La propagande « réchauffiste » dans tous ses états !

C’est un papier paru dans la revue Climatic Change – il fallait y penser – appartenant au groupe d’éditions scientifiques Springer qui nous rappelle, si on n’est pas encore convaincu, que le climat va inexorablement se réchauffer. L’étude réalisée sous la direction du Docteur Alan F. Hamlet de l’Université catholique privée Notre-Dame dans l’indiana s’est focalisée sur l’évolution des températures dans cet Etat et ses voisins du Middle-West américain. Comme on peut le constater la tendance de l’évolution des températures moyennes depuis 1910 n’est pas vraiment évidente :

Capture d’écran 2019-01-16 à 11.43.29.png

On ne peut que noter, comme pourraient le dire les acteurs des marchés financiers, une certaine « volatilité » depuis le début des années 2000 en raison des phénomènes El Nino. Calculer une régression sur ces données ne signifierait strictement rien et ceci d’autant plus qu’il s’agit de moyennes de températures comparées à une autre moyenne de températures de « référence » dont il n’est jamais fait mention avec précision, pour faire ressortir un écart par rapport à la normale, donc un peu (beaucoup) n’importe quoi. Calculer des différences de moyennes par rapport à d’autres moyennes de température n’a strictement aucune signification thermodynamique. C’est dire à quel point d’indigence intellectuelle et scientifique sont arrivés les climatologues grassement payés par les contribuables de tous les pays et pas seulement les familles des étudiants de l’Université Notre-Dame !

Puis les auteurs de l’étude, probablement non satisfaits des résultats de leurs compilations « températuresques » ont ensuite superposé aux observations les prédictions des modèles dits RCP, acronyme de Representative Concentration Pathways, qui se basent sur l’effet de serre, bien connu des auteurs climatologues, du gaz carbonique provenant de l’usage immodéré par les bipèdes peuplant par trop la planète de combustibles fossiles en tous genres, solides, liquides ou gazeux, c’est selon. Et alors on ne peut que constater que c’est donc bien du grand n’importe quoi. Trente-et-un modèles prédictifs (Nostradamus aurait probablement fait bien mieux) ont été compilés selon deux scénarios :

Capture d’écran 2019-01-16 à 12.00.38.png

Soit le monde entier, et pas seulement l’Indiana, se serre la ceinture énergétique et alors peut-être (puisqu’il s’agit de modèles qui n’ont encore jamais été vérifiés) la température, bien que continuant à augmenter se stabilisera autour de + 3,31 °C de plus qu’aujourd’hui vers 2100 – admirez la précision au centième de degré près – soit au contraire rien n’est décidé sur le plan mondial et alors ce sera l’enfer : 6,45 °C de plus toujours au centième de degré près !

Dans ces conditions il y aura probablement en 2100 des cocotiers à Indianapolis et la région sera recouverte d’une épaisse forêt tropicale ! Force est de constater que toutes ces prédictions relèvent du plus extravagant délire … Le pire est que la semaine prochaine à Davos le climat sera au centre des discussions entre politiciens, banquiers et affairistes de tout poil et il ressortira de cette réunion réservée aux « élites » mondiales qu’il faudra encore plus appauvrir le peuple pour sauver le climat. C’est vraiment du très, très grand n’importe quoi …

Lien et illustrations : https://doi.org/10.1007/s10584-018-2309-9 via le site de P. Gosselin notrickszone.com