Brève réflexion au sujet de la Syrie : les djihadistes de retour

Après le refus de Washington d’accueillir une djihadiste de retour de Syrie je me suis posé une question que nulle part les médias ont avancé. Pourquoi en 1939 les pays européens ont accueilli à bras ouverts les combattants des brigades internationales qui étaient intervenus en Espagne. Il s’agissait bien, si je ne me trompe pas, de troupes non officielles intervenant dans un pays étranger comme ceux qu’on appelle des djihadistes sont intervenus en Syrie sans mandat officiel.

L’histoire se répète … Certes Franco est devenu par la suite un dictateur, mais je me permets de douter qu’Assad devienne lui aussi un dictateur sanguinaire puisqu’il est soutenu par une grande majorité de la population syrienne. À moins que je sois mal informé Franco était un militaire ambitieux voulant débarrasser son pays des exactions des Républicains qui tuaient des prêtres, violaient des religieuses, massacraient des propriétaires terriens et mettaient à sac des monastères en brûlant des bibliothèques irremplaçables. À ma connaissance Assad ne fit rien de tout cela avec son peuple. De plus ce n’est pas un militaire mais un médecin.

Les gouvernements de pays occidentaux alliés des Américains sont de sales faux-culs !

Catalogne : on se croirait dans les années 1930 tant en France qu’en Espagne.

Capture d’écran 2018-03-01 à 16.27.16.png

Pendant la Guerre civile espagnole, appelée en Espagne « la Guerre de 1936 », beaucoup de dirigeants politiques loyalistes et de membres du gouvernement républicain émigrèrent pour organiser le combat contre la dictature fasciste du Generalissimo Francisco Franco depuis l’étranger. Cette année 2018 ressemble de plus en plus à 1939. Après la chute de la deuxième république espagnole entre les mains de Franco, qui avait bénéficié de l’aide de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, le Président de l’Espagne Manuel Azana et le Premier Ministre Juan Negrin s’exilèrent en France. Après la déclaration d’indépendance de la Catalogne le 27 octobre 2017 par le Parlement catalan suivie de la dissolution du gouvernement de la Généralité de Catalogne par le successeur proto-fasciste à la Franco, Le Premier Ministre d’Espagne Mariano Rajoy, les membres clés du gouvernement catalan s’exilèrent. Le Président de la Généralité de Catalogne (en réalité le Premier Ministre) Carles Puigdemont et 4 de ses ministres ont fui en Belgique pour éviter d’être arrêtés par les forces de sécurité de Rajoy.

D’autres dirigeants catalans ont été emprisonnés à Madrid où ils attendent d’être jugés pour sédition et rébellion. La dirigeante du parti pro-indépendantiste (Candidature Unité Populaire, CUP) Anna Gabriel a demandé l’asile politique à la Suisse d’où elle a déclaré au quotidien Le Temps (Genève) : « Je n’irai pas à Madrid … Puisque je ne pourrai pas avoir un procès équitable en Espagne, j’ai choisi un pays qui peut protéger mes droits« . Comme avec les loyalistes emprisonnés sous le régime de Franco les leaders indépendantistes catalans qui ont obtenu la majorité dans le parlement nouvellement élu risquent d’être condamnés à des années de prison par le régime de Madrid soutenu par l’Union Européenne. Rajoy, suivant les traces de Franco, a nommé comme Premier Ministre de la Généralité de Catalogne non pas une Catalane mais une Espagnole castillane en la personne de Maria Soraya Saenz de Santamaria Anton. Rajoy, comme d’ailleurs Franco est originaire de Galice. La dictature de Franco fut réputée pour effacer tout pouvoir catalan, la langue, la culture et l’identité régionale et Rajoy, dont le Parti Populaire (PP) est l’héritier des Phalangistes de Franco, fait tout ce qui est en son pouvoir pour imiter l’inspirateur idéologique de son parti politique. Mais contrairement à 1936 où ce furent Adolf Hitler et Benito Mussolini qui se rallièrent à Franco, en 2018 ce sont le Commission Européenne de Jean-Claude Junker et le Président du Conseil européen Donald Tusk qui soutiennent Rajoy.

Seule un poignée de pays reconnurent le gouvernement espagnol en exil, dont le Vénézuela et le Mexique.

Malgré le fait que la France ne reconnut pas le gouvernement espagnol en exil, elle accueillit cependant quelques dirigeants politiques républicains. Globalement la France était tout aussi opposée aux Républicains espagnols en 1939 qu’elle l’est aujourd’hui aux Catalans aujourd’hui. Deux Présidents du Conseil de gauche, Léon Blum et Edouard Daladier requirent des personnels militaires républicains espagnols demandant l’asile de se regrouper dans les « centres d’accueil » de Saint-Cyprien, Gurs et Le Vernet qui devinrent rapidement des camps de concentration. Quand l’Allemagne nazie envahit la France en juillet 1941 les réfugiés républicains espagnols furent déportés dans des camps de concentration en Allemagne où ils moururent. Ironiquement Blum et Daladier furent aussi déportés à Buchenwald et Dachau avec les réfugiés espagnols qu’ils avaient parqué dans des camps en France. En refusant d’accueillir le gouvernement catalan en exil de Puigdemont, le Président Français Emmanuel Macron a suivi l’exemple de Daladier et de Blum : accueillis oui, mais dans des camps de concentration … Puigdemont et 4 de ses ministres ont été les biens-venus en Belgique où le puissant parti indépendantiste flamand les a assurés qu’ils n’avaient rien à craindre du mandat d’arrêt international dont il font l’objet d’Interpol.

Le Président vénézuélien Nicolas Maduro a été l’un des rares leaders politiques à soutenir l’indépendance de la Catalogne, déclarant : « Résistez Catalogne ! L’Amérique Latine vous admire« . Au contraire le Mexique, qui avait apporté son soutien au gouvernement loyaliste républicain espagnol n’a pas été aussi bienveillant avec la Catalogne. Le Ministre des Affaires Etrangères mexicain Luis Videgaray Caso a déclaré au journal espagnol El Pais : « Si la Catalogne se sépare de l’Espagne mon pays ne la reconnaîtra pas en tant que pays indépendant« . L’Assemblée Nationale du Québec a apporté son soutien à la Catalogne mais le Premier Ministre canadien Justin Trudeau a fait une déclaration typiquement conforme à sa qualité de militant du Parti Libéral canadien pour le respect de la constitution espagnole, de facto un clin d’oeil bienveillant aux autorités de Madrid pour leurs actions.

Depuis le Vatican, le Pape François, faisant de son mieux pour imiter son prédécesseur le Pape Pie XII notoirement pro-nazi qui accéda au trône de Saint-Pierre en 1939, l’année même où les loyalistes espagnols furent contraints à l’exil, a condamné les indépendantistes catalans et soutenu l’Union Européenne dans le même temps. Ce n’est pas un secret : la papauté voit en l’Union Européenne un nouveau Saint Empire Romain. Pie XII n’a fait aucune objection quand le confesseur personnel de Franco, le Père Josemaria Escriva, a fondé l’ordre pro-fasciste Opus Dei. Selon son assistant personnel Escriva déclara : « Hitler n’a pas pu être une aussi mauvaise personne. Il n’a pas pu tuer 6 millions de personnes. Il n’a pas pu y en avoir plus de 4 millions« . Escriva a donné l’aval de l’Eglise catholique espagnole pour que Franco détruise les identités culturelles tant de la Catalogne que du Pays Basque.

L’Opus Dei a soutenu divers régimes fascistes dans le monde, les juntes en Argentine, le pays natal du Pape François. Comme le Père Jorge Mario Bergoglio à Buenos-Aires, François a été accusé d’avoir livré deux prêtres aux forces de sécurité de la junte argentine durant la Sale Guerre des années 1970. La propagande vaticane a tenté de laver l’honneur du Père Bergoglio en niant ses sympathies fascistes pro-régime. Il n’est donc pas étonnant que le Pape actuel se tienne coude-à-coude avec le gouvernement de Rajoy, infesté par l’Opus Dei. les proto-fascistes de Madrid qui comprennent aussi le monarque Bourbon corrompu Felipe VI, et enfin le Saint Empire Romain moderne qui dirige l’Europe depuis ses quartiers à Bruxelles.

Comme c’était le cas durant la guerre civile espagnole, les Bretons et les Corses en France se sont rangés du côté des indépendantistes catalans exactement comme leurs grands-parents on soutenu les loyalistes espagnols comme le firent les Catalans et les Basques à la fin des années 1930. Même si la coalition de Macron a obtenu la majorité lors des élections législatives en 2017 cette coalition n’a obtenu aucun siège de député en Corse. Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée régionale de Corse, a déclaré que d’ici 10 ans la Corse suivrait la Catalogne en déclarant l’indépendance de l’île. La Catalogne et la Corse ne sont pas des pays indépendants et c’est le résultat de traités entre monarques européens datant de plusieurs siècles (Traité d’Utrecht, 1715). Aujourd’hui, en lieu et place des têtes régnantes c’est une création de la famille Rothschild qui est au Palais de l’Elysée à Paris et un Premier Ministre proto-fasciste au Palais Moncloa à Madrid qui déterminent le futur de la Catalogne et de la Corse. Ils font preuve d’autorité pour supprimer les identités culturelles et politiques de ces régions aspirant à devenir des nations européennes et il faut inclure le Pays Basque de chaque côté de la frontière franco-espagnole

Exactement comme les troupes de Franco patrouillaient le long de la frontière le long de la chaine des Pyrénées pendant la guerre civile recherchant des loyalistes faisant le va-et-vient entre France et Espagne, le Ministre de l’intérieur actuel, Juan Ignacio Zoido, un Andalou, a ordonné le renforcement des patrouilles de la Guardia Civile le long de la frontière avec la France pour éviter que Puigdemont rentre clandestinement en Catalogne depuis la France. Zoido a déclaré au Daily Telegraph qu’il avait tout mis en oeuvre pour que les forces de sécurité soient en alerte permanente et recherchent activement Puigdemont et les autres exilés, « par hélicoptère, caméras infra-rouge et par bateau ». Zoido aurait pu être un excellent général de Franco dans les années 1930.

Contrairement aux dirigeants du régime de Rajoy qui a fait un usage abusif de la Cour de Justice et des institutions pour jeter en prison les leaders politiques catalans sous le prétexte de sédition et de rébellion, le mouvement indépendantiste catalan a toujours été très clair en ce qui concerne son projet politique. En vertu des lois électorales de Catalogne les trois partis indépendantistes ont acquis la majorité au Parlement de la Généralité. Cette majorité désire être libérée des chaines de l’impérialisme castillan et de la supériorité culturelle et politique de Madrid. Les leaders indépendantistes catalans en exil en Belgique, en Suisse et dans d’autres pays n’ont pas d’agenda caché et ne sont pas non plus des marionnettes de Moscou comme l’ont suggéré certaines personnalités politique européennes. La cause catalane rappelle un passage du fameux poète catalan Joan Salvat-Papassei :  » Si j’étais un bandit ou un voleur, les geôliers de ce monde n’attraperaient pas mon ombre, alors ils ne pourraient pas retrouver mon chemin …« .

Article de Wayne Madsen (The Strategic Culture Foundation, strategic-culture.org ) paru sur le site ZeroHedge le premier mars 2018. Illustration Strategic Culture. Wayne Madsen est journaliste d’investigation, membre de la Société des Journalistes Professionnels (SPJ) et du National Press Club des USA. Sans commentaire.

Il y a 75 ans, un premier avril à Burgos

Espagne-fin-guerre-civile

J’ai montré à une amie canarienne l’article de Contrepoints (http://www.contrepoints.org/2014/04/01/19527-fin-de-la-guerre-despagne) faisant mention du 75e anniversaire de la reddition des derniers groupes armés républicains devant le général Franco à Burgos le premier avril 1939. Et nous sommes partis dans une longue conversation au sujet des commémorations d’évènements historiques et d’une certaine réécriture de l’histoire pas toujours très respectueuse des faits réellement passés. L’histoire devrait pourtant être une sorte de science au même titre que la géologie ou la paléontologie. Les faits passés sont acquis et ne peuvent en aucun cas être modifiés ce qui n’est à l’évidence pas du tout le cas dans bien des pays et pour de nombreuses raisons. L’histoire, pourtant, est un élément essentiel pour faciliter la compréhension de l’identité actuelle d’un peuple et, j’irai encore plus loin, pour aider chaque individu à appréhender sa place dans la société dans laquelle il vit.

Nous sommes tous influencés par le passé de notre pays et le passé de nos ascendants familiaux, pourquoi le nier. Un petit rappel historique très bien relaté dans cet article de Contrepoints est toujours présent dans les esprits des Canariens et en particulier des habitants de l’île de Tenerife. Au printemps 1936, alors que l’Espagne péninsulaire sombrait dans le chaos et les exactions en tous genres fomentées par les Républicains de gauche au pouvoir à Madrid, Franco arriva à Santa Cruz de Tenerife et l’Armée locale, au moins une partie de celle qui était restée légitimiste, en d’autres termes respectueuse des traditions de l’Espagne, les Républicains n’ayant jamais été vraiment les bien-venus aux Canaries, se rallia à Franco venu de Mellila lors d’une réunion qui eut lieu dans le centre ville de Santa Cruz de Tenerife, précisément Plaza Weyler, là où je vais boire mon café chaque matin, au quartier général des forces armées de l’Archipel des Canaries. Franco partit dans la montagne au dessus du village de La Esperanza dans des casernements militaires pour établir une stratégie de reconquête du pays. Ce que les livres d’histoire appellent la Guerre Civile Espagnole et les Espagnols la guerre de 36 allait commencer et durer un peu moins de trois ans avec ce que l’on a bien voulu enseigner dans ces livres d’histoire comme faits d’arme, intervention des brigades internationales (genre les partisans aujourd’hui du djihad en Syrie issus de nombreux pays y compris la France), de l’armée allemande qui bombardait des villes espagnoles aux mains des Républicains pour tester ses armements en vraie grandeur, bref, des évènements qui ont complètement occulté les terribles ravages déjà occasionnés au passé historique et culturel multi-séculaire espagnol par ces mêmes Républicains, presque un remake en pire des Jacobins en France quelques années après la prise de la Bastille.

En dehors d’une séquence de 15 secondes hier soir sur la cinquième chaine de télévision aucun média espagnol ne s’est étendu sur ce 75e anniversaire, et pour cause ! A la fin de la guerre civile, ce fut le début de la « dictature franquiste » avec des exactions, des exécutions sommaires, des tortures et des massacres qui n’avaient rien à envier aux horreurs des années 1930 – 1936 qu’avait vécu le peuple espagnol sous la « République ». De même, la mort de Franco n’est pas non plus célébrée comme événement historique ni l’abdication d’Alphonse XIII d’ailleurs. L’histoire a donc tout simplement ignoré ces dates et les manuels scolaires restent pour le moins elliptiques dans leurs descriptions des évènements passés. Et pourtant il s’agit d’un passé bien réel mais il faut parfois mentir par omission plutôt que de se compromettre. Qui a osé remettre en cause le surnom de « Petit Père du Peuple » dont s’affublait Staline, certainement le plus grand criminel de toute l’histoire de l’humanité, certainement pas Maurice Thorez, un intime de Staline, dont on retrouve le nom placardé dans de nombreuses rues et places de France, qui a osé, justement en Espagne, remettre en cause la personnalité des rois très catholiques qui se sont couvert les mains de sang en massacrant souvent pour le plaisir des populations entières d’indigènes d’Amérique, les juifs d’Espagne proprement jetés à la mer, qui oserait remettre en cause la probité de l’armée française en Algérie, etc, etc ?

Le « sens » de l’histoire, lui, ne doit pas être remis en cause et si besoin était, peut être réécrit par les politiciens pour enjoliver les heures sombres que des nations entières ont traversé pour la « bonne cause ».

J’ai donc fait une petite enquête pour apprécier ce qu’en pensaient quelques Espagnols du cru, des Canariens pure souche directement concernés par ces évènements. Et la réponse fut invariablement « muy politicamente incorrecto », point barre. Une des personnes que j’ai interviewé m’a répondu que trop de familles avaient encore un parent vivant dont les mains étaient couvertes de sang républicain ou franquiste et qu’il n’était pas bien venu de parler de ces évènements. Un vieux militaire à la retraite (89 ans) m’a raconté que son frère avait été enrôlé de force par Franco à l’âge de 15 ans et qu’il a combattu dans la division Azul et s’est ensuite volontairement engagé dans l’armée allemande pour aller se battre sur le front russe. Il m’a raconté cette histoire parce qu’il était lui-même militaire de carrière et que pour lui l’histoire était modifiée par les politiciens et non les militaires qui au final n’avaient pas le droit de protester …

Qui faut-il donc commémorer, les exactions des Républicains espagnols ou la dictature de Franco ? Ni l’une ni les autres. Avant tout la paix sociale et politique quitte à mentir sur l’histoire, mentir, le maître mot devenu aujourd’hui, dans tous les domaines, d’une triste, répugnante et révoltante banalité …

Illustration : Contrepoints