Des levures pour combattre les cuites : foutaise !

Capture d’écran 2014-05-18 à 16.41.07

La nouvelle mode pour ne pas s’enivrer est de s’administrer des levures fraiches juste avant de lever le coude ! On n’arrête plus le progrès dans l’imposture. Que peuvent bien faire des levures fraiches ou séchées dans l’estomac puis l’intestin quand on se leste délibérément de bière ou d’autres boissons alcoolisées ? Il paraîtrait que cette mode arrive d’Asie et se répand aux USA, surtout à Manhattan et peut-être bientôt en Europe. Il faut rappeler que l’alcool procure de sérieux désagréments si on en abuse parce qu’on n’est pas tous équipés des enzymes qui permettent de le dégrader. Cette dégradation intervient dans le foie et plus précisément au niveau des mitochondries des hépatocytes à l’aide de deux enzymes, l’un appelé alcool déshydrogénase et l’autre aldéhyde déshydrogénase. La première étape transforme l’alcool en acétaldéhyde, un truc pas très bon pour l’organisme que la cellule dégrade très rapidement en acétate. Pour que tout fonctionne correctement il faut des taux de ces deux activités enzymatiques suffisants sinon il y a accumulation d’alcool avec ses effets bien connus ou, pire, d’acétaldéhyde qui fait rougir les pommettes, perturbe le rythme cardiaque et provoque des nausées. Les Asiatiques possèdent bien assez d’alcool déshydrogénase mais il leur manque une activité suffisante de l’enzyme suivant pour se désintoxiquer et leur visage devient rosé quand ils boivent un tout petit peu, c’est l’ « asian glow ».

Et pour se faire de l’argent facilement, un petit malin a imaginé de commercialiser des pilules contenant les deux enzymes cités plus haut pour combattre l’asian glow et aussi comme le précise la notice par voie de conséquence une bonne cuite. C’était un peu transposer le Lactaid, les pilules contenant de la lactase pour digérer le lactose. Mais on s’est rendu compte rapidement que l’efficacité du traitement, par ailleurs coûteux, était nulle pour la simple raison que la lactase existe et est active dans l’intestin mais pour l’alcool déshydrogénase, ce n’est pas le cas et le même individu peu scrupuleux s’est donc tourné à court d’arguments commerciaux vers les levures qui sont riches en ces deux enzymes.

Il faut avoir de l’imagination pour faire croire aux buveurs de bière que se coller une cuillère de levures séchées ou fraîches avant de commencer à boire va être efficace pour s’affranchir des effets de l’alcool. Tout d’abord les levures sont sérieusement malmenées dans l’estomac puis elles sont littéralement dissoutes par la bile dans l’intestin et si alcool et aldéhyde déshydrogénases il y a, ce sont des protéines immédiatement détruites par les puissants enzymes digestifs sécrétés par le pancréas. Il reste tout de même un bénéfice appréciable pour l’organisme quand on se shoote avec des levures, elles apportent de nombreuses vitamines et des oligo-éléments qui n’ont rien à voir avec la manière avec laquelle le foie va prendre en charge l’alcool. Mangez des levures fraiches ou séchées ça ne nuit pas à la santé, bien au contraire, mais n’abusez pas d’alcool …

Source : Esquire