Hollande a du souci à se faire. Qu’il démissionne !

Le co-trésorier de campagne 2012 de François Hollande, Jean-Jacques Augier, un de ses amis de longue date a été forcé de nommer l’identité de ses partenaires chinois de business, en passant par une société opaque située dans les îles Cayman (BVI ou British Virgin Islands pour les intimes de l’évasion fiscale à grande échelle). Après Cahuzac, ça commence à sentir carrément le roussi sous les lambris dorés du Palais de l’Elysée. A croire que Hollande est soit un incompétent aveugle et sourd ou qu’il est complice des malversations de son proche entourage. Cette information à propos du sieur Augier est révélée par le Guardian

http://www.guardian.co.uk/uk/2013/apr/03/offshore-secrets-offshore-tax-haven

à partir de fuites de grande envergure mettant en cause des dizaines de milliers de personnes de tous pays et révélées par des millions de documents impliquants des ressortissants de 150 pays différents pour des sommes dépassant les 5400 milliards de dollars !!! Pour les intéressés, voici le lien :

http://www.icij.org/offshore/secret-files-expose-offshores-global-impact

A n’en point douter, on peut s’attendre à des rebondissements dans les heures ou les jours à venir en France et ailleurs en Europe.

Hollande devrait démissionner et comme le dit H16 (H16FREE.COM) ce pays est foutu !

Note: le Guardian n’est pas du genre à révéler des affaires pour améliorer son tirage comme le Sun ou d’autres journaux de caniveau, je pense à certains quotidiens français que je classe dans cette dernière catégorie, c’est un quotidien respecté … Quant au Monde, partenaire de ICIJ, il n’a pas jugé opportun de dévoiler l’information relative au trésorier de campagne de Hollande, bizarre, vous avez dit bizarre ?

Fessenheim et Superphénix : on prend les mêmes et on recommence !

19 juin 1997

Jospin annonce la fermeture de Superphénix

Lionel Jospin, répondant aux exigences des Verts de la Gauche plurielle, annonce la fermeture du surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, dans l’Isère. Projet international commencé en 1977 financé essentiellement par EDF et ENEL, Superphénix fut l’objet de tensions et de scandales avant même que sa construction ne soit commencée. Débutant sa production en 1985, il n’atteindra que rarement sa pleine puissance et subira de nombreux disfonctionnements autant techniques qu’administratifs. Après seulement 12 années de fonctionnement laborieux, le surgénérateur n’aura pas été rentabilisé.

 

Source : linternaute.com (dépêche d’agence)

 

On est en 2013 et le gouvernement actuel, allié contre nature avec les écologistes, encore une fois, a décidé pour des raisons purement électoralistes de fermer en 2016 au plus tard le site électronucléaire de Fesseinheim car il serait soit-disant obsolète alors que l’ASN, une administration indépendante tant du gouvernement que de l’exploitant (EDF), a conclu après une expertise minutieuse qui ne peut être mise en doute que cette usine pouvait encore fonctionner une dizaine d’années sans encombre.

L’histoire se répète donc et les socialistes sous la pression des Verts (Voynet avec Jospin, Duflot avec Hollande) prennent des décisions absurdes qui vont encore aggraver le déficit commercial du pays et doper le chômage. Il faudra importer du gaz ou du pétrole pour produire l’équivalent d’environ 1500 MW électriques, la puissance en charge moyenne de Fessenheim. Et, contrairement à ce que prétendent les écologistes qui n’y connaissent décidément rien, la fermeture du site de Fesseinheim ne crééra aucuns emplois immédiats comme ils le prétendent, car avant d’intervenir sur le site, après son arrêt définitif, il faudra attendre au moins trois ans pour que le combustible soit désactivé, puis encore au moins cinq années avant d’envisager le début du démantèlement des organes situés dans le bâtiment réacteur, dont en particulier les auxiliaires de contrôle. Les écologistes se trompent donc deux fois et le gouvernement a mis le rapport de l’ASN dans la déchiqueteuse. C’est complètement ubuesque. Je comprend que la CGT réagisse et je laisse une copie du commentaire laissé sur l’article du figaro.fr ce jour à propos de l’article intitulé « La CGT conteste en justice la fermeture de Fessenheim » :

 

« Je voudrais rappeler que c’est la CGT qui a exigé une amélioration de la sécurité des sites électronucléaires au milieu des années 80 et a par exemple obtenu la robotisation de certaines interventions lors des arrêts de tranche, la redondance des équipements de secours et l’installation de nombreux capteurs en divers points du bâtiment réacteur. Toutes ces améliorations ont débuté justement sur le site de Fessenheim qui fut le précurseur de la série de PWR 900 MWe puisque le premier à être construit sous licence Westinghouse par EDF, la COGEMA et Framatome et les améliorations exigées à Fessenheim par la CGT au niveau de la sécurité mais aussi de bien d’autres aspects ont été répercutées sur tous les autres sites électronucléaires français . Il est donc légitime pour la CGT de mettre en avant la décision de l’ASN qui a autorisé la prolongation en connaissance de cause l’exploitation de ce site. Il est évident que pour des raisons idéologiques techniquement infondées le gouvernement et le chef de l’Etat méprisent la décision indépendante et objective de l’ASN. On croit rêver en apprenant que ce site sera fermé en 2016. Le Japon, durement échaudé par le tsunami du 11 mars 2011 vient de décider le redémarrage des réacteurs jugés sûrs par l’autorité indépendante mise en place récemment. Pourquoi les dirigeants français s’obstinent-ils dans le déni de la réalité sinon pour plaire à une poignée d’écologistes opportunistes ignorants des réalités économiques. »

 

A propos de la fermeture de Superphénix, selon le rapport d’une commission du Sénat qu’on peut lire (voir le lien) il est dit en résumé que la fermeture de Superphénix fut une décision grave car elle fut prise sans concertation (Hollande n’a demandé leur avis qu’aux Verts?) ni avec le Parlement, ni avec l’exploitant, ni les partenaires étrangers, ni les collectivités locales, (au mépris des principes de base de la démocratie, c’est moi qui ajoute ce commentaire). Cette décision fut prise sans fondement autre qu’électoraliste suite à un accord entre le parti politique « Les Verts » et le gouvernement socialiste. La sureté de Superphénix n’ayant jamais été remise en cause et l’argument financier ne pouvant en aucun cas justifier un arrêt prématuré.

Cette désinvolture du gouvernement de l’époque aura coûté près de 10 milliards d’euros à la France en incluant l’électricité fournie gratuitement à ENEL, partenaire de NERSA, pendant quatre années.

Voilà en gros ce que prépare Hollande, pris au piège de ses alliances électoralistes contre nature avec EELV. Hollande, sur les traces de Jospin, refait l’histoire en pire.

C’est de plus en plus désespérant de voir le chef de l’Etat piloter à vue le pays comme un simple capitaine de pédalo qu’il est, en définitive…

archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.senat.fr/rap/l97-4392/l97-439229.html#toc50&title=il%20était%20une%20fois…%20Superphénix

 

 

Le Bon Plaisir (Francis Girod) : critique politico-cinématographique

J’ai revu ce soir par hasard un film de Francis Girod remarquablement interprété par Trintignant, Deneuve et Serrault intitulé « Le Bon Plaisir » et je conseille à ceux qui disposent de ce film dans leurs archives piratées ou simplement enregistrées à la télévision de le revoir. Je ne savais pas que ce film dont le scénario est une imagination de Françoise Giroud basée sur des faits réels, la véritable existence de Mazarine, la fille naturelle de François Mitterrand. Jusque là rien de vraiment excitant ou nouveau, tout y est dit sur wikipedia ou IMDB. Mais j’ai relevé une phrase vraiment révélatrice du Président, Trintignant incarnant Mitterand, à propos de son dauphin : « c’est un édredon ! ».

Je n’invente rien, et que mes lecteurs se donnent la peine de revoir ce film, quand le Président parle de son dauphin, il le qualifie d’édredon, or, depuis Mitterand, c’est le capitaine de pédalo qui gère la destinée de la France, c’est donc le dauphin fictif de Mitterrand, et le scénario prémonitoire de Françoise Giroud se vérifie dans les fait aujourd’hui car le président actuel de la France est en train d’endormir les Français avec des réunions, des comités, des rapports à n’en plus finir qui coutent de l’argent au pays pour repousser l’heure de vérité, celle où il devra constater son incompétence, ses mensonges répétés et son comportement systématique d’esquive lorsqu’il est confronté aux problèmes centraux du pays. Le Président a tous les pouvoirs et il en abuse pour abuser les électeurs et les contribuables, mais jusqu’à quand cette mascarade durera-t-elle … Les Français sont endormis par « l’édredon » mais le réveil sera douloureux !

Politique fiction

Dans moins de cent jours les Français seront appellés aux urnes pour élire un nouveau président de la République (ou le même selon les résultats) et on peut s’amuser à un petit exercice de fiction.
Imaginons que Carla dise au père de sa fille qu’elle ne veut plus de l’Elysée, c’est son droit. L’actuel locataire du château refilera la patate chaude à Fillon, pourquoi pas ? Les Français l’apprécient, il n’utilise pas la langue de bois et a fait du bon travail ces presque cinq dernières années. De toutes les façons, que ce soit Nicolas ou François (Fillon), la bataille va être serrée. Comme la majorité de l’électorat ne comprend rien aux CDS, au MSE ou pire à la signification exacte d’un PIB ou d’un PNB, d’un SWAP ou d’une TBTF, car c’est de ça qu’on va parler au cours des prochaines semaines, ce sera le doute généralisé et la peur qui feront voter n’importe comment les Français qui ne se sont pas vraiment améliorés depuis que De Gaulle les a traités de veaux.

Qui va se trouver en lice au premier tour : en partant de la gauche vers la droite, Mélanchon, champion de la démagogie outrancière, un autre individu dont j’ai oublié le nom et qui a pris la succession d’un jeune postier, la miss Joly, puis l’autre François (Hollande), l’incontournable François Bayrou (encore un François), Chevènement, inclassable puisqu’il imite depuis longtemps feu Edgar Faure, Villepin, Sarkozy (ou Fillon) et enfin la blonde bretonne.
Ca fait beaucoup de monde, car l’enjeu est de taille : aller vivre au palais de l’Elysée pendant cinq ans avec un salaire confortable, aux frais de la princesse désargentée.
Donc, à l’issue du premier tour, la règle du jeu étant qu’il ne reste que deux postulants, imaginons un duel Hollande – Le Pen, résultat Hollande est élu, ça rappelle une autre élection présidentielle.
Imaginons maintenant un duel Hollande – Bayrou, Bayrou est arrivé in extremis devant Le Pen à quelques voix près, résultat Bayrou est élu.
Mais dans le cas d’un duel Hollande – Sarkozy, c’est Hollande qui passe. Cependant, si Carla a une influence salutaire auprès de son époux, et que ce dernier se désiste au profit de Fillon, alors un duel Hollande – Fillon verrait Fillon se retrouver à l’Elysée à n’en pas douter.
Vite, organisons une pétition auprès de Carla !!!