George Soros, mauvaise augure ?

Capture d’écran 2018-01-27 à 19.33.42.png

Dans le cadre du Forum de Davos le milliardaire George Soros a craché son venin en direction des géants de la « tech » de la Silicon Valley et on ne peut qu’être de son avis. Soros craint que Facebook et Google constituent un excellent outil de contrôle des démocraties. Si Soros a déclaré lors de sa conférence qu’il fallait mieux contrôler ces géants de l’internet il n’a pas fourni de solution claire car ceux à même d’instaurer un contrôle sur ces deux géants de la ‘tech » sont aussi ceux qui peuvent utiliser ces sociétés pour mieux installer leur pouvoir.

Les technologies de l’information ainsi qu’internet dans son ensemble doivent rester libres mais l’ampleur de la position de monopole de Facebook et Google est inquiétante : selon Soros ni Aldous Huxley ni Goerge Orwell n’avaient imaginé une telle emprise sur les populations.

Pour Soros les jours de Google et Facebook sont comptés : il n’a cependant pas prédit quand la capitalisation boursière gigantesque et presque grotesque de ces deux géants chuterait.

Soros s’est trompé par le passé en prédisant que Donald Trump ne durerait pas une année et que la situation économique de la Chine s’effondrerait … Force est de constater que Soros n’est pas infaillible. Maintenant quand Soros dit que Poutine est à la tête d’un Etat mafieux il faut avouer qu’il est de mauvaise foi : ce sont probablement ses souvenirs de jeunesse qui ressortent périodiquement. Il doit toujours confondre Hitler, qui envahit la Hongrie en 1944 alors qu’il avait seulement 13 ans, avec Staline ou Poutine. À 87 ans on a droit à l’erreur mais sa réflexion sur Google est Facebook est parfaitement justifiée.

Source et illustration : phys.org

Note. Les Augures de Rome du temps de l’Empire étaient des prêtres capables de prédire l’avenir en observant par exemple le vol des oiseaux ou la forme des nuages. Ils étaient consultés pour prendre les décisions relatives à la bonne marche de l’Empire.