Politique fiction

Dans moins de cent jours les Français seront appellés aux urnes pour élire un nouveau président de la République (ou le même selon les résultats) et on peut s’amuser à un petit exercice de fiction.
Imaginons que Carla dise au père de sa fille qu’elle ne veut plus de l’Elysée, c’est son droit. L’actuel locataire du château refilera la patate chaude à Fillon, pourquoi pas ? Les Français l’apprécient, il n’utilise pas la langue de bois et a fait du bon travail ces presque cinq dernières années. De toutes les façons, que ce soit Nicolas ou François (Fillon), la bataille va être serrée. Comme la majorité de l’électorat ne comprend rien aux CDS, au MSE ou pire à la signification exacte d’un PIB ou d’un PNB, d’un SWAP ou d’une TBTF, car c’est de ça qu’on va parler au cours des prochaines semaines, ce sera le doute généralisé et la peur qui feront voter n’importe comment les Français qui ne se sont pas vraiment améliorés depuis que De Gaulle les a traités de veaux.

Qui va se trouver en lice au premier tour : en partant de la gauche vers la droite, Mélanchon, champion de la démagogie outrancière, un autre individu dont j’ai oublié le nom et qui a pris la succession d’un jeune postier, la miss Joly, puis l’autre François (Hollande), l’incontournable François Bayrou (encore un François), Chevènement, inclassable puisqu’il imite depuis longtemps feu Edgar Faure, Villepin, Sarkozy (ou Fillon) et enfin la blonde bretonne.
Ca fait beaucoup de monde, car l’enjeu est de taille : aller vivre au palais de l’Elysée pendant cinq ans avec un salaire confortable, aux frais de la princesse désargentée.
Donc, à l’issue du premier tour, la règle du jeu étant qu’il ne reste que deux postulants, imaginons un duel Hollande – Le Pen, résultat Hollande est élu, ça rappelle une autre élection présidentielle.
Imaginons maintenant un duel Hollande – Bayrou, Bayrou est arrivé in extremis devant Le Pen à quelques voix près, résultat Bayrou est élu.
Mais dans le cas d’un duel Hollande – Sarkozy, c’est Hollande qui passe. Cependant, si Carla a une influence salutaire auprès de son époux, et que ce dernier se désiste au profit de Fillon, alors un duel Hollande – Fillon verrait Fillon se retrouver à l’Elysée à n’en pas douter.
Vite, organisons une pétition auprès de Carla !!!