Les contribuables néerlandais paient pour Greenpeace !

 

Après avoir déposé un recours auprès du tribunal international des lois de la mer (International Tribunal for the Law of the Sea ou ITLOS) Greenpeace et le gouvernement néerlandais ont obtenu gain de cause parce que le brise-glace reconverti, appelé Arctic Sunrise et enregistré à Rotterdam, de l’organisation ne pêchait pas de poisson mais se trouvait seulement en « croisière » dans les mers de Barents et de Pechora. L’ITLOS dont le siège est à Hambourg a visiblement foulé aux pieds les lois russes en prenant parti pour l’organisation qui n’avait ni averti les autorités russes de son intention de faire une « croisière » dans les eaux territoriales du pays mais avait également omis de se munir des informations légales nécessaires alors qu’il y a trois ressortissants russes parmi les 30 membres de l’équipage toujours en résidence surveillée en Russie dans l’attente de leur procès qui devrait avoir lieu au printemps prochain. Seul le radio du navire est encore en détention, un dénommé Colin Russell, de nationalité australienne, car il est accusé d’avoir communiqué avec les speadboats de l’organisation qui sont allé roder autour de la plate-forme pétrolière et également avec le siège de Greenpeace aux Pays-Bas. Les 29 autres pirates considérés comme des hooligans selon la loi russe sont sortis de prison mais le gouvernement néerlandais a déboursé 1,8 millions de dollars de caution, les contribuables apprécieront ! Quant à l’Arctic Sunrise, il est sous séquestre dans le port de Mourmansk. A n’en pas douter Vladimir Poutine n’est certainement pas du genre à se désavouer et ces terroristes sont toujours passibles selon la loi en vigueur en Russie d’une peine de prison de 7 à 15 ans. Les autorités russes ont fait officiellement part de leur désapprobation, sinon de leur énervement, au gouvernement néerlandais, considérant que les décisions de l’ITLOS étaient nettement en faveur et de Greenpeace et du Royaume néerlandais.

Ce n’est pas la première fois que Greenpeace a ce type de démêlé avec la justice. En 2011 par exemple, l’organisation a été condamnée à une lourde amende pour avoir violé les lois de la mer au Groenland (Danemark) et l’organisation est toujours poursuivie pour deux autres intrusions illégales dans les eaux territoriales des USA, le même type de hooliganisme commis en Alaska.

Qui paie ? Depuis que Greenpeace est domiciliée aux Pays-Bas, à la suite de démêlés d’ordre fiscal avec le gouvernement fédéral américain, il semblerait donc que ce soient les contribuables du plat pays qui sont contre leur gré mis à contribution, mais comme ce sont des écolos dans l’âme, ils se déplacent en vélo, il y a des moulins à vent dans ce pays depuis des siècles, alors la pilule passe mieux …