Business et malbouffe

cD1hMWQzNjMzZjJkNWM5Y2U3ZWZiOGQ2OWU5NTQ4YTVjZiZnPTY4NTdjYTU0NzA4YjdiNDA0NTA0MDJmZTA2YzY5ZTY0

La deuxième chaine de hamburgers dans le monde est Burger’s King, après Mc Donald’s et ces deux compagnies coexistent, en particulier en Amérique du Nord, à couteaux tirés, non pas pour couper les pommes de terre en parallélépipèdes allongés qu’on appelle « french fries » outre Atlantique mais pour trouver un moyen d’attirer le client et par la même occasion réaliser plus de profits. Or le gros problème des frites est leur apport calorique et au pays des obèses et des gros (les deux tiers de la population) on est devenu regardant sur la teneur en calories de n’importe quoi, surtout ces firmes de malbouffe que je viens de citer. Pour tenter de prendre des parts de marché à McDo Burger’s King propose désormais des frites basses calories taillées spécialement (voir la photo, crédit Associated Press) par son fournisseur McCain Foods sous forme congelée avec un revêtement de pâte à frire spéciale et ultra-secrète qui repousse une grande partie de l’huile de friture. Il fallait y penser d’autant plus que l’huile de friture est hydrogénée et contient donc des acides gras trans plutôt dangereux pour la santé. Mais ce n’est pas dans ce but humanitaire que Burger’s King a travaillé avec McCain à la mise au point de cette super frite appelée « Satisfries », c’est tout simplement pour réaliser plus de profits puisque la ration normale ne contient plus que 270 calories au lieu de 340 mais est vendue 1,89 dollar au lieu de 1,59. McDo, dans la même veine, vend des rations de différentes tailles et donc à différents prix pour les paranoïaques des calories mais les consommateurs restent sur leur faim avec les petites rations 30 % moins caloriques, donc contenant 30 % de frites en moins mais aussi 30 % moins chères. Donc Burger’s King gagne sur tous les tableaux. Reste à savoir quel ingrédient magique est ajouté à la pâte à frire dans laquelle sont brièvement plongées les frites avant d’être congelées. Il faut espérer qu’il s’agit d’un produit inoffensif, mais avec l’industrie agro-alimentaire on peut toujours avoir de désagréables surprises.

McDo veut obésifier les Japonais !

mcdsbigfries

Dans un pays où il est très rare de croiser dans la rue ou de voir dans le métro ou le train une personne en surpoids en dehors des sumotori qui font de l’excès de nourriture presque leur raison d’être – vous l’avez compris, je veux parler du Japon – McDonald, peut-être non content de ne pas voir assez d’obèses venir dans ses échoppes de mal-bouffe japonaises comme il y en tant aux Etats-Unis où je rappelle à mes lecteurs qu’un tiers de la population, tous ages confondus, est en surpoids et un autre tiers, également tous ages confondus, est pathologiquement obèse, la faute aux McDo, King Burger et autres Kentucky Fried Chicken, eh bien McDo, donc, a décidé de lancer dans le pays de la cuisine la plus raffinée du monde le « Mega Potato », un truc qu’on n’a encore jamais vu au Japon, une grosse pelletée de 350 grammes de frites bien salées et bien imbibées d’huile hydrogénée représentant très exactement en moyenne 1142 calories pour la modique somme de 490 yens (4 euros). Et cette horreur est lancée dans tous les McDo du Japon ce prochain week-end, c’est-à-dire aujourd’hui 24 mai. L’horreur ! A croire que McDo est mandaté par les services secrets américains pour obésifier les Japonais afin que les grandes firmes pharmaceutiques américaines leur vendent leurs poisons anti-cholestérol, je veux parler des statines. Je reprends la prose de JapanToday : « le cornet de frites est tellement grand qu’on peut y mettre la tête comme un cochon dans son auge » et plus loin « le Mega Potato vous en coutera 490 yens (je l’ai dit plus haut) mais aussi une grande partie de votre dignité et probablement quelques années de votre vie ». Tout est dit, McDo se croit, au Japon, dans son pays d’origine où tout est démesuré, hors normes, géant, frisant le plus souvent le ridicule. Il était donc décidé que les Japonais s’américaniseraient encore un peu plus, eux qui roulent à gauche et utilisent le système métrique. On les prend en revers avec des cornets de frites monstrueux. Comme si les Japonais allaient se laisser piéger … j’en doute. Au contraire, les Japonais sont les champions de la mesure, de l’esthétique culinaire, de la discrétion, du raffinement, une tradition qu’un Européen (et a fortiori un Américain) qui n’a jamais mis les pieds au Japon ne peut même pas imaginer. Par respect pour le Japon et ses habitants que j’aime tant, je souhaite à McDo un gros fiasco persuadé que les Japonais ne se laisseront pas prendre pour des idiots.

Source: Japan Today et crédit photo Consumerist.com