Actualité. Professeur Raoult : le mot d’adieu

Hier 7 septembre le Professeur Didier Raoult s’est livré à un exercice qui l’a rendu assez nerveux puisqu’il faisait sans cesse cliquer sont stylographe. À sa place j’en aurais fait tout autant … Il a fait un bilan magnifique de l’activité de l’IHU, ne s’est pas trop épanché sur les traitements précoces pour guérir l’infection par le SARS-CoV-2 revenant de Franceville au Gabon, pays où l’HCQ et l’Ivermectine sont prescrits quotidiennement à la population en raison de la présence endémique de la malaria et de divers parasites comme l’onchocercose. Enfin, à ma grande surprise, le Professeur Raoult a préconisé la vaccination de la population sans préciser toutefois à partir de quel produit. Il est évident que le Professeur Raoult subit de plein fouet la pression de la mafia médicale parisienne et qu’il a choisi le profil bas avant de choisir la retraite puisqu’en France les universitaires sont mis autoritairement à la retraite à 70 ans. J’allais écrire « arbitrairement » car un grand nombre de ces cerveaux peuvent encore être utiles pour la société plusieurs années encore.

Je souhaite au Professeur Raoult de choisir de vite quitter la France et de continuer son travail dans n’importe quel autre pays car les invitations doivent s’accumuler sur son bureau et à son domicile. Et il aura raison tant le système administratif du secteur santé français est corrompu et dirigé par des escrocs qui ne pensent qu’à s’enrichir.

Note. Le Gabon compte 2,28 millions d’habitants et l’épidémie de SARS-CoV-2 a provoqué la mort de 168 personnes ce qui correspondrait pour la France à 4820 morts : merci à l’HCQ et à l’ivermectine …