La désinformation c’est à partir de 8 ans !

DSC_3823

Je satisfaisais tranquillement à des fonctions biologiques basiques dans les toilettes du rez-de-chaussée de la maison de ma fille quand mon attention a été attirée par un magazine au nom évocateur de « Petit Quotidien » de PlayBac presse ( www.playbacpresse.fr ) destiné à la tranche d’âge 8-12 ans. Le bandeau « spécial planète Terre » a éveillé ma curiosité et j’ai parcouru ce magazine bien que n’appartenant plus à cette tranche d’âge pour me rendre compte de ce qui pouvait y être raconté à propos de la planète. Pour 5 euros on endoctrine les enfants et comme ils n’ont aucun sens critique, c’est encore plus facile de les formater et d’en faire des citoyens qui penseront correctement, c’est-à-dire conformément à la propagande scandaleusement distillée par ce magazine au sujet du réchauffement climatique. Tout y est, la fonte des neiges du Kilimanjaro, la disparition des atolls de Polynésie, la montée du niveau des océans, l’effet de serre, les gaz à effet de serre, le dérèglement climatique, la disparition des ours blancs … n’en jetez plus, ces bambins sont dès la sortie de l’enfance formés pour être plus tard des citoyens, de bons citoyens qui croiront ce que les politiciens leur raconteront sans même pouvoir formuler une quelconque critique car ce qu’on leur aura inculqué à force de magazines de ce genre comme fausses certitudes reprises par des professeurs des écoles tout aussi coulés dans le même moule idéologique conforme aux critères édictés par les instances dirigeantes de l’éducation nationale qui comme chacun sait sont pourries de l’intérieur par les Greenpeace, WWF et autres groupes terroristes de l’Eglise de Scientologie Climatique, ne pourront qu’admettre que c’est la vérité, celle à laquelle on doit croire sans se poser la moindre question.

DSC_3826

Un véritable scandale que de laisser accessible ce genre de torchon ! L’effet de serre : un dessin contredisant le deuxième principe de la thermodynamique qui dit qu’un corps froid, en l’occurrence l’atmosphère, ne peut pas transférer de chaleur à un corps plus chaud, la surface de la Terre, à moins d’une intervention externe comme par exemple le compresseur d’une machine frigorifique. Jamais le deuxième principe de la thermodynamique formulé en 1824 par Sadi Carnot n’a pu être infirmé et ce ne sont certainement pas les pseudo-scientifiques de l’IPCC qui pourront arriver à cette fin. Voilà le genre d’ineptie qu’on enfonce dans le crane des enfants avec de tels magazines dont l’orientation idéologique ne fait aucun doute, jugez par vous-même :

DSC_3825

C’est franchement révoltant car ces mêmes bambins finiront par convaincre leurs parents pour peu que ces derniers soient dénués aussi de sens critique. Renseignements pris, ce torchon avait été offert à mes petits-enfants par une amie de leurs parents qui est notoirement écologiste bornée et ayant perdu depuis longtemps toute espèce d’esprit de fronde en gobant tout cru tout ce qu’on lui sert à la télévision ou dans les journaux et ces magazines pour enfants, CQFD.

Batho veut un label sans farine animale pour les poissons

Batho veut un label sans farine animale pour les poissons

PARIS – La ministre de l’Ecologie Delphine Batho a déploré dimanche le feu vert de Bruxelles au retour des farines animales pour nourrir les poissons, et a souhaité la création d’un label sans farine animale pour informer les consommateurs.

Je n’avais pas vu cette décision (d’autorisation des farines animales, ndlr) qui datait du mois de janvier et qui a été rendue publique la semaine dernière par la Commission européenne, et j’en pense le plus grand mal, a déclaré Mme Batho lors de l’émission Le Grand Entretien de RCJ (Radio de la communauté juive).

La France, au travers de Guillaume Garot (ministre de l’Agroalimentaire, ndlr) et Stéphane Le Foll (ministre de l’Agriculture), s’est prononcée contre lors du processus de discussion interne à l’Union européenne, a ajouté Mme Batho. Ce n’est pas dans la logique de la chaîne alimentaire que de donner de la viande à manger à des poissons. C’est la même logique d’absurdité financière que pour la viande de cheval, a-t-elle estimé.

Pour Mme Batho, il est donc très important que la filière piscicole française s’organise pour qu’il y ait un label +sans farine animale+ qui puisse faire son apparition sur les étalages, pour dire aux consommateurs français: le poisson que vous achetez n’a pas été nourri avec de la viande.

La Commission européenne a annoncé jeudi que les poissons d’élevage pourraient à nouveau être nourris avec des farines de porc et de volailles à compter du 1er juin. Ce mode d’alimentation était prohibé dans l’UE depuis la crise de la vache folle.

Approuvée par les experts des Etats membres en juillet 2012, la mesure autorise le recours aux protéines animales transformées (PAT) dans l’alimentation des poissons d’élevage et des autres animaux de l’aquaculture.

(©AFP / 17 février 2013 15h28) 

Voilà une dépêche d’agence que je commenterai volontiers puisqu’il y a 48 heures je laissais un billet sur mon blog au sujet de la décision de la Commission européenne d’autoriser les granulés de farine animale modifiée pour l’alimentation des poissons d’élevage.

Voir : https://jacqueshenry.wordpress.com/2013/02/15/farine-animale-pour-les-poissons-attention-danger/

Mais mon commentaire se positionnait en d’autres termes, à savoir le danger potentiel de la présence d’antibiotiques ou d’anabolisants dans ces farines animales qui pourraient éventuellement se concentrer dans la chair des poissons, sans aucune référence scientifique mais seulement une réaction immédiate et de bon sens de ma part. Madame Batho n’a donc pas du tout appréhendé le réel problème et le situe encore une fois dans une démarche totalement éloignée de la réalité et plutôt orientée idéologiquement. Par exemple quand elle considère que l’on ne doit pas donner de viande à des poissons (même carnivores) c’est un peu un aveu d’ignorance, surtout après avoir déclaré qu’elle n’avait « pas vu » cette décision de la Commission, vu où ? N’a-t-elle pas des sbires susceptibles de l’informer sous les lambris dorés de son ministère ? Alors, que fait la Ministre, elle va faire des courses rue Saint-Honoré ? Il suffit de lire quelques mots de cette dépêche d’agence pour se rendre compte que cette personne est totalement déconnectée de la réalité et qu’elle ne fait, à l’évidence, pas son travail ! Et puis, j’ai découvert qu’il y avait dans le gouvernement un ministre de l’agriculture et un ministre de l’agroalimentaire, ça subodore la magouille à la grecque, le règne des copains et de la corruption, des maroquins distribués pour la complaisance, surtout avec ce constat d’amateurisme évident :« le poisson que vous achetez n’a pas été nourri avec de la viande », et donc nourri avec quoi ? Les truites sont carnivores (traduction pour les illettrés : mangeuses de viande) comme les dorades et les rougets, les saumons et les merlus. Madame Batho devrait retourner à l’école primaire pour apprendre le B A-BA de la biologie la plus basale. On nage dans le plus extravagant surréalisme avec le présent gouvernement pléthorique.

Un seul point me paraît d’importance, l’absence (ou un niveau acceptable) de substances potentiellement toxiques dans les farines animales destinées à la nourriture pour les poissons d’élevage, et que Madame Batho continue ensuite à aller faire ses petites courses dans les boutiques de luxe … et que Madame Batho continue à déplorer pour faire bonne (et pâle) figure !