Tokyo et ses environs : un univers de contrastes (suite)

Nous sommes allé, mon fils et moi-même à Kawagoe dans la préfecture de Saitama. Pourquoi passer une partie de la journée dans une ville-dortoir de près de 300000 habitants entourée de cultures maraîchères et de rizières, finalement sans caractère ? Il n’y a pas de montagnes à l’horizon et à première vue cette ville ressemble étrangement à n’importe quel quartier de Tokyo sinon qu’il n’y a pas d’immeubles de bureaux mais d’immenses complexes de tours, surtout près de la gare ferroviaire, qui sont de vastes concentrations d’appartements permettant aux employés qui vont travailler à Tokyo chaque matin de vivre dans le calme et surtout de pouvoir supporter d’éventuels loyers ou impôts fonciers s’ils sont propriétaires beaucoup moins élevés qu’à Tokyo même ou ses proches environs. Pour se rendre à Shinjuku depuis Kawagoe, Shinjuku étant l’un des centres d’affaires de Tokyo et abondamment pourvu de connections ferroviaires ou de métro (il y a 9 lignes de métro à Shinjuku), il faut endurer une heure et quart de train entassé comme des sardines dans une boite chaque matin et chaque soir.

DSCF6899 - copie.JPG

Nous sommes allé en vélo (électrique pour votre serviteur) depuis la maison de mon fils jusqu’à à la gare de train sur une ligne qui dessert le grand-ouest de Tokyo et comme il se doit – tout est parfaitement organisé – les vélos ont été garés dans un parking sous-terrain, presque du luxe.

La particularité de Kawagoe réside dans le fait qu’elle n’a pas été bombardée en 1944 et 1945 par les Américains tout simplement parce que cette ville ne présentait aucun intérêt stratégique. Il y a donc de beaux restes d’architecture ancienne et on peut se faire une idée de ce que pouvait être une ville japonaise avant la deuxième guerre mondiale. Presque à l’ombre des grands édifices résidentiels il existe encore de nombreuses petites demeures ayant résisté au temps et aux tremblements de terre. Il y a peu de touristes tout simplement parce qu’ils dédaignent ce genre de d’expédition réservée aux curieux. Ci-après quelques photos, dont une petite tour permettant de sonner le tocsin en cas d’incendie :

DSCF6905 - copie.JPG

DSCF6906 - copie.JPG

Les toits en tuiles vernissées étaient universellement utilisés à l’époque. Les tuiles sont épaisses et pesantes, encastrées les unes dans les autres et emboitées avec des crochets. De lourdes et imposantes faîtières les maintiennent en place en cas de typhon. Les volets épais sont en bois massif de thuya pour protéger l’habitation des typhons dont on voit deux troncs dans le cliché pris dans le petit parc entourant un temple bouddhiste situé près de ce quartier préservé où un shogun résida quelques jours en des temps reculés.

DSCF6902 - copie.JPG

Notes. La ville de Saitama, 1,3 millions d’habitants, se trouve à 30 kilomètres du centre de Tokyo. Elle fait partie de la conurbation de Tokyo, étant reliée par un réseau complexe et dense de communications ferroviaires et de métros. La ville de Kawagoe accueillera une partie des compétitions olympiques de golf en 2020 et pour l’anecdote elle est jumelée avec Autun en France.