La Commission européenne élabore un plan pour éliminer l’agriculture européenne moderne.

Capture d’écran 2020-06-16 à 16.05.36

Les détails de ce plan sont apparus le mois dernier, dans le cadre du « Green New Deal » annoncé à la fin de l’année dernière, qui appelle le continent à devenir « climatiquement neutre » d’ici 2050. La Commission parle de « transformer les défis climatiques et environnementaux en opportunités ». Elle mentionne également de « rendre la transition juste et inclusive pour tous ».

Elle aurait du ajouter aussi trois mots : « sauf pour les agriculteurs ». Hélas non, parce que la Commission européenne vient de publier sa stratégie «De la ferme à la fourchette», qui est le volet agricole de l’accord vert européen (lien en fin de billet). La Commission annonce une série d’objectifs irréalistes : au cours de la prochaine décennie, les agriculteurs sont censés réduire de moitié l’utilisation de produits phytosanitaires, de réduire de 20% l’utilisation d’engrais et de transformer un quart de la superficie totale des terres agricoles en production biologique.

Naturellement, rien de tout cela n’est censé perturber le dîner de qui que ce soit.

Les Européens ont la chance de vivre dans une société bien nourrie. Nous avons des gouvernements stables, des infrastructures fiables et des économies avancées. Nous possédons également certaines des meilleures terres agricoles au monde, avec un bon sol et de bons rendements, année après année. Grâce à l’agriculture intensive, nous obtenons d’excellents résultats – et nous ne sommes pas confrontés aux problèmes de faim et de malnutrition qui affligent les personnes moins fortunées dans d’autres sociétés.

Ce que la Commission européenne propose maintenant, essentiellement, ce sont des récoltes moins abondantes. Pour les consommateurs, cela mènera directement à une chose: des prix plus élevés. La nourriture coûtera plus cher. Il y a aussi un problème plus profond. Comment les agriculteurs, qui sont déjà confrontés à des problèmes financiers, sont-ils censés gagner leur vie lorsque ils cultiveront moins de terres et vendront moins de nourriture ? La Commission européenne a tout simplement oublié de prendre en compte l’un des résultats les plus probables de son approche erronée de l’agriculture : lorsque les agriculteurs ne peuvent plus réaliser de bénéfices, ils abandonnent l’agriculture.

Si cela se produit, les petites récoltes diminueront encore plus.

Ces dispositions sont en contradiction directe avec ce que la Commission dit être son objectif principal, qui est de rendre « l’économie de l’UE durable ». La Commission européenne devrait pourtant comprendre qu’il n’y a pas de durabilité économique sans économie durable.

Cela soulève également la question de savoir d’où proviendra notre nourriture, si elle ne provient pas de nos propres fermes. Nous pourrons toujours importer plus de nourriture d’autres régions du monde. Le commerce mondial est déjà une caractéristique essentielle de la production alimentaire. Pourtant, l’accord vert européen conduira à faire appel à une agriculture de qualité inférieure dans les endroits où les terres agricoles sont moins productives. Cela peut aider à remplir le ventre dans une Europe qui compte moins d’agriculteurs. Cela pourrait même donner bonne conscience aux militants et aux bureaucrates de Bruxelles. Mais cela n’aidera certainement pas le climat comme ils le prétendent.

L’objectif d’une agriculture moderne devrait être de produire plus de nourriture sur moins de terres. Pourtant, l’approche actuelle de l’UE, fondée sur l’idéologie plutôt que sur la science, conduira à produire moins de nourriture sur davantage de terres.

Qu’est-ce qui est « vert » au sujet de tout cela ?

Tout ce plan est censé se dérouler, soit dit en passant, à une époque de croissance démographique mondiale. Les démographes s’attendent à ce que 2 milliards de personnes supplémentaires habitent notre planète d’ici 2050. Nous devons également les nourrir. Déterminer comment y parvenir au cours des 30 prochaines années est le principal défi de l’agriculture – et la solution, si nous en trouvons une, réside dans l’utilisation de technologies, produits et stratégies innovants, en particulier dans les pays en développement.

Ce dont nous n’avons pas besoin, c’est du fardeau supplémentaire des restrictions qui rendra plus difficile pour les Européens de se nourrir.

Le pire, cependant, est que le « Green Deal européen » semble supposer que les agriculteurs sont les ennemis de la conservation. La Commission européenne considère les agriculteurs comme un problème à résoudre et donc à traiter, voire à éliminer, plutôt que comme des alliés dans une cause commune.

Les agriculteurs travaillent déjà dur pour être aussi « verts » que possible. Dans beaucoup de fermes européennes, une petite partie de l’électricité est produite avec des panneaux solaires. La localisation GPS et d’autres technologies sont quotidiennement utilisées pour réduire les déchets que de soit pour épandre le fumier ou combattre les mauvaises herbes. Des couvertures végétales sont plantées pour prévenir l’érosion des sols. Des bandes de fleurs sont ménagées entre les parcelles pour attirer les insectes pollinisateurs et améliorer la biodiversité. Si le temps et la technologie le permettent, les agriculteurs ferons encore plus. Cependant, le moyen le plus sûr d’empêcher l’innovation positive est de menacer la capacité des agriculteurs à gagner leur vie.

Pour les agriculteurs – et pour tous les Européens – le Green Deal européen est un accord pourri.

Liens : https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_en

https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal/actions-being-taken-eu/farm-fork_en

Source : www.globalfarmersnetwork.org

L’auteur de cet article, Marcus Holtkoetter, est un agriculteur du Nord de l’Allemagne depuis de nombreuses générations. Il cultive de l’orge, du blé, du colza et élève des porcs. Il est très actif sur les réseaux sociaux.

Le « Green New Deal » européen : un miroir aux alouette

Capture d’écran 2020-04-05 à 11.29.43.png

Le Green Deal risque d’accroître les clivages socioéconomiques entre les États membres de l’Ouest et de l’Est dans une Europe qui menace d’imploser avant de parvenir à la neutralité climatique d’ici à 2050, affirment les syndicats. (Traduction d’un article paru le 10 mars 2020 sur le site Euractiv)

Les syndicats avertissent que le Green deal présenté en décembre de l’année dernière par la Commission européenne mettra des millions d’emplois en jeu, et ce sans l’assurance d’une perspective d’avenir pour les travailleurs des industries touchées.

« Nous parlons ici d’environ 11 millions d’emplois affectés directement dans des industries extractives, à haute intensité énergétique et automobile », indique Luc Triangle, le secrétaire général de la fédération syndicale européenne IndustriAll.

« Ces postes ne vont pas nécessairement disparaître », a affirmé le secrétaire général lors d’une interview accordée à Euractiv. « Mais une perspective d’avenir pour l’emploi va devoir émerger dans ces industries », a-t-il expliqué, mais celle-ci reste pour l’instant incertaine.

La semaine dernière (début mars), la Commission européenne a présenté une loi climat sans précédent, qui vise à concrétiser l’objectif de l’UE de devenir le premier continent neutre en carbone d’ici à 2050.

Ce mardi 10 mars, l’exécutif européen doit présenter sa stratégie industrielle, qui définira les nouveaux domaines de croissance d’une Europe qui souhaite devenir plus verte et plus connectée.

Alors que le projet accorde une grande importance au passage au numérique, elle n’aborde que brièvement les secteurs manufacturiers classiques comme ceux de la sidérurgie, de l’automobile ou de la chimie, qui sont les plus vulnérables au passage à une économie neutre en carbone.

« C’est facile de dire qu’on doit atteindre des objectifs climatiques ambitieux d’ici à 2030 ou 2050 », soutient Luc Triangle. « Mais la stratégie industrielle devrait indiquer comment y parvenir. Et pour l’instant, nous n’avons pas encore de réponse ».

Une nouvelle vague migratoire venue d’Europe de l’Est

Les syndicats s’inquiètent tout particulièrement des disparités socioéconomiques que le Green Deal risque de faire naître entre les États membres de l’Est et leurs voisins de l’Ouest plus riches.

Selon Luc Triangle, la transition écologique « sera bien plus facile dans les pays nordiques ou d’Europe de l’Ouest » que dans les États membres plus pauvres comme la Pologne, la Bulgarie ou la Roumanie, dont certaines régions dépendent à part entière d’une seule industrie lourde polluante.

Le syndicaliste souligne que le Green deal « pourrait avoir un impact majeur sur la migration au sein de l’Union européenne », et que « près de 22 millions de personnes » ont déjà quitté l’Europe de l’Est ces 20 dernières années pour trouver un travail dans les États du Nord ou de l’Ouest.

Et d’ajouter que « [ce chiffre] ne fera qu’augmenter si la transition n’est pas gérée correctement ».

Les hommes politiques des États membres de l’Est avertissent aussi sur l’accentuation des clivages en UE. Traian Băsescu, l’ancien président de la Roumanie, défend que le Green Deal « suscitera sans aucun doute des tensions » entre les pays de l’Ouest de l’Europe et ceux de l’Est, dont les priorités économiques n’incluent pas la transition écologique.

De telles divergences socioéconomiques « pourrait pousser certains pays à envisager de quitter l’Union, purement et simplement », a déclaré Traian Băsescu au micro d’Euractiv il y a peu.

L’UE risque de se désintégrer avant même d’atteindre ses objectifs climatiques

Luc Triangle partage ces préoccupations. Les syndicats ajoutent que le Green Deal risque bel et bien de mettre le secteur industriel tout entier à genoux et de décrédibiliser la politique climatique européenne aux yeux des citoyens.

« Les politiques climatiques ne fonctionnent que si elles peuvent être vendues au grand public, c’est-à-dire sans perturbations sociales dans les industries et régions concernées », déclare le secrétaire général d’IndustriAll.

La Commission européenne est pleinement consciente des conséquences sociales du Green Deal et a affirmé à plusieurs reprises que personne ne serait laissé de côté au cours de la transition vers une économie neutre en carbone.

Toutefois, l’exécutif européen croit aussi qu’une révolution verte est en chemin et que les industries faibles en carbone représentent une perspective d’avenir. L’année dernière, la Commission avait calculé que le PIB de l’UE augmenterait de 2 % d’ici à 2050 si celle-ci parvenait à neutraliser ses émissions de CO2.

« Le Green Deal européen représente notre nouvelle stratégie de croissance », avait assuré Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, après avoir obtenu le vote de confirmation du Parlement européen en novembre dernier. Le vice-président de l’exécutif, Frans Timmermans, a quant à lui affirmé que « [la Commission s’engage] à ne délaisser personne ».

Où est l’argent ?

Cependant, ces promesses ne suffisent pas aux syndicats, qui déclarent que l’UE doit verser des fonds à ceux qui en ont le plus besoin. « Sans soutien financier, nous ne parviendrons pas à franchir le cap [de la neutralité carbone] », explique Luc Triangle.

D’après les estimations, les industries européennes devraient investir 250 milliards d’euros annuellement au cours des dix prochaines années pour remplir l’objectif de neutralité climatique d’ici à 2050.

« Mais où est l’argent nécessaire à ces investissements ? » signale le secrétaire général. Il est vrai, admettent les syndicats, que la Banque d’investissement européenne (BEI) prévoit de dédier 50 % de ses prêts à l’action climatique d’ici à 2025. Et la version revisitée du budget à long terme de l’UE investira 25 % du montant total dans des objectifs environnementaux.

Néanmoins, la transition écologique ne bénéficie presque d’aucun nouveau financement, soulève Luc Triangle, soulignant l’incohérence entre les ambitions climatiques et les négociations budgétaires. Certains pays souhaitent en effet plafonner leur participation à 1 % du PIB national.

« Selon nous, là réside tout le problème des objectifs 2030 ». « Si le seuil de réduction des émissions de gaz à effet de serre doit passer à 55 %, je peux vous assurer que les industries à haute intensité énergétique ne suivront pas. Leurs technologies ne pourront être commercialisées qu’après l’échéance, par exemple en ce qui concerne l’acier à bas carbone, qui n’en est encore qu’à la phase de test », a expliqué Luc Triangle.

Pour les syndicats, c’est à ce stade-ci que la stratégie industrielle européenne pourrait apporter une aide précieuse.

« Il faut continuer à intégrer la chaine de valeur industrielle en Europe. Nous aurons toujours besoin d’acier et de produits chimiques européens à l’avenir ». « Nous attendons beaucoup de cette stratégie », avance le syndicaliste.

Source : Euractiv, https://www.euractiv.com/section/energy-environment/news/eleven-million-jobs-at-risk-from-eu-green-deal-trade-unions-warn/

Commentaire. Alors que l’Europe connaît une épidémie de coronavirus, cette situation a mis en évidence la dépendance critique de l’UE à la Chine et la « désindustrialisation » ayant des conséquences néfastes pour la gestion de cette crise sanitaire. Rendre l’Europe « neutre » en terme de carbone émis devra être nécessairement remis en question. L’obsession « verte » de la Commission européenne dirigée par Ursula von der Leyen est donc dénuée de tout réalisme et probablement mort-née.

Climat : « Science », « Socialisme » ou « Eco-fascisme » ?

Capture d’écran 2019-11-13 à 00.30.16.png

Les « Green New Dealers » (les adeptes du changement vert) se sont convaincu eux-mêmes que notre planète était confrontée à un cataclysme climatique imminent provoqué par l’activité humaine. Ce cataclysme annoncé pour 2031 ne peut être empêché que par des ordonnances autoritaires gouvernementales voire mondiales visant à remplacer les combustibles fossiles par des biocarburants (renouvelables), de l’énergie éolienne (gratuite, quand il y a du vent), des panneaux solaires (quand il y a du soleil) et des batteries (qui ne sont pas encore mises au point à grande échelle). Ces activistes parviennent en grande partie à cet état de certitude absolue quasiment extatique en propageant en permanence des histoires effrayantes tout en prenant soin de passer sous silence toutes les preuves et les points de vue contredisant les thèses qu’ils avancent.

Ces gens-là parlent en toute liberté et trompeusement de « pollution au carbone » : le carbone est de la suie qui attaque les poumons, ce que les voitures, les usines et les centrales électriques émettent pourtant aujourd’hui en infimes quantités puisque tout a été fait pour ne plus rejeter de particules de suie, celle incriminée par ces combattants de la survie de la planète. S’ils devaient être honnêtes il devraient mentionner, pour être plus précis, le dioxyde de carbone, gaz incolore, inodore, invisible, que nous exhalons chaque fois que nous respirons et dont les plantes ont besoin pour vivre et croître en utilisant ces 0,04 % de l’atmosphère qu’elles puisent désespérément alors qu’elles vivraient beaucoup mieux avec plus de ce gaz tout en étant moins dépendantes des ressources en eau.

Ceux qui osent nier la véracité du changement climatique (et sont traités de fascistes au passage) affirment que celui-ci est stable et peut être maintenu ainsi en assurant un contrôle mineur des émissions de ce « carbone » et accessoirement du méthane – gaz que nous aussi êtres humains émettons chaque jour au cours de la digestion – alors que ce dernier gaz est présent en quantités infinitésimales dans l’atmosphère. Les « protecteurs de la planète » ignorent la présence de la vapeur d’eau atmosphérique qui est pourtant le seul candidat crédible pour présenter un éventuel effet de serre. Ils ignorent également les variations de l’activité solaire, les rayons cosmiques, les nuages, les circulations océaniques, les volcans, la variation de l’orbite terrestre autour du Soleil ainsi que d’autres évènements imprévisibles qui ont toujours modulé par le passé le climat de la Terre. Ces « green new dealers » insistent sur le fait qu’une augmentation ne serait-ce que d’un demi-degré de la température planétaire serait une catastrophe totale, augmentation qu’ils mettent en avant en se référant au dernier « petit âge glaciaire » qui sévit par le passé entre 1450 et 1850.

C’est complètement absurde. Pour avancer cette menace ces gens-là se réfèrent à des modèles informatiques qui prévoient des températures torrides tout en affirmant que ces températures sont déjà de 1 degré supérieures à celles observées que ce soit par ballons-sondes ou avec des satellites à celles observées avant l’invention de la machine de Watt.

Ces gens qui croient vraiment à la crise climatique prétendent que les tornades, les ouragans, les sécheresses et les incendies deviennent de plus en plus fréquents et intenses. En réalité, entre 1950 et 1984, les Etats-Unis comptaient en moyenne 55 ouragans de catégorie 4 ou 5 par an. Au cours des 33 années qui suivirent (1985-2018) il y eut en moyenne seulement 35 ouragans par an et en 2018 pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis pas un seul ouragan de catégorie 4 ou 5 n’a atteint le sol américain. Est-ce vraiment dû à une hausse du gaz carbonique atmosphérique ? Entre 1920 et 2005 cinquante-deux ouragans de catégories 3 à 5 ont touché les USA, soit 1,6 par an en moyenne. Ensuite, d’octobre 2005 à août 2017, douze années record, aucun ouragan majeur n’a atteint le territoire américain. Les ouragans Harvey et Irma ont mis un terme à cette période et pourtant l’intensité des précipitations ne sont pas sans précédent. Tout ça est-il vraiment provoqué par la hausse du niveau de gaz carbonique dans l’atmosphère ? Et en ce qui concerne les incendies le fait de monter en épingle les incendies qui ont eu lieu en Californie ces derniers mois ne représentent rien si on compare le nombre d’incendies et les surfaces dévastées par ces derniers au cours des années 1930-1940.

Le Washington Post a rapporté il y a quelques mois que les observateurs trouvent que l’eau des océans est anormalement trop chaude. C’était en 1922 ! Et les explorateurs polaires avaient noté bien avant aujourd’hui que l’étendue des glaces arctiques fluctuait. En 1860 l’explorateur Sir Francis McClintock écrivait dans ses carnets que « il était étonné de l’absence totale de glace dans le détroit de Barrow alors qu’en 1854 ce détroit était complètement pris par les glaces ». En ce qui concerne le climat continental nord-américain un commentateur a déclaré ceci : « les neiges sont moins fréquentes et elles sont moins épaisses, les rivières ne gèlent plus en hiver à présent ». C’était Thomas Jefferson en 1799. Incroyable aussi mais vrai, la crise du refroidissement redoutée dans les années 1970 a été remplacée par la crise actuelle du réchauffement. Après s’être élevés d’environ 120 mètres à la fin de la dernière période glaciaire (Dryas récent) il y a 12000 ans le niveau des océans n’a monté que de 12 à 14 centimètres par siècle. C’est une menace minime pour les populations côtières, certaines d’entre elles étant beaucoup plus menacées par l’enfoncement des sols, en particulier dans le Maryland (baie de la Chesapeake) d’Hampton Roads en Virginie et aussi à Houston et à Miami, où pourtant le niveau de la mer dans les zones non construites n’a pas varié depuis un siècle.

L’eau des océans ne peut pas devenir « plus acide ». Elle est déjà légèrement alcaline et peut fluctuer localement mais de là à devenir franchement acide il y a un fossé. Le blanchiment du corail a été relié à cette hypothétique acidification. En réalité il est peut-être provoqué par les pollutions mais il est surtout naturel car ces êtres vivant complexes ont tendance à rejeter une partie de leur dinoflagellés unicellulaires symbiotiques, les zooxanthelles, quand les eaux deviennent plus chaudes … ou plus froides. Les coraux s’adaptent alors aux changements de température en trouvant de nouvelles espèces d’algues symbiotiques, ensuite ils retrouvent leur vitalité comme tout au long de la Grande Barrière de Corail (cf. un prochain billet sur ce blog) ou encore dans les récifs d’Hawaï et de Polynésie française. Ces coraux s’adaptent aussi quand le niveau des mers augmente comme ce fut le cas depuis le dernier âge glaciaire créant ainsi de splendides barrières de corail et autres atolls comme par exemple l’archipel des Tuamotu, une véritable merveille vue d’avion, autour d’îlots qui ont disparu avec la montée des eaux.

De mémoire d’homme il n’y a jamais eu autant d’ours polaires – plus de 30000 – et ils menacent maintenant les hommes. Ces ours ont survécu à de nombreux changements du climat, des périodes interglaciaires et des périodes de réchauffement par le passé. Ils ne sont pas du tout en voie de disparition. Comme pour les ours polaires, nous ne sommes menacés ni par une crise climatique, ni par un réchauffement climatique sans précédent ou extrême, que ce soit d’origine humaine ou naturelle. Incriminer les combustibles fossiles et le fait que leur utilisation émet du « carbone » et qu’ils doivent être remplacés par des biocarburants, de l’énergie éolienne, photovoltaïque et la construction d’immenses batteries de stockage se révèle bien plus destructeur pour l’environnement et l’écologie que la prétendue crise climatique. Ces dispositions porteraient gravement atteinte à l’approvisionnement alimentaire, à la qualité de la nutrition, à l’emploi, au niveau de vie, à la santé et à l’espérance de vie, en particulier dans les pays dits pauvres mais aussi pour les pays dits riches.

Un seul exemple : Si les Etats-Unis décidaient de remplacer 100 % des carburants fossiles par de l’éthanol il faudrait consacrer 350 millions d’hectares pour cultiver du maïs réservé à l’éthanol et du soja ou du colza pour la production d’huiles, soit 4 fois la superficie totale du Texas (ou 5 fois la surface de la France. Que resterait-il pour les cultures vivrières ? Supposons, toujours aux USA, que le gouvernement décide de remplacer toutes les sources d’énergie électrique utilisant des combustibles fossiles qui produisent (2018) 3,9 milliards de MWh, de remplacer tous les chauffages des maisons par du gaz naturel par une autre source d’énergie renouvelable et toutes les voitures par des véhicules électriques il faudrait que le parc éolien soit capable en une seule journée avec du vent d’assurer la fourniture d’électricité pendant 7 jours consécutifs sans vent, ce qui peut parfaitement arriver. Il faut aussi prendre en compte les pertes d’énergie dans les lignes de transport d’électricité, les postes de transformation et les onduleurs pour produire de l’électricité alternatif à partir de batteries qui ne peuvent stocker que du courant continu (encore faudrait-il qu’elles existent à très grande échelle ce qui est loin d’être le cas) et les pertes au cours des cycles de charge et de décharge de ces batteries. Il faut aussi considérer que les éoliennes ne délivrent leur puissance nominale que 16 % du temps en moyenne. Au lieu des 58000 éoliennes actuellement installées sur le sol américain il faudrait, en prenant en compte toutes ces considérations, installer au moins 14 millions d’éoliennes, chacune d’entre elles capable de générer 1,8 MW à pleine capacité, c’est-à-dire quand le vent souffle à une vitesse appropriée. Globalement, en se référant à la « ferme » d’éoliennes de Fowler Ridge installée par la société BP il faudrait disposer de 1,7 milliards d’acres occupés par des éoliennes sur le territoire américain, soit 10 fois la surface de l’Etat du Texas, c’est-à-dire la moitié du territoire américain, à quoi il faut ajouter des centaines de millions de kilomètres de lignes électriques pour acheminer cette énergie intermittente vers des postes de transformation et des lignes souterraines de courant continu pour enfin acheminer cette énergie à de gigantesques installations d’accumulateurs …

Alors que les éoliennes sont considérées comme respectueuses de l’environnement par les « Green New Dealers » celles-ci conduiraient à la disparition rapide et presque totale des rapaces nocturnes, des chauve-souris et de bien d’autres oiseaux migrateurs. Une grande partie de l’environnement du territoire nord-américain serait irréversiblement détruit sous le faux prétexte qu’il est urgent de sauver le climat. Pour fabriquer toutes ces éoliennes il faudrait produire globalement 15 milliards de tonnes de matériaux divers allant de l’acier au béton en passant par les terres rares, les composites à base de pétrole ainsi que bien d’autres matières premières. Ce type de projet « Green New Deal » multiplierait, pour les seuls besoins des USA, la totalité de l’activité minière mondiale par 100, ce qui nécessiterait d’éliminer des centaines de milliards de tonnes de roches stériles et de traiter des dizaines de milliards de tonnes de minerai, le tout avec des ressources énergétiques essentiellement basées sur des combustibles fossiles. Il est impossible d’imaginer précisément quel serait l’impact global, planétaire, d’un tel choix – uniquement pour les USA.

Si on ajoute à la seule construction des éoliennes l’installation de batteries de stockage du type de celles utilisées dans les voitures Tesla pour remplacer les centrales électriques de secours brûlant du gaz naturel ou du pétrole afin d’assurer une alimentation électrique fiable quelles que soient les conditions météorologiques il faudrait produire au moins un milliard de batteries à base de lithium et de cobalt comme celles équipant une seule voiture électrique, pesant 500 kilos chacune, situation à laquelle il faudrait ajouter le remplacement total du parc automobile actuel par des véhicules électriques.

Ceux qui croient réellement à la venue d’une crise climatique se proclament avec une fierté certaine qu’ils sont les « socialistes de l’environnement » bien qu’ils ignorent totalement la réalité, balayant d’un revers de la main ces réalités énergétiques. Certes, leur but est fondamentalement de favoriser un système politico-économique au sein duquel le gouvernement central sera censé contrôler les moyens de production tout en limitant les droits de propriété privée ou plus radicalement de les supprimer pour les communautariser. C’est du socialisme orthodoxe. Ce que ce mouvement veut réellement c’est un éco-fascisme, un système gouvernemental encore plus extrême et intolérant que ceux que l’on a connu par le passé, un système dans lequel le gouvernement ne possède pas directement les entreprises et les industries mais dicte ce qu’elle peuvent faire, ce qu’elles doivent faire, vendre et redistribuer la richesse en utilisant précisément ce que cette idéologie du « Green New Deal » dénonce : une politique coercitive type « Antifa » et au final contrôler la pensée, la parole et l’accès à l’information.

On y est déjà aux Etats-Unis avec Google, Facebook, Youtube, Twitter, Wikipedia, les Universités, et les médias grand-public. Toutes ces institutions ont pour objectif de censurer, de marginaliser, d’ostraciser, de désavouer tous ceux qui refusent – pour l’instant – l’installation d’un tel régime totalitaire. Des autodafés seront bientôt organisés non pas sur la place publique mais électroniquement, de supprimer ou modifier les algorithmes qui sont déjà omniprésents sur le Web dans le but d’éliminer les points de vue sur l’énergie et le climat qui ne correspondent pas à leur agenda.

On n’en est qu’aux prémices de ce totalitarisme : le Docteur Peter Ridd a été expulsé de l’Université pour avoir dénoncé les mensonges concernant la supposée disparition de la Grande Barrière de Corail (cf. un prochain billet sur ce blog), le Docteur Susan Crockford a subi le même sort pour avoir oser défier les fausses déclaration concernant la supposée disparition des ours polaires. Robert Kennedy Jr (encore lui : l’anti-vaxxer professionnel, cf. un précédent billet sur ce blog) et le sénateur Sheldon Whitehouse et bien d’autres politiciens veulent tout simplement que les « dissidents du climat ou de l’énergie » soient poursuivis et emprisonnés comme de simples prisonniers politiques.

La société occidentale – car il ne s’agit pas seulement des Etats-Unis – entre tête baissée dans un totalitarisme bien pire que le fascisme, le stalinisme ou le nazisme des sombres années passées car il fait appel subtilement à la responsabilité individuelle pour sauver la planète. Il faudra, nous récalcitrants dont je fais partie, continuer à dire la vérité au pouvoir politique, il en va de l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants.

Adapté d’un article de Paul Driessen, conseiller de CFACT et essayiste paru sur le site CFACT (cfact.org)

Les illusions gauchistes du Green New Deal : USA et GB

Capture d’écran 2019-11-10 à 12.00.59.png

Malgré le positionnement du Président Donald Trump qui vient de formaliser la sortie des USA de l’accord sur le climat de Paris, oeuvre de gauchistes français notoires comme Fabius et Royal, les Etats-Unis apparaissent comme les leaders mondiaux de la mise en place du Green New Deal, un programme totalement irraisonné tant pour le nombre de personnes l’encourageant qu’en ce qui concerne son coût. Peut-être qu’il faut voir dans la tentative d’ « empêchement » de Donald Trump un moyen pour le Parti démocrate de pousser plus avant ses lubies climatiques. Je signale à mes lecteurs qu’aujourd’hui même, soit un mois plus tôt qu’en 2018, le blizzard recouvre les 3/4 des USA, donc ça se réchauffe puisque cette énième vague de froid intense est provoquée par le réchauffement du climat et il est urgent d’agir … De même que l’Europe va connaître ces prochains jours une première vague de froid …

Il y a l’incontournable AOC, la candidate à la présidence Elizabeth Warren, le super-héro Al Gore et toute une panoplie de membres du parti démocrate, tous les yeux rivés sur le porte-monnaie des citoyens pour mettre en oeuvre leur projet de sauvetage de la planète. AOC (Alexandria Ocasio-Cortez, représentante démocrate de l’Etat de New-York) a scrupuleusement chiffré le montant du Green New Deal (GND) entre seulement 51000 et 93000 milliards de dollars par rapport au prix à payer si on ne fait rien, un coût qui, paradoxalement, n’a pas été évalué avec plus de précision.

Les gauchistes britanniques (le parti travailliste) proposent une Grande-Bretagne sans carbone en 2030, soit juste un petit peu plus de 10 ans. Jeremy Warner veut faire du GND à la mode britannique une stratégie industrielle robuste. Il a l’outrecuidance d’accuser la Chine et son pouvoir communiste centralisé, autoritaire et utopique, d’être devenue maintenant le premier émetteur de carbone du monde. Quel sera le GND à la sauce à la menthe (verte) britannique ? Ce seront des dispositions autoritaires et coercitives imposées aux 27 millions de logements anglais en dépensant 250 milliards de sterling prélevés dans le porte-monnaie des contribuables pour isoler les logements, installer des doubles-vitrages, promouvoir les technologies « bas carbone » dans tous les logements, ce qui coûtera à leurs occupants un minimum de 9300 livres par habitant dans un premier temps. Warner (éditeur associé du Daily Telegraph) a déclaré : « La décarbonisation de l’économie du Royaume-Uni est parfaitement possible, mais elle doit être atteinte dans la profondeur du marché en supprimant toutes les aides cachées aux industries produisant du carbone, en créant des taxes sur la non-neutralité carbone et également de taxer le carbone « exporté » vers des pays tiers pour réduire les émissions domestiques de carbone« .

Vous avez compris le stratagème ? Ce programme consiste en d’autres termes à imposer des taxes carbone à la Chine qui exporte des produits vers le Royaume-Uni et taxer également les consommateurs domestiques des produits provenant de la PRC … La Chine appréciera et les consommateurs britanniques également. Dans un certain sens l’idée de Warner est encore plus vicieuse qu’elle n’y paraît au premier abord. Qui croira un seul instant qu’il est possible de décarboner une économie comme celle de la Grande-Bretagne en DIX ans sans détruire totalement celle-ci ? Qui croira un seul instant que ce processus puisse être réussi en prenant des mesures autoritaires « à la chinoise » sans qu’à aucun moment le marché intervienne mais qu’il soit soumis à des taxes répressives ? La désillusion est assurément au rendez-vous : une baisse inimaginable du niveau de vie de tous les sujets de Sa Majesté. Voilà ce que sera le Green New Deal repris par les gauchistes britanniques.

Inspiré d’un billet de Mish Shedlock (moneymaven.io).

Les racines génocidaires du « New Deal » vert : limiter la croissance et … libérer Prométhée.

Capture d’écran 2019-08-01 à 22.52.30.png

Traduction d’un article de Matthew Ehret paru le 31 juillet 2019 sur le site Oriental Review. M. Ehret est un journaliste et conférencier canadien. Il a créé la Canadian Patriot Review et il est cofondateur de la Rising Tide Foundation. Les inserts en italique et entre parenthèses sont de mon fait.

Le Prince Charles vient de donner au monde 18 mois pour sauver la planète (tout le monde sait que le Prince Charles est un spécialiste du climat). Au cours des dernières années, le Prince Charles et son père, parmi d’autres aristocrates consanguins d’Europe, ont manifesté un incroyable intérêt pour la sécurité de la Terre contre les machines émettrices de pollution qui consomment avec avidité et se reproduisent sans limite tout en n’ayant aucune considération pour Gaïa, notre mère à tous. Ces derniers mois la prise de conscience de cet état de fait a pris la forme d’un « Green New Deal » promu aux USA par la représentante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez et le sénateur Bernie Sanders (illustration). Une campagne à l’intention des enfants approuvée par le Pape François et dirigée par Greta Thunberg s’est répandue en Europe et en Amérique du Nord tandis qu’un club de milliardaires dirigé par Al Gore et George Soros finance le mouvement « Sunrise » pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette passion déclarée pour sauver la planète est-elle authentique ? Ces oligarques et milliardaires se soucient-ils vraiment du « Green New Deal » autant que les médias bienveillants le prétendent … ou bien y a-t-il quelques chose de beaucoup plus sombre en jeu ? Pour répondre à ces questions il faut d’abord examiner rapidement ce qu’est le « Green New Deal », d’où il vient et ce que ses concepteurs ont déclaré vouloir réaliser avec sa mise en oeuvre.

Comme son nom l’indique le « Green New Deal » est un vaste programme politique qui tire son nom du « New Deal » initial de 1932 promulgué sous la direction du Président Franklin Roosevelt. Il s’agissait à l’origine d’un programme de réforme bancaire et de construction d’infrastructures massif afin de guérir les Etats-Unis des blessures profondes provoquées par quatre années de grande dépression. Alors que le « Green New Deal » de 2019 propose également de réviser en profondeur les règles de la finance et la planification d’infrastructures sa similitude avec le New Deal de Roosevelt s’arrête là. Le New Deal de Roosevelt était motivé par des projets qui allaient augmenter les capacités de production de la nation dans son ensemble grâce à des investissements dans des projets hydroélectriques, des couloirs de transport, la Tennessee Valley Authority et des milliers d’autres projets d’infrastructure. Le « Green New Deal », a contrario, cherche à réduire la puissance du travail et réduire le niveau de vie des citoyens en investissant dans des infrastructures vertes à croissance zéro. Si la vraie nature de ce « Green New Deal » était explicitée personne ne boirait cette potion amère.

Comme les Présidents Poutine et Trump l’ont souligné à diverses reprises, non seulement il n’a jamais été prouvé que le CO2 d’origine humaine entraînait des variations climatiques, mais il est apparu clairement que, depuis 1998, la tendance au réchauffement qui prévalait depuis 1938 a fait une étrange pause. Tandis que la teneur en CO2 augmentait sans cesse des scientifiques ont alerté le monde sur le fait que l’on était sur le point d’entrer dans un âge glaciaire. Ce simple fait met en évidence l’embarrassante réalité selon laquelle l’augmentation des teneur en CO2 a toujours par le passé suivi des épisodes de réchauffement et jamais l’inverse, ce qui a tendance à prouver que ce « gaz à effet de serre » est effectivement affecté par le réchauffement du climat, probablement par des facteurs d’origine spatiale, comme l’a souligné à plusieurs reprises le Président Poutine. Encore plus surprenant encore pour certains, des études récemment publiées par la NASA ont montré que la biomasse mondiale avait augmenté de 10 % ces dernières années, en grande partie en raison des politiques de croissance économique de la Chine et de l’Inde. Après tout, on a observé que les plantes poussaient beaucoup mieux lorsqu’elles étaient nourries par des niveaux accrus de dioxyde de carbone.

Quelle est l’origine de ce « Green New Deal » ?

Comment autant de scientifiques respectables auteurs de travaux de grande valeur et autant de politiciens ont-ils pu supposer qu’une telle erreur était pourtant la vérité à tel point qu’une refonte totale de la société doit être envisagée ? Cela ne s’est évidemment pas produit du jour au lendemain, mais la pression actuelle pour transformer notre monde entier en le confrontant à la « réalité » devenue incontestable du réchauffement planétaire provoqué par l’homme trouve ses origines dans le mouvement néo-malthusien des années 1968-1972. Dans ce court intervalle de temps qui connut les assassinats de grands leaders politiques comme John F. Kennedy, Enrico Mattei, Martin Luther King et Bob Kennedy et la mort de Charles de Gaulle, le vide que laissa ces disparitions fut vite comblé par l’établissement sur la scène politique de lâches et de parasites. Il y eut un changement de paradigme vers le conservationnisme rejetant l’éthique de la croissance industrielle qui définissait la civilisation occidentale jusqu’à présent. Ce réveil malthusien répondait au défi lancé par le président de la société eugénique et fondateur de l’UNESCO Julian Huxley (illustration,frère d’Aldous) qui écrivit en 1946 :

Capture d’écran 2019-08-01 à 17.35.16.png

« L’unification politique dans un gouvernement mondial sera nécessaire même si toute politique eugénique radicale sera politiquement et psychologiquement impossible pendant de nombreuses années, il importera que l’UNESCO veille à ce que ce problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l’esprit du public soit informé des problèmes en jeu, de sorte que ce qui est maintenant impensable puisse au moins devenir pensable. »

Naturellement, à peine un an après que le monde eut pris conscience des horreurs de l’eugénisme nazi Huxley et ses associés parmi l’élite anglo-américaine qui finança Hitler eurent un grand travail à réaliser pour redorer l’image de l’eugénisme et le reformuler sous un autre nom.

1001 Nature Trust et le Club de Rome

En 1968 fut fondée une organisation connue sous le nom de Club de Rome sous la direction de deux misanthropes Aurelio Peccei et Sir Alexander King. Rapidement cette organisation (on dirait aujourd’hui un « think-tank ») prit rapidement de l’ampleur dans le monde anglo-saxon avec des membres comptant divers idéologues de la communauté politique, économique et scientifique qui ont tous convenu que la meilleure forme de gouvernance de la société était une dictature scientifique. Sir Alexander King a écrit :

« En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l’idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d’eau, la famine, etc … iraient de l’avant. Tous ces dangers sont causés par l’intervention humaine. Ce n’est que par le biais de changements d’attitude qu’ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l’humanité elle-même.« 

Afin de financer ce changement de paradigme le 1001 Nature Trust avait été fondé en 1970 par le Prince Bernhard des Pays-Bas (Bernhardt de Lippe-Biesterfeld, époux de la future reine Juliana), porteur de sa carte de membre du parti nazi et fondateur du Groupe Bilderberg en 1954, qui avait travaillé aux côtés du Prince Philip Mountbatten (époux de la Reine Elizabeth II), son compagnon misanthrope, et de Sir Julian Huxley pour créer quelques années auparavant le World Wildlife Fund (WWF). Le plan était très simple : chacun des 1001 membres fondateurs a versé 10000 dollars dans la fiducie qui a ensuite été dirigée vers le changement de paradigme vert. Parmi les autres membres importants du Club 1001 on compte des têtes couronnées royales et princières, des milliardaires et des sociopathes technocratiques qui ne souhaitaient rien d’autre que gérer ce « Nouveau Monde » hautement prometteur financièrement en tant que membres « alpha ». Beaucoup d’entre eux firent ensuite partie du Club de Rome dont le Canadien Maurice Strong qui est ensuite devenu vice-président du WWF sous la présidence du Prince Philip en remplaçant un autre vice-président du WWF, Louis Mortimer Bloomfield. Bloomfield était membre du Club 1001 et il avait été identifié par le procureur de la Nouvelle-Orleans, Jim Garrison, comme étant l’un des instigateurs de l’assassinat du Président John F. Kennedy, notoirement opposé aux mouvement malthusien.

Le document qui devint ces années-là la véritable bible et le plan directeur de ce nouveau mouvement anti-humaniste et néo-malthusien qui a donné naissance au programme « Green New Deal » d’aujourd’hui s’intitule « Limits of Growth » paru en 1972. Il détient le record du livre sur l’écologie le plus lu, vendu à 30 millions d’exemplaires et traduit en 32 langues. Un article récent célébrant la parution de cet ouvrage déclarait :

« Cet ouvrage a contribué au lancement de la modélisation informatique moderne de l’environnement à l’échelle mondiale. Après la parution de « Limits of Growth » les environnementalistes, scientifiques et décideurs politiques ont de plus en plus pensé aux problèmes écologiques en termes planétaires et comme étant interconnectés de manière dynamique. Il faut relire ce livre, car plus que tout autre il a introduit le concept de changement climatique anthropocentré auprès d’un immense public.« 

Le livre lui-même est le résultat d’une étude réalisée par une équipe de statisticiens du MIT co-signée par Jay Forrester et Dennis Meadows. Comme Alexandria Ocasio-Cortez aujourd’hui, ces jeunes professeurs du MIT n’étaient que des marionnettes en papier manipulées par les plus grands ingénieurs en sciences sociales qui géraient le spectacle en coulisse. Cette étude émanant du MIT n’a même pas été initiée au MIT, elle le fut à Montebellow au Québec en 1971 sous la houlette de Pierre Elliot Trudeau, l’un des « parrains » du Club de Rome, qui a alloué de l’argent des contribuables canadiens à ce projet. Il fut décidé lors d’une réunion rassemblant un réseau de conseillers privés de la fondation Rhodes (qui finance des bourses d’étude) réunis autour d’Alexander King (illustration ci-dessus), Maurice Strong, Maurice Lamontagne (fondateur d’Environnement Canada), Michael Pitfield, fondateur du SCRS, service de renseignement et de sécurité du Canada et le Gouverneur général Roland Michener de financer ce projet. Le projet a ensuite été en partie financé au MIT par la fondation Volkswagen dont le passé soutenu par les nazis aurait dû indisposer certains statisticiens du MIT.

Le malthusianisme en bref.

Les membres du Club de Rome/WWF/Club 1001 se sont surnommés « néo-malthusiens » en référence à l’idéologie popularisée par Thomas Malthus (illustration ci-après). L’essai de Malthus paru en 1799 sur le principe de la population a noté de façon pessimiste que la population humaine s’accroissait de manière géométrique tandis que la production alimentaire augmentait de manière arithmétique, menant inévitablement à un point critique de surpopulation.

malthus-point-of-crisis.jpg

Ce point de crise a été le fondement du concept que les auteurs de « Limits of Growth » ont appelé par la suite la « capacité de charge » (carrying capacity). Bien sûr, plutôt que de permettre à ces « bovins » d’humains de développer leur esprit afin de faire plus de découvertes et d’inventions qui compenseraient ce point critique, Malthus, et plus tard ses héritiers, savaient que l’Empire britannique dont il était un employé n’aurait jamais pu exister si ce pouvoir créatif n’avait pas été libéré. En dépit des faits Malthus a froidement préconisé l’élimination des faibles pour faire de la place aux plus forts. N’étant pas au fait des subtilités de langage utilisées dans l’actualité au XXIe siècle, Malthus est allé jusqu’à proposer que l’on pratique des infanticides :

 » Tous les enfants naissant au delà de ce qui serait nécessaire pour maintenir la population au niveau souhaité doivent nécessairement périr, à moins que les décès des adultes leur laisse une place suffisante … nous devons donc faciliter, au lieu de tenter maladroitement et en vain, les opérations de la nature dans la production de cette mortalité.« 

En reformulant les hypothèses de Malthus dans un système informatique complexe, ces néo-malthusiens ont voulu créer un mouvement d’annulation volontaire fondé sur la honte parmi une génération entière de baby-boomers. Bien sûr, si vous supposez que le progrès technologique est terminé, il apparaîtra certainement qu’un système fermé des ressources limitées et fixes ne peut être géré que par une élite technocratique qui obtient des rendements décroissants à mesure que le monde s’installera dans un « équilibre mathématique » imaginaire de la « durabilité ». Heureusement pour l’humanité la réalité est rarement conformes aux idéaux pessimistes des racistes et des impérialistes.

Sir-Alexander-King.jpg

L’enchainement de Prométhée.

Formé depuis longtemps à Londres et proche collaborateur du premier ministre canadien Pierre Elliot Trudeau, Maurice Lamontagne était membre du Club de Rome et ancien président du conseil privé de ce club. Parmi tous les membres du Club de Rome Lamontagne a été toujours décisif en identifiant le plus grand ennemi de la Terre comme étant la créativité humaine elle-même. Dans ses rapports au Sénat canadien qui réformaient le financement et la planification scientifique canadienne, Lamontagne écrivit :

 » La nature impose des contraintes précises à la technologie elle-même et si l’homme persiste à les ignorer l’effet final de son action à long terme peut être de réduire plutôt que d’accroître le potentiel de la nature en tant que fournisseur de ressources et d’espace habitable … Mais alors une question se pose : comment pouvons-nous arrêter la créativité de l’homme ? « 

Reconnaissant à juste titre que l’envie de découvrir l’inconnu est inhérente à la condition humaine Lamontagne répond à sa propre question en écrivant :

 » Comment pouvons-nous proclamer un moratoire sur la technologie ? Il est impossible de détruire les connaissances existantes, il est impossible de paralyser le désir inné de l’homme d’apprendre, d’inventer et d’innover … En dernière analyse, nous constatons que la technologie n’est qu’un outil créé par l’homme à la recherche de ses aspirations infinies et n’est pas l’élément significatif envahissant le milieu naturel. C’est la croissance matérielle elle-même qui est à l’origine du conflit entre l’homme et la nature. « 

Ainsi donc la créativité et ses fruits du progrès technologique ne sont acceptables que s’ils réduisent le conflit entre l’homme et la nature, selon Lamontagne ! La « mauvaise » technologie, dans sa formulation, a pour effet d’augmenter la croissance matérielle de l’humanité, c’est-à-dire les pouvoirs de productivité. Si en revanche nous promouvons des technologies à faible densité énergétique telles que les éoliennes, les panneaux solaires et les biocarburants, qui entraînent une réduction de la capacité de travail de l’homme alors la technologie peut être définie comme une « bonne chose » selon cette logique tordue. Ce rapport a été repris par un autre membre du Club de Rome, Omond Solandt, qui l’a présenté au Sénat américain. Solandt a initié sa carrière comme conseiller scientifique auprès de Lord Mountbatten (mentor aux penchants pédophiles du Prince Philip) pendant la seconde guerre mondiale puis il a dirigé le Conseil de recherches pour la défense jusqu’en 1957 et il a ensuite intégré le MK Ultra (lien en fin de billet, je conseille à mes lecteurs de lire l’article en français sur MK Ultra) aux côtés du tristement célèbre Ewan Cameron de l’Université McGill au Canada. Solandt a dit de manière sophistiquée que  » il n’est plus nécessaire de faire de la science. Il faut plutôt comprendre, guider et utiliser efficacement la science pour le bien-être de l’humanité « . Ce qui définit « le bien-être de l’humanité » pour un membre promoteur de MK Ultra ne peut que donner des frissons !

En prévision du déchainement de l’ordre post-industriel avec la fluctuation du dollar américain en 1971 et la destruction du système monétaire de Bretton Woods qui incluait au moins un minimum de réglementations des spéculateurs monétaristes, Lamontagne a prescrit que la nouvelle sagesse ne visait plus seulement les découvertes scientifiques dans les domaines médical, atomique et spatial mais une réorientation vers des projets d’ingénierie plus pratiques. Il a aussi proposé de réduire les budgets alloués aux sciences « dures » en élargissant cette notion de science aux sciences humaines, sociales et monétaires. Ces programmes ont progressivement absorbé une grande partie des fonds alloués aux sciences exactes et à la science pure. Dans le premier volume de son rapport Lamontagne a déclaré ceci :

 » La nouvelle sagesse prescrit qu’un effort de recherche et développement supplémentaire soit consacré aux sciences de la vie et aux sciences sociales plutôt qu’aux sciences physiques, aux objectifs économiques et sociaux plutôt qu’à la curiosité et à la découverte. « 

À la défense de Prométhée

Un scientifique canadien de premier plan a rapidement pris position contre cette transformation impulsée par le Club de Rome. Ronald Hayes, Professeur de sciences de l’environnement à l’Université Dalhousie et fonctionnaire canadien, a écrit un livre en 1973 intitulé « L’Enchainement de Prométhée : l’évolution d’une structure de puissance pour la science canadienne  » dans lequel il a identifié Lamontagne comme un serviteur du dieu Zeus décrit par Eschyle dans la célèbre tragédie Prométhée enchaîné. Le drame grec antique racontait l’histoire du demi-dieu Prométhée, puni pendant dix-mille ans pour avoir enseigné à l’humanité, par défi, l’usage du feu que Zeus avait monopolisé pour lui-même. En attaquant l’appel de Lamontagne à déconstruire toute la structure de financement de la science canadienne mise en place entre 1938 et 1971 et à mettre en place un nouveau système technocratique le Professeur Hayes déclara que le principal problème avec l’approche de Lamontagne s’appelait le syndrome égyptien :

 » Si seulement nous pouvions détruire tout ce que les Israéliens ont construit et réduire la Palestine à un désert, tout le monde serait égal et nous pourrions commencer à construire un monde meilleur pour les Arabes. Ainsi Lamontagne veut détruire le conseil national de la recherche, l’organisme qui a lancé et nourri une grande partie de la recherche gouvernementale et abondé les programmes des cycles supérieurs dans les universités. C’est une erreur de l’administration Trudeau dont se fait l’écho Lamontagne. « 

Il n’y a pas de limite à la croissance.

Dix ans après la publication de « Limits of Growth » le candidat à la présidence américaine et fondateur de la Fusion Energy Foundation, Lyndon Larouche (1922-1919) a réagi au mouvement néo-malthusien avec encore plus de force que Hayes. Dans sa première publication en 1982 de son ouvrage « Il n’y a pas de Limite à la Croissance  » Larouche écrivait :

 » Ce n’est pas la croissance de l’industrie qui détruit les forêts du monde. Dans la plupart des cas la cause est un déficit de production industrielle, une mauvaise gestion industrielle de l’écosphère. Au cours des 15 dernières années la plus grande cause et unique de destruction de l’ « écologie » du monde a été la tolérance des politiques réclamées par les soi-disant écologistes, les soi-disant néo-malthusiens du Club de Rome, l’Institut International pour l’Analyse des Systèmes Appliqués, le Fond mondial pour la nature, l’Institut Aspen, la Fondation Ford, la Fondation Rockfeller, le US Sierra Club, etc. Nous n’investissons pas assez d’énergie produite industriellement dans la gestion de l’eau, les produits chimiques, etc, l’agriculture de la biosphère terrestre. Dans le même temps nous utilisons la biomasse comme combustible et d’autres usages traditionnels. Nous devrions plutôt utiliser de l’énergie d’origine nucléaire, utiliser des matériaux modernes fabriqués industriellement à la place du bois d’oeuvre pour la construction de logements, etc. « 

Décrivant l’influence extraordinaire que les limitations de la croissance ont eu sur la consolidation du renouveau néo-malthusien comme facteur dominant dans les cercles politiques occidentaux, Larouche a identifié les erreurs fondamentales qui ne sont que timidement remises en cause par les prises de position de Trump aux USA. Il a déclaré :

 » L’étude elle-même, « Limits of Growth », était particulièrement frauduleuses à deux égards. Premièrement, en essayant de prouver que la société industrielle utilise trop rapidement les ressources naturelles qui restent. Meadows et Forrester ont fortement minimisé les quantités connues de ces ressources. Deuxièmement, plus important encore, Meadows et Forrester ont projeté le taux de consommation des ressources naturelles en utilisant des systèmes d’équations linéaires simultanément. Cette utilisation dans un « modèle » informatique d’équations linéaires intègre l’hypothèse selon laquelle il n’y a aucun progrès technologique dans la société. En fait le progrès technologique, y compris la redéfinition fondamentale de la signification des « ressources naturelles », constitue depuis cinq siècles le trait marquant de la civilisation européenne. Les limites de la croissance dans ce modèle reposaient sur l’hypothèse que de tels progrès technologiques étaient parvenus à un arrêt brutal et absolu. « 

Entropique ou anti-entropique ?

Tout comme Thomas Malthus quelques siècles auparavant les néo-malthusiens se devaient de nier l’existence des progrès technologiques – et de leur origine dans la créativité humaine – comme moyen par lequel les capacités de performance de l’humanité sont modifiées en fonction des découvertes et des inventions. Cette relation de l’humanité avec l’univers qui l’entoure définit absolument notre existence en tant qu’espèce au dessus de toutes les autres créatures de la biosphère. Etant donnée que les capacités de performance des autres espèces vivantes sont définies par l’environnement et par des caractéristiques génétiques, l’être humain peut transcender ces conditions de manière délibérée à condition de pouvoir accéder au meilleur patrimoine culturel et éducatif du passé, à condition d’avoir le désir et la curiosité de porter cet héritage vers des limites toujours plus élevées sans jamais s’attendre à butter sur un équilibre mathématique ou une mort par chaleur entropique, comme le prédisent avec leur pessimisme bon nombre de statisticiens de l’école « Limits to Growth ». Contrairement à cette école, les travaux de Larouche en science de l’économie physique réalisés entre 1952 et 1956 reposaient sur le concept opposé selon lequel la capacité de l’humanité de passer de formes de consommation d’énergie faibles à élevées (c’est-à-dire du bois au charbon, du charbon au pétrole, du pétrole à la fission nucléaire puis à la fusion, etc) permet de transformer sans limite le potentiel économique physique de l’humanité. Des sauts créatifs dans l’inconnu conduisent à de nouvelles découvertes de principes permettant à la densité de la population relative potentielle de l’humanité d’augmenter avec l’amélioration des niveaux de vie, de l’espérance de vie et du potentiel cognitif d’une manière qu’aucun autre animal – ce que les malthusiens souhaitent pourtant nous faire croire – ne peut atteindre. Ce fait même de la vie est la preuve essentielle que non seulement l’humanité mais aussi l’univers n’a aucune limite en ce qui concerne son potentiel de perfectionnabilité constante et donc son essence anti-entropique.

Le Vrai New Deal

Il faut espérer que ces lignes ont démontré que le « Green New Deal » n’est rien d’autre qu’une nouvelle forme d’eugénisme se faisant passer pour une réforme socialement consciente. Le fait est que ce « Green New Deal » n’est pas vert (car un monde recouvert de panneaux solaires accélérerait la désertification de la terre par chauffage) mais il n’y a aucun lien avec le véritable New Deal. Les effets d’un programme visant à réduire les émissions de CO2 à des niveaux « acceptables » conformément à la volonté des Britanniques aujourd’hui n’apporterait rien d’autre que le chaos, la famine et la dépopulation à l’humanité.

bering-straight.jpg

Fort heureusement, le monde aujourd’hui compte près de 8 milliards d’âmes et, en dehors d’une poignée d’oligarques et de technocrates bornés et avides, ce sont tous des esprits qui pourraient volontairement se perfectionner et se déployer pour faire de grandes découvertes dans les domaines de la science et des arts. Le monde dans lequel vivent toutes ces personnes est de plus en plus façonné par le vrai New Deal dans le cadre de l’initiative Routes et Voies commerciales dirigée par la Chine, initiative qui compte maintenant 160 pays et représente le volume financier de plus de 20 plans Marshall. Cette initiative nécessite un retour à une éthique fondée sur l’amour de l’humanité et la conviction de l’utilité des progrès scientifique et technique. Cet esprit a été parfaitement explicité par le Président Xi Jinping qui a déclaré au Dialogue des Civilisations Asiatiques le 15 mai dernier :

 » Pour qu’une civilisation perdure il faut tout faire pour la maintenir en vie et valoriser son patrimoine de génération en génération. Plus important encore une civilisation doit s’adapter à l’évolution de la situation et innover. L’histoire des civilisations du monde nous dit que chaque civilisation doit progresser avec son temps et profiter du meilleur de ce temps pour se développer. Nous devons trouver de nouvelles idées pour donner une impulsion et une inspiration au développement de nos civilisations. Grâce à ces efforts, nous livrerons à nos civilisations des réalisations qui transcenderont dans le temps et l’espace et auront un attrait durable. Pour stimuler l’innovation et la créativité des personnes le meilleur moyen est de mettre en contact les différentes civilisations, de détecter les points forts des autres et d’y faire appel. « 

Le fait que les Présidents Poutine et Xi Jinping aient créé une alliance basée sur la planification à long terme, de grands projets d’infrastructure visant à améliorer les conditions de vie de tous et des progrès à la pointe de la technologie indique que le « grand jeu vert » créé à la suite des disparitions des dirigeants anti-malthusiens dans les années 1960 va enfin se terminer. L’automutilation lente des Etats-Unis a enfin une chance de s’arrêter avec le premier président anti-malthusien élu depuis l’époque Reagan qui était plutôt bien intentionné bien que parfois stupide, il y a 35 ans. Reagan n’avait pas cette alliance russo-chinoise avec laquelle coopérer pendant la guerre froide contrairement à Trump. L’offre faite à l’Amérique de rejoindre l’initiative Belt and Road et un nouveau système de coopération stratégique est sur la table du Président. Reste à savoir comment le Président Trump réagira.

Lire aussi https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet_MK-Ultra )

Coût réel des programmes de transition énergétique

Une commission sénatoriale américaine a examiné à la loupe la proposition « Green New Deal » des Démocrates emmenés par « AOC » dont j’ai déjà mentionné les délires. Outre le fait que ce programme teinté de socialisme radical ne fait pas l’unanimité auprès des sénateurs démocrates, la présidente du Congrès à majorité démocrate (entendez socialiste) Nancy Pelosi a qualifié ce programme Green New Deal de « rêve vert » et n’envisage même pas un vote à ce sujet.

Le Sénat a évalué le coût que représenterait la mise en oeuvre de ce Green New Deal et il est arrivé à une conclusion étonnante. Ce programme est totalement déconnecté de la réalité. Comme la proposition en 66 points de Hulot en France le Green New Deal est dangereux, hors d’atteinte et conduira les politiciens pour sa mise en oeuvre à contrôler chaque citoyen, chaque communauté, chaque activité économique et chaque entreprise très étroitement. Ce Green New Deal est un copié-collé des propositions de Hulot ou inversement. Les Américains sont fondamentalement individualistes et jaloux de leurs libertés. Si un agent fédéral leur demande par exemple de soulever le capot de leur voiture et que, constatant qu’il y a un moteur à combustion interne diésel il mettra le propriétaire du véhicule en demeure d’acheter le plus rapidement possible une voiture électrique. Si un autre agent fédéral vient contrôler l’isolation thermique de la maison d’un citoyen américain lambda et que cette isolation n’est pas conforme aux règles du programme Green New Deal, celui-ci sera mis en demeure, sous peine d’une forte amende, d’effectuer la mise en conformité de son logement.

Les habitants du Kentucky, Etat à l’est du Mississipi le plus important producteur de bovins et dont l’une des activités industrielles est l’extraction du charbon, ne veulent pas entendre parler de ce Green New Deal. Obama, qui avait pourtant pris des mesures sévères pour décourager les entreprises productrices d’électricité d’utiliser du charbon considère que ce programme est irréalisable. Les citoyens américains se sont posé la même question que les Sénateurs : combien ça va me coûter ? La commission sénatoriale a publié ses résultats. Le « Green New Deal » coûtera pour sa mise en oeuvre sur dix ans la coquette somme de 93000 milliards de dollars soit 65000 dollars par foyer fiscal et par an.

Et pourtant la gauche et l’extrême-gauche des Représentants démocrates veulent que ce programme soit mis en place. En ce qui concerne le programme en 66 points de Hulot qui sera très probablement considéré par le gouvernement français et que les Français devront subir sans même être consultés, un simple interpolation basée sur le fait que la population française est de 64 millions d’habitants et celle des USA de 319 millions (source OCDE, 2014) le programme Green New Deal à la française coûtera 16300 milliards d’euros soit 11400 euros par foyer fiscal et par an sur la même période de 10 ans ! Autant dire que cette transition énergétique ne sera plus ni festive, ni citoyenne, ni solidaire, elle conduira tout simplement à la révolution …

Source : USA Today