La SNCF : un modèle pour l’étranger ?

Hier mardi, je pensais à ma petite-fille en pleine période d’écrits des concours des grandes écoles d’ingénieurs perturbée par la grève des employés de la SNCF, la énième grève et certainement pas la dernière à moins qu’un gouvernement lucide décide d’interdire tout simplement cette prise en otage de toute la population par des syndicalistes radicaux qui osent revendiquer je ne sais quoi alors qu’une grande partie de la population active française est au chômage quoiqu’en disent les dernières statistiques évidemment bidouillées pour que « ça aille mieux ».

Le sommaire de l’édition en ligne du soir du quotidien Les Echos titrait ceci (capture d’écran) :

Capture d’écran 2016-04-27 à 08.07.15.png

J’ai, comme vous, relevé sans lire l’article cette perle : « un modèle que l’étranger nous envie ». Je séjourne en ce moment à Tokyo et j’ai eu comme une crise de fou-rire intérieur. Il faut raconter les faits dans le détail pour apprécier la saveur de ce modèle qu’est la SNCF envié par l’étranger. Le Japon est-il inclus dans ces étrangers ? Certainement pas ! Pour rentrer à la maison après avoir déjeuné avec mon fils à Chiyoda City, c’est-à-dire Ginza, je prend la Yamanote à Shimbashi en direction de Ueno. La station de train et de métro de Shimbashi est un peu merdique en ce moment parce qu’elle est en totale réfection mais tout est organisé pour que les centaines de milliers de personnes qui l’empruntent quotidiennement ne soient pas incommodées.

Je rappelle aux Parisiens que cette ligne de train, la Yamanote, est circulaire, sa longueur est sensiblement identique à celle du périphérique parisien et elle interconnecte les usagers par 29 stations à une multitude d’autres lignes de trains et de métros. Je change de train à la station Kanda qui était encore en travaux il y a un an et qui a été entièrement rénovée. Je prend alors la Chuo rapide (pas la « special rapid » qui ne s’arrête pas à la station où je descend) en direction de Mitaka puis Ome et très loin jusqu’à Otsuki à l’ouest de Tokyo.

À Kanda j’ai eu l’impression que la JR (Japan Rail) avait organisé un retard par solidarité avec la SNCF : le prochain train était affiché à 14h12 et normalement tous les trains sont à l’heure à la seconde près car tout est automatique. Hier après-midi le train avait un retard de 10 minutes. Vent de panique et de stupeur à la station ! Le chef de gare s’est confondu en excuses par haut-parleur expliquant, bien que je n’aie rien compris sur le moment, que le retard était dû à un incident à la station de Yotsuya et qu’il n’y avait plus de train à la station Tokyo, terminus de la ligne Chuo. L’annonce a été reprise ensuite en anglais, en chinois et en coréen, ouf !

Les retards de trains sont un fait rarissime à Tokyo. Les trains sont toujours à l’heure sauf s’il y a un incident du genre suicide ou tremblement de terre. De plus il n’y a jamais de grèves : la culture de l’exactitude ferroviaire est profondément ancrée dans l’esprit de tous les employés des lignes de trains car il y a aussi des lignes privées utilisant les voies qui font partie du domaine public et tout doit fonctionner à la minute près sinon ce serait une terrible pagaille dans une agglomération de 38 millions d’habitants qui n’utilisent que le train ou le métro pour se déplacer. J’en profite pour mentionner que certaines lignes de métro sont aussi des trains de banlieue du genre RER à Paris et que leurs terminus se trouvent parfois à des dizaines de kilomètres.

Je demande donc à Olivier Pastré, journaliste des Echos quel est le modèle ferroviaire français tant envié par l’étranger. Les TGV ? Ce sont de vraies poubelles avec des toilettes inutilisables, les TER ? Ils sont toujours en retard, les RER pour les Parisiens ? On se demande dans quel pays on se trouve tant ils sont sales, recouverts de graffitis, lents et vétustes … Le modèle français ? Permettez-moi Monsieur Pastré d’avoir un gros fou-rire. De toute évidence vous n’êtes jamais allé au Japon et vous n’avez jamais pris de train – Shinkansen compris – ni à Tokyo ni à Osaka.

Vendredi prochain je rentre chez moi et pour aller à l’aéroport de Narita je sais que les trains seront ponctuellement à l’heure et qu’il n’y aura naturellement pas de grève … Vive le modèle ferroviaire japonais !

Déclinaison de l’adjectif VERT

Encore un pavé dans la mare verdâtre de l’écologie

632295_0203147542406_web_tete

Les éoliennes off-shore, ça se voit moins, ça profite d’un vent un peu plus constant que sur terre et ça laisse le champ libre au gigantisme. C’est le choix gouvernemental pour créer des parcs le long des côtes de la Manche car la mer appartient à l’Etat et il n’y a pas à craindre d’oppositions indésirables de clocher parfois vert-pâturage ou vert-moulus. EDF est définitivement condamné vertement par le gouvernement à jeter de l’argent dans le vent puisqu’EDF c’est l’Etat et c’est donc le contribuable qui a vu sa note d’électricité augmenter en juin dernier et verra à nouveau une augmentation en janvier 2014 qui au final paiera ces élucubrations verdâtres. Iberdrola, l’autre industriel choisi, se frotte les mains car le tarissement soudain du marché espagnol risquait de le mettre en difficulté passagère, le gouvernement de Rajoy ayant mis un terme à toute intervention de l’Etat dans de nouveaux projets verdeux profitant le plus souvent à la mafia apatride. Il est vrai que l’efficacité et la rentabilité des parcs d’éoliennes pharaoniques mis en place en Espagne n’ont toujours pas permis de voir les importations de pétrole et de gaz diminuer significativement, ce qui veut dire en d’autres termes que, comme au Danemark, ces moulins à vent, c’est un remake désastreux de Don Quichotte dans le pays natal de Cervantes, carrément de quoi rire vert-jaune. Quant aux sous-traitants français comme Alstom, pas de souci pour eux puisque c’est l’Etat qui paiera les installations et les futures opérations de maintenance.

Comme ces élucubrations verdoyantes sont le fait et seulement le fait de l’Etat, les études ont été faites avec un amateurisme affligeant qui est l’apanage semble-t-il de tous les services en charge de la gestion de la France. Et personne ne prend de risque puisque le contribuable paiera. Sauf que l’intervention d’un navire spécialisé pour installer les éoliennes puis assurer les opérations de maintenance n’a pas été prise en compte dans le coût de ces projets. Peu importe, les écolos vert-tendre, pour certains, sont contents, s’il y a des surcoûts, on ajustera les factures d’électricité en conséquence, circulez, il n’y a plus rien à voir …

Il a fallu qu’un épouvantable patron capitaliste esclavagiste (il emploie des Philippins sur ses bateaux) qui ne paie pas d’impôts en France tire la sonnette d’alarme, c’est Philippe Louis-Dreyfus, CEO de Louis Dreyfus Armateurs (LDA) qui n’a pas mâché ses mots quant à l’amateurisme des services du ministère de l’environnement en charge de ces dossiers. Pour le ministre de l’environnement, faucher des OGM en fumant des pétards c’est une chose, mettre en œuvre des dossiers qui impliquent des milliards d’euros est une mission totalement différente même si elle n’a qu’un seul but avéré dilapider les impôts douloureusement acquittés par les citoyens. La pose des câbles reliant les moulins à vent à la terre ferme, c’est par exemple l’affaire de LDA et de sa filiale commune avec Alcatel, leader mondial de la pose de câbles et de fibres optiques sous-marins. Les transformateurs pour relier au réseau l’énergie intermittente fournie par les moulins à vent, c’est du domaine d’Alstom, mais quid des navires qui devront poser les éoliennes et en assurer la maintenance ? Philippe Louis-Dreyfus s’étonne donc à juste titre de l’oubli du ministère de l’environnement au sujet de ces navires et surtout de leur coût d’intervention qui est de l’ordre de 300000 dollars par jour qui n’apparaît nulle part dans le calcul du prix du kilowattheure éolien. C’est le flou artistique vert-olive, l’amateurisme vert-fluo et c’est malheureusement ainsi que la France est gouvernée …

Comme le répète inlassablement H16, ce pays est foutu !

Billet inspiré d’un article paru dans les Echos, illustration comprise.