Qu’est-ce qui menace la science ?

Capture d’écran 2018-09-19 à 16.36.12.png

Traduction d’un article de Jeremy J. Baumberg, nano-physicien à l’Université de Cambridge paru sur le site Project Syndicate le 11 septembre 2018

La globalisation et la digitalisation du savoir, ainsi que le nombre croissant de scientifiques, tout semble à première vue être des éléments positifs pour les progrès de la science. Cependant ces tendances sont les deux faces d’un Janus (illustration) car elles encouragent aussi une recherche scientifique hyper-compétitive, victime de tendances et des modes du moment.

La connaissance scientifique et l’innovation technologique, comme Yuval Noah Harari l’a bien écrit dans son livre « Sapiens : une brève histoire de l’espèce humaine« , sont les deux principaux piliers du progrès économique. Pourtant il y a très peu de débats au sujet de la science d’aujourd’hui, malgré des défis significatifs provoqués par la globalisation, la digitalisation de la connaissance et le nombre croissant de scientifiques. À première vue ces tendances semblent positives. La globalisation connecte tous les scientifiques du monde entre eux, ce qui évite de dupliquer inutilement des travaux mais aussi de développer des standards universels de bonne pratique. La création de bases de données digitales permet de puiser des connaissances scientifiques et de favoriser l’apparition de nouvelles idées pour de nouveaux travaux de recherche. Enfin, le nombre croissant de scientifiques signifie que plus de recherche scientifique est envisagée, accélérant le processus de développement scientifique.

Cependant ces tendances sont les deux faces d’un Janus et pour comprendre pourquoi il faut reconnaître d’abord que la science est une sorte d’écosystème. Comme dans n’importe quel écosystème il existe une compétition acharnée entre les acteurs. Les Universités sont en compétition entre elles pour leur classement international. Les journaux scientifiques sont en concurrence pour publier les travaux scientifiques les plus remarquables. Les organisateurs des congrès scientifiques sont à l’affut des meilleurs conférenciers. Les journalistes cherchent les meilleurs scoops. Les pourvoyeurs de crédits de recherche sont en compétition pour trouver et apporter leur soutien aux travaux de recherche qui atteindront les avancées les plus significatives en termes d’impact social, de sécurité ou de profitabilité commerciale.

Comme dans les milieux naturels cette compétition complexe fait apparaître deux écosystèmes : celui des biens et celui des services. Nos écosystèmes naturels produisent des biens sous forme de matériaux à l’état brut et des services tels que le maintien d’un taux satisfaisant d’oxygène dans l’atmosphère, de pollinisation des plantes, de maintien de la propreté de l’eau et de l’air, et même de nous procurer la beauté et l’inspiration. Les « biens » de nos écosystèmes scientifiques sont les connaissances indépendantes, sophistiquées et revues par des pairs, qui stimulent vers l’avenir nos sociétés et nos économies. Les « services » de nos écosystèmes scientifiques sont constitués par une meilleure compréhension de notre monde et la structure qui soutient le mieux les progrès nous permettant d’innover et de résoudre toutes sortes de problèmes.

L’écosystème scientifique est bénéfique dans des domaines plus difficiles à évaluer. Il nous imprègne de la beauté des mathématiques, des valeurs inhérentes de l’éducation, de la croyance en la valeur intrinsèque des communautés scientifiques transnationales et de l’intérêt des discussions scolastiques (je n’ai pas trouvé de meilleure traduction à « scholarly discussions »). Et pourtant les organismes privés ou publics finançant la recherche ont sous-estimé ces « services » essentiels des écosystèmes scientifiques. De ce fait les trois points exposés plus haut, globalisation, digitalisation des connaissances et nombre croissants de scientifiques, amplifient le problème. Si la globalisation stimule la compétition elle renforce aussi certaines prises de position comme celles de savoir dans quels domaines de la recherche scientifique il faut prioritairement investir. Lors de mes réunions avec des officiels gouvernementaux dans le monde entier j’ai immédiatement décelé cette tendance. Les gouvernements privilégient les domaines de recherche bénéfiques pour le futur de leur pays et identifient alors ceux qu’il faut uniquement soutenir. En général ces domaines sont tous les mêmes.

Quand les médias ont alors identifié ces sujets de recherche « tendance » ceux-ci attirent la vaste majorité des aides financières. Le soutien financier à des recherches parallèles réduit alors l’efficacité de chaque investissement et l’attitude moutonnière des pourvoyeurs de fonds peut tout aussi bien nuire à l’émergence des découvertes les plus significatives qui le plus souvent résultent d’une combinaison de plusieurs disciplines apparemment sans lien entre elles.

La digitalisation des connaissances a amplifié cet effet. La crédibilité d’un résultat scientifique réside dans le nombre de fois où il est cité par d’autres scientifiques dans leurs travaux. Toutes les publications scientifiques sont enregistrées digitalement et le nombre de citations peut être obtenu instantanément, ce qui permet de classer les chercheurs scientifiques très facilement. Le « h-index » ou indice de Hirsch est une approche permettant d’évaluer individuellement la productivité et l’impact d’un chercheur, d’un laboratoire ou d’une université. Il tient compte du nombre de fois où une publication est citée dans d’autres travaux et il est devenu une sorte de valeur monnayable. Si le « h-index » d’un chercheur était son bitcoin convertible en salaires et crédits de recherche alors le nombre de citations de ses travaux constituerait la blockchain dont il dépend finalement. Mais encore une fois les mêmes chercheurs effectuant les mêmes types de recherches sont récompensés de manière inéquitable, laissant peu de place à ceux dont « l’estime » par le h-index est moins favorable.

Cet état de choses est amplifié par le nombre croissant de diplômés scientifiques. Allez dans une réunion de chimistes et demandez-leur combien ils ont de collègues dans le monde. Ils n’en savent fichtre rien. Demandez-leur combien de ces autres chimistes ont besoin de leurs résultats pour leurs propres travaux, ils regarderont leurs chaussures. Ce que l’on sait est que le nombre de scientifiques dans le monde croit beaucoup plus vite que la population dans son ensemble. Plus de scientifiques ne signifie par pour autant plus de découvertes mais la conséquence est une plus forte compétition dans cet écosystème et une inflation du h-index, exactement comme l’impression de monnaie créé de l’inflation.

En conséquence depuis plusieurs décennies les scientifiques se sont senti de plus en plus en compétition pour mettre en avant leurs travaux et dans cet écosystème scientifique complexe et interconnecté trouver une solution n’est pas simple. Il y a cependant quelques pistes dignes d’être explorées. Le plus fondamental est d’encourager la diversité des institutions, des mécanismes de financement et les approches scientifiques de recherche et ceci est fondamental pour éviter toute conformité fatale à la créativité. Les écosystèmes nécessitent toujours une diversité pour une meilleure résilience, c’est un fait acquis. Un tel écueil de conformisme peut venir des géant de la technologie méga-riches mais aussi du financement « crowd-sourcing » et des riches mécènes de la technologie.

Pour encourager cette diversité il faudrait mettre en place des arbitres scientifiques pour explorer les domaines de recherche plus systématiquement, pour réaliser un travail de prospective en profondeur afin d’identifier, au delà des tendances actuelles, les liens prometteurs interdisciplinaires ainsi que les résultats déjà acquis mais conflictuels qui méritent des investigations supplémentaires. Au final, outre la métrique unidimensionnelle du h-index, il faudrait mettre en place un système d’évaluation plus compréhensif et multi-facettes des travaux scientifiques. Et ce n’est qu’ainsi que les nouveaux arrivants dans le monde scientifique chaque année pourront contribuer efficacement et de manière significative à l’avancement de la science et par conséquent aux progrès de l’humanité.

Bref commentaire de mon cru à cet article. La recherche scientifique est devenue malheureusement un instrument des politiciens et de certaines organisations non gouvernementales pour faire en sorte que la recherche universitaire soit orientée et satisfasse à des objectifs prédéterminés. Il va de soi que dans un tel environnement il ne peut plus exister de recherche scientifique objective. Avant qu’il ne soit trop tard il faut – et il est urgent – que les scientifiques du monde entier prennent conscience qu’ils sont manipulés par des groupes de pression transnationaux et refusent les diktats qui leur sont imposés car il en va de la survie du monde scientifique dans son ensemble. Je ne citerai que deux exemples. La supposée dangerosité des organismes, les plantes de grandes cultures, génétiquement modifiées est le premier exemple. Je connais très bien ce domaine particulier de la recherche scientifique et je peux affirmer sans que qui que ce soit puisse me contredire à l’aide d’arguments prouvés scientifiquement (car il n’en existe aucun) que les plantes génétiquement modifiées sont totalement anodines pour la santé humaine ou animale. Je citerai également le glyphosate qui ne peut pas, compte tenu de la nature de cette molécule, être cancérigène, c’est une pure invention d’activistes qui se déclarent des scientifiques mais sont au contraire des imposteurs animés de préoccupations essentiellement idéologiques.