Kim Dotcom a frappé fort

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.27.47.png

De son gros poing aux doigts boudinés le sieur Kim Dotcom, qui pèse 162 kilos, a frappé très fort en démontrant preuves d’informaticien chevronné à l’appui que les Russes n’avaient pas pu interférer dans la compagne électorale américaine et qu’ils ne pouvaient pas être les auteurs du « hacking » du comité soutenant Hillary Clinton, le DNC.

En effet, et ni la CIA, ni la NSA, ni le FBI et encore moins le département de la justice américaine n’ont l’air de compter parmi leurs personnels un informaticien capable de fournir une preuve qu’il y a bien eu une interférence russe dans ce processus électoral télécommandée par l’équipe de Donald Trump. Il se trouve qu’il n’y a pas eu d’infiltration russe mais une fuite de la part d’un des membres du DNC, fuite immédiatement imputée par le clan Clinton aux services d’espionnage russes.

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.33.09.png

Dotcom s’appuie sur une information élémentaire pour un informaticien qui a été rendue publique après inspection des ordinateurs du DNC et qui a été soigneusement passée sous silence. La copie des fichiers de l’ordinateur a été effectuée à la vitesse de 22,6 MB/seconde (méga-bytes/seconde) et cette vitesse de transfert ne peut être atteinte qu’avec une mémoire flash, clé USB ou disque dur flash.

Comme l’indique le tableau ci-dessus la vitesse de transfert entre deux ordinateurs proches l’un de l’autre n’est plus que de 14,2 MB/s et vers un serveur proxy elle tombe à 6,3 MB/s et enfin de la cote est des USA vers la cote ouest cette vitesse est alors de 2,0 MB/s. Autant dire que pour aller jusqu’en Russie … Le hacker du DNC ne pouvait donc pas se trouver en Russie ni ailleurs. C’était un membre du DNC ! Cette information d’une limpidité arithmétique qu’un enfant de 5 ans comprendrait rend caduques toutes les accusations formulées par les Démocrates au sujet de la Russie ainsi que celles portées à l’encontre de Julian Assange qui a publié les centaines de milliers de messages d’Hillary Clinton depuis un serveur non sécurisée alors qu’elle était à la tête du Département d’Etat. Le suspect a été identifié par Kim Dotcom comme étant Seth Rich mais le Département de la Justice, en la personne de Mueller, fait toujours la sourde oreille car s’il se rend officiellement à l’évidence la Miss Clinton ira probablement en prison ainsi que son époux et bien d’autres personnalités démocrates …

Capture d’écran 2018-02-20 à 10.45.52.png

Source et illustrations : ZeroHedge 19 février 2018

Le changement climatique est sexiste !

Capture d’écran 2018-02-07 à 18.41.11.png

Bien que disserter plus avant au sujet du changement du climat me paraisse superflu je n’ai pas pu résister à écrire ce bref billet au sujet de la prise de position d’Hillary Clinton sur ce changement climatique interrogée lors d’une conférence à l’Université de Georgetown (Washington,DC) :

« Je voudrais dire que particulièrement pour les femmes, vous avez tout à fait raison, ce sont elles qui porteront le fardeau du changement climatique car elles devront se préoccuper de la nourriture, de l’acheminement du bois pour faire la cuisine, de chercher un autre endroit pour vivre quand toute l’herbe aura disparu en raison du réchauffement climatique et qu’il faut bien que le cheptel puisse continuer à se nourrir et que les légumes ne pousseront plus dans le jardin. Ces femmes souffrent déjà de la canicule en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Inde » (sic).

Aucun commentaire

Source et illustration : Zerohedge

Russiagate : la désinformation continue aux USA et … en Europe

Le gigantesque scandale, une véritable bombe à fragmentation, qui commence à secouer les USA n’a pas fini de faire couler de l’encre. Brièvement il s’agit de l’affaire mêlant Uranium One, la Russie, le comité démocrate (DNC), Hillary Clinton et même Obama qui pourrait aussi être éclaboussé. Lorsque Madame Clinton était en poste comme Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères durant le premier mandat d’Obama, elle eut en charge le dossier de rachat d’Uranium One par la société d’état russe Rosatom. Elle en profita, toute secrétaire d’Etat qu’elle était, il fallait le souligner, pour corrompre les autorités russes et faire pression afin que la Fondation familiale Clinton soit dûment rémunérée à hauteur, toutes sommes confondues, de 145 millions de dollars plus un demi-million de dollars dans la poche de Bill qui effectua une prestation à Moscou pour mettre de l’huile dans les rouages de Rosatom. L’affaire remonte à 2010. Malgré le fait que le FBI et le département de la justice américaine se soient intéressés à cette transaction permettant à la Russie de contrôler 20 % de l’activité liée à l’uranium au sein même des USA l’affaire n’a pas eu l’air d’inquiéter Obama outre mesure. Il a même tout simplement gardé le silence, de même que James Comey alors directeur du FBI, remercié il y a quelques mois par Trump.

De toute évidence Hillary Clinton a menti dans l’affaire appelée maintenant le « Russiagate ». Elle a financé une entreprise privée en liaison avec un ancien agent du MI6 pour monter de toute pièce la soi-disant interférence de la Russie dans les élections présidentielles de novembre 2016. Pour que FoxNews reconnaisse ses erreurs au sujet du rôle jamais prouvé de la Russie dans ces élections et que le Washington Post se sente pour le moins gêné est révélateur de l’aspect nauséabond de la politique politicienne de Capitol Hills : tous les membres de la Chambre des Représentants sont mouillés que ce soient les Démocrates comme les Républicains qui ont reproché à Trump d’avoir limogé James Comey car un grand nombre d’entre eux « savaient ». D’autres têtes vont bientôt tomber et le couple Clinton pourrait se retrouver sous les verrous si naturellement la justice fait correctement son travail, ce qui n’est pas encore acquis pour l’instant.

Apparemment ce tsunami politique américain n’a pas l’air d’intéresser les médias européens qui, comme l’a fait l’AFP, ignorent ou feignent d’ignorer ce qui se passe en ce moment même à Washington. Pas un mot sur la corruption d’Hillary Clinton lors des transactions avec Rosatom, seulement la mention d’un fait très secondaire : la mission confiée à l’entreprise Fusion GPS, basée à Washington chargée d’enquêter sur les liens entre Trump et la Russie qui remit un rapport totalement mensonger au DNC afin d’alimenter le « Russiagate ». Pas un mot de la corruption active d’Hillary Clinton, c’est l’Omerta ! Il faut dire que tous les médias européens, sous l’influence de la CIA, ont carrément daubé au sujet de Donald Trump. Ils vont s’en mordre les doigts car cette affaire va aussi avoir de lourdes répercussions en Europe, le chien-chien de l’Amérique. Quelle attitude vont adopter Merkel, Junker et bien d’autres éminents hommes politiques, seulement éminents dans leur degré de corruption et d’avilissement

La politique c’est complètement pourri … À suivre.

Source : ZeroHedge et The Hill

Géopolitique : le cas du Sahara Occidental

Crimée et Sahara Occidental, drôle de rapprochement …

Je suis toujours surpris de constater que beaucoup de cartes éditées par exemple par le Forum économique mondial ou encore Wikipedia font figurer en grisé le Sahara occidental. Ce territoire est cerné par un mur l’isolant à l’est de l’Algérie voisine et au sud de la Mauritanie et il n’existe pas pour les Nations-Unies. Peu peuplé il a été annexé purement et simplement par le Royaume du Maroc lorsque l’Espagne a quitté son ultime colonie alors appelée le Rio de Oro. De nombreux Sahraouis ont trouvé refuge dans l’archipel tout proche des Canaries. Jamais les Nations-Unies ont reconnu cette annexion. Les pays occidentaux ont-ils sanctionné le Maroc ? Naturellement que non et pour diverses raisons. D’abord le Maroc entretient des liens économiques étroits avec la Communauté européenne dans le cadre d’un accord de libre échange. Ensuite de nombreuses entreprises européennes, en particulier françaises, ont délocalisé certaines de leurs productions manufacturières au Maroc, la main-d’oeuvre y étant moins chère et le régime fiscal plus avantageux. Enfin le Maroc est le premier producteur de phosphate du monde, il faut donc le ménager.

L’une des raisons pour lesquelles le Maroc a annexé le Sahara Occidental et ensuite refoulé les populations à l’est de ce territoire largement désertique est donc la richesse en phosphate dans sa partie nord qui a quasiment doublé les réserves en phosphate du pays. Il y a également une autre raison économique, la présence d’hydrocarbures au large de cette nouvelle province du Royaume. Personne n’a rien eu à redire lorsque l’armée marocaine a investi cette région. Il y a quelques années, Hillary Clinton, encore à la tête du Département d’Etat américain, a reçu un cadeau du Roi du Maroc de 13 millions de dollars immédiatement transférés sur le compte de la Fondation Clinton pour donner une conférence économique. Elle a empoché l’argent, ne s’est même pas présentée et a envoyé à sa place son époux Bill. Ce cadeau était assorti de la promesse faite, selon Madame Clinton, par le Pentagone d’installer une base militaire importante au nord de l’ancien Sahara occidental, précisément là où se trouvent les gisements de phosphate … car il faut tout de même protéger cette ressource essentielle pour l’agriculture (américaine).

Mais au fait, les habitants de la Crimée, eux, ont choisi démocratiquement par référendum il y aura bientôt trois ans de se séparer de l’Ukraine et de retourner dans le giron de la Russie lorsqu’un régime fasciste de la plus ignoble facture a été installé par les USA à Kiev, ce qui a provoqué les sanctions économiques et financières de l’Union Européenne à l’encontre de la Russie. La Russie n’a pas annexé autoritairement la Crimée, ce sont les habitants très majoritairement russophones et chrétiens orthodoxes qui ont volontairement choisi ce rapprochement contrairement à ce qui s’est passé avec le Maroc pour le Sahara Occidental. On ne peut que constater qu’il y aurait comme deux poids-deux mesures en politique internationale. Les dés sont pipés et l’Europe est aux ordres de la Maison-Blanche. Jean-Claude Junker est le larbin de Washington, l’Europe est incapable d’adopter une politique étrangère cohérente. Pourquoi ne pas aussi sanctionner le Maroc ?

Billet d’humeur politique. USA : Corruption à tous les niveaux

Hillary_Clinton_Testimony_to_House_Select_Committee_on_Benghazi.png

Alors qu’Hillary vient d’être lavée de tout soupçon par le FBI, Weakileaks vient de disperser dans le public quelques 30000 mails de la candidate républicaine à la Présidence des USA. Curieuse coïncidence direz-vous, et pourtant les tenants de la probité morale auront encore une fois perdu, Snowden et Assange se battent contre le monstre yankee qu’ils ne pourront jamais abattre au risque de leur vie et de celle de 99,999999 % des habitants de la planète.

Revenons un peu en arrière. Le processus d’exonération d’Hillary Clinton de toute faute (par le FBI) était soigneusement orchestré. Ce qui a alerté le public scrupuleux de la bonne conduite des affaires publiques américaines est un meeting organisé par Bill Clinton avec Lauretta Lynch. Cette femme n’est pas n’importe qui puisqu’elle est procureur générale des Etats-Unis, le poste le plus élevé du système judiciaire américain. Lauretta Lynch et James Comey, l’actuel directeur du FBI, sont de vieux copains dans la turpitude organisée. Ils se sont illustrés en 2013 au sujet de l’affaire HSBC en ordonnant au département de la justice américaine de ne pas poursuivre cette banque au sujet de blanchiment d’argent des milieux de la drogue et du terrorisme. Comey, curieusement, faisait partie du board des directeurs d’HSBC … Rappelons ici qu’HSBC est l’un des principaux acteurs du marché de l’or sur la place financière de Londres.

Quand Eric Holder, le prédécesseur de Lauretta Lynch quitta le Département de la Justice, il y eut comme un sentiment de soulagement dans l’opinion publique qui pensait que les affaires de corruption au plus haut niveau de l’Etat américain ne seraient plus que de mauvais souvenirs. Or cet individu a été appointé par le cabinet d’avocats d’affaires Covington & Burling qui a des bureaux à Washington, New-York, San Francisco, Londres et naturellement Bruxelles. Malheureusement Loretta est tout aussi corrompue que Holder puisqu’elle a avalisé d’une signature l’innocence d’Hillary Clinton.

Le flirt malsain entre les Clinton et James Comey date de plus de 20 ans. Quelques jours avant de quitter la Maison-Blanche Bill Clinton gracia plus de 450 personnes dont Robert Palmer, l’un des principaux acteurs du scandale Whitewater, une histoire de malversations immobilières dans lesquelles était impliqué le couple Clinton. Mais ce n’était pas l’un des moindres personnages graciés par Bill Clinton puisqu’un dénommé Marc Rich fit aussi partie du lot des heureux innocentés. Marc Rich, un homme d’affaire israélo-américano-belgo-espagnol d’origine juive belge (selon sa fiche Wikipedia) eut l’autorisation émanant de la Maison Blanche de fuir à Lucerne, en Suisse après avoir détourné la bagatelle de 100 millions de dollars de l’administration fiscale américaine. Marc Rich était pourtant recherché par toutes les justices de la planète.

Pourquoi donc Bill Clinton gracia ce sombre individu, tout simplement parce qu’il couchait avec Denise, son épouse, dans leur luxueux appartement de la Cinquième Avenue à New-York, en quelque sorte le prix de ce pardon. La SEC et le Département de la Justice furent par la suite mandatés pour enquêter sur ces « pardons » décrétés par Bill Clinton. Les enquêtes furent rapidement étouffées quand James Comey fut appointé à la tête du FBI. Est-ce que le peuple américain va oser élire Hillary, épouse d’un homme politique corrompu jusqu’à la moelle des os et corrompue elle-même ?

Capture d’écran 2016-07-08 à 19.56.28.png

Si on revient en Europe, n’y a-t-il pas un flagrant mélange des genres quand on apprend que Barroso vient d’être appointé par Goldman Sachs International comme conseiller (y compris avec son carnet d’adresse) pour organiser la main-mise de cette grande banque d’affaires sur les dépouilles des pays membres de l’Union Européenne ? À n’en pas douter il semble y avoir urgence … L’existence de l’UE doit être bien compromise pour que des vautours comme Goldman Sachs prennent de telles dispositions.

Source : investmentresearchdynamics.com

Note : En 2003 James Comey fut nommé procureur général adjoint au Département de la Justice américain. En 2005 il fut appointé comme conseiller et vice-président de la firme américaine de défense Lockeed Martin. En 2010 il rejoignit la firme Bridgewater Associates (Connecticut) comme conseiller général. Le 4 septembre de cette même année il fut nommé par Obama septième directeur du FBI. On est là devant un cas de portes tournantes entre gouvernement et firmes privées ! Autant Lockeed-Martin que Bridgewater supportent financièrement Hillary Clinton pour accéder au fauteuil du bureau ovale de la Maison-Blanche. Les USA sont devenus une république bananière, tout simplement ! Bienvenue en enfer … d’autant plus évidemment que L-M pousse l’OTAN à déployer des missiles anti-missiles tout autour de la Russie et également en Corée du sud, des missiles naturellement fabriqués par cette même firme. On a tout compris, les USA se préparent à une troisième guerre mondiale contre des ennemis virtuels que sont la Russie et la Chine. Bienvenue donc dans l’enfer !