Petites aventures personnelles qui pourraient être utiles à mes lecteurs

Capture d’écran 2018-03-03 à 18.30.30.png

Il y a un peu plus de dix ans, au mois de novembre en France et souffrant déjà du froid, je demandai à une de mes soeurs où elle me conseillerait d’aller vivre. Elle me répondit les îles Canaries, c’est l’Europe, c’est calme et il y fait beau presque toute l’année. Comme tout bon citoyen respectueux des lois, à mon arrivée à Tenerife, je suis allé m’inscrire au Consulat de France et j’ai ensuite découvert les arcanes administratives pour pouvoir louer un appartement. Je n’avais jamais eu l’intention d’acheter un logement car à mon âge, un peu plus de 60 ans à l’époque – le montant de ma retraite aurait fait rire un banquier si je lui avais demandé de me prêter de l’argent – je me mis à la recherche de la location d’un petit « meublé ».

Pour louer un logement il faut un compte en banque ouvert dans un établissement bancaire local, c’est compréhensible. Pour ouvrir un compte en banque il faut un papier des services de l’immigration qui dépendent de la Guardia Civile (équivalant de la gendarmerie en France).

Premier problème et de taille qui rend la situation pour le moins kafkaïenne : afin d’ouvrir un compte dans une banque il vaut mieux parler espagnol mais aussi – et surtout – il faut également être en mesure de fournir un certificat de domicile sous forme d’un contrat de location : en quelque sorte le serpent qui se mord la queue. C’est vrai je n’invente rien. Bref, je suis arrivé à un arrangement auprès de la Deutsche Bank chez qui je suis ensuite resté client près de 9 ans. Il m’a fallu plusieurs mois pour que mes organismes de retraite comprennent que ma banque ne se trouvait plus en France mais en Espagne … un autre écueil du parcours du combattant qui se termina par une brève visite obligatoire en France pour aller « physiquement » clore mon compte dans la banque française où était transférée ma retraite, et je n’invente toujours rien !

Ce que le Consulat de France omit de me préciser est d’une importance extrême pour qui désire s’expatrier dans cette contrée climatologiquement parlant accueillante et y résider : il faut aller au centre des impôts déclarer ses revenus chaque année avant le premier avril. Et ignorant totalement ce point de détail j’ai découvert que j’étais passible d’une coquette amende équivalente à environ une année pleine de ma retraite, la rétroactivité étant de 5 ans en Espagne après être allé montrer ma frimousse aux fonctionnaires du fisc local (la Hacienda) étant persuadé depuis 10 ans que je n’étais pas imposable sur ma retraite. J’ai découvert que le fisc me réclamait au bas mot 15000 euros de rappel d’impôts dont 3300 euros payables immédiatement.

Il m’a fallu faire appel à un conseiller fiscal (asesor fiscale en espagnol, je ne suis pas certain de l’orthographe) pour lui confier moyennant finance mon dossier. Pour tous ceux de mes compatriotes qui envisageraient de fuir le refroidissement du climat dont ils font encore en ce moment même l’expérience, un état de fait qui ne pourra que s’aggraver dans les années à venir, il leur faudra, s’ils choisissent les Canaries, prendre soin d’aller tout de suite montrer patte blanche auprès de l’administration fiscale locale après avoir solutionné toutes les arcanes administratives variées dont le fameux NIE (numéro d’identification qui sert pour toute démarche) obtenu auprès de la Guardia Civile. Je rappelle au passage que la TVA n’est que de 5 % aux Canaries et qu’un retraité français résidant ici échappe à la presque totalité de la CSG qui est un impôt direct sensiblement égal à celui qu’un salarié paie au Japon sur ses revenus, pour ne citer que cet exemple.

Faites donc votre calcul et vous comprendrez rapidement que les Canaries sont presque un paradis fiscal. Enfin pour ceux d’entre vous qui désireraient créer une petite entreprise en partenariat avec un « local » la taxe sur les bénéfices n’est que de 5 %, je n’ai plus en tête les montants extravagants de ce genre d’impôt en France qui tue tout simplement toute initiative entrepreneuriale … Et en prime il fait ici un temps clément pratiquement toute l’année, il n’y a par conséquent pas de système de chauffage dans mon modeste logement. C’est vrai je n’invente toujours rien.

La rédaction de ce billet est un peu confuse car j’avais commencé à l’écrire bien avant la conclusion de mes démêlés avec l’administration fiscale. Maintenant il est intéressant pour certains de mes lecteurs de prendre connaissance des réglementations assez ubuesques auxquelles n’importe quel contribuable étranger et à la retraite va devoir faire face et que j’ai découvert progressivement. Ça vaut quelques minutes de lecture. Et que ceux de mes lecteurs retraités se trouvant dans la même situation en prennent bonne note s’ils veulent venir s’installer par ici car même le Consulat de France local ignorait tout de ces dispositions. D’ailleurs le Consulat ne sert à rien d’autre qu’à renouveler son passeport.

L’administration fiscale espagnole fait une distinction pour les retraites complémentaires constituées à titre onéreux auprès des organismes publics ou des organismes privés. Ma retraite complémentaire entre dans le cadre des employés de l’Etat et des collectivités locales non titulaires, c’est-à-dire contractuels, et elle est gérée par la Caisse des Dépôts et Consignations c’est-à-dire in fine par la Banque de France. De ce fait elle échappe à l’impôt en Espagne, point final. Si par contre, et j’en avais le choix au cours de ma carrière universitaire, j’avais constitué une retraite complémentaire auprès d’une banque ou d’une compagnie d’assurance, en tant que résident je serais alors imposé que ce soit en Espagne péninsulaire ou aux Canaries à partir du premier euro. De ce fait je ne suis donc ici pas assujetti à l’impôt. Je ne le serais pas non plus en France selon une simulation effectuée sur le site des impôts français mais je paierais la CSG qui, je me le demande, semble contraire à la Constitution car peut-on imposer (à nouveau) une retraite constituée à titre onéreux, donc à partir de revenus salariaux déjà imposés au cours de la vie active ?

N’hésitez pas, venez vous installer dans l’une de ces îles. Des agences immobilières spécialisées dans la vente de biens saisis par les banques proposent des appartements et des maisons à des prix très concurrentiels et si l’on dispose d’un capital à investir il y a l’embarras du choix. Pour les amateurs de dépaysement je propose la Gomera, pour ceux qui recherchent la beauté des paysages l’île de La Palma me paraît un point de chute parfait et enfin pour ceux qui recherchent un environnement urbain Santa Cruz de la Palma ou encore Santa Cruz de Tenerife. Pour en terminer les amateurs d’espaces désertiques peuvent opter pour Lanzarote ou Fuerteventura. Illustration : Google Earth.

Je taxe, il taxe, vous taxez, ils taxent … et au Japon ?

Je taxe, il taxe, vous taxez, ils taxent … et au Japon ?

C’est au cours d’une conversation à bâtons rompus avec mon fils qui connait un peu les arcanes de la finance et de la fiscalité que j’ai découvert une véritable forfaiture du gouvernement français au sujet de la CSG. Cette « contribution « volontaire »  » (appréciez les guillemets) est un impôt qui est en réalité une flat-tax comme disent les anglo-saxons, une taxe applicable à tous et à tous les revenus sans exception. C’était la définition qui en avait été donnée par le ministère des finances quand cette taxe fut mise en place pour soi-disant renflouer les caisses de la sécurité sociale française. Ces caisses sont un puits sans fond et le déficit n’a pas disparu mais s’est plutôt aggravé quoiqu’en disent les médias qui ne font que reproduire ce que le gouvernement leur dit d’imprimer ou de divulguer à voix haute.

En ce qui concerne l’application de cette CSG aux pensions de retraite il y a comme un lézard car le fisc a-t-il le droit de taxer une épargne constituée à partir d’un salaire lui-même déjà taxé ? J’ai volontairement épargné chaque mois pendant de nombreuses années une certaine somme soustraite de mon salaire déjà taxé – je le souligne – afin de constituer une retraite complémentaire. Quand je dis que mon salaire était taxé c’est la vérité puisque mon employeur prélevait les charges dites sociales qu’il aurait pu tout aussi bien inclure dans mon salaire, montant que j’aurais alors versé au fisc moi-même selon une disposition légale qui aurait pu exister tout simplement pour que les salariés comprennent que les charges dites patronales sont en réalité prélevées sur leurs salaires. C’est ainsi et il ne faut pas se faire d’illusions à ce sujet.

D’autre part je payais un impôt sur le revenu comme tout un chacun et étant propriétaire de mon logement (pas vraiment privilégié car j’étais couvert de dettes auprès du Crédit Foncier) je m’acquittais d’un impôt donc foncier, c’est la normalité de la situation, et d’un impôt sur l’habitation. Difficile de prétendre que dans ces conditions ma retraite, constituée par une partie non pas conséquente mais substantielle de mon salaire, compte tenu de ma situation d’alors, qui fut utilisée pour la constituer auprès de l’Etat car j’avais le statut de contractuel, soit à nouveau taxée pour contribuer au renflouement du déficit de la sécurité sociale. Il y a des limites déontologiques à ne pas franchir mais les agents du fisc savent-ils ce qu’est la déontologie de base ? Taxer à nouveau une épargne constituée avec peine pour disposer d’une petite retraite me paraît complètement immoral.

À force de taxer les retraités qui constituent une partie non négligeable des consommateurs les chances de reprise de la croissance s’amenuisent. Il serait plus astucieux que l’Etat fasse un peu le ménage dans les subventions nombreuses et variées aux associations, aux groupes de presse, à la radio et la télévision, aux assistés en tous genre qui ne cherchent même pas de travail car ils profitent de la générosité écoeurante de l’Etat pour qu’ils se tiennent tranquilles, aux régimes spéciaux de retraite qui sont un véritable scandale, etc, etc … Non, ce sont les retraités, ces sales privilégiés, qui ont pourtant contribué à la grandeur de la France … mais c’est un lointain souvenir que les gouvernements actuels ont tout simplement mis sous le tapis par idéologie solidaire qui vont payer. Les cannes blanches n’iront pas défiler sur les boulevards parisiens pour protester et pour cause, ils en ont assez d’être pris tout simplement pour des retraités qui nuisent finalement à l’équilibre de la société. Car comme pour les nègres en Afrique il y a trop de retraités en France. Donc il faut les affamer et ainsi ils mourront plus vite. Quelle tristesse !

Note : je rappelle que l’impôt sur le revenu est une flat-tax au Japon et le pourcentage est de 10 % pour tout le monde auquel il faut ajouter en matière de taxes l’impôt foncier qui dépend de la valeur du bien immobilier ainsi que des revenus annuels de l’occupant de l’immeuble, maison ou appartement. Dit plus clairement plus on est riche dans ce pays plus on paie de taxe foncière. Quant à la taxe dite d’habitation qui s’appelle d’ailleurs « taxe poubelle » en Espagne (basura) elle se limite au Japon à l’achat de sacs spéciaux pour conditionner les divers rebuts générés par un ménage et soigneusement et obligatoirement triés au risque de voir ses déchets laissés devant la porte de sa maison si tel n’était pas le cas. Le tri sélectif est en effet un devoir civique au Japon et l’Europe se situe loin derrière ce pays. Enfin les Japonais sont tellement respectueux de leur cadre de vie que les municipalités n’ont pas besoin d’employer de personnel pour nettoyer les rues et les trottoirs : tout est toujours propre de partout. Dans n’importe quel pays européen les rues sont repoussantes de saleté et ce d’autant plus que l’on va vers le sud du continent. Ce comportement citoyen fait que les taxes dites « locales » existant dans d’autres pays sont inexistantes au Japon : une belle leçon de civisme au passage ! À Tokyo les seuls endroits un peu sales sont ceux fréquentés par les touristes qui n’en ont rien à faire des coutumes locales de propreté et de respect.

Nouvelles d’Espagne (des Canaries et bientôt d’autres pays d’Europe)

Nouvelles d’Espagne (des Canaries et bientôt d’autres pays d’Europe)

Visiblement le gouvernement a besoin d’argent, de beaucoup d’argent et d’encore plus d’argent. Et encore une fois ce sont les automobilistes qui sont rackettés, comme d’ailleurs les fumeurs, les buveurs et les propriétaires de chiens. Les gouvernements aux abois (je parle ici des gouvernements provinciaux d’Espagne) n’en peuvent plus, ils n’ont plus un kopeck et la nouvelle loi qui vient d’être instituée concerne les fumeurs au volant de leur voiture. Pris en flagrant délit d’enfumage ce sera une amende de 4000 euros – vous avez bien lu – et le retrait de 4 points du permis de conduire. Si le conducteur est à nouveau pris en flagrant délit d’enfumage il verra son permis de conduire retiré pendant 6 mois et devra ensuite payer pour suivre des leçons de code, en réalité pour bien le culpabiliser afin qu’il ne se hasarde plus à conduire au volant de sa voiture tout en grillant une cigarette par ailleurs lourdement taxée * (voir note). Non contents de mobiliser la marée-chaussée pour racketter les fumeurs au volant, les radars munis maintenant de caméras ultra-sensibles feront l’affaire ! Votre clope à la bouche, la plaque minéralogique, la date et l’heure suffiront à vous piéger. Idem avec les téléphones portables dont les utilisateurs sont sanctionnés de la même lourde amende s’ils sont au volant de leur voiture et en profitent pour converser avec leur copine.

Les propriétaires de chiens de compagnie ou d’agrément (appelez ces sales bêtes qui pissent et chient de partout comme vous voudrez) vont devoir aussi payer une taxe : dans la déclaration de revenus de cette année figurera une rubrique spéciale qui précise si le contribuable est propriétaire ou non d’un chien. Seront naturellement exemptés les aveugles et les éleveurs, non pas de chiens mais de chèvres, de moutons ou de bovins. Les fraudeurs seront de toutes les façons piégés car tous les chiens sont « pucés » électroniquement et numérotés par un vétérinaire et le « secrétariat d’Etat aux chiens » dispose d’un fichier à jour en temps réel.

Enfin le fisc espagnol fait la chasse aux ressortissants d’autres pays européens qui sont susceptibles de payer un impôt sur le revenu en raison de leur retraite parfois confortable ou de revenus mobiliers non déclarés dans leur mère patrie. Le totalitarisme fiscal s’installe donc à grands pas, et pas seulement en Espagne mais également dans tous les pays européens. Quand on ne pourra plus retirer de cash à la banque ce sera terminé pour nos libertés individuelles. Ne vous y méprenez pas les banquiers et les gouvernements iront directement se servir sur vos comptes en banque en cas d’urgence et des urgences il y en aura compte tenu de la grande crise qui s’annonce. Et pendant ce temps-là les politiciens continueront pourtant à s’enrichir, tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, seulement pour eux, mais certainement pas pour le minable individu que nous sommes tous et qui finira plumé comme un poulet par tous ces parasites.

Viva la revolucion !

Note : dans l’archipel des Canaries, le taux de TVA est de 5 % et les taxes sur les produits pétroliers, les alcools et les cigarettes sont réduites. Je fume des cigarettes brunes genre Gauloise fabriquées aux Canaries et un paquet coûte 1 euro 75

Tous shootés au Prozac !

Les Français sont les premiers consommateurs d’antidépresseurs dans le monde, c’est bien connu, et ils ont de bonnes raisons de déprimer et de faire en sorte que leur sort s’adoucisse avec ces petites pilules colorées qui n’ont qu’un seul but : leur donner l’impression que la vie est toute rose. Ce n’est pourtant pas vraiment le cas, tous les voyants concernant l’avenir à court terme de la France sont soit oranges soit carrément rouges et comme il n’y a aucune raison à l’horizon de manifester quelque optimisme alors ces petites pilules sont d’un grand secours pour garder le moral. Je me demande même si secrètement le capitaine de pédalo n’en ingurgite pas une bonne poignée tous les soirs, maintenant qu’il doit surveiller ses pulsions d’extraverti et s’occuper avant tout des intérêts évanescents de la France.

Mais s’administrer des antidépresseurs, avec le consentement de son médecin qui au passage vous aura prescrit dans la foulée une bolée d’arrêt de travail – c’est mieux pour supporter ces saloperies – n’est pas sans risque surtout quand l’horizon est tellement sinistre qu’on a tendance à doubler les doses ! Plus on prend des antidépresseurs plus on se sent déprimé et c’est ce qui ressort d’une étude réalisée en Nouvelle-Zélande sur 1829 personnes usant et abusant de diazépines variées genre Prozac, de Tranxène ou d’autres poisons dont on devient aussi rapidement dépendant qu’avec la cocaïne ou la morphine, c’est dire en quelques mots la gravité de la situation. Le traitement de la dépression et de l’anxiété a pris de telles proportions que par exemple en France presque une personne majeure sur dix est sous antidépresseurs ! Mais par pudeur on n’en parle pas à son entourage familial ou professionnel si tant est qu’on est encore capable d’aller travailler … Il y a tellement de bonnes raisons de se droguer qu’on n’hésite plus et ce d’autant mieux que ces drogues (douces?) sont remboursées par les impôts qu’on paye ! Mais l’aspect complètement incongru est que cette utilisation intempestive d’antidépresseurs est souvent la cause du montant des impôts qu’on paye, montant qui va continuer à augmenter avec la consommation d’antidépresseurs.

J’arrête, vous allez déprimer en me lisant. Et pourtant, prendre des antidépresseurs est loin d’être anodin, cette étude est bien claire dans ses résultats : quand on prend ce genre de truc on prend du poids et on a des nausées (85 % des cas), on envisage le suicide (50 % des cas), on éprouve des difficultés à faire l’amour ou tout simplement avoir envie de faire l’amour (62 % des cas) ce qui entre nous n’arrange pas la situation bien au contraire, on ne réagit plus aux émotions, en d’autres termes on devient apathique (60%), on ne se sent plus soi-même, en d’autres termes on est à l’ouest (52%), on n’a plus de réactivité positive (42%), on n’en a plus rien à foutre de son entourage (39%) et enfin on a tendance à se replier sur soi (55%) mais malgré tout, et paradoxalement, 82 % de ces personnes interrogées (visiblement dans un état second) déclarent (j’ai bien écrit 82%) que leur traitement les aide à combattre leur dépression.

Il y a vraiment des questions sérieuses à se poser avant de commencer à s’empoisonner même si on ne croit ni aux promesses du ministre des finances ni à celles du ministre du budget ni encore moins à celles du ministre de l’affaissement déconstructif qui prévoit de rouvrir des mines pour envoyer tous les récalcitrants politiques et idéologiques au charbon, au lithium et aux terres rares, on n’a qu’à bien se tenir et surtout être à tout instant politiquement correct (comme disait Lénine).

Les antidépresseurs ont encore de beaux jours devant eux si on considère l’état de délabrement de la France qui, comme le répète H16, est un pays foutu !

Source (scientifique) : University of Liverpool press release agrémentée d’une interprétation toute personnelle. 

Pénibilité : encore deux milliards ponctionnés aux entreprises !

La pénibilité du travail qui devrait donner droit à des trimestres supplémentaires de cotisation pour la retraite va être entièrement prise en charge par les entreprises. D’abord, c’est quoi la pénibilité, comment ça se mesure et sur quels critères, est-ce une notion objective ? Le nouveau secrétaire général du très gauchisant syndicat CGT considère que les entreprises sont « coupables » (sic) d’offrir des emplois pénibles et qu’elles doivent payer. On pourrait rêver mais par les temps qui courent ce sont plutôt des insomnies promises aux chefs d’entreprise. Un exemple de pénibilité parmi d’autres : les contrôleurs aériens qui font périodiquement parler d’eux en bloquant le ciel européen peuvent prendre leur retraite pleine à 52 ans s’ils ont effectué 17 ans de service, vous avez bien lu. Le contrôle aérien est l’un des métiers les plus pénibles puisque ceux qui se risquent à exercer ce métier travaillent au mieux 25 heures par semaine avec des salaires inversement proportionnels à leurs heures de travail. Certes ils ont des responsabilités mais encore faut-il définir la pénibilité de leur métier qui n’a plus rien à voir avec celui des années 70. Tout le trafic aérien est informatisé et quasiment automatisé. Les pilotes savent exactement quand il faut ouvrir les flap pour ralentir leur aéronef et combien de temps ils doivent tirer sur le manche si cette opération ne se fait pas automatiquement. Pour le contrôle des « taxi » même chose, des détecteurs au sol indiquent la position au millimètre près des avions. Gérer une approche ou un atterrissage est infiniment plus simple que de gérer une centrale nucléaire. Mais non, les contrôleurs aériens exercent apparemment le métier le plus pénible qui soit ! Et c’est la même chose pour les conducteurs de locomotives à vapeur et les mineurs de grand fond, il en existe encore beaucoup en France … La ministre du travail et du syndicalisme a trouvé une nouvelle piste pour encore ponctionner les entreprises. Mais au fait, avec le salaire d’un ministre, à la retraite après au mieux cinq ans d’activité, ô dieux que ce métier doit être pénible !!!

La France ne peut pas être la France sans grandeur (C. De Gaulle)

La France est sur le point d’atteindre le seuil critique où le service de sa dette va s’accroître plus rapidement que ses revenus. Pour les quelques mois à venir, compte tenu des intérêts très bas consentis par les financiers (inférieurs à l’inflation) il reste paradoxalement quelques euros pour encore stimuler l’économie, ce que s’est empressé de faire le gouvernement en prenant de petites mesures stimulant l’emploi afin de tenter in extremis de réduire l’augmentation du chômage. Mais cette situation artificielle ne peut pas durer car inévitablement les milieux financiers non résidents dont est dépendante la France à plus de 60 % pour couvrir ses emprunts vont sanctionner l’inaction du gouvernement en termes de réformes structurelles afin d’améliorer la productivité et la compétitivité des entreprises. Il n’est pas besoin d’être un analyste professionnel pour comprendre qu’il en est tout autrement avec l’augmentation des impôts, charges et taxes diverses décidées par l’administration actuellement au pouvoir. De deux choses l’une, soit la dette et le service de la dette continuent à augmenter (ce qui est le cas pour le moment) et à un moment ou à un autre la bulle de cette dette explosera, soit le gouvernement décide de réaliser de réelles économies budgétaires afin de réduire l’accroissement de cette dette dans la souffrance, ce qui est improbable compte tenu des pressions corporatistes et syndicales, alors cette bulle va exploser. Si on considère l’ensemble des charges hors bilan consolidés de la France, essentiellement les programmes sociaux, celles-ci atteignent déjà 260 % du PIB, à peu de choses près la situation de la Grèce ou du Portugal, deux pays qui vont très certainement appeler l’Europe à l’aide dès les élections allemandes terminées, tant qu’Angela Merkel n’est pas reconduite dans ses fonctions, il ne se passera rien en Europe … Pour préciser la situation plus que précaire de la France la Commission Européenne a chargé le Research Center for Generational Contracts en 2009 de quantifier les engagements de divers pays européens dans leurs programmes sociaux.

130825-03

 

130825-04

Ce rapport a estimé que la France avait le « hors bilan », c’est-à-dire le poste de dépenses non adossé à des recettes correspondantes, le plus élevé d’Europe, atteignant 362,2 % du PIB, soit 6500 milliards d’euros, à fin 2006 à laquelle il faut ajouter la dette financière, ou fiscale, comme vous voudrez, qui frôle les 95 % du PIB. Difficile d’imaginer que la situation se soit magiquement améliorée depuis cette date ! Au contraire, elle s’est détériorée puisqu’il y a de moins en moins d’actifs pour financer cette structure genre Ponzi qui a fonctionné durant les trente glorieuses – il y avait plus d’actifs que d’inactifs – mais la tendance s’est inversée avec l’arrivée à l’âge de la retraite des baby-boomers. Le refus du gouvernement français de modifier les modalités de départ à la retraite et le financement de cette dernière ne peut pas améliorer cette situation. La Cour des Comptes s’évertue à tirer le signal d’alarme, rien n’y fait. A ce triste tableau se surimpose l’érosion de le compétitivité de l’Entreprise France pour faire court. Depuis 1999, les salaires ont augmenté de 53 % en France et de 35 % en Allemagne, ce n’est qu’un exemple, mais le plus inquiétant est la perte de compétitivité de la France vis-à-vis de l’Italie et de l’Espagne qui grignotent mois après mois les parts de marché de la France car ces deux pays ont réalisé les réformes structurelles nécessaires. Plus inquiétant encore, la dette française détenue par des non résidents est deux fois plus élevée qu’en Italie et quatre fois plus qu’en Espagne. Si les investisseurs étaient lucides (selon Bridgewater) le « spread » entre la France et l’Allemagne ne serait pas de 50 points de base comme c’est actuellement le cas mais 350 points, soit 3,5 %, auquel cas la France serait rapidement asphyxiée. Pour encore aggraver cette situation, le déficit commercial de la France est chroniquement dans le rouge, or on ne peut pas, mathématiquement, réduire simultanément la dette et le déficit commercial. C’est ce qu’ont appris à leurs dépens la Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie en engageant de vastes réformes structurelles et des diminutions de salaire autant dans les secteurs publics que privés afin de redonner une certaine compétitivité industrielle et réduire les déficits commerciaux. L’Espagne et l’Italie viennent d’atteindre l’équilibre au prix d’efforts sociaux douloureux, réduction du secteur public, réduction des salaires, des allocations de chômage, des remboursements médicaux, etc. Pour terminer la peinture très sombre de ce tableau, la France n’a plus beaucoup de marges de manœuvre fiscales, l’impôt tuant l’impôt, il est donc inévitable que les investisseurs se détournent de la France dans les mois à venir. Il est hautement improbable que l’Allemagne accepte que la BCE se lance dans l’aventure des QE à la Bernanke, à moins que chaque membre de la zone euro accepte une harmonisation fiscale, condition sine qua non fermement martelée par l’Allemagne et elle n’a pas tort, c’est-à-dire une perte brutale de souveraineté que la France n’acceptera pas. Que pourrait-il alors arriver ? D’abord, le Portugal pourrait faire défaut avant la fin de l’année, il n’y a plus d’argent dans les caisses et les taux sont asphyxiants (voir supra à propos de la France) et les investisseurs perdant confiance en la France, les taux monteront comme on peut s’y attendre, alors ce sera la mise sous tutelle par le FMI et les lendemains ne seront ni chantés ni enchanteurs ! « La France ne peut pas être la France sans grandeur » avait dit Charles de Gaulle, ce n’est malheureusement plus le cas aujourd’hui …

Bonne fin de vacances !

Billet librement inspiré d’un article paru dans Business Insider

Le contrôle de la bonne humeur dans le cerveau …

Quand je me hasarde sur mon blog à des commentaires politiques, climatiques ou économiques, je me rends compte en réalité que ce n’est pas vraiment mon domaine de prédilection mais il m’arrive parfois d’avoir une envie irrésistible de cracher mon venin en lisant, atterré, que la France est maintenant sur une pente descendante qui va donner le vertige à bien des insouciants faisant le plein de soleil sur les plages ou à la campagne car il faudra payer les impôts à la rentrée, c’est promis, et pour beaucoup ce sera douloureux, très douloureux, surtout pour ceux qui n’ont jamais été habitués à faire un chèque à la Trésorerie du coin, quelques millions de nouveaux contribuables paraît-il, bref, ils vont sentir passer leur douleur et leur cerveau en sera tout tourneboulé. Et pourtant, le cerveau, cet organe dont on découvre jour après jour les mécanismes intimes de fonctionnement nous réserve encore des surprises, et pour encore des années. Si l’emprise des évènements sur l’humeur d’un individu est réelle, en fait tout est affaire de chimie dans le cerveau. Bien que j’aie nullement envie d’ennuyer mes lecteurs avec ces quelques rappels de chimie du cerveau, ils sont néanmoins utiles pour la bonne compréhension de la suite de mon exposé. Il y a dans le cerveau trois neurotransmetteurs associés à la bonne humeur, le stress et la sensation de bien-être : la sérotonine, la norépinéphrine et la dopamine. La sérotonine

200px-Serotonin-2D-skeletal

issue de l’aminoacide essentiel appelé tryptophane est considérée comme contribuant au bien-être ou à la satisfaction, dont la satisfaction « digestive » puisque cette petite molécule (voir la formule) est très active au niveau de l’intestin. Quelle plus grande satisfaction qu’une bonne digestion après un excellent repas ! La seconde substance qui contrôle notre humeur, qu’on le veuille ou non, c’est comme ça car tout est de la chimie, est la norépinéphrine aussi appelée noradrénaline.

180px-Norepinephrine_structure_with_descriptor

Adrénaline ? Ca rappelle quelque chose du genre, se faire du souci, avoir le cœur qui bat trop vite, ou sentir des sueurs froides couler le long du dos. La norépinéphrine est le neurotransmetteur du stress. La norépinéphrine est issue d’un autre aminoacide, la tyrosine mais je n’entrerai pas dans les détails. Reste un troisième neurotransmetteur important, la dopamine.

Dopamine2

La dopamine joue un rôle essentiel dans de nombreuses fonctions cérébrales depuis le contrôle de la locomotion (voir la maladie de Parkinson), la motivation, les mécanismes de la récompense, le plaisir sexuel et même la lactation, j’en ai parlé dans plusieurs précédents billets. Bref, si on examine rapidement les formules chimiques de ces trois neurotransmetteurs, on s’aperçoit qu’ils ont en commun un groupe d’atomes appelé fonction amine (-NH2) et comme il faut aussi que le cerveau gère correctement l’abondance de ces trois composés, il existe un système très efficace qui consiste à détruire tout simplement ces derniers à l’aide d’une activité enzymatique dédiée qu’on appelle la mono-amine oxydase (MAO-A), encore faut-il que cette activité soit optimale sinon l’humeur pourrait changer du tout au tout et on pourrait devenir agressif ou au contraire totalement morose ou encore « parkinsonien » avant l’âge … Le cerveau a mis au point un système très sophistiqué pour réguler la teneur en ces trois neurotransmetteurs en agissant directement sur la MAO-A que l’on vient juste de découvrir au RIKEN Brain Science Institute à Wako dans la préfecture de Saitama au Japon. Je ne voudrais pas fatiguer mes lecteurs par une longue dissertation au sujet de cette découverte car celle-ci est parfaitement illustrée à l’aide des deux schémas reproduits à partir du lien indiqué. Pas assez de MAO-A, l’agressivité devient un trait dominant du comportement, trop de MAO-A on est au contraire anxieux et on a tendance à rechercher une certaine entraide. Ces travaux ont été menés à bien en utilisant des souris dont le gène RING, qui code pour un enzyme participant à la dégradation de la MAO-A (ubiquitin proteasomal system) a été modifié et ces souris sont devenues incapables de moduler la teneur en ce dernier enzyme, précipitant l’apparition de troubles comportementaux sérieux en raison du manque total de contrôle de la teneur respective en ces trois neurotransmetteurs dont il était question plus haut. Peut-être, pour en revenir au début de mon billet, quand certains citoyens recevront leur feuille d’impôts au retour de leurs vacances, tout va se dérégler dans leur cerveau, mais espérons que le calme l’emportera sur l’agressivité …

Aruga

 

MAOA-ubiquitination

http://www.riken.jp/en/