USA-Syrie : une longue histoire de coups tordus de la CIA

Capture d’écran 2018-04-15 à 18.57.53.png

Pour les impérialistes américains l’importance stratégique de la Syrie a été prise en compte dès la fin de la deuxième guerre mondiale. En 1949 un coup d’Etat renversa le premier gouvernement et le premier président syriens démocratiquement élus depuis l’indépendance de ce pays (depuis 1918 la Syrie était un protectorat franco-anglais après la chute de l’Empire Ottaman). Selon de nombreux analystes ce coup fut fomenté par la CIA avec l’appui des Britanniques en place à Damas pour éliminer le président élu Shukri al-Quwatli (illustration) accusé de sympathies communistes. Celui-ci fut brièvement emprisonné puis déporté en Egypte. Ces premières élections avaient été considérées par les Anglais et les Américains comme entachées de fraude téléguidée par l’Iraq et la Transjordanie et des luttes internes sectaires. Bref, ce fut la première intervention de la CIA en Syrie.

Alors que le Maccarthysme était devenu une sorte de religion aux USA, le nouveau Président syrien, Husni al-Za’im, qui fut donc mis en place par la CIA, fut accusé par cette dernière de ne pas coopérer avec l’Occident pour contrer le communisme. Le Secrétaire d’Etat de l’époque, John Foster Dulles, frère du Directeur de la CIA, laissa se terminer la Guerre des Six Jours (1956), entièrement financée par les USA, pour organiser un autre « coup » en Syrie répandant la fausse information que l’armée syrienne disposait de 123 Migs offerts par l’URSS.

Les fausses informations étaient depuis longtemps déjà la manière de faire des Américains. Il faut remonter à 1898 et la mise en scène du faux attentat perpétré contre le navire USS Maine dans le port de La Havane en pleine rébellion des habitants de Cuba contre les Espagnols pour que les Etats-Unis déclenchent une guerre contre l’Espagne. Il faut souligner que la presse américaine de l’époque se fit un devoir de relayer cette fausse information – en réalité l’USS Maine avait été sciemment sabordé par les Américains eux-mêmes – afin de préparer l’opinion à une guerre inévitable avec l’Espagne, guerre qui se propagea sur tous les continents en particulier dans l’Océan Pacifique où la marine américaine prit possession des Philippines et des Marianes. Déjà à l’époque l’agenda américain ne se résumait qu’en une phrase : l’hégémonie impérialiste.

Revenons à la Syrie. Les USA firent appel à la Turquie et aux Frères Musulmans (on était en 1955 et les frères musulmans, création de la CIA existaient déjà)  et préparèrent un coup d’Etat avec l’aide des services secrets anglais (MI6). Après la guerre des 6 jours, les interventions diplomatique de l’Irak, de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte dissuadèrent les Américains d’aller plus avant dans leur projet. En effet ces pays voyaient d’un très mauvais oeil que les USA établissent une tête de pont territoriale en Syrie sachant qu’ils étaient les alliés indéfectibles d’Israël et ce d’autant plus que tous les pays arabes détestaient (et détestent toujours) Israël. Néanmoins la CIA avait bien rodé durant deux années sa stratégie de déstabilisation et celle-ci fut mise en application l’année suivante en Indonésie après avoir été testée au Guatemala en 1954. Dans les deux cas les interventions américaines avaient été motivées par de fausses nouvelles également reprises par la presse.

Durant la première guerre d’Irak les Américains utilisèrent le territoire syrien pour détenir en tout illégalité des prisonniers irakiens qui subirent les tortures les plus iniques qu’on puisse imaginer que même les SS du régime nazi n’auraient pas envisagé. Ces évènements se déroulèrent à l’insu de toutes les chancelleries représentées à Damas entre 2001 et 2007. Le gouvernement syrien était-il au courant des atrocités commises par la CIA sur son sol ? Nul ne le sait, toujours est-il qu’en octobre 2008 la CIA organisa une opération commando sur la ville de Sukkariyeh dans l’est de la Syrie, intervention qui fut cette fois dénoncée aux Nations-Unies par Damas sans aucune suite d’ailleurs. Par la suite il fut admis que les USA avaient organisé des infiltrations d’opposants au régime de Damas dès 2004 ! Les évènements actuels ne sont donc pas nouveaux !

Après, dès 2011, ce fut la guerre civile sur le sol syrien largement organisée par l’Administration Obama avec l’aide des services secrets anglais et l’appui financier de l’Arabie Saoudite et du Qatar, l’Arabie Saoudite étant devenue au fil des années un pays totalement vassalisé par les Etats-Unis, et elle l’est toujours aujourd’hui quoiqu’en pense MBS.

Il est intéressant de relire l’histoire car elle se répète souvent de manière étrangement similaire. En réalité, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la CIA n’a jamais modifié ses méthodes d’intervention dignes du pire Etat totalitaire dans des pays qui n’ont pourtant jamais menacé la sécurité domestique des Etats-Unis excepté peut-être l’Arabie Saoudite avec les attentats du 11 septembre mais curieusement les USA n’ont jamais tenté quoi que ce soit contre ce pays car Wall Street s’y serait opposé.

Note. Toutes les informations citées dans ce billet sont tirées d’articles de Wikipedia version anglaise et citées dans un article paru sur le site consortiumnews.com, illustration : Shukri al-Quwatli (Wikipedia)

La tradition séculaire du mensonge aux USA

1280px-USS_Maine_entering_Havana_harbor_HD-SN-99-01929.jpg

Le faux évènement ou fausse alerte – « false flag » en anglais – fait partie de la panoplie des Américains pour fomenter des guerres profitables et si les évènements récents relatifs à l’interférence russe dans les élections américaines font, selon de nombreuses analyses, partie des « false flags » (voir la dernière partie de ce billet) il s’agit en quelque sorte d’une tradition américaine séculaire.

Le premier spectaculaire « false flag » organisé de toute pièce par l’armée américaine et les services secrets fut l’incident du port de la Havane le 15 février 1898 lorsqu’une explosion fit sombrer le navire de guerre américain USS Maine fraîchement sorti des chantiers navals. Cet évènement fut attribué aux Espagnols dont Cuba était l’une des nombreuses colonies excitant la convoitise des USA. Il fut monté en épingle par la presse américaine puis par la Maison-Blanche pour l’utiliser comme prétexte pour la guerre américano-espagnole qui ne se limita pas à la Caraïbe mais s’étendit jusqu’aux Philippines et l’archipel des Mariannes où se trouve l’île de Guam. L’explosion de l’USS Maine fut accidentelle car provoquée par la houille bitumineuse se trouvant à bord comme combustible des machines à vapeur et qui dégageait naturellement du méthane (grisou). Premier grand « false flag » monté de toute pièce par le Président William McKinley pour mettre en oeuvre en particulier la doctrine Monroe d’emprise des USA sur les deux parties nord et sud du continent américain. (Illustration Wikipedia : l’USS Maine entrant dans le port de La Havane).

USS_Maddox_(DD-731).jpg

Un autre false flag qui restera dans les mémoires tant ses conséquences furent désastreuses fut l’incident du Golfe du Tonkin qui « justifia » l’entrée en guerre des Américains au Vietnam et qui eut lieu les 2 et 4 août 1964. Selon la version officielle l’USS Maddox fut attaqué par trois vedettes nord-vietnamiennes lance-torpilles et riposta endommageant ces embarcations et tuant 6 marins vietnamiens le 2 août. Toujours selon la version officielle le même type d’incident eut donc lieu deux jours plus tard. Il n’en fallut pas plus pour que le Secrétaire à la Défense Robert McNamara fasse pression sur le Président Johnson pour qu’il décide de l’entrée en guerre des USA au Vietnam. Des documents déclassifiés ont clairement indiqué que ce fut un coup monté, qu’il n’y avait jamais eu confrontation directe entre le navire américain et une quelconque embarcation vietnamienne et qu’il avait été organisé par les services secrets américains. L’USS Maddox (illustration Wikipedia) lança des projectiles en direction d’embarcations vietnamiennes – probablement des bateaux de pêche – le 2 août et le 4 août il n’y eut aucun incident … La pression des médias et l’insistance du Pentagone firent le reste.

En ce qui concerne le 11 septembre 2001 les avis sont partagés : s’agit-il d’un coup monté (false flag) ou d’un réel attentat terroriste organisé par des ressortissants de l’Arabie Saoudite ? Il reste de nombreuses zones d’ombre dans l’enquête réalisée par la justice américaine et les services de renseignements. Il y a les partisans de l’acte terroriste audacieux commandité par Ben Laden (ou par l’Arabie Saoudite ?) et ceux qui pencheraient pour un acte terroriste déguisé et entièrement organisé par la CIA pour servir de prétexte à l’entrée en guerre des USA avec leurs alliés en Afghanistan. La majorité de l’opinion penche pour l’acte terroriste car il manque beaucoup d’éléments permettant de prouver le contraire, c’est-à-dire pour alimenter la théorie de la conspiration autorisant de facto les USA à entrer en guerre au Moyen-Orient.

Capture d’écran 2017-09-21 à 11.07.10.png

Ce qui encourage les conspirationnistes dans cette affaire est le témoignage totalement truqué 9 ans plus tard de Nayirah al-Sabah, une Koweitienne de 15 ans qui affirma le 10 octobre 1990 devant la Commission des Droits de l’Homme à Washington que les Irakiens (qui avaient envahi le Koweit) avaient débranché les couveuses dans les maternités de Koweit-City. Nayirah fut présentée comme une infirmière (de 15 ans ?) d’une maternité de cette ville. En réalité elle était la fille de l’Ambassadeur du Koweit en poste à Washington ! Comme le montre la photo ci-dessus tant le Président George Bush (père), ancien directeur de la CIA faut-il le rappeler, que l’ambassadeur du Koweit se réjouissent en regardant Nayirah lors de sa prestation rediffusée par toutes les télévisions du monde. Il s’avéra qu’aucune couveuse n’avait été débranchée par les militaires irakiens. Cet évènement totalement truqué signa l’entrée en guerre des USA en Irak – l’opération Desert Storm – qui fil la une de CNN pendant des semaines et les opinions publiques du monde entier furent bluffées. L’affaire des armes de destruction massive de Saddam Hussein (comme si les USA ne possédaient ni gaz de combat, ni armes biologiques, ni bombes anti-personnel, ni ogives nucléaires de destruction massive) servit de prétexte à la seconde guerre d’Irak (illustration captée sur le site de ZeroHedge) alors qu’il s’avéra que l’Irak ne possédait qu’un armement traditionnel.

Capture d’écran 2017-09-21 à 11.40.06.png

L’affaire de l’interférence russe dans les récentes élections américaines entre-t-elle dans la catégorie des fausses alertes ? Si 3 des 15 agences de renseignement américaines se sont accordées pour affirmer que la Russie avait interféré dans ces élections, elles n’ont toujours pas pu apporter de preuves incontestables comme on a coutume de le dire « noir sur blanc ». Ce ne sont donc que des rumeurs au même titre que l’USS Maine et l’USS Maddox. Il existe cependant de nombreux éléments troublant comme en particulier les écoutes de la « Trump Tower » à New-York avant et pendant la campagne électorale. Il s’agit d’une affaire particulièrement embarrassante car si ces écoutes eurent réellement lieu elles furent ordonnées par Obama lui-même … Pire encore, les évènements de Maiden en janvier 2015, commandités par la CIA sur ordre d’Obama et ayant pour but d’évincer le Président ukrainien pro-russe en le remplaçant par une marionnette, Petro Poroshenko, notoirement corrompu, fasciste sinon nazi de surcroit, à la solde de la Maison-Blanche aurait permis à Hillary Clinton d’organiser cette fausse interférence russe en pleine crise du vol MH17 que ce soient Trump ou un autre individu qui devienne par la suite candidat du Parti Républicain. L’information a été révélée par le site Politico qu’on n’est naturellement pas obligé de croire sur parole mais c’est tout de même troublant (voir le lien).

Curieux tout de même que plus personne ne parle du vol MH17 : un autre false flag ?

Pour justifier une guerre auprès de l’opinion publique il faut des arguments que cette dernière est prête à admettre afin de satisfaire l’agenda des néo-conservateurs américains pour établir la totale hégémonie de l’impérialisme américain sur le monde et tous les moyens sont bons même les coups les plus tordus. Quand un gouvernement contrôle l’opinion il contrôle le peuple comme se plaisait à le dire Goebbles en son temps. La ploutocratie en place à Washington, main dans la main avec le complexe militaro-industriel tentaculaire américain, n’est constituée que d’une bande de menteurs de la pire espèce qu’il n’y a aucune raison de croire sur parole …

Source : adapté d’un article de ZeroHedge : http://www.zerohedge.com/news/2017-09-20/never-forget-us-government-jas-known-history-using-flase-flags

http://www.politico.com/story/2017/01/ukraine-sabotage-trump-backfire-233446