Patrimoine des élus (suite)

Je relève dans le Monde.fr cette légende sous le portrait d’un JF Copé émacié et pâle (pour les journalistes du Monde a-t-il quelque chose à cacher?) :

 Pour Jean-François Copé et Alain Juppé, la transparence des patrimoines des élus relève du « voyeurisme » ; pour Henri Guaino, l’opération favorisera une société du « soupçon ».

 

Comme si l’ensemble de la population (hormis les élus naturellement) n’était pas déjà parcourue de « soupçons » comme le prétend Henri Guaino. Quant au « voyeurisme », de quoi Copé veut-il parler, lui qui organise des manifestations anti-mariage gay : pour lui ce genre d’attitude devant un faux problème de société ne relève-t-il pas du voyeurisme ? Décidément les politiciens n’ont aucune morale mais ce qui est attristant c’est l’attitude du Monde qui tente de ternir l’image des élus de la droite en évitant soigneusement d’écrire quoi que ce soit sur les élus de gauche. C’est bien connu, ce journal est de gauche, voire d’extrème gauche, mais la probité journalistique devrait passer avant les opinions politiques. Je vais de ce pas supprimer le Monde de mes favoris comme je l’ai fait pour Libération.

Mais pour en revenir au soupçon, le mal est fait et Juppé n’a pas à se vanter, lui qui a eu des déboires avec la justice pour des malversations plutôt louches. Toute la nation attend ces déclarations de patrimoine mais aussi celles de tous les élus sans exception et non pas seulement les ministres. Que tous les élus locaux soient aussi contraints par la loi de faire état de leur patrimoine, ce ne sera pas du voyeurisme mais de la transparence, il y a là une petite nuance que Copé et Juppé n’ont pas vraiment comprise …