Fiction ou réalité prochaine …

Monnaie_de_Bactriane,_Eucratide_I,_2_faces.jpg

Donc, je m’interroge toujours sur la racine de la psychose collective et démesurée ayant envahi le monde entier au sujet du nouveau virus qui fait trembler toutes les couches de la société depuis la fin du mois de janvier. Certains pays avisés ont appréhendé le problème avec intelligence en mettant en œuvre des mesures disponibles grâce à l’invasion du « numérique » dans la vie quotidienne. Ce qu’ont fait avec un succès incontestable la Corée, Taiwan, Singapour, Hong-Kong et dans une moindre mesure le Japon. Dans ce dernier pays le port du masque protecteur – pas seulement pour soi-même mais aussi pour l’entourage – a largement contribué à une réduction considérable du nombre de cas contaminés par le virus. La Chine s’est sortie de l’ornière en adoptant des mesures de confinement moyenâgeuses mais elle n’avait pas trop le choix au plus fort de la crise. Après coup les pays occidentaux ont accusé la Chine d’avoir répandu à dessein le virus devenu « le virus chinois » : il est tout simplement déplorable de constater cette attitude détestable des dirigeants politiques occidentaux.

Malgré le fait que cette grippe à coronavirus n’a rien d’exceptionnel en regard de la mortalité résultant d’une grippe saisonnière banale sinon sa soudaineté qui a engorgé les hôpitaux de nombreux pays occidentaux comme l’Italie, l’Espagne, la France et maintenant les USA. Dès le mois de février dernier une intense campagne d’information (et souvent de désinformation) a envahi tous les médias sans exception. Et elle a atteint une ampleur inimaginable à tel point que je ne doit pas être la seule personne à me poser des questions pour tenter d’expliquer cette alimentation sans répit de la peur. Donald Trump a mentionné l’éventualité d’une centaine de milliers de morts, il aurait pu tout aussi bien relativiser ce chiffre en citant les 75000 morts par overdose de drogues variées chaque année dans son pays et, malgré les incertitudes statistiques, les quelques 120000 morts annuels provoqués par la grippe saisonnière banale seulement aux USA. Alors pourquoi cette propagande délirante ?

Depuis la fin de 2018 l’économie mondiale, globale pour certains, se préparait à une crise multi-factorielle, trouver une bonne excuse pour préparer le monde entier à souffrir d’un effondrement du système financier mondiale reposant sur le dollar US, la monnaie de référence, sans que les Etats-Unis puissent être accusés par tous les autres pays du monde d’avoir inondé le monde entier de leur dette et de leur devise dévalorisée : depuis la dénonciation par R. Nixon des accords de Bretton Woods le dollar a perdu en effet 90 % de sa valeur. Le système du dollar comme monnaie de référence mondiale mis en place après la seconde guerre mondiale est au bord de l’effondrement et il fallait trouver une excuse pour opérer un « reset ».

Ce système ne peut, en effet, pas perdurer. Il craque de toutes parts : du jamais vu dans l’histoire de l’humanité depuis que la notion de monnaie a été créée les taux d’intérêt sont égaux à zéro ou pire négatifs, ce qui signifie que l’avenir est plus prometteur que le présent. C’est totalement aberrant, une situation qui défie le bon sens. Du jamais vu non plus pratiquement tous les pays du monde sont endettés, y compris la Suisse ! Comme ce système artificiel ne peut pas survivre à lui-même le coronavirus est arrivé à point nommé pour opérer un chamboulement total du système financier instable, cette sorte de construction à la Ponzy reposant sur la création constante de monnaie artificielle contribuant à gonfler les dettes des pays déjà considérablement sur-endettés. Le FMI, la Banque mondiale et toutes les banques centrales ont perdu le contrôle de ce processus. Pour juguler la crise économique gigantesque que créé la crise du coronavirus gérée comme si on était encore au XIVe siècle, c’est délibérément voulu, il aura encore fallu imprimer des trains de 100 wagons remplis de billets de banque. Les Chinois détenteurs de quantités astronomiques de T-bonds américains n’auront que leurs yeux pour pleurer, ce ne sera que du papier sans valeur.

Les hommes de Davos, à la faveur de la crise du coronavirus, ont – j’en suis convaincu – préparé un reset généralisé, un jubilé, et je vais m’expliquer car il y avait urgence sans en quelque sorte une organisation de l’effondrement de l’ensemble de l’économie mondiale afin de limiter les dégâts pour les populations. En quoi consiste un « jubilé » ?

La notion de jubilé semble remonter aux textes bibliques. En réalité elle est issue de pratiques déjà respectées en Mésopotamie puis reprises par l’Egypte antique. Il s’agissait tous les 50 ans d’affranchir une partie des esclaves méritants, de libérer certains prisonniers et aussi et surtout d’effacer les dettes de tous les emprunteurs. Cet événement a été repris par les écritures bibliques et a perduré jusqu’à nos jours sous une autre forme anecdotique comme par exemple la célébration d’un grand sportif ou la médaille du travail en France après 35 ans de bons et loyaux services rendus à une entreprise.

Ce qu’il faut retenir de la notion de jubilé est l’effacement des dettes qui étaient dûment répertoriées sur des tablettes d’argile cuites retrouvées lors de nombreuses fouilles archéologiques. À ma connaissance, bien que n’ayant pas fait de recherche exhaustive sur ce dernier point, la notion de jubilé de la dette n’a jamais été appliquée concrètement ces 1000 dernières années. La crise du coronavirus, amplifiée artificiellement dans le monde entier, me semble être une excellente opportunité pour déclarer officiellement un jubilé de la dette généralisé et un retour à l’étalon-or ou un étalon bi-métallique or-argent pour que l’économie redémarre sur des bases saines avec des taux d’intérêts qui correspondent à la réalité. Une multitude de règlements internationaux contraignants devront être mis en place. Je pense à une interdiction totale de tous les paradis fiscaux officiels et officieux comme la City de Londres, l’interdiction totale du trading haute-fréquence et l’abolition de la suprématie du dollar. Mais je dois rêver … Il reste néanmoins une inconnue de taille : trouver des politiciens intelligents parce que cette denrée se fait de plus en plus rare pour mettre de l’ordre dans un monde financier devenu totalement déconnecté de la réalité, des « fondamentaux » comme le disent les analystes économiques. Vaste programme !