L’évolution de l’épidémie d’obésité

Capture d’écran 2016-11-29 à 12.34.59.png

Il y a en moyenne dans le monde trois fois plus de personnes obèses qu’il y en avait en 1975 (voir l’animation en lien). Dans le groupe de pays où le nombre d’obèses ne dépasse pas 5 % de la population on trouve le Vietnam, la Corée du Nord, le Bengladesh, l’Afghanistan et le Japon. Le Japon est le seul pays dit développé dont le nombre d’obèses est inférieur à 4 % de la population totale alors qu’il atteint 35 % aux USA, leader mondial dans ce domaine. Dans le peloton de tête des dix pays où le nombre de personnes obèses dépasse 30 % on retrouve curieusement le Canada, l’Australie, le Royaume-Uni et l’Afrique du Sud : unité culturelle oblige car dans ces pays la malbouffe à l’américaine y est répandue comme d’ailleurs au Chili, en Argentine et au Mexique, des pays qui se sont mis à consommer cette malbouffe qui est à l’origine de la maladie presque planétaire maintenant qu’est l’obésité. Également dans ce peloton de tête on retrouve curieusement la Turquie et l’Egypte. Dans ce dernier pays 40 % des femmes sont obèses dont 9 % le sont sévèrement. La France et l’Espagne se situent dans la moyenne mondiale avec 23 % de la population obèse, femmes et hommes étant sensiblement à égalité, ce qui n’a d’ailleurs rien de réjouissant.

Capture d’écran 2016-11-29 à 12.31.53.png

Puisque les gouvernements sont censés protéger les citoyens qui les ont mis au pouvoir, il serait grand temps que des mesures draconiennes soient prises autoritairement pour réguler sévèrement les abus de malbouffe, en particulier l’abondance de produits sucrés ou enrichis en carbohydrates. Les directives sanitaires ont banni les graisses dont les oeufs et le beurre et privilégié les sucres ouvrant ainsi toute grande la porte au marché des statines et des produits anti-diabétiques pour le plus grand bonheur des laboratoires pharmaceutiques. Or il est maintenant reconnu que ce sont les sucres qui provoquent l’obésité souvent accompagnée de diabète de type 2 et une augmentation du taux de cholestérol sanguin dont en particulier le fructose. Non seulement il sera nécessaire de taxer lourdement certains produits comme les sodas sucrés mais également tout un éventail de produits alimentaires solides que l’on retrouve dans les fast-food et les rayons des surgelés dans les super-marchés.

La doyenne de l’humanité vient de fêter le 29 novembre 2016 ses 117 ans, la seule personne vivante au monde étant née au XIXe siècle. Il s’agit d’Emma Morano qui depuis l’âge de 20 ans se nourrissait d’un peu de pain et de viande et de trois oeufs chaque jour, deux crus et un cuit. Elle ne mangeait pratiquement jamais de fruits ni de légumes. À méditer …

Source : World Economic Forum, Lien : https://assets.weforum.org/editor/R2ehyqEXeL8BucOQKybBPmYX1ScvjRRLgurqDyCKEb4.gif

Brève : L’obésité est un handicap

Capture d’écran 2014-12-19 à 08.42.13

Selon un arrêt de la Cour de Justice Européenne, l’obésité est considérée comme un handicap et doit être traitée comme telle par la justice des pays de l’Union. C’est après avoir été saisie par un homme obèse (160 kg, indice de masse corporelle de 54) qui fut licencié que la justice danoise a transmis le dossier à la Cour Européenne. Considérant qu’il était victime d’une discrimination illégale, le dénommé Karsten Kaltoft avait en effet saisi la justice de son pays pour obtenir des dommages et intérêts. Cette dernière a donc demandé à la Cour Européenne si l’obésité représentait un handicap et sa réponse est affirmative. Toute discrimination relative à l’obésité est donc illégale avec cette restriction qui prête à interprétation : « à condition que, dans des circonstances données, l’état d’obésité du travailleur entraine une limitation qui peut faire obstacle à la pleine et effective participation de cette personne à la vie professionnelle sur la base de l’égalité avec les autres travailleurs et si cette limitation est de longue durée ».

Les employeurs sont donc prévenus mais ils réfléchiront à deux fois avant d’embaucher une personne présentant un surpoids évident … Comme quoi la Cour Européenne de Justice ne mesure pas totalement la portée sociale de ses arrêts. L’obésité est déjà considérée comme une maladie aux USA. C’est aussi une maladie contagieuse qui s’attrape très facilement dans les fast-foods et certains linéaires de supermarchés. À moins de souffrir de pathologies endocriniennes avérées, l’obésité est un choix personnel de mauvais comportement hygiénique. On peut donc aussi se demander sur quelles bases se fonde la Cour Européenne pour considérer que l’obésité est un handicap alors que les personnes en surpoids et/ou obèses se sont elles-mêmes infligé sciemment ce handicap. Il s’agit d’une inquiétante dérive de la justice qui montre par cette décision sa flagrante incompétence.

Source : dépêche ats / 18.12.2014 19h35, illustration The Guardian