De la nécessité d’inclure l’énergie nucléaire dans un système énergétique propre

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.40.06.png

Document de l’IAEA repris par la World Nuclear Association

Résumé

Dans un monde centré sur des solutions à court terme, bon nombre des caractéristiques qui font de l’énergie nucléaire un acteur clé dans la transition vers un monde durable ne sont pas correctement valorisées et souvent considérées comme acquises. En réfléchissant au discours populaire dans le monde de la politique énergétique, il semblerait que les énergies renouvelables, et les énergies renouvelables seules, seront responsables et capables de fournir un système énergétique zéro carbone – et que ce n’est qu’une question de temps.

Aujourd’hui, la réalité est que les émissions mondiales de dioxyde de carbone et l’utilisation de combustibles fossiles sont toujours en augmentation. Cela rend non seulement la lutte contre le changement climatique beaucoup plus difficile, mais entraîne également des centaines de milliers de décès par pollution chaque année.

L’énergie est l’agent essentiel de la promotion du développement humain, et la demande mondiale devrait augmenter considérablement au cours des prochaines décennies. Garantir l’accès à une énergie moderne et abordable est essentiel pour sortir les gens de la pauvreté et pour promouvoir l’indépendance énergétique et la croissance économique.

L’énergie nucléaire est une solution éprouvée avec une longue expérience bien établie. Les réacteurs nucléaires – un grand total de 445 dans 30 pays – sont l’épine dorsale à faible émission de carbone des systèmes électriques, fonctionnant en arrière-plan, jour après jour, souvent hors de vue et hors de nos esprits. Capables de générer d’immenses quantités d’énergie propre, ce sont les géants silencieux sur lesquels nous comptons quotidiennement.

L’énergie nucléaire a montré – que ce soit en France ou en Suède – qu’elle pourrait être le catalyseur de la réalisation de transitions énergétiques durables, bien avant que le changement climatique ne soit à l’ordre du jour. L’utilisation de l’énergie nucléaire est la voie rapide vers un système énergétique puissant et propre, qui non seulement offre un environnement plus sain et un approvisionnement en électricité abordable, mais renforce également la sécurité énergétique et contribue à atténuer le changement climatique.

L’industrie nucléaire mondiale, dirigée par la World Nuclear Association, est prête à relever le défi. Dans le cadre du programme Harmony, nous nous sommes fixé pour objectif de construire 1 000 GWe supplémentaires de réacteurs à travers le monde avant 2050, portant la part mondiale de la production d’électricité d’origine nucléaire à 25%.

Afin de réaliser le plein potentiel de l’énergie nucléaire, nous avons identifié trois domaines clés où des actions sont nécessaires :

La nécessité de créer des conditions équitables qui valorisent la fiabilité et la sécurité énergétique

Le besoin d’harmonie dans l’environnement réglementaire nucléaire

La nécessité d’un paradigme de sécurité holistique pour l’ensemble du système électrique.

Les éléments d’un système d’énergie propre

L’électricité est au cœur de la vie moderne – elle alimente notre vie quotidienne, ainsi que nos rêves et nos ambitions. La demande n’a cessé de croître depuis plus de 100 ans et continuera de le faire à mesure que de nombreuses régions du monde continueront de se développer, et l’électrification joue un rôle central dans les efforts de décarbonisation (figure 1, voir références en fin d’article). Avec près d’un milliard de personnes dans le monde vivant toujours dans l’obscurité, sans accès à l’électricité, l’humanité a la responsabilité d’apprendre du passé – chacun a le droit de profiter d’un style de vie moderne d’une manière qui ne cause pas de tort aux personnes ou à la planète.

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.39.11

Le défi qui nous attend, cependant, va bien au-delà de l’électricité – nous devrons trouver des moyens de décarboniser toutes les parties de l’économie qui sont susceptibles de l’être et nous avons besoin de solutions durables à long terme. Cela signifie changer la façon dont nous chauffons nos maisons et alimenter nos processus industriels, ainsi que garantir que la façon dont nous voyageons, exportons nos produits et expédions nos aliments s’éloigne des combustibles fossiles.

Malgré les efforts considérables déployés pour décarboniser l’économie et les innombrables milliards dépensés, notre monde reste fortement accro aux combustibles fossiles. La tendance est claire – au lieu de réduire notre dépendance aux combustibles fossiles, nous l’augmentons (figure 2). En conséquence directe, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter lorsqu’elles doivent chuter de façon drastique.

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.39.34.png

Nous devons apporter une transformation mondiale qui soit socialement, économiquement et écologiquement durable. Nous avons besoin d’un système abordable – personne ne devrait avoir à choisir entre le chauffage de sa maison et des éléments essentiels comme manger – ainsi qu’à aider à réduire la pauvreté et à assurer la réalisation du potentiel humain dans le monde. Nous avons besoin d’une source d’énergie qui peut non seulement nous aider à atténuer les effets du changement climatique et de la dégradation de l’environnement, mais aussi à apporter les énormes avantages d’une alimentation électrique fiable aux quatre coins du monde qui n’y ont pas accès.

L’énergie nucléaire apporte déjà une contribution majeure. En utilisant l’énergie nucléaire plutôt que les combustibles fossiles, nous évitons actuellement l’émission de plus de 2500 millions de tonnes de dioxyde de carbone chaque année. Pour mettre cela en perspective, cela équivaut à retirer environ 400 millions de voitures des routes du monde.

La société moderne est tributaire de l’approvisionnement régulier en électricité, tous les jours de l’année – quelles que soient la météo, la saison ou l’heure – et l’énergie nucléaire est particulièrement bien adaptée pour fournir ce service. Étant donné que la majorité de l’approvisionnement de base en électricité est d’origine fossile, une augmentation de l’utilisation de l’énergie nucléaire entraînerait une décarbonisation rapide du système électrique. Le récent rapport III de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur l’énergie nucléaire a souligné l’importance de générateurs d’électricité fiables en charge de base et la nécessité de bien les évaluer et de les compenser pour les services de sécurité et de fiabilité qu’ils fournissent.

Malgré une croissance récente impressionnante, la dure réalité est que les énergies renouvelables ne pourront pas à elles seules résoudre notre dépendance aux combustibles fossiles. De toute évidence, le soleil ne brille pas toujours et le vent ne souffle pas toujours, ce qui est aggravé par le fait que plusieurs fois ces périodes coïncident avec le moment où la demande d’électricité est au plus haut, mais les énergies renouvelables peuvent être complémentaires de l’énergie nucléaire. Les solutions de stockage, telles que les batteries, ne pourront pas alimenter nos sociétés pendant des jours ou des semaines lorsque le temps n’est pas favorable. Le gaz naturel est actuellement la solution la plus utilisée pour résoudre le problème de l’intermittence, qui ne fait que renforcer la dépendance de notre économie vis-à-vis des combustibles fossiles, et compromet gravement les «pouvoirs verts» apparents de nombreuses énergies renouvelables.

Vers un avenir durable

Le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sur le réchauffement climatique de 1,5 °C (référence iv) a examiné un grand nombre de scénarios différents pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. Parmi les scénarios qui permettraient d’atteindre cet objectif de 1,5 °C, l’augmentation moyenne de la contribution de l’énergie nucléaire à la production d’électricité était 2,5 fois plus élevée qu’aujourd’hui. Cependant, le scénario « à mi-chemin » – dans lequel les tendances sociales, économiques et technologiques suivent les modèles actuels et ne nécessiteraient pas de changements majeurs, par exemple, le régime alimentaire et les habitudes de voyage – voit le besoin d’augmentation nucléaire de cinq fois fois dans le monde d’ici 2050.

L’AIE a conclu que sans une contribution accrue de l’énergie nucléaire, le défi déjà énorme de la réduction des émissions deviendra drastiquement plus difficile et plus coûteux. Dans leur dernier rapport sur l’énergie nucléaire (réf.v), publié en 2019, ils concluent également que ne pas utiliser le nucléaire aurait des implications négatives pour la sécurité énergétique et entraînerait des coûts plus élevés pour les consommateurs. L’AIE recommande des réformes politiques pour « … garantir la concurrence sur un pied d’égalité » et que « … l’accent devrait être mis sur la conception de marchés de l’électricité d’une manière qui valorise l’énergie propre et les attributs de sécurité énergétique des technologies à faible émission de carbone, y compris l’énergie nucléaire ». Ces réformes devraient également garantir que la fiabilité de la production d’électricité est correctement évaluée et compensée.

Dans le cadre du programme Harmony, l’industrie nucléaire mondiale a identifié trois domaines d’action clés pour libérer le véritable potentiel de l’énergie nucléaire : la nécessité de conditions de concurrence équitables, l’harmonisation des réglementations et la mise en place d’un paradigme de sûreté efficace.

En ce qui concerne la nécessité de règles du jeu équitables, nous constatons que de nombreux marchés mondiaux de l’électricité fonctionnent de manière non durable, dominée par une réflexion à court terme. Un approvisionnement en électricité abordable, fiable et disponible 24h/24 et 7j/7 génère de larges avantages pour la société et, comme le montre la figure 3, le nucléaire est l’une des sources d’électricité les plus abordables économiquement.

Cependant, les marchés n’accordent pas le crédit voulu aux producteurs d’électricité, comme l’énergie nucléaire, qui sont en mesure de répondre à ces demandes sociétales. Cela a entraîné des situations où l’énergie nucléaire a eu du mal à concurrencer les sources d’énergie subventionnées, elle ne tient pas compte des coûts cachés engendrés par son intermittence (par exemple, des dispositions de secours coûteuses et des investissements dans le réseau), ou n’a pas assumé sa responsabilité pour avoir utilisé notre atmosphère commune comme un dépotoir.

De plus, les marchés de l’électricité ne reconnaissent pas les coûts relatifs des différentes formes de production d’électricité. Alors que l’industrie nucléaire assume la responsabilité de ses coûts de cycle de vie (y compris le déclassement et la gestion des déchets), d’autres producteurs d’électricité ne le font pas. Les générateurs de combustibles fossiles sont rarement tenus de payer le prix des dommages environnementaux et sanitaires que leurs émissions provoquent, tandis que le coût de l’énergie éolienne et solaire n’inclut pas l’élimination des matériaux parfois toxiques en fin de vie.

En ce qui concerne la nécessité d’harmoniser les réglementations, les multiples barrières réglementaires découlant des divers processus d’autorisation nationaux et des exigences de sécurité limitent actuellement le commerce et l’investissement nucléaires mondiaux. Un manque de normalisation internationale impose des charges réglementaires inutiles aux activités nucléaires et entraîne des retards dans l’octroi de licences pour les nouvelles conceptions, ce qui entrave l’innovation.

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a souligné l’importance de s’attaquer à ce problème, concluant que le manque d’harmonie réglementaire « … est la cause de nombreux inconvénients pour l’ensemble de l’industrie nucléaire, y compris les développeurs, les fournisseurs, les opérateurs et même les régulateurs eux-mêmes … Il en résulte une augmentation des coûts et une prévisibilité réduite de l’exécution des projets ». Il est donc crucial d’harmoniser le processus réglementaire pour remédier à ces faiblesses et éviter les doubles emplois et les incohérences inutiles.

En ce qui concerne la nécessité d’un paradigme de sécurité holistique pour l’ensemble du système électrique, nous devons considérer la sécurité dans une perspective sociétale, ce que le système énergétique actuel ne parvient pas à faire. Les avantages de l’énergie nucléaire pour la santé, l’environnement et la sécurité ne sont pas suffisamment compris et évalués par rapport à d’autres sources d’électricité. L’énergie nucléaire reste la forme de production d’électricité la plus sûre (figure 4). De plus, l’utilisation du nucléaire prévient régulièrement plusieurs dizaines de milliers de décès (résultant principalement de la pollution atmosphérique) chaque année en évitant l’utilisation du charbon, des mesures qui doivent être mieux reconnues et valorisées.

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.41.27.png

Le nucléaire pour un avenir durable

L’énergie nucléaire contribue déjà de manière significative à fournir au monde une électricité propre et abondante et a fait ses preuves en tant que bête de somme fiable dans le monde entier. Des pays comme la France, la Suède et la Suisse ont prouvé qu’il est possible de dissocier la croissance économique d’une augmentation des émissions nocives et dans les délais nécessaires pour lutter efficacement contre le changement climatique et la dégradation de l’environnement (figures 5 et 6, réf. ix et x). Le nucléaire peut garantir que les populations à croissance rapide atteignent un niveau de vie croissant – sans avoir à sacrifier la planète ou leur propre bien-être.

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.42.22

Capture d’écran 2020-07-08 à 11.43.10.png

L’incroyable densité énergétique de l’uranium signifie que quelques kilos suffisent pour fournir à une personne suffisamment d’énergie pour la vie. L’uranium est abondant et peut être trouvé dans de nombreuses régions du monde, ainsi que dans l’eau de mer (voir note en fin de billet). De plus, le combustible nucléaire usé est bien géré et peut dans la plupart des cas être recyclé pour produire encore plus d’énergie. En utilisant l’énergie nucléaire, les pays sont en mesure de prendre en main leur propre destin en diminuant leur dépendance à l’égard de l’énergie importée – une indépendance et une sécurité accrues en des temps incertains.

Contrairement à d’autres sources d’énergie, l’énergie nucléaire nous aide à réduire notre empreinte totale, au-delà de l’environnement. En tenant compte de facteurs tels que le coût (par exemple, les coûts de carburant et de construction), le carbone (émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie), les empreintes hydriques et terrestres, le nucléaire est de loin plus performant devant tous les autres producteurs d’énergie.

L’énergie nucléaire offre une multitude de services au-delà de la simple électricité. Grâce au nucléaire, nous pouvons décarboniser la façon dont nous chauffons nos maisons, fournir de la chaleur de process à l’industrie et garantir l’accès à de l’eau propre. Les approvisionnements en eau douce étant soumis à une pression croissante dans le monde, les réacteurs nucléaires peuvent assurer le dessalement, assurant un débit fiable d’eau potable fraîche dans les zones où elle est rare.

L’énergie nucléaire peut être utilisée pour alimenter la nouvelle révolution de la mobilité en cours. Chaque jour, nous utilisons près de 20 millions de barils de pétrole pour alimenter nos véhicules. En passant à une flotte de transport électrique ou à hydrogène – tous alimentés par l’atome – nous sommes en mesure de relever l’un des principaux défis d’une économie durable (voir également la note en fin de billet à ce sujet).

Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre – nous avons besoin de chaque partie du puzzle pour contribuer à résoudre certains des plus grands défis auxquels l’humanité aura été confrontée depuis très longtemps. Les impacts du changement climatique toucheront d’abord les plus pauvres et les plus vulnérables, et le fait de ne pas agir aura des conséquences humanitaires incalculables.

L’énergie nucléaire est le géant silencieux du système énergétique d’aujourd’hui – elle fonctionne silencieusement en arrière-plan, capable de fournir d’immenses quantités d’énergie, quelle que soit la météo ou la saison, nous permettant de nous concentrer sur tout le reste de la vie. Il s’agit d’une technologie qui est disponible dès maintenant et qui peut être étendue rapidement à travers le monde pour nous aider à résoudre certains des défis les plus déterminants auxquels nous sommes confrontés. L’énergie nucléaire a le potentiel d’annoncer un monde nouveau, plus propre et vraiment durable – nous permettant de transmettre une planète plus propre à nos enfants.

Source : World Nuclear Association. Références :

i  International Energy Agency (2018), World Energy Outlook 2018. Data accessed from https://www.iea.org/weo/ – Based on the New Policies Scenario, which incorporates existing energy policies as well as an assessment of the results likely to stem from the implementation of announced policy intentions – with visual modification by World Nuclear Association.

ii  International Energy Agency (n.d.), Statistics. Accessed from: https://www.iea.org/statistics/?country=WORLD&year=2016&category=Electricity&indicator=ElecGenByFuel&mode =chart&dataTable=ELECTRICITYANDHEAT – with visual modifications by World Nuclear Association.

iii  International Energy Agency (2019), Nuclear Power in a Clean Energy System. Accessed from: https://www.iea.org/ publications/nuclear/

iv  Intergovernmental Panel on Climate Change (2018), Special Report on Global Warming of 1.5 °C. Accessed from: https://www.ipcc.ch/sr15/

v  International Energy Agency (2019), Nuclear Power in a Clean Energy System. Accessed from: https://www.iea.org/ publications/nuclear/

vi  International Energy Agency & OECD Nuclear Energy Agency (2015), Projected Costs of generating Electricity – 2015 Edition. Accessed from: https://www.oecd-nea.org/ndd/pubs/2015/7057-proj-costs-electricity-2015.pdf

vii  International Atomic Energy Agency (2015), Technical challenges in the application and licensing of digital instrumentation and control systems in nuclear power plants. Accessed from: https://www-pub.iaea.org/MTCD/ Publications/PDF/P1695_web.pdf

viii  Paul-Scherrer Institute. Data for nuclear accidents modified to reflect UNSCEAR findings/recommendations (2012) and NRC SOARCA study 2015

ix  International Energy Agency (2018), Electricity Information 2018 https://webstore.iea.org/electricity-information-2018-overview

x  Ibid.

Source : Agence internationale de l’énergie atomique

Notes. Dans le cadre d’un accord de coopération entre la France et je Japon la faisabilité technique de l’extraction de l’uranium de l’eau de mer a été démontrée. Par conséquent les ressources en uranium peuvent être considérées comme infinies (sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/06/20/luranium-de-leau-de-mer-cest-faisable/ ). L’engouement actuel pour les moteurs à hydrogène ou les « piles à combustibles » n’est pas justifié dans le mesure où pour l’instant les seules sources économiquement rentables d’hydrogène sont le « reforming » catalytique du pétrole, la gazéification du charbon et la production électrolytique du chlore à partir de saumures concentrées, l’hydrogène étant un sous-produit de ce processus industriel. Il n’existe aujourd’hui aucune autre technologie de production massive d’hydrogène. Ne pas mentionner ces évidences industrielles relève de la « fausse-nouvelle » quand un gouvernement veut promouvoir l’hydrogène comme combustible non polluant.

Et si le COP21 déclarait l’énergie nucléaire indispensable pour ne pas griller comme des toasts ?

Capture d’écran 2015-05-07 à 20.05.14

Comme je ne lis plus la presse française et que je ne regarde pas non plus la télévision française (ni japonaise d’ailleurs, sauf quand je séjourne à Tokyo chez mon fils et que je regarde à la dérobée des tournois de sumo ou des matchs de base-ball) je me suis posé la question de savoir si ces organes de propagande au service du gouvernement puisqu’ils sont tous peu ou prou subventionnés par l’Etat avec les impôts que paient les contribuables consentants avaient mentionné la déclaration du Congrès International sur l’Avancement des Centrales Nucléaires (ICAPP) qui se tenait à Nice cette dernière semaine. Le résumé tient en une phrase « l’énergie nucléaire constitue une solution clé pour combattre le changement climatique ». Trente neuf sociétés impliquées dans l’énergie nucléaire civile, représentant 50000 scientifiques de 36 pays ont signé cette déclaration qui présente dans le détail leur contribution pour contrecarrer le changement climatique. L’énergie nucléaire ne dégage que très peu de CO2 dans l’atmosphère et il s’agit d’une des solutions pour atténuer le changement climatique. Cette initiative « Nuclear for Climate » a été lancée en été 2014 afin de promouvoir cette énergie avec les autres formes d’énergie peu émettrices de CO2 auprès de l’UNFCCC.

Qu’est-ce que l’UNFCCC ? C’est aussi une émanation des Nations-Unies (UN Framework Convention on Climate Change) qui promeut et finance les énergies faiblement émettrices de carbone. Outre la SFEN (Société Française de l’Energie Nucléaire, la European Nuclear Society et l’American Nuclear Society, leurs homologues Chinois, Sud-Coréen, Indien, Canadien, Australien, Anglais et Sud-Africain étaient également signataires de cette déclaration. Il a été demandé aux pays participants d’indiquer leur intentions de développement de l’énergie nucléaire. À ce jour seuls les USA et la Chine ont détaillé leurs programmes à venir dans le domaine de l’énergie nucléaire. Le premier novembre prochain l’UNFCCC rédigera un rapport de synthèse qui sera présenté en décembre lors de la COP21 qui se tiendra à Paris sous la présidence plus que probable de Mademoiselle Royal.

Parlera-t-on de l’énergie nucléaire lors de ce raout mondain largement financé par les contribuables français (il est bon de le rappeler encore une fois) que ces mêmes contribuables vont voir leur facture d’électricité inexorablement augmenter pour financer les moulins à vent et les panneaux solaires Made in PRC et bientôt les batteries d’Elon Musk car qui dit financement et subventions de l’Etat sous-entend naturellement appauvrissement des citoyens. On peut en douter car les sbires de Greenpeace et du WWF (entre autres ONGs), qui sont les principaux instigateurs de ces réunions stériles dont il ne sort jamais rien, sont aussi viscéralement anti-nucléaires. Et tout ce bruit pour finalement rien car ce n’est pas l’homme ni ses activités qui changeront le climat mais la mécanique céleste et l’activité solaire, paramètres auxquels la Terre est soumise depuis des centaines de millions d’années. Le seul bénéfice de toute cette gabegie pourrait être l’isolation thermique des logements pour économiser de l’énergie quand le climat se refroidira comme cela est très précisément prévu par les spécialistes du Soleil.

Source et illustration : SFEN ( http://www.sfen.org/en )

La presse de caniveau (ELLE) s’empare des OGMs (aux USA)

Il y a eu Séralini en France qui a fristouillé ses résultats pseudo-expérimentaux pour faire passer son message idéologique d’anti-OGM comme pour plaire aux députés, sénateurs et autres ministres faucheurs de maïs  également anti-OGM viscéraux, il y a maintenant aux USA un allergologue qui y va à grandes louches démagogiques sans aucun fondement scientifique pour avancer le fait que les OGMs sont allergènes. Sa démarche est exemplaire dans sa malhonnêteté car, diagnostiquant une dermatose à éosinophiles chez une patiente, et ne trouvant aucun allergène (parmi des milliers répertoriés et disponibles en ligne pour le corps médical et le vulgum pecus : AllergenOnline, Université du Nebraska, Lincoln) auquel était sensible sa patiente en a conclu qu’elle était tout simplement allergique au maïs transgénique sans aucune autre forme d’investigation médicale. La patiente en question a relaté son expérience dans ELLE, un magazine américain lu par des millions de femmes partiellement ou totalement décérébrées qui ont immédiatement, il fallait s’y attendre, gobé l’information sans même prendre la peine de la digérer, je veux dire qu’elles ont pris pour argent comptant ce qu’elles lisaient. ELLE existe aussi en français, en espagnol et en d’autres langues pour satisfaire d’autres décérébrées sur tous les continents. Bref, pour déplaire aux détracteurs des OGMs, je préfère parler de plantes transgéniques, le terme est plus approprié et je vais expliquer à mes lecteurs pourquoi je vais ce distinguo lexical. Par OGM, on entend des plantes effectivement transgéniques, c’est-à-dire des plantes dont on a modifié de manière ciblée un de leur gènes, ou plutôt l’expression de ce gène comme par exemple la sur-expression de l’EPSP synthase dans le cas des plantes RoundUp Ready qui deviennent ainsi résistantes à l’herbicide. Le deuxième cas de transgénèse est l’introduction d’un gène étranger comme celui de la toxine Bt (MON810) rendant la plante non pas totalement résistante aux ravageurs mais moins susceptible à ces derniers. La toxine Bt n’a aucun effet sur la santé humaine, allez demander à un agriculteur « bio » qui répand parfois manuellement de la bouillie hors de prix de Bacillus thuringiensis sur ses cultures afin de préserver le label « bio » pour son exploitation si ce traitement l’a rendu malade, il vous répondra que non. Maintenant il y a trois autres méthodologies pour obtenir des plantes génétiquement modifiées. Le croisement manuel ou hybridation afin d’atteindre un caractère bénéfique pour la plante, c’est très long, couteux et aléatoire car les chances d’obtenir une plante réellement améliorée sont infimes. Si on disposait de quelques millénaires on arriverait peut-être à produire des tomates cubiques et bleues comme il a fallu quelques millénaires de sélection manuelle pour obtenir le maïs qu’on connait aujourd’hui à partir du maïs ancestral toujours présent dans des contrées reculées d’Amérique centrale. Une autre technique, peu connue et pourtant utilisée sur des milliers de plantes, céréales, légumes, bananiers, caféiers ou cacaoyers, et j’en passe, consiste à cultiver sur des rangées concentriques ces diverses plantes dont on voudrait bien améliorer un caractère donné dans un immense champ circulaire au centre duquel se trouve une source de radioactivité intense placée sur une tour. En irradiant les plantes à des doses décroissantes selon leur distance à la source radioactive, on espère ainsi induire des mutations bénéfiques. Ce type d’approche est contrôlé et financé en partie par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique, organisme plus connu pour se soucier du programme nucléaire iranien. Les résultats sont également aléatoires et il en va de même de la dernière technique consistant à appliquer directement à la plante des agents chimiques mutagènes (également mutagènes pour l’homme) et attendre de voir ce qui se passe. Or si les méthodes classiques de croisements par tâtonnements sont longues et souvent décevantes, les deux dernières approches, irradiation et agents chimiques, sont encore plus aléatoires mais certains risques sanitaires valent la peine qu’on se risque à ces approches. Si par exemple tous les bananiers disparaissaient à cause d’une infection virale ou fongique, il faudrait repartir de bananiers sauvages résistants et par sélection établir une nouvelle variété mais le processus risquerait de durer plusieurs dizaines d’années par les approches classiques. Si, par contre, on identifie les ou les gène(s) impliqués dans la résistance du bananier à la maladie de Panama (pour ne citer que cet exemple) en quelques mois on pourra être capable d’obtenir des plants de bananiers résistants par transgénèse. Et à n’en pas douter, les enjeux économiques sont tels que même les détracteurs viscéraux des OGMs ne pourront qu’accepter les faits. Pour en revenir à cet allergologue américain, il a laissé sa patiente relater dans les pages de ELLE son histoire qui n’est basée sur aucun argument scientifique ou médical prouvé, bien au contraire, des milliers d’articles parus dans les plus grands journaux scientifiques du monde entier relatant des études indépendantes sur les plantes transgéniques n’ont jamais mis en évidence d’allergies directement liées à la transgénèse et aux conséquences pouvant être induites sur le profil protéique de ces plantes. Jamais aucune étude, depuis maintenant 18 années, n’a pu démontrer d’une manière ou d’une autre que les dites plantes présentaient un quelconque danger pour l’homme ou l’animal ou encore les insectes pollinisateurs. Tous les arguments des écologistes sont des contre-vérités infondées et montées de toute pièce comme ce que vient de faire cet allergologue peu scrupuleux. On en arrive à créer de toutes pièces une sorte de dogme, comme je le mentionnais dans un précédent billet, qui doit être accepté comme tel à moins de passer pour politiquement incorrect. C’est exactement ce qui s’est produit avec les vaccins quand on a prétendu sans aucune preuve à l’appui que l’hydroxyde d’aluminium utilisé comme adjuvant initiait la maladie d’Alzheimer. Triste monde plongeant progressivement dans un obscurantisme moyenâgeux pour la plus grand satisfaction des écologistes hébétés intellectuellement et pour certains lecteurs assidus de ELLE.

Source : Slate