Le « réchauffement climatique » a bon dos !

Cette semaine Macron a fait un discours percutant au G20. Il a déclaré que le terrorisme était une conséquence directe du réchauffement climatique. Si on suit son analyse, les réfugiés qui affluent de Syrie, de Libye et d’Irak sont des « réfugiés climatiques » alors qu’ils fuyaient tout simplement les zones de guerre, des guerres fomentées par les Américains et la CIA avec l’honteuse complicité des pays de l’OTAN et pour la Libye avec l’aide très spéciale de Sarkozy. Macron, un affidé du Club de Bilderberg, n’a pas pu s’empêcher de faire cet amalgame invraisemblable car il faut bien qu’il répande la propagande climatique, l’une des préoccupations majeures de ce club d’ultra-initiés, je veux parler de Bilderberg, qui a organisé en très grande partie cette paranoïa relative au climat car il y a gros à gagner pour l’élite mondiale, les 0,1 % dont Macron fait maintenant partie.

Quant aux « printemps arabes » ils furent le résultat d’une soudaine augmentation des cours mondiaux du blé qui n’avaient strictement rien à voir avec le climat. Des mécontentements populaires furent alors exploités par la CIA avec l’aide d’ONGs qui ne cachaient même pas leur affiliation à cet organisme américain et il en résulta ce que l’on sait : la mise en place de groupes terroristes en Libye s’opposant à Khadaffi, un fait qui fut notamment exploité par BHL et repris par Sarkozy pour bombarder Tripoli et assassiner le « Colonel ». Et en Egypte comme en Syrie ce furent des scénarios sensiblement identiques mais Assad se rebiffa – il fallait donc détruire la Syrie par d’autres moyens pas très légaux – alors que l’Egypte est devenue ensuite une dictature militaire avec le soutien de la CIA et ainsi un vassal de Washington. Tout ça parce que le climat se réchauffe, selon Macron …

Macron nous prend tous pour ces cons uniquement bons à payer des taxes :

https://mobile.twitter.com/BFMTV/status/883694855662297089/video/1

Paysage énergétique à venir (en France) un spectacle de désolation !

Chine et USA signent un accord sur les réductions de CO2 … qui ne sera jamais mis en œuvre mais qui donne le droit à Obama et aux écolos de tous bords de faire la leçon aux pays qui rechignent à entamer une réelle mutation énergétique. Or comme de sacro-saints domaines économiques ne peuvent pas être ruinés par des décisions démagogiques et idéologiques comme le bâtiment, l’automobile, l’industrie chimique et bien d’autres secteurs énergivores. La focalisation sur l’industrie de production d’électricité est un faux problèmes, en particulier en France comme le montre l’illustration ci-dessous.

Capture d’écran 2014-11-12 à 19.52.29

La dépêche d’agence qui suit est très parlante : on veut contraindre les Australiens d’instituer des taxes dans leur pays (l’un des plus gros producteurs de charbon du monde) alors que les émissions de CO2 en provenance des centrales électriques de ce pays représentent à peine 1 % des émissions de l’ensemble de la planète. On croit rêver mais le réveil pour les pays européens sera douloureux, en particulier pour la France qui, sous l’impulsion de Mademoiselle Royal veut se lancer dans un programme qui est du grand n’importe quoi !

Climat: l’Australie, hôte du G20, sous pression après l’accord Chine-USA

Brisbane (Australie) – L’Australie était sous pression jeudi pour muscler ses actions contre le réchauffement climatique, après un accord sino-américain surprise et alors qu’elle accueille ce week-end un sommet des dirigeants du G20… où elle aurait voulu éviter le sujet. Le président américain Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping, à la tête des deux pays les plus pollueurs du monde, se sont fixé mercredi à Pékin de nouveaux engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre et ont appelé les autres puissances économiques à prendre des engagements plus ambitieux. ( … ) (©AFP / 13 novembre 2014 09h53)

Le capitaine de pédalo s’est pris les pieds dans les pédales

Hollande reproche au Figaro l’interview d’Assad

SAINT-PETERSBOURG – Le président français François Hollande a reproché vendredi sur le mode ironique au quotidien Le Figaro d’avoir publié une interview du président syrien Bachar al-Assad dans laquelle ce dernier menaçait de s’en prendre aux intérêts de la France.

Lors d’une conférence de presse à Saint-Petersbourg où il participait au sommet du G20, le chef de l’Etat a fait, dans une réponse sur la Syrie, une incidente sur le Figaro.

On ne remerciera jamais assez le Figaro pour son sens civique que d’avoir permis à l’opinion française d’être éclairée par l’interview de ce dictateur. Maintenant, nous savons qu’il veut liquider son opposition, a dit ironiquement François Hollande.

La publication mardi dans le quotidien d’une interview de Bachar al-Assad avait été accueillie avec des grincements de dents à l’Elysée, des proches du président confiant leur irritation.

Contactée par l’AFP, la direction du Figaro n’a pas souhaité faire de commentaire. 

Mardi, M. Hollande avait déclaré être sorti encore renforcé dans (sa) détermination par la lecture de l’interview du président syrien.

La différence entre une dictature et une démocratie, c’est que dans une démocratie un dictateur peut s’exprimer dans un journal, y compris pour insulter ses dirigeants, proférer des mensonges, notamment sur le chimique, laissant croire qu’il ne disposait pas de stock, et menacer le peuple français, avait-il déclaré.


(©AFP / 06 septembre 2013 19h18)

Je livre toute crue cette dépêche d’agence à mes lecteurs qui relève du plus pur surréalisme. Je n’ai même pas le courage de commenter tant je ressens une sorte de nausée … Merci au Figaro d’avoir eu le courage de prendre ce risque insensé (contrairement au Canard et à Mediapart inféodés au pouvoir en place) de publier cet interview courageusement. La France est maintenant un pays totalitaire, ce qui veut dire que tout est contrôlé, épluché, examiné et réprimé le cas échéant. Dans quelques jours les compteurs seront mis à zéro et il faudra bien que le capitaine de pédalo démissionne …

Billet d’humeur (St-Peterbourg)

Finalement devant l’inconsistance du seul allié prouvé pour une attaque de la Syrie, je veux parler du capitaine de pédalo, récemment promu capitaine de frégate, Obama se sent de plus en plus seul devant l’inconnu et il est temps de parier qu’il se retranchera derrière de faux arguments pour tenter de sauver la face. Quelques sénateurs républicains, les plus acharnés pour conduire une guerre punitive contre Assad, voyant la tournure des évènements, font défection, à commencer par le très influant sénateur Grimm, rien à voir avec le conteur, qui a émis publiquement de sérieux doutes quant à l’identité des utilisateurs d’armes chimiques, les terroristes ou l’armée régulière. Dans le doute, abstiens-toi et dis non, c’est un peu le message qu’il veut faire passer et il ne manque plus qu’un cheveu pour que le Congrès américain s’oppose à une intervention armée contre le régime syrien. Cameron a pris note et se tait. Angela, Manuel et Hermann font bloc. Hollande, je veux dire le capitaine de frégate, n’a pas requis de vote ni au Parlement ni au Sénat car il sait très bien qu’il aurait essuyé un désaveu, belle négation de la démocratie malgré le fait qu’il est constitutionnellement le chef des armées et qu’il est en charge de prendre les décisions selon son bon vouloir, va se retrouver seul. Dans quatre jours, après le G20 dans la ville natale de Poutine, ce n’est pas un hasard, les représentants et les sénateurs américains voteront. Mais il faudra attendre le rapport des enquêteurs de l’ONU puis un vote du machin (l’ONU) et comme le veto des Russes et des Chinois est attendu, alors le capitaine de frégate amènera les couleurs et il n’aura plus d’autre choix que de démissionner. Le moindre mal, une erreur de jugement (s’il en a jamais été capable) ou au mieux une erreur d’appréciation de l’importance de la situation et des enjeux tant géopolitiques qu’économiques, mais après trente années passées à magouiller en Corrèze comment le capitaine de frégate aurait-il pu apprécier la situation à sa juste mesure. Ni les écologistes, ses alliés, fondamentalement pacifistes à moins que je me soies lourdement trompé sur leurs intentions, ni le front de gauche qui a clairement annoncé sa position, encore moins les centristes et la droite qui se cherche et ne sait pas encore comment sortir de ses querelles internes n’ont émis d’opinion favorable quant à l’attitude va-t-en guerre du capitaine de frégate. Le Front national reste muet pour des raisons inavouables, ça l’arrangerait idéologiquement qu’on massacre quelques dizaines de milliers de musulmans si possible loin de l’Hexagone et cette mission est laissée au capitaine de frégate. C’est grave ! Non, mais sans blague, depuis le 21 septembre qui a lu, vu ou entendu une réaction de Marine ? Et pendant ce temps-là, pour quelques centaines de grammes de shit, des petits dealers se font refroidir allègrement dans les banlieues des grandes villes françaises, la plupart adeptes des écoles coraniques en fin d’après-midi avant le prêche de l’imam salarié de l’Arabie Saoudite parce que le commerce de la drogue n’est pas interdit par le Coran (c’est vrai, relisez vos classiques). Le Ministre de l’Intérieur n’a encore pas eu l’idée de légaliser l’herbe et le shit pour que toute cette criminalité cesse en 24 heures (voir l’Espagne et le Portugal, plus de criminalité liée à la marijuana) parce qu’il serait difficile pour l’Etat d’organiser une collecte rentable de taxes précieuses pour aider l’infléchissement de la courbe du chômage. On rêve ! Si le capitaine de corvette décide de faire feu, il y aura des dégâts dans nos banlieues. Et s’il décide, tout seul, de faire feu, ce qui est hautement improbable, il devra alors affronter l’ennemi de l’intérieur et ça ce sera une autre paire de manches.

Allons enfants de la patrie, le jour de honte est arrivé !

Titre lu sur le Guardian ce soir : « Obama ‘has the right’ to strike Syria regardless of Congress vote, says Kerry », en d’autres termes Obama s’arroge le droit de décider ce que l’Amérique avec son unique allié dans cette aventure, le capitaine de pédalo français et aussi mais de très loin l’Australie, a le « droit » d’intervenir en Syrie. Cameron a respecté la décision démocratique du Parlement anglais, Hollande a réuni pour mercredi prochain les députés et les sénateurs, mais sans vote final parce qu’il a aussi « le droit », en tant que chef des armées, de déclarer la guerre à la Syrie. Du côté des autres pays européens, silence radio ! Ca sent le soufre, pour ne pas dire la poudre. Cette fois-ci la France joue un jeu vraiment dangereux. Après le vote de la Chambre des Communes qui a désavoué Cameron, on aurait pu espérer que Hollande baisserait les bras et avouerait son erreur de jugement, mais non, il persiste et mercredi prochain il aura virtuellement l’aval des représentants du peuple français pour s’engager dans une guerre dont les répercussions sont incalculables y compris pour la sécurité du pays et l’avenir de l’Europe. Le G20 prévu la semaine prochaine en Russie sera sportif. Les petits fours au caviar auront un goût amer. C’est peut-être la semaine prochaine que Hollande signera sa démission !