Le PIB français – + 1,1 % en 2015 – du gros enfumage !

 

J’ai été quelque peu interpellé par le titre des Echos en ligne ce vendredi 29 janvier 2015 qui ne faisait que reprendre une dépêche de l’AFP. La croissance économique de la France a atteint le chiffre faramineux (fumeux) de 1,1 % en 2015 et dans la foulée le CAC40 a réagi à la hausse. C’est énorme si on se réfère à la maigrichonne croissance de 2014 qui n’était que de 0,2 %, en d’autres termes le gouvernement et son grand timonier qui actionne le pédalier économique peuvent se féliciter d’une croissance 5,5 fois plus « forte » en 2015. La dette du pays n’atteint plus que 96,9 % du PIB (source INSEE) et tout va bien Madame la Marquise …

Il suffit d’une calculette pour découvrir que les données sont truquées, certes moins que celles de la Chine, mais tout de même n’importe quel élève de CM2 pourra le démontrer. La croissance française ne repose que sur l’accroissement de la dette et des hors-bilan, surtout des hors-bilan, ce côté opaque et glauque de la comptabilité nationale. La dette « officielle » de l’Etat Français était fin 2015 de 2103,2 milliards d’euros et le PIB, au sens de Maastricht, était de 2170,4 milliards d’euros. Le total des hors-bilan a augmenté de 273,3 milliards d’euros durant cette année 2015. Je n’invente rien, toutes ces données sont disponibles sur le site de l’INSEE et on peut trouver quelques informations supplémentaires sur le site de la Cour des Comptes (voir le lien). Le petit élève de CM2 a qui on enseigne des rudiments d’économie aura très vite compris que le PIB, toujours au sens de Maastricht (ce qui ne veut rien dire), n’a pas augmenté de 1,1 % en 2015 mais régressé de 0,96 % !

Je ne suis pas économiste mais n’importe qui sachant faire des additions et des divisions comprendra qu’on roule l’opinion publique dans la farine et que le système des hors-bilan, une entourloupe comptable inventée par Alain Juppé, est un magnifique outil d’enfumage. Personne ne sait exactement comment ces hors-bilan pourront être apurés puisqu’ils atteignent aujourd’hui environ 3200 milliards d’euros.

Qu’y a-t-il dans ces fameux hors-bilan ? Pour plus de la moitié il y a les retraites des agents de l’Etat qui ne sont pas financées (1753 milliards), la garantie des livrets d’épargne (519 milliards), c’est la moindre des choses (!) l’Etat se sert de l’argent des épargnants pour financer un certain nombre d’actions mais si tous les épargnants retiraient leurs billes le même jour, le casino de la finance de l’Etat français sauterait. Il y a aussi dans ces hors-bilan la contribution de l’Etat au fond européen de stabilité financière, la contribution du pays au FMI et enfin les engagements de l’Etat découlant de sa mission de régulateur économique et social ( sic, je recopie Wikipedia) consistant essentiellement à financer les régimes spéciaux, SNCF, RATP, etc, pour le plus grand bénéfice des syndicats.

Au final, compte tenu du fait que les hors-bilan ont augmenté de 350 % en dix ans (oui, vous avez bien lu), on comprend maintenant parfaitement que l’élite politique française, soutenue par une administration aux ordres du pouvoir, nous mène en pédalo depuis près de 20 ans.

Si on utilisait des règles comptables saines on pourrait dire que l’économie française est en récession depuis plusieurs années et que le pays est virtuellement en faillite.

https://comptes-rendus/Publications/Publications/Certification-des-comptes-de-l-Etat-pour-l-exercice-2014

https://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

La France ne peut pas être la France sans grandeur (C. De Gaulle)

La France est sur le point d’atteindre le seuil critique où le service de sa dette va s’accroître plus rapidement que ses revenus. Pour les quelques mois à venir, compte tenu des intérêts très bas consentis par les financiers (inférieurs à l’inflation) il reste paradoxalement quelques euros pour encore stimuler l’économie, ce que s’est empressé de faire le gouvernement en prenant de petites mesures stimulant l’emploi afin de tenter in extremis de réduire l’augmentation du chômage. Mais cette situation artificielle ne peut pas durer car inévitablement les milieux financiers non résidents dont est dépendante la France à plus de 60 % pour couvrir ses emprunts vont sanctionner l’inaction du gouvernement en termes de réformes structurelles afin d’améliorer la productivité et la compétitivité des entreprises. Il n’est pas besoin d’être un analyste professionnel pour comprendre qu’il en est tout autrement avec l’augmentation des impôts, charges et taxes diverses décidées par l’administration actuellement au pouvoir. De deux choses l’une, soit la dette et le service de la dette continuent à augmenter (ce qui est le cas pour le moment) et à un moment ou à un autre la bulle de cette dette explosera, soit le gouvernement décide de réaliser de réelles économies budgétaires afin de réduire l’accroissement de cette dette dans la souffrance, ce qui est improbable compte tenu des pressions corporatistes et syndicales, alors cette bulle va exploser. Si on considère l’ensemble des charges hors bilan consolidés de la France, essentiellement les programmes sociaux, celles-ci atteignent déjà 260 % du PIB, à peu de choses près la situation de la Grèce ou du Portugal, deux pays qui vont très certainement appeler l’Europe à l’aide dès les élections allemandes terminées, tant qu’Angela Merkel n’est pas reconduite dans ses fonctions, il ne se passera rien en Europe … Pour préciser la situation plus que précaire de la France la Commission Européenne a chargé le Research Center for Generational Contracts en 2009 de quantifier les engagements de divers pays européens dans leurs programmes sociaux.

130825-03

 

130825-04

Ce rapport a estimé que la France avait le « hors bilan », c’est-à-dire le poste de dépenses non adossé à des recettes correspondantes, le plus élevé d’Europe, atteignant 362,2 % du PIB, soit 6500 milliards d’euros, à fin 2006 à laquelle il faut ajouter la dette financière, ou fiscale, comme vous voudrez, qui frôle les 95 % du PIB. Difficile d’imaginer que la situation se soit magiquement améliorée depuis cette date ! Au contraire, elle s’est détériorée puisqu’il y a de moins en moins d’actifs pour financer cette structure genre Ponzi qui a fonctionné durant les trente glorieuses – il y avait plus d’actifs que d’inactifs – mais la tendance s’est inversée avec l’arrivée à l’âge de la retraite des baby-boomers. Le refus du gouvernement français de modifier les modalités de départ à la retraite et le financement de cette dernière ne peut pas améliorer cette situation. La Cour des Comptes s’évertue à tirer le signal d’alarme, rien n’y fait. A ce triste tableau se surimpose l’érosion de le compétitivité de l’Entreprise France pour faire court. Depuis 1999, les salaires ont augmenté de 53 % en France et de 35 % en Allemagne, ce n’est qu’un exemple, mais le plus inquiétant est la perte de compétitivité de la France vis-à-vis de l’Italie et de l’Espagne qui grignotent mois après mois les parts de marché de la France car ces deux pays ont réalisé les réformes structurelles nécessaires. Plus inquiétant encore, la dette française détenue par des non résidents est deux fois plus élevée qu’en Italie et quatre fois plus qu’en Espagne. Si les investisseurs étaient lucides (selon Bridgewater) le « spread » entre la France et l’Allemagne ne serait pas de 50 points de base comme c’est actuellement le cas mais 350 points, soit 3,5 %, auquel cas la France serait rapidement asphyxiée. Pour encore aggraver cette situation, le déficit commercial de la France est chroniquement dans le rouge, or on ne peut pas, mathématiquement, réduire simultanément la dette et le déficit commercial. C’est ce qu’ont appris à leurs dépens la Grèce, le Portugal, l’Espagne et l’Italie en engageant de vastes réformes structurelles et des diminutions de salaire autant dans les secteurs publics que privés afin de redonner une certaine compétitivité industrielle et réduire les déficits commerciaux. L’Espagne et l’Italie viennent d’atteindre l’équilibre au prix d’efforts sociaux douloureux, réduction du secteur public, réduction des salaires, des allocations de chômage, des remboursements médicaux, etc. Pour terminer la peinture très sombre de ce tableau, la France n’a plus beaucoup de marges de manœuvre fiscales, l’impôt tuant l’impôt, il est donc inévitable que les investisseurs se détournent de la France dans les mois à venir. Il est hautement improbable que l’Allemagne accepte que la BCE se lance dans l’aventure des QE à la Bernanke, à moins que chaque membre de la zone euro accepte une harmonisation fiscale, condition sine qua non fermement martelée par l’Allemagne et elle n’a pas tort, c’est-à-dire une perte brutale de souveraineté que la France n’acceptera pas. Que pourrait-il alors arriver ? D’abord, le Portugal pourrait faire défaut avant la fin de l’année, il n’y a plus d’argent dans les caisses et les taux sont asphyxiants (voir supra à propos de la France) et les investisseurs perdant confiance en la France, les taux monteront comme on peut s’y attendre, alors ce sera la mise sous tutelle par le FMI et les lendemains ne seront ni chantés ni enchanteurs ! « La France ne peut pas être la France sans grandeur » avait dit Charles de Gaulle, ce n’est malheureusement plus le cas aujourd’hui …

Bonne fin de vacances !

Billet librement inspiré d’un article paru dans Business Insider