. Je suggère encore à mes lecteurs d’écouter la version audio de ce pamphlet politique en français contemporain disponible sur la Toile.

Bref, le gouvernement, je devrais dire les gouvernements, tant de la France que de toutes les soit-disant démocraties occidentales, ont mis en place des mesures qui privent les citoyens de leurs libertés fondamentales. L’information est contrôlée par des groupes financiers complices du monde politique. Les citoyens ne reçoivent donc que les informations que le pouvoir daigne leur communiquer. Des lois liberticides sont progressivement mises en place pour museler les citoyens qui osent encore s’élever contre les agissements du gouvernement. En ce qui concerne plus particulièrement l’aspect financier du fonctionnement de l’Etat, la formule de Peyrefitte « Toujours plus » et respectée à la lettre. L’Etat est un puits sans fond en termes de financement car il s’occupe de ce qui ne le regarde pas et cette mission qu’il s’est arrogé au fil des années ne peut pas être financée à moins d’appauvrir l’ensemble de la population tout en l’asservissant.

Il ne reste plus aux citoyens pour se faire entendre d’un appareil étatique tentaculaire que la grève et les manifestations de rue pouvant dégénérer à tout moment en guerre civile tant la population est exaspérée par les prélèvements fiscaux et les transferts massifs d’aides variées aux plus démunis dont en particulier les immigrés récents qui se sont organisés en communautés imperméables au reste de la population. C’est la situation à laquelle est confrontée la Suède et à ce titre la situation de ce pays telle qu’elle est rapportée par les médias sous contrôle de l’Etat très loin de la réalité est significative. Ces médias prétendent que la Suède équipe son armée pour éventuellement attaquer la Russie, la bête noire de l’Occident comme en a décidé la Maison-Blanche. Or il n’en est rien : la Suède équipe son armée pour faire régner l’ordre sur son propre territoire afin de faire face aux désordres de plus en plus violents créés par ces immigrés récents. Et cette situation est identique en France mais les médias n’en parlent jamais.

Afin d’appauvrir systématiquement la population toute entière l’Etat avance le changement climatique, la transition énergétique écologique, la protection des écosystèmes et bien d’autres fadaises répandues par des ONGs vivant de la générosité de l’Etat pour instaurer encore plus de taxes et dans le même temps il (l’Etat) organise le prélèvement de l’impôt à la source privant ainsi les citoyens d’un autre droit qui lui reste : refuser de payer ses impôts, en quelque sorte une autre forme de grève tout en mettant progressivement une société sans cash pour mieux pister les citoyens et les priver de la gestion de leur propre porte-monnaie. Mais refuser de payer ses impôts ne peut, pour réussir pleinement, qu’être décidé simultanément par l’ensemble des citoyens afin que l’Etat ne puisse plus avoir de marge de manoeuvre pour contrecarrer ce mouvement qui doit être de ce fait global. Mais qui prendra l’initiative d’informer les contribuables que le temps presse ? Tout individu courageux invitant la nation à se rebeller contre l’administration fiscale sera immédiatement jeté en prison ! Voilà où en est arrivée la France, le pays inventeur, après la Grande-Bretagne et les USA, de la démocratie moderne. Ce pays est devenu progressivement un état totalitaire, les libertés y sont bafouées et les citoyens réduits à la misère au profit d’une élite oeuvrant de concert avec le gouvernement. Gilets jaunes ressaisissez-vous et faites passer le message : il faut refuser cette servitude volontaire par tous les moyens dont on dispose encore mais pour plus beaucoup de temps …

Selon Julian Assange nous vivons nos derniers instants de liberté

Capture d’écran 2018-09-23 à 16.08.32.png

Avant qu’il ne soit définitivement déconnecté du monde extérieur, Julian Assange donna une dernière interview relative au futur de la surveillance mondiale et comment les avancées technologiques ont changé l’humanité.

Dans une vidéo mise en ligne par le World Ethical Forum à Bercelone, Assange porte un regard critique sur ce qui fait face à l’humanité et il appelle cela dystopie – un univers orwellien – dont il dit sans hésitation qu’il sera bientôt impossible pour n’importe quel individu sur la planète de ne pas être inclus dans les bases de données gouvernementales ainsi que celles détenues par les entités de la high-tech communément appelées les GAFAs.

 » La dernière génération née (avant celle que l’on a maintenant coutume d’appeler les « millenials » c’est-à-dire nés avant l’an 2000, note insérée pour une meilleure compréhension) est la dernière génération libre. Aujourd’hui, à peine un an après votre naissance les grandes oreilles connaissent déjà tout de vous. Votre identité dans une forme ou une autre – en raison des portraits et des noms que vos parents divulguent stupidement sur Facebook ou encore de la simple souscription à un contrat d’assurance ou à la demande d’un passeport – tout cela est connu des grandes puissances mondiales. « 

Assange prédit également que l’intelligence artificielle (il faut dire le traitement algorithmique ultra-rapide des données plutôt qu’intelligence artificielle) favorisera le piratage automatique de toutes ces données accroissant de ce fait l’échelle des activités hostiles au sein du cyber-espace.

 » Il n’y a pas de limites on line. Il faut 220 millisecondes pour aller de New-York à Nairobi ! Comment pourrait-il y avoir la paix dans un tel scénario ? » dit Assange.

Les entités en ligne (entendez les GAFAs et les organismes gouvernementaux de surveillance comme la NSA) créent leurs propres protections en utilisant une cryptographie qui leur est propre. Cependant la taille de cette activité qui dépasse celle de n’importe quelle entreprise d’envergure raisonnable, le nombre de personnes « traitées », les différents types de logiciels et de serveurs informatiques qui sont le nerf de cette activité font qu’il est très difficile de mesurer le danger qui nous attend tous.

Et Assange d’affirmer : « Je pense qu’il est complètement impossible d’établir des protections frontalières qui puissent être suffisamment fiables et stables pour éliminer toute sorte de conflit. En conséquence il y aura encore plus de conflits dans le monde, et chacun y perdra sa liberté individuelle. »

Source : via ZeroHedge, Lien sous réserve de sa fonctionnalité :

5ba3f0dffc7e9226108b45b9.mp4 (World Ethical Data Forum), autre lien :

https://www.rt.com/news/438968-assange-last-interview-black-out/ Illustration : Place George Orwell à Barcelone où Orwell vint combattre le fascisme et le totalitarisme en 1936.