Alimentation et santé : rumeurs et mensonges (4)

Red_Delicious.jpg

Les mensonges et les fausses informations parfois émises par des scientifiques peuvent conduire à des désastres sociétaux comme vous allez le découvrir en particulier quand il s’agit d’informations mensongères au sujet de la santé.

13. Si vous faites tomber de la nourriture au sol, vous avez 5 secondes …

Il paraîtrait que si on fait tomber un morceau de gâteau par terre en le ramassant pour le manger pas plus de 5 secondes après, on ne risque pas de contamination. Encore une idée préconçue erronée car il suffit de quelques millisecondes aux bactéries présentes partout pour contaminer ce morceau de gâteau et vous devrez vous résigner à le jeter plutôt que de le manger. Les règles d’hygiène élémentaire ont disparu depuis l’avènement des produits d’entretien de toutes les couleurs et parfumés à la jonquille ou à la résine de pin. Ces produits sont totalement inefficaces et ils ne donnent qu’une impression de propreté : « Ça sent le propre », « Monsieur Propre » … Depuis que les hôpitaux ont abandonné l’usage de l’eau de Javel (hypochlorite de sodium) on ne compte plus le nombre de morts par infections appelées du nom savant d’infections nosocomiales. Pourquoi ? Tout simplement parce que les hôpitaux sont devenus des endroits insalubres et c’est la même chose chez soi. Pour ma part le fais le grand ménage une fois par semaine dans mon modeste logement et je suis à peu près certain qu’il est ensuite propre. J’utilise comme mes grand-mères de l’eau de Javel diluée quatre fois pour laver le sol. De plus, comme dans beaucoup de pays dont en particulier le Japon, je quitte mes chaussures dès que je rentre à la maison. Pourquoi a-t-on interdit l’eau de Javel dans les hôpitaux, pourtant le seul antiseptique efficace à 100 % ? Il n’y a pas de mystère, ça ne coûte rien et les grandes multinationales de la propreté n’en tireraient aucun profit. Ceci explique cela.

14. Les vaccins peuvent être dangereux

Je ne reviendrai pas ici sur la nouvelle phobie des vaccins qui s’est propagée à la suite de la publication par Wakefield d’un article falsifié relatif au lien entre l’autisme et les vaccins en 1998 dans la revue The Lancet. Cet individu a avoué ses turpitudes, s’est rétracté et a été mis au ban de la société par l’Ordre britannique des Médecins. La rumeur s’est pourtant propagée et amplifiée malgré toutes les études scientifiques rigoureuses qui n’ont jamais pu prouver par la suite qu’il y avait un quelconque lien entre vaccins et autisme. À ce sujet le lien suivant est tout à fait instructif (www.pbs.org/wgbh/nova/body/autism-vaccine-myth.html).

Capture d’écran 2017-06-11 à 11.15.20.png

La France, patrie de Pasteur, se distingue par son attitude irraisonnée puisque près de la moitié de la population considère que les vaccins sont dangereux. Il faut dire que la justice française s’est distinguée par son imbécillité en admettant que les téléphones portables étaient dangereux pour la santé, or comme ce sont les mêmes groupes d’activistes qui colportent les même rumeurs, suivez mon regard … L’italie pour sa part vient de rendre la vaccination des enfants des écoles obligatoire, 15 % des parents refusant de faire vacciner leurs enfants.

Aux USA, pays où la rougeole avait été virtuellement éradiquée, passant de 500 000 cas annuels en 1960 à une centaine en 2000, le CDC a constaté ces derniers mois une recrudescence de la maladie. Tous les cas de rougeole déclarés proviennent d’immigrés non vaccinés, en particulier en provenance de Somalie.

Capture d’écran 2017-06-11 à 11.16.09.png

15. Les yaourts remettent de l’ordre dans les intestins

Bien que les yaourts – non sucrés et non aromatisés – ne soient pas mauvais en soi pour la santé il ne faut pas croire que les bactéries lactiques qu’ils contiennent ont le pouvoir de modifier la flore intestinale. C’est un mythe savamment vendu à grands coups de publicité par les fabricants de yaourts. À l’heure actuelle, aucun biologiste digne de ce nom ne sait comment modifier la flore intestinale en raison de sa complexité – plus de 250 bactéries intestinales sont encore inconnues et n’ont jamais été étudiées en détail ! Le marché des « probiotiques » se porte bien, merci, il atteint plus de 25 milliards de dollars par an. Quant aux yaourts sucrés ils sont plutôt dangereux pour la santé puisqu’ils apportent un supplément de sucres dont l’organisme se passerait volontiers. Le seul avantage du yaourt par rapport au lait est qu’il ne contient pratiquement plus de lactose, une caractéristique le rendant assimilable par les personnes souffrant d’intolérance au lactose.

16. Manger une pomme chaque jour, c’est bon pour la santé

Comparée à beaucoup d’autres fruits la pomme est plutôt pauvre en vitamines et en fibres contrairement à la croyance populaire. Par conséquent manger une pomme chaque jour pour rester en bonne santé est une vue de l’esprit. L’argument serait que la pomme est riche en vitamine C. C’est faux : une pomme n’apporte que 6 % du besoin quotidien ce cette vitamine. De là à prétendre que manger des pommes est bon pour soigner la grippe (illustration Red delicious, qui n’a de délicieux que le nom)…

Source : Business Insider, suite dans un prochain billet. Illustrations : World Economic forum, CDC et Wikipedia

La liberté individuelle numérisée …

LB2-ADULT-L3_Assembled

C’est déjà presque en place en Pennsylvanie et en Caroline du Nord, les hôpitaux collectent des données concernant ceux qui seront bientôt leurs clients potentiels en tant que malades afin qu’ils interviennent avant même qu’ils ne soient sérieusement atteints par une affection. Des officines spécialisées en traitement de données combinent les données publiques de santé accessibles, l’open data, avec les transactions effectuées avec les cartes de crédit. Une carte de crédit permet en effet de bien cerner le profil d’une personne en ce qui concerne ses habitudes alimentaires et en Caroline du Nord et également en Caroline du Sud, deux millions de personnes sont suivies à la trace, leurs données professionnelles, personnelles et médicales sont agrégées par des firmes spécialisées qui entrent des dizaines de millions de données dans de grosses machines qui sont ensuite traitées selon des algorithmes qui identifient les personnes à haut risque. Deux sociétés, Acxiom et LexisNexis se sont déjà positionnées dans ce créneau prometteur et bien qu’affirmant ne pas vouloir utiliser leurs données à des fins commerciales, les habitants de ces deux Etats ont de bonnes raisons de s’inquiéter. Les données analytiques sont fournies au Carolinas HealthCare System, un groupe privé qui gère plus de 900 centres de santé incluant des hôpitaux, des maisons de retraite, des cabinets médicaux et des cliniques.

L’intérêt de ce système peut être illustré par un exemple simple. Prenons un patient asthmatique, l’étude des débits de sa carte de crédit permettra de savoir s’il a bien acheté ses médicaments dans une pharmacie ou s’il a acheté des cigarettes dans le magasin d’à côté et ses données personnelles permettront de savoir tout de suite s’il habite dans une zone riche ou non en pollens allergènes. Le même système permettra de détecter une personne pouvant présenter des risques d’accident cardiovasculaire selon le type d’achat de nourriture combiné à son inscription ou non à un club de gymnastique ou s’il a réglé une boisson gazeuse dans un club de golf … Selon un médecin conseil de cet organisme, il ne s’agit pas d’espionner les faits et gestes de tout un chacun mais de faire de la prévention en amont, avant que le moindre trouble de santé apparaisse. Naturellement tout est supposé être parfaitement confidentiel. On n’en est qu’au tout début de cette expérience hors normes et pourtant l’ensemble des dossiers médicaux doit être prochainement scruté à l’aide des mêmes algorithmes pour encore plus affiner les prédictions et orienter préventivement les patients. Comme le dit presque ironiquement le Docteur Michael Dulin du Carolinas HealthCare System « Des données sont déjà utilisées pour orienter les gens et leur suggérer d’acheter des choses pas souvent dans leur intérêt, nous appliquons la même stratégie, mais cette fois-ci pour leur bien ». Une patiente diabétique de Charlotte * se plaint de recevoir des appels téléphoniques chaque semaine de sa compagnie d’assurance santé pour s’assurer qu’elle prend bien ses médicaments et elle se demande bien ce que ce système mis en place pourrait apporter de plus d’autant qu’elle doit voir son médecin au moins 4 fois par an. Le but ultime de cette sorte d’espionnage sophistiqué de tout un chacun est de réaliser des économies car la mise en place de l’Obamacare qui prévoit une rémunération des personnels hospitaliers et des hôpitaux sur la base de la qualité et non de la quantité des soins a finalement rendu la généralisation de ce système de pré-diagnostic à l’insu des patients pratiquement incontournable.

C’est bien Big Brother qui se met en place inexorablement …

Note : Charlotte est la principale ville de Caroline du Nord et un important centre financier, business is business !

Source : http://www.carolinashealthcare.org et Bloomberg

Relire aussi : https://jacqueshenry.wordpress.com/2014/06/07/on-est-entre-dans-lunivers-predit-par-orwell/