Quelle bonne nouvelle pour Montebourg !

methane_cows_main

Le Ministre du redressement aurait-il des idées de génie ? Peut-être bien et on peut le lui souhaiter. Tout de même il y a des évidences qui ne peuvent être occultées très longtemps, en particulier le déficit commercial chronique de la France qui finira bien par poser de réels problèmes. Or ce déficit est majoritairement du aux importations d’hydrocarbures, pétrole et gaz, et comme les écologistes le savent bien c’est mauvais pour le climat, laissons-les à leurs propres convictions, mais surtout c’est mauvais pour la santé économique de la France et ce dernier point n’a pas vraiment l’air de les préoccuper. Puisque la balance commerciale de la France est déficitaire, il n’y a pas besoin d’avoir fait de longues études d’économie pour comprendre que le pays s’appauvrit et cet appauvrissement se surajoute au paiement des intérêts de la dette qui ne fait que croître, mais c’est un autre sujet qui n’a rien à voir avec ce billet.

Revenons donc à Montebourg qui a déclaré à plusieurs reprises qu’après tout il serait opportun de se faire une idée du potentiel du sous-sol français en matière de gaz non conventionnel. Le cas échéant ce serait tout de même une bonne idée pour envisager une amélioration de la balance commerciale du pays. Chiche ! Mais les écolos veillent et ne se laisseront pas laminer, eux qui prétendent sans aucun argument à l’appui que la fracturation hydraulique des schistes est mauvaise pour l’environnement, que cette technique peut défigurer les paysages (comme les moulins à vent), que cette technique peut provoquer des tremblements de terre dévastateurs du genre du gros tremblement de terre qui eut lieu il y a exactement trois ans au Japon et qui mit à mal, tout le monde le sait, des réacteurs nucléaires, ou encore que les puits de forage sont fuyards et que le méthane est un horrible gaz à effet de serre …

Inutile de revenir encore une fois sur l’aspect obsessionnel de la théorie de l’effet de serre mais malheureusement pour les écolos et heureusement pour Montebourg une étude récente vient de prouver qu’au moins aux USA, le pays du monde en pointe dans le domaine de la fracturation hydraulique, les prétendues fuites de méthane, cet horrible gaz à effet de serre avéré ( ? ), n’avaient strictement rien à voir avec la dangerosité des pétulances des bêtes à corne, entendez les ruminants.

methane_1

C’est maintenant prouvé, les bœufs et autres ruminants polluent beaucoup plus que la fracturation hydraulique pour exploiter le gaz non conventionnel des roches mères. C’est dit ! Et des études convergentes le prouvent, que ce soit celles de l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement) de la NOAA (Administration Nationale des Océans et de l’Atmosphère) ou encore de l’EDF (Fond pour la Défense de l’Environnement) ce sont bien les pets des bestiaux qui génèrent le plus de méthane dans l’atmosphère. Ces braves bêtes (voir la photo) débitées en entrecôtes ou dont les exsudations mamellaires sont transformées en fromages, yaourts et autres beurres salés ou non, constituent un véritable danger pour le climat, en tous les cas selon cette étude, beaucoup plus que les forages et leurs petites fuites inévitables.

L’étude indique également qu’un nombre impressionnant de secteurs industriels polluent également allègrement l’atmosphère en méthane. Le graphique ci-dessus le montre clairement : les flatulences bovines arrivent en tête suivies des décharges d’ordures, des mines de charbon (grisou) et ensuite du fumier qui par fermentation produit encore du méthane comme si c’était une suite naturelle de la digestion des bovins. Si on ajoute les pets et le fumier, ça frise la catastrophe écologique. A cause de toutes ces bêtes à corne on va griller comme des toasts dans pas très longtemps (dixit Christine Lagarde) et entre une belle entrecôte grillée ou être proprement grillé par le réchauffement climatique il va falloir choisir. Or l’extraction par fracturation du gaz de schiste n’est pas si polluante que le prétendent les écologistes. De plus la tendance à l’amélioration est significative compte tenu des régulations draconiennes imposées aux exploitants (au moins aux USA) et c’est une bonne nouvelle pour Montebourg qui œuvre pas à pas pour faire admettre au moins dans un premier temps une étude du potentiel du sous-sol français.

methane_2

On verra ensuite car le pragmatisme est de rigueur dans la situation actuelle du délabrement économique de la France.

methane_3

Aucune alternative salvatrice ne peut être écartée et Montebourg doit continuer à oeuvrer dans ce sens en méprisant purement et simplement les incantations catastrophistes des écolos qui ont déclaré que toute exploitation non conventionnelle de gaz serait un casus belli.

A propos des gaz à effet « dit de serre » il faut aussi ajouter dans la liste morbide dressée par les organisations terroristes écologistes les gaz destructeurs de l’ozone, amalgame oblige. Mais au fait où en est ce trou d’ozone, ce n’est plus un sujet d’actualité. Enfin, quand on garde présent à l’esprit le fait que près du tiers du gaz consommé en France provient de Russie via l’Ukraine, la situation politique qui pourrait empirer à tout moment en dégénérant en guerre civile, la dette ukrainienne de près de deux milliards de dollars envers Gasprom (que l’Union Européenne va s’empresser de payer pour ne pas être menacée de rupture d’approvisionnement) et l’indexation du prix du gaz sur le cours du pétrole constituent un ensemble de raisons pour se pencher sérieusement sur le potentiel en gaz non conventionnel de la France. C’est pourquoi cette étude constitue indirectement un argument en faveur d’une prise de décision ferme et rapide de la part du gouvernement et de son ministre dédié au redressement car l’exploitation du gaz des roches mères par fracturation est un réel espoir de redressement de la France.

Source : thebreakthrough.org

Mélodie idéologique en sous-sol

1024px-Marcellus_Shale_Gas_Drilling_Tower_2

Dans ses élucubrations incessantes dont il a le secret, le sémillant ministre français du redressement contre-productif (ou quelque chose qui sonne comme ça) a imaginé la création d’une entreprise nationale des mines et du sous-sol, j’ai oublié la dénomination exacte de ce machin … Bref, ce projet dont on ignore les sources de financement puisque les écologistes refusent à de rares détails près qu’on touche au sous-sol de la France, aurait en réalité pour mission d’assujettir au contrôle de l’Etat toute initiative d’exploitation de ce sous-sol. En d’autres termes, en ayant en tête le potentiel considérable mais non encore prouvé de gaz non conventionnel tant au nord du bassin parisien qu’au sud dans un triangle Montpellier-Valence-Toulon grosso modo, ce serait l’Etat qui s’occuperait de tout. Or, il est évident que quand l’Etat s’occupe de ce genre de projet, c’est l’échec assuré comme l’a montré le dernier rapport du Fraser Institute.

Des pays comme les USA, le Canada ou l’Australie et récemment la Grande-Bretagne réunissent toutes les conditions pour la réussite de projets d’extraction non conventionnelle de gaz et d’huiles de schiste en permettant au secteur privé d’initier des projets d’extraction. Les grandes firmes intégrées verticalement ne sont pas les plus rentables dans ce domaine, ce sont au contraire des centaines de petites entreprises soucieuses de rentabilité et, comme les grands groupes pétroliers, assujetties aux réglementations relatives au respect de l’environnement, qui dégagent des bénéfices car elles doivent le plus souvent être à la pointe du progrès pour justement pouvoir réaliser des profits.

La Chine comme la Russie sont à la traine dans ce nouveau domaine du secteur énergétique car dans ces deux pays pourtant richement pourvus de gisements potentiels de gaz de schiste, l’énergie est contrôlée par l’Etat ou entre les mains de sociétés elles-mêmes contrôlées par l’Etat. Chaque fois qu’un Etat, selon ce rapport d Fraser Institute, décide de contrôler le secteur énergétique carboné c’est tout simplement une catastrophe. Plusieurs questions émergent donc à la lecture de ce rapport quand on observe les tribulations du ministre français. D’abord a-t-il eu connaissance de ce rapport ou au moins son collègue en charge de l’énergie et ancien faucheur d’OGM (amnistié) lui a-t-il transmis ce rapport ? On en doute et on doute aussi que l’un et l’autre soient en mesure de lire en profondeur un document en anglais. Dans l’hypothèse (peu probable) où ces deux clowns aient effectivement lu ce rapport, dans quelle mesure il en a été tenu compte ? Pour preuve, l’Australie est devenue leader mondial en quelques mois de l’extraction et de la valorisation du gaz de houille plus communément appelé grisou mais ce ne sont que de petites entreprises privées qui se sont lancé dans cette exploitation hautement rentable puisqu’elle ne nécessite pas de forage horizontaux coûteux et techniquement difficiles à maîtriser. C’est pourtant une des rares techniques pour laquelle les écologistes (dont l’ex faucheur d’OGM) ont manifesté un tout petit intérêt. Si c’est l’Etat français qui s’en mêle il est évident que ce sera un échec et encore une fois un gaspillage éhonté d’argent public évaporé dans des prébendes et des copinages mafieux. C’est finalement ce genre de projet que Montebourg veut mettre en place alors que la France est classée 40e sur 144 pays étudiés en termes de liberté d’entreprendre. Le centralisme colbertien français revu et corrigé à la sauce marxiste collectiviste ne peut qu’échouer. Heureusement que les contribuables seront toujours là pour financer les mélodies idéologiques de ces saltimbanques.

Lien : http://www.freetheworld.com/