Chronique tokyoïte # 3 (décalage horaire)

Entre la France et le Japon, le décalage horaire est de 8 heures en hiver et sept heures (seulement) en été. Malgré tous les efforts que l’on puisse imaginer, l’organisme ne s’adapte pas tout de suite et il lui faut environ une mauvaise journée et une aussi mauvaise nuit pour chaque heure à rattraper ou retarder, c’est selon, et dans mon cas, sans aide extérieure il faudra une semaine d’état second pour récupérer totalement le jet-lag. Le soir de mon arrivée à Tokyo, j’ai pris 10 mg de mélatonine une demi-heure avant de me coucher après avoir combattu la somnolence qui m’envahissait en fin d’après-midi et juste après le dîner. Deux jours après mon arrivée, je peux dire que je suis presque rétabli, encore qu’au retour de Shiodome cet après-midi, je me suis presque assoupi dans le train, la Chuo Line depuis Tokyo Station en direction d’Ogikubo. Je pense qu’encore deux jours de traitement et tout ira bien. La mélatonine ou N-acétyl-méthoxytryptamine est couramment appellée l’hormone du sommeil. Elle dérive de la sérotonine, un autre neurotransmetteur puisqu’en fait la mélatonine est aussi une sorte de neurotransmetteur sécrété par la glande pinéale qui se trouve au sommet du cerveau, quand il fait nuit. Et comme la mélatonine a aussi pour effet de réguler la sécrétion de toutes sortes d’autres hormones, on comprend que l’organisme se sente vraiment mal après un décalage horaire, on est complètement « à l’est », paumé et fatigué. D’ailleurs je me demande si toutes les douleurs musculaires et articulaires dont je souffre depuis deux jours ne sont pas tout simplement le résultat de ce décalage horaire.

Pourquoi ce produit n’est pas disponible à la vente en France, à croire que les Français sont le peuple le plus casanier du monde et ne prennent jamais de longs courriers !

Bon voyage !