Le charlatanisme criminel des laboratoires pharmaceutiques

La thérapie génique à l’aide d’ARN messager abusivement appelée vaccin sensée protéger de l’infection par le coronavirus a été étudiée beaucoup trop rapidement sur un nombre insuffisants de volontaires lors des essais dits en phase 3 conduit maintenant à des catastrophes qui étaient pourtant prévisibles. Lorsque qu’on est infecté par le SARS-CoV-2, ce qui fut mon cas à la fin du mois de mars 2020, une analyse sanguine révèle quatre paramètres anormaux caractéristiques : chute des lymphocytes à moins de 50 % de leur comptage normal, augmentation de la CRP, augmentation du taux d’éosinophiles et forte augmentation des D-dimères. Pour les non-initiés (dont je fais partie puisque je n’ai jamais été médecin) l’augmentation de la CRP (C-reactive protein) est normale puisqu’on est en contact avec un agent infectieux. L’augmentation du taux d’éosinophiles indique une réaction inflammatoire, le taux de D-dimères est un marqueur de troubles de la coagulation sanguine pouvant conduire à des thromboses mais le plus inquiétant est la chute spectaculaire du comptage des lymphocytes. Or si le virus entier provoque de tels symptômes qu’en est-il du pseudo-vaccin à ARN messager ? En 2020, certes, les conséquences de l’infection par le SARS-CoV-2 étaient encore largement inconnues mais il eut été raisonnable pour les fabricants de ces ARNs messagers de suivre les paramètres hématologiques des sujets enrôlés dans les essais cliniques. L’ont-ils fait ? Personne ne le sait.

Il apparaît aujourd’hui que la vaccination à répétition conduit à une condition immunitaire alarmante comme le révèlent les études rassemblées par l’autorité de santé britannique (UKHSA). La performance du système immunitaire est mesurée par le nombre de lymphocytes circulants chez les triple-vaccinés. Selon leur âge on constate que plus les sujets sont jeunes plus la chute des lymphocytes est élevée. En d’autres termes cette « vaccination » conduit à une immunodéficience avec toutes les conséquences que l’on connait maintenant très bien depuis l’apparition il y a 40 ans du HIV provoquant le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA). Ces conséquences sont nombreuses, allant d’une forte susceptibilité aux agents infectieux, c’est le cas avec la nouvelle souche du coronavirus appelé omicron pour laquelle la « vaccination » a provoqué plus de morts chez les personnes vaccinées que chez les non-vaccinées. Cette pathologie d’immunodéficience provoquée par le « vaccin » a provoqué une très forte augmentation du nombre de cancers puisque l’organisme se défend moins bien contre les cellules cancéreuses nouvellement apparues. Il s’agit de pathologies bien décrites chez les malades souffrant du SIDA.

On se trouve donc devant un cas évident de charlatanisme : ce pseudo-vaccin ne protège pas contre la maladie, il aggrave les symptômes de cette maladie dans la tranche d’âge des moins de 60 ans ne souffrant d’aucune comorbidité, il provoque une lymphocytopénie pathologique avec toutes les conséquences déjà observées en dehors de tous les effets secondaires également observés tant au niveau cardiaque que circulatoire. Les laboratoires pharmaceutiques ayant fabriqué ces pseudo-vaccins à ARN messager codant pour la protéine spike sont donc des charlatans criminels qui doivent être poursuivis devant la justice et les campagnes de « vaccination » doivent être immédiatement arrêtées car elles mettent en danger la population.

Sources : https://dailyexpose.uk/2022/02/20/triple-jabbed-brits-weeks-away-from-having-aids/ ethttps://www.globalresearch.ca/the-incidence-of-cancer-triggered-by-the-covid-19-vaccine/5758110

Vers un traitement des verrues ?

On a tous (ou presque) en mémoire les premiers cas de SIDA décrits au début des années 80 qui faisaient état d’une conséquence presque répugnante obligeant les personnes souffrant de ce nouveau mal inconnu à se cacher, le sarcome de Kaposi. S’il s’est avéré par la suite que ces tumeurs rougeâtres étaient d’origine virale et que l’immunodéficience y était pour quelque chose dans leur apparition, il en est presque de même avec les malades en attente d’une greffe d’organe soumis à un traitement immunodépresseur puissant. Au cours de ce traitement de multiples verrues apparaissent souvent sur le corps car l’organisme ne peut plus se défendre correctement contre la prolifération du virus à l’origine des verrues. Il s’agit d’un cousin de celui qui provoque, entre autres, le redoutable carcinome du col de l’utérus. Comme nous sommes tous porteurs de ce virus du papillome des verrues (types 2, 7 et 22 parmi plus d’une centaine d’entre eux) et qu’il arrive parfois qu’une verrue apparaisse sur un doigt ou pire dans la plante des pieds (types 1, 2, 4 et 63 pour être plus précis) le fait que les malades sous traitement immunodépresseur souffrent de l’apparition fulgurante de ces verrues a conduit une équipe de biologistes à se pencher sérieusement sur la question, d’autant plus que des virus de la même famille peuvent être à l’origine de cancers de la peau non classés parmi les mélanomes mais tout de même dangereux.

Et comme l’expérimentation directe sur l’homme est impossible (ou presque, disons que dans les cas désespérés cet interdit est parfois transgressé) il fallait trouver un modèle animal pour éventuellement mettre au point une thérapie adaptée à l’apparition intempestive de verrues. Comme la nature fait bien les choses et que les scientifiques sont curieux de nature ils ont fait appel à une souris commune en Afrique, Mastomys natalensis, porteuse endémique d’un autre cousin du virus du papillome appelé MnPV. Pour la petite histoire cette souris s’appelle Mastomys parce qu’elle présente la particularité d’avoir une multitude de mamelles, jusqu’à 24, réparties depuis le cou jusqu’aux cuisses, et elle est aussi porteuse du redoutable virus de la fièvre de Lassa, mais ce détail est hors sujet.

Ces souris font partie de la panoplie des animaux de laboratoire jalousement élevés au Centre National de Recherche sur le Cancer (DKFZ) à Heidelberg en Allemagne et une équipe s’est intéressée à ces souris qui ont tendance à développer de multiples verrues depuis la mise au point de vaccins dirigés contre le virus du papillome, le Gardasil de Merck et le Cervarix de GSK. Ces vaccins sont constitués de protéines de la capside (voir la photo, Wikipedia) et pourquoi ne pas tenter la même approche avec ces souris particulières infectées par le MnPV en mettant au point un vaccin constitué des protéines de la capside de ce dernier.

Papilloma_Virus_(HPV)_EM

 

L’efficacité des vaccins Gardasil et Cervarix est atténuée chez les sujets déjà porteurs du virus du papillome, c’est-à-dire une grande partie de la population puisque l’HPV est la maladie sexuellement transmissible la plus fréquente. Le virus peut être transmis de la mère porteuse du virus à l’enfant dès la naissance et l’étude de cette transmission est difficile à mettre en œuvre chez l’homme pour les raisons indiquées plus haut. C’est à partir de cette observation que la vaccination est préconisée dès l’enfance. Cette souris africaine constituait donc un animal modèle de choix pour étudier les modalités de transmission et le développement des réactions immunitaires au cours de l’infection. Le DKFZ disposant d’une colonie de souris indemnes de MnPV, les études ont été grandement facilitées. Après avoir produit des protéines de la capside du MnPV dans des cellules d’insecte en culture et formulé un vaccin les études d’interaction et d’immunisation ont été parfaitement concluantes. Il est opportun de noter que les deux protéines de la capside du virus forment spontanément une particule ressemblant en tous point à un virus vivant mais sans ADN à l’intérieur, il s’agit donc d’un fantôme de virus. Ces particules (virus like particle ou VLP), en présence d’un adjuvant approprié directement dérivé de ceux utilisés pour le Gardasil ou le Cervarix sont très fortement immunogènes. La vaccination préalable des souris indemnes de virus réduit considérablement l’apparition de verrues et de tumeurs après infection. Par contre cette vaccination a un effet moindre sur l’apparition de ces tumeurs avec l’age chez les souris naturellement porteuses du MnPV, les souris devenant de plus en plus susceptibles en vieillissant. Et c’est là que réside l’essentiel des résultats de ce travail, les souris initialement indemnes de MnPV, puis vaccinées et enfin infectées avec concomitamment ou non un traitement avec de la cyclosporine, un immunodépresseur utilisé pour le traitement préalable aux greffes d’organes, ont montré une bonne protection contre le développement des verrues et des tumeurs. En analysant divers tissus de ces souris, l’étude a clairement montré que la charge virale cutanée était fortement réduite.

Cette étude a également permis d’entrevoir des protocoles d’étude du mécanisme de migration des immunoglobulines vers l’épiderme qui pourraient élucider pourquoi les verrues que l’on a par exemple sur les doigts disparaissent mystérieusement et réapparaissent parfois sur le doigt d’une autre main.

Ces observations (pour les curieux voir le lien en fin de billet) constituent un espoir dans le traitement préalable par vaccination contre le virus du papillome à l’origine des verrues dans le cas très particulier des malades en attente d’une greffe d’organe et qui doivent après la greffe continuer à être sous traitement d’immunodépresseurs parfois à vie.

Source : http://www.plospathogens.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.ppat.1003924